Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
 
15 décembre 2014 1 15 /12 /décembre /2014 10:31

 

 

Le projet de Sassou de changer la constitution n’a pas de base légale : c’est un coup d’état constitutionnel

 

 

 


President Denis Sassou Nguesso and others - Accused of Corruption

 

Le Président Sassou Nguesso n’a pas le pouvoir de convoquer un référendum législatif pour changer la constitution du 20 janvier 2002.

S’il y a référendum, ce n’est pas à lui d’en décider, car il n’a aucun pouvoir de le faire pendant et après son mandat.
Le changement de la constitution est un acte politique qui nécessite un consensus national, ce qui veut dire que ce n’est pas le Président Sassou Nguesso qui a l’initiative et la décision mais la classe politique et la société civile à travers les états généraux de la nation ou une conférence nationale bis.

Du point de vue juridique, le Président Sassou Nguesso n’a pas le pouvoir de convoquer un référendum pour changer la constitution. L’article 86 alinéa 1 de la constitution du 20 janvier 2002, institue un référendum législatif et donne au Président de la République le pouvoir de soumettre au référendum tout projet de loi portant sur l’organisation des pouvoirs publics et non sur le changement de la constitution.

Organiser les pouvoirs publics ne signifie pas changer la constitution.

Alors qu’est-ce qu’on entend par les pouvoirs publics ?


Selon le dictionnaire en ligne Toupie : l'expression "pouvoirs publics" désigne le gouvernement et l'ensemble des services chargés de l'administration d'un Etat ou d'une collectivité territoriale. Elle peut aussi désigner plus spécifiquement telle ou telle administration.

La notion de "pouvoirs publics" ne s'applique que dans le cadre d'un Etat, à l'intérieur d'un territoire délimité dirigé par des institutions, dans les domaines politique, judiciaire, économique, ou social.

Ces institutions (administrations nationales ou locales, collectivités territoriales) sont gérées par des autorités compétentes qui représentent les pouvoirs publics et qui bénéficient d'un pouvoir réglementaire parfois important. Elles déterminent et conduisent l'action politique.

Au Congo, les pouvoirs publics correspondent aux organes créés ou mentionnés par la Constitution du 20 janvier 2002 (par exemple les collectivités locales) et dont le statut est établi par des lois organiques votées par le parlement.

Si les pouvoirs publics désignent le gouvernement et l’ensemble des services chargés de l’administration d’un Etat ou d’une collectivité locale, alors qu’est-ce qu’on entend maintenant par la constitution ?

La constitution est la loi fondamentale d'un Etat qui définit les droits et les libertés des citoyens ainsi que l'organisation et la séparation du pouvoir politique (législatif, exécutif, judiciaire). Elle précise l'articulation et le fonctionnement des différentes institutions qui composent l'Etat (Conseil constitutionnel, Parlement, gouvernement, administration...).

La constitution se situe au sommet du système juridique de l'Etat dont elle est le principe suprême. Toutes les lois, décrets, arrêtés et traités internationaux doivent être conformes aux règles qu'elle définit. Une constitution est en général élaborée par une assemblée nationale (pouvoir constituant originaire) réunie spécialement pour cet objectif. Elle est révisée par le pouvoir constituant dérivé ou institué (prévu par la
Constitution).

Au regard cet éclairage, force est de constater que le Président Denis Sassou Nguesso n’a aucun pouvoir de soumettre au référendum le changement de la constitution du 20 janvier 2002.

En déclarant que « c’est au peuple congolais et à lui seul de trancher sur cette question le moment venu, loin de toute ingérence étrangère » le Président Sassou Nguesso prépare déjà un coup d’état constitutionnel car sur cette question, il n’a aucune légitimité, aucun pouvoir de demander au peuple de trancher sur le changement ou pas de la constitution.

Le peuple congolais n’a pas donné au Président Denis Sassou Nguesso le pouvoir de le consulter par référendum pour changer la constitution du 20 janvier 2002.

Le référendum d’initiative populaire, qu’il a évoqué en disant « c’est au peuple congolais de trancher sur la question du changement de la constitution », n’est pas prévu par la constitution du 20 janvier 2002. Sa mise en place serait contraire à la constitution et le Président Denis Sassou Nguesso n’a pas le pouvoir de l’instituer.


Maître Céleste Ngantsui

 

Après le coup d'etat sanglant du 5 Juin 1997, allons-nous encore assister à  un coup d'Etat constitutionnel par le même Dictateur Denis SASSOU NGUESSO ? Après 30 ans de pouvoir sans partage, un bilan catastrophique, un pouvoir clanique, le tyran réussira t'il son coup de force ?  Pour cette fois le peuple congolais qui est le souverain primaire se lèvera t'il comme un seul homme pour dire non Contre le Coup d'Etat Constitutionnel, qui sera orchestré par le Tyran de mpila ?

Brazzaville, Steve OBORABASSI pour la voix du Peuple

 

 

 

 

 

       

Partager cet article

LA VOIX DU PEUPLE
commenter cet article
10 décembre 2014 3 10 /12 /décembre /2014 11:15

 

LE DICTATEUR Denis SASSOU NGUESSO ENGAGE UN BRAS DE FER AVEC OBAMA ET HOLLANDE SUR LE CHANGEMENT DE CONSTITUTION : en sortira-t-il vainqueur ou partira –t-il comme Blaise Compaoré ?

 

 

COMPARAISION N'EST PAS RAISON

General Charles DE GAULLE                                        General Denis SASSOU NGUESSO         

 


 Charles DE GAULLE

28 septembre 1958

Référendum sur la Constitution de la Ve République

Le 28 septembre 1958, les Français votent par référendum pour une nouvelle Constitution.

Par leur vote, ils entérinent le retour du général Charles de Gaulle au pouvoir, avec l'espoir d'en finir avec l'instabilité ministérielle caractéristique de la IVe République et surtout la guerre d'Algérie... Celle-ci allait pourtant durer quatre longues années supplémentaires avant de se terminer sur une rupture douloureuse

A son retour de Cuba, le Président de la République, en répondant aux questions des journalistes avait réaffirmé son intention de procéder au référendum en vue du changement de la Constitution actuelle. Comme à son habitude, il avait justifié son projet inconstitutionnel en prenant des exemples qui n’ont rien à avoir avec le contexte politique congolais. Il s’était appuyé sur la réforme constitutionnelle ayant abouti à l’institution de la Ve République en France et la réforme constitutionnelle ayant instauré l’élection du Président de la République française au suffrage universel direct. Après s’être trompé au sujet du nombre de mandats présidentiels en Allemagne, Mr Sassou vient encore de commettre une grave confusion qui prouve, une de fois plus, qu’il n’a pas des conseillers compétents autour de lui mais de vulgaires courtisans.

Comparaison n’est pas raison. Comment Mr Sassou peut-il sortir la réforme ayant abouti à la cinquième République française de son contexte historique et politique pour l’appliquer au contexte congolais dans le but de justifier son coup d’Etat constitutionnel en préparation ?

Puisqu’il semble devenu amnésique au point d’oublier ce contexte français, il va falloir qu’on lui rafraîchisse la mémoire.

La Ive République était un régime parlementaire où le pouvoir exécutif était faible. En raison de l’application du scrutin proportionnel aux élections législatives, des alliances étaient nécessaires entre plusieurs partis pour obtenir la majorité et gouverner. La vie politique de la Ive République était donc faite d’alliances et de ruptures d’alliances entraînant une grande instabilité ministérielle. Ainsi, de 1947 à 1959, 24 gouvernements se succèdent, soit en moyenne un gouvernement tous les six mois. Cette faiblesse du pouvoir exécutif est la raison principale de l’incapacité de la classe dirigeante à résoudre les crises liées à la décolonisation. Le début de la guerre d’Algérie pour l’indépendance aboutit à une crise de régime en France. Une autorité morale capable de restaurer le pouvoir de l’Etat étant attendue, De Gaulle se pose en recours.

Alors que De Gaulle s’était retiré de la vie politique sous la Ive République en raison de son hostilité vis-à-vis d’un régime où le pouvoir exécutif est faible, il revient douze ans après et accepte de reprendre le pouvoir à condition de pouvoir gouverner par ordonnance , c’est-à-dire sans vote du Parlement pendant six mois. Durant cette période, il est chargé de rédiger une nouvelle Constitution. Le Parlement accepte ses conditions. Le 1er juin 1958 De Gaulle devient Président du Conseil et entame avec ses conseillers le travail de rédaction de la Constitution de la Ve République française.

Pour résumer, la cinquième République est née de la nécessité de restaurer l’autorité de l’Etat, à travers un pouvoir exécutif fort, une stabilité politique et gouvernementale, par le biais du scrutin majoritaire aux élections législatives notamment.

Que se passe-t-il au Congo-Brazzaville ?

Il existe une Constitution qui attribue tous les pouvoirs au Président de la République qui est la personnalité centrale, la stabilité gouvernementale est garantie à travers l’impossibilité pour le Président de la République de dissoudre l’Assemblée nationale et cette dernière de démettre le Président de la République. Dans ce régime, le pouvoir exécutif est trop fort et supplante le reste des institutions. Le Président de la République est à moins de deux ans de son second et dernier septennat constitutionnel. Il doit, en 2016, quitter le pouvoir sans autres formes de procès ou pseudo débats. Mais ayant une soif et une addiction inextinguible au pouvoir, il voudrait absolument s’y accrocher, en violant la Constitution du 20 janvier 2002 qu’il a pourtant juré de respecter et de défendre.

Depuis 2002 jusqu’à ce jour, grâce à la science de la fraude dont il a le secret, le PCT a toujours eu une « majorité » écrasante lors des différentes élections politiques. Un gouvernement composé des militants du PCT et non pas des cadres intègres.

Le contexte politique congolais d’aujourd’hui n’a donc rien à voir avec celui qui a présidé, en France, à l’adoption de la Constitution de la Ve République française .C’est une manœuvre de diversion de plus et des exemples hors sujet de la part de Mr Sassou Nguesso.

L’humiliation subie par lui lors du dernier sommet de la francophonie est encore dans toutes les mémoires des congolais. Le Président François Hollande l’avait clairement mis en garde contre les tripatouillages de Constitution pour convenance personnelle pour demeurer au pouvoir. La position de Barack Obama est la même sur ce sujet.

En disant que c’est au peuple congolais qu’il appartient de trancher le problème du changement de Constitution, Mr Sassou envoie un message à Hollande et Obama pour leur faire part de sa détermination à passer outre leurs mises en garde et changer la Constitution de notre pays pour demeurer au pouvoir. Autrement dit, c’est un bras de fer qu’il a engagé avec eux. Mais c’est risqué pour lui, même si les courtisans et extrémistes, qu’ils préfèrent écouter, lui font croire le contraire. Avant lui, Blaise Compaoré avait adopté la même attitude et rappelé à Obama et Hollande la non-ingérence dans les affaires intérieures des Etats. Nous savons tous comment cela s’est terminé pour Blaise Compaoré. Sassou serait bien inspiré de se garder d’engager un bras de fer à plus forts que lui, car il est déjà perdant puisqu’ il n’a pas la force de tenir tête, longtemps, aux Présidents américains et français. C’est ridicule pour lui de vouloir montrer des muscles, qu’il n’a pas, à deux personnes qui pourraient décider de son départ du pouvoir, même avant 2016, en quelques minutes.

Qu’il ne soit pas stupide comme Blaise Compaoré, en attendant que le sang des congolais coule abondamment avant qu’il ne puisse reculer et renoncer à son projet de coup d’Etat constitutionnel qui menace la paix dans notre pays. S’il n’écoutait pas la voix de la sagesse, c’est la Cour pénale internationale et la justice française qui s’occuperont de lui. Les dossiers des disparus du Beach et des biens mal acquis sont toujours instruits en France et aboutiront à des procès.

Mr Sassou, s’il vous reste encore un brin de clairvoyance, renoncez pendant qu’il est encore temps à votre projet de changer la Constitution du 20 janvier 2002 et partez du pouvoir sans difficultés en 2016.

Si vous pensez qu’en affrontant Hollande et Obama, vous resterez au pouvoir, c’est la plus grave des humiliations qui vous attend avec la justice pénale internationale mais aussi française et la nôtre en plus.

Une personne avertie en vaut deux.

Ngoma Ludovic

 

Alors qu' au Congo Brazzaville, le pouvoir crie à qui veut l’entendre que le pays est en paix, il ya la stabilité politique, tout va bien, il ya la démocratie et le pays sera émergent en l'an 2025, Denis SASSOU NGUESSO est le bâtisseur infatigable.

Le dictateur Denis SASSOU NGUESSO NE VEUT PLUS DU CYCLE « DESTRUCTION – CONSTRUCTION », alors pourquoi changer ou modifier une constitution qui fait avancer le pays puisque tout va bien ?

On voulant changer la constitution du 20 Janvier 2002, Denis SASSOU NGUESSO veut renouer avec le cycle de construction – destruction ce que ne veut plus le peuple congolais. Le taux d’abstention aux différentes élections jamais égalé dans l'histoire du pays prouve a suffisance la maturité du peuple congolais à mettre définitivement un terme à la violence politique dans le pays pour ne pas dire « cycle de destruction -construction ». Alors Monsieur le Président vous qui aimé tant le Congo, vous qui êtes le garant de la paix et le bâtisseur infatigable, pourquoi voulez vous allumer le feu dans un pays en paix, stable, en plein essor social et économique selon vous ?

Respecter la loi fondamentale sur laquelle vous avez prêté serment, vous garantira une sortie honorable.

Brazzaville, Steve OBORABASSI pour la Voix du Peuple 

 

 

 

 

 

 
 
 
 
       

Partager cet article

LA VOIX DU PEUPLE
commenter cet article
10 décembre 2014 3 10 /12 /décembre /2014 04:51

  

Auteur : RDD

C

  CONGO BRAZZAVILLE DEFECTION AU SEIN DE LA MAJORITÉ PRESIDENTIELLE : LE RDD QUITTE LE NAVIRE

Le Général Joachim Yhombi Opango, ancien président du Congo, de 1977 à 1979.

 

 

 

 

  

 

 

 

Partager cet article

LA VOIX DU PEUPLE
commenter cet article
8 décembre 2014 1 08 /12 /décembre /2014 16:13

 

 

Le Dictateur Denis Sassou NGUESSO joue au faux dur face à OBAMA et HOLLANDE

 

 

  

« Constitution comme on le dit à souhait, sur cette question, vous connaissez mon point de vue. J'estime que s’agissant des institutions du Congo, surtout la Constitution, la loi fondamentale, ce sera toujours le peuple congolais qui décidera. Ce sera toujours cela, le peuple congolais qui décidera en toute souveraineté », a déclaré le vieux dictateur sanguinaire et corrompu congolais Denis SASSOU N'GUESSO à son retour de Cuba, le 6 décembre 2014.

Et d'ajouter : « d’ailleurs, cela n’a pas échappé aux autres peuples. On peut prendre quelques exemples. Lorsque le général De Gaulle a décidé de changer la constitution de la quatrième République, il a soumis les termes de la cinquième République au choix du peuple français, c’est le peuple français qui s’est prononcé. Et, même plus tard, lorsqu’il a demandé ou souhaité que le président de la République soit élu au suffrage universel direct, c’est le peuple français qui a ainsi décidé ».

« Je crois que c’est une règle qui ne pourra être remise en cause. Dans tous les cas, il y a quand même de longues années que notre peuple a lutté ici et au prix de beaucoup de sacrifices pour ne plus accepter qu’il soit régi par des règles qui viendraient d’ailleurs ».

Répondant à une question sur les propos tenus par le président français François HOLLANDE à Dakar au Sénégal lors du sommet de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), Denis SASSOU N'GUESSO a indiqué que « l’OIF ne s’est pas quand même substituée aux Nations Unies et n’a pas balayé d’un revers de la main, les notions fondamentales qui régissent les relations internationales. C’est-à-dire, la non-ingérence dans les affaires des autres Etats et aussi le respect mutuel. Je crois que l’OIF dit que les Etats au sein de cette organisation se vouent un respect mutuel ».

A mon humble avis, en jouant au faux dur devant son peuple sur cette question de la Constitution, en donnant l'illusion qu'il pourra tenir tête aux Présidents américain Barack OBAMA et français François HOLLANDE, le vieux dictateur sanguinaire et corrompu congolais Denis SASSOU N'GUESSO se comporte exactement comme un coq qui fait sa petite loi dans le poulailler oubliant que son sort dépend en réalité de son maître (son propriétaire) qui, lui, se trouve à l'extérieur dudit poulailler et qui peut, s'il le décide, l'attraper et le manger.

Franchement que vaut un pauvre vieux dictateur africain comme Denis SASSOU N'GUESSO face aux
États-Unis et à la France quand on sait par exemple que même pour se soigner il a recours aux médecins américains et français sans oublier que même la révision et la maintenance de l'avion à bord duquel il se déplace, est assurée par des techniciens de ces pays.

Denis SASSOU N'GUESSO est conscient que si Barack OBAMA et François HOLLANDE veulent en finir avec lui, ils n'auront même pas besoin d'utiliser de grands moyens.
Ils peuvent le neutraliser et détruire en seulement quelques fractions de secondes tout son petit arsenal de guerre qu'il a stocké dans son village (à Tsambintso) et sur lequel il compte pour réprimer le peuple dans le sang en cas de révolte populaire.

Auteur: Bienvenu MABILEMONO 

       

 
 

Partager cet article

LA VOIX DU PEUPLE
commenter cet article
8 décembre 2014 1 08 /12 /décembre /2014 08:27

 

 

Conférence de Presse de l'ARD avec Monsieur Mathias DZON

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 
 
 
 
       

Partager cet article

LA VOIX DU PEUPLE
commenter cet article
5 décembre 2014 5 05 /12 /décembre /2014 12:03

 

 

LE PRESIDENT FRANÇAIS François HOLLANDE PERSITE ET SIGNE : L’EXIGENCE C’EST LE RESPECT DE L’ORDRE CONSTITUTIONNEL ET LES ELECTIONS  TRANSPARENTES ET LIBRES

 

 

                                                                                                            

Alassane Ouattara et François Hollande à l'Élysée, le 4 décembre 2014.

Alassane Ouattara et François Hollande à l'Élysée, le 4 décembre 2014

 

François Hollande reçoit Ouattara et exige le respect de la Constitution en 2015

 

 

En France, le président François Hollande a reçu, jeudi 4 décembre 2014, son homologue ivoirien, Alassane Ouattara, à l'Elysée. Au menu de l'entretien, les échanges économiques entre les deux pays et en particulier, la coopération financière avec le contrat de désendettement et de développement (C2D). Près d'un milliard d'euros seront ainsi destinés à financer des projets de développement qui n’attirent pas le secteur privé. Parmi les sujets encore évoqués, celui de la lutte et la prévention contre Ebola mais aussi celui de la transition au Burkina Faso.

Au Sénégal et plus précisément à Dakar, le week-end dernier, on avait noté une divergence dans la lecture des événements, fin octobre, au Burkina, qui ont conduit à la chute de Blaise Compaoré.

A la tribune, François Hollande avait parlé du soulèvement populaire comme d'une « belle démonstration » qui doit « faire réfléchir ceux qui veulent se maintenir au pouvoir en violant l'ordre constitutionnel ».

« Nous ne souhaitons pas d'insurrections et de désordre dans nos pays », avait répondu Alassane Ouattara à la même tribune.

A l'Elysée ce jeudi, le ton était moins lyrique pour exprimer les exigences de Paris à l'égard de la transition burkinabè.

« L’exigence, c’est le respect de l’ordre constitutionnel. L’exigence, c’est la date des élections et d’avoir, là aussi, un processus de transition. Mais, la France est aux côtés du Burkina Faso dès lors que ces conditions-là sont respectées. Et ceux qui se sont levés étaient aussi conscients qu’il fallait avoir le respect des règles constitutionnelles, c’est d’ailleurs pour ça qu’ils s’étaient soulevés », a déclaré le chef de l’Etat français.

Alassane Ouattara a insisté sur les convergences de vue avec la France, à savoir le succès de la transition burkinabè.

■ Les élections en 2015

François Hollande, louant la stabilité économique et la politique ivoirienne, a eu un petit mot sur la campagne en vue de la présidentielle de l'an prochain, au moment où le FPI, le parti de Laurent Gbagbo, se déchire.

 

 

Qu'est-ce qu'une constitution

 

 

La Constitution est le texte qui fonde l’organisation de l’État et qui garantit le respect des droits fondamentaux des personnes. Pour ces deux raisons, il est nécessaire de la protéger des modifications de circonstance et de la violation des principes qu’elle définit.

 
 
 
Abidjan, Chantal TANOH pour la Voix du Peuple
 
 
 
       

Partager cet article

LA VOIX DU PEUPLE
commenter cet article
4 décembre 2014 4 04 /12 /décembre /2014 12:13

Perroquet animaux

Source : Direct-Brazza

C

 Pigasse NGUESSO annonce la modification de la constitution et le référendum  

 

 

 
Tous les congolais savent que Sassou Nguesso utilise les dépêches de Brazzaville pour faire passer un certain nombre de messages.

Humilié devant la terre entière lors du sommet de la Francophonie, Sassou Nguesso aurait demandé à ses troupes de communiquer sur l'organisation d’un referendum qui permettrait au pouvoir de valider la constitution ouvrant ainsi la voie à un troisième mandat pour lui ou encore de placer un pantin à la tête du pays.

Sassou Nguesso le pompier pyromane aurait donc, pour montrer à François Hollande et à Barack Obama qu'il est le seul maître à bord en ce qui concerne l'avenir du Congo, aurait aussi affirmé à un de ses conseillers qu'il serait prêt à brûler tout le pays simplement pour montrer aux occidentaux que l'époque de l’Afrique coloniale est révolue; que l'Afrique était une termitière et qu'il en serait le roi (il est peut-être l'inspirateur du rédacteur du livre de Mr Innocent Peya).

Pour ceux qui ne le sauraient pas, les portes du Maroc lui étant fermées simplement parce que le Maroc n'aimerait pas être le sanctuaire de tous les dictateurs africains (Compaoré s'est installé au Maroc), Sassou aurait pris la résolution de préparer sa retraite dorée à CUBA (au cas où le plan A ne marche pas), tous ses enfants étant résidents à Miami et ses comptes bancaires aux Bahamas juste en face.

Le peuple congolais doit donc être prêt au défi qui lui sera lancé dans les jours à venir.

Ci-dessous l'annonce de la modification de la constitution faite par Pigasse dans les dépêches de Brazzaville.

Jean-Paul Pigasse le perroquet du dictateur Denis SASSOU NGUESSOPerroquet animaux

1361804935627

 

 

 
 
 
       
 
 

Partager cet article

LA VOIX DU PEUPLE
commenter cet article
4 décembre 2014 4 04 /12 /décembre /2014 12:13

Source : Direct-Brazza

C

MODIFICATION DE LA CONSTITUTION AU CONGO BRAZZAVILLE : LE GRIOT DU POUVOIR Jean Paul PIGASSE avec ses depêches de Brazzaville annonce la couleur & le débat reste ouvert  

 

 

media

Le président sénégalais, Macky Sall (D) accueille son homologue congolais, Denis Sassou-Nguesso lors du sommet de la Francophonie organisé à Dakar, les 29 et 30 novembre 2014

 
Tous les congolais savent que Sassou Nguesso utilise les dépêches de Brazzaville pour faire passer un certain nombre de messages.

Humilié devant la terre entière lors du sommet de la Francophonie, Sassou Nguesso aurait demandé à ses troupes de communiquer sur l'organisation d’un referendum qui permettrait au pouvoir de valider la constitution ouvrant ainsi la voie à un troisième mandat pour lui ou encore de placer un pantin à la tête du pays.

Sassou Nguesso le pompier pyromane aurait donc, pour montrer à François Hollande et à Barack Obama qu'il est le seul maître à bord en ce qui concerne l'avenir du Congo, aurait aussi affirmé à un de ses conseillers qu'il serait prêt à brûler tout le pays simplement pour montrer aux occidentaux que l'époque de l’Afrique coloniale est révolue; que l'Afrique était une termitière et qu'il en serait le roi (il est peut-être l'inspirateur du rédacteur du livre de Mr Innocent Peya).

Pour ceux qui ne le sauraient pas, les portes du Maroc lui étant fermées simplement parce que le Maroc n'aimerait pas être le sanctuaire de tous les dictateurs africains (Compaoré s'est installé au Maroc), Sassou aurait pris la résolution de préparer sa retraite dorée à CUBA (au cas où le plan A ne marche pas), tous ses enfants étant résidents à Miami et ses comptes bancaires aux Bahamas juste en face.

Le peuple congolais doit donc être prêt au défi qui lui sera lancé dans les jours à venir.

Ci-dessous l'annonce de la modification de la constitution faite par Pigasse dans les dépêches de Brazzaville


 

 

 

le sommet de la Francophonie largement commenté à Brazzaville

 

 

Trois jours après l’échec du diplomate et écrivain congolais Henri Lopes à se faire désigner comme secrétaire général de l’Organisation internationale de la Fracophonie, ce sujet suscite encore des débats et des réactions dans son pays. Certains se félicitent du choix de la Canadienne Michaëlle Jean, d'autres voix s'élèvent contre la position exprimée par le président français, François Hollande qui a mis en garde certains de ses homologues africains de modifier les Constitutions pour des intérêts personnels.

Pour l’opposition, cet échec d’Henri Lopez était prévisible. De son côté, la Fédération congolaise des droits de l’homme a salué l’arrivée de Michaëlle Jean à la tête de l’OIF. « J’aurais été heureux de voir notre compatriote monsieur Henri Lopez, bardé de toutes ces qualités, être élu secrétaire général de l’OIF, mais nous pensons, certainement, que les choses se sont passées de manière démocratique, et une femme a été élue. Moi je dis, ce qui compte ce sont les qualités et ses capacités de bien gérer cette organisation et de donner à cette organisation un nouveau souffle », estime Cephas Germain Ewangui, président de la Fécodho.

Propos paternalistes

Par ailleurs, si l’opposition congolaise a approuvé les propos du président François Hollande, dénonçant les velléités de certains dirigeants de bien vouloir modifier les Constitutions pour des intérêts personnels, la Fécodho a plutôt qualifié ces propos de paternalistes : « Il a tenu un point de presse, donnant l’impression que les pays africains étaient toujours colonisés par la France. En ce moment, je dis que même si les intentions étaient bonnes, la manière de faire ne peut que révolter les Africains, qui sont fiers aussi d’être des Africains », explique Cephas Germain Ewangui.

 

Le sujet sur la révision ou le changement de la Constitution reste entièrement ouvert au Congo Brazzaville.

Brazzaville, Steve OBORABASSI pour la Voix du Peuple 

 
       
 
 

Partager cet article

LA VOIX DU PEUPLE
commenter cet article
4 décembre 2014 4 04 /12 /décembre /2014 08:38

Source : Zenga-Mambu

texte de loi : maillet en bois et livre sur la table en bois, sur fond brunDisparus du Beach : Procès de Dabira ce 5 décembre 2014, le dossier complet  

 

 

 

 

 
 
 
       
 
 

Partager cet article

LA VOIX DU PEUPLE
commenter cet article
1 décembre 2014 1 01 /12 /décembre /2014 13:44

  

C

  Voici l’intégralité du discours prononcé par le président Macky Sall à l’ouverture, samedi à Dakar, du 15-ème Sommet de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) : 

 

fond.

 

15 ème Sommet francophonie: Relisez l’intégralité du discours de Macky Sall

Macky SALL" JE SUIS FAVORABLE A LA LIMITATION DES MANDATS"

 

 
Francophonie Dakar 2014
Excellences, Madame, Messieurs les Chefs d’Etat et de Gouvernement, -Mesdames, Messieurs les Chefs de délégation, -Monsieur le Secrétaire général de l’Organisation Internationale de la Francophonie, -Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale, -Monsieur le Premier Ministre, -Madame la Présidente du Conseil Economique, Social et Environnemental, -Mesdames, Messieurs, -Chers amis, distingués invités, Vingt cinq ans après le Sommet de Dakar de 1989, le Sénégal se réjouit d’accueillir à nouveau la Communauté francophone. En mon nom, au nom de mes compatriotes, je vous souhaite une chaleureuse bienvenue et un agréable séjour au pays de la Téranga. Au cœur de la ville de Diamniadio en gestation ici, nous sommes presque à mi- chemin entre le Royaume d’enfance et la dernière demeure d’un des illustres pères fondateurs de la Francophonie, le Président-Poète Léopod Sedar Senghor. Dans « Le souffle des ancêtres », un classique de la poésie africaine, mon compatriote, l’écrivain-conteur Birago Diop, renseigne que «Ceux qui sont morts ne sont jamais partis … Ils sont dans l'arbre qui frémit… Ils sont dans le bois qui gémit… Ils sont dans la case, ils sont dans la foule... Les morts ne sont pas morts ». Oui, par leur œuvre pionnière, Senghor et ses compagnons sont vivants pour la Francophonie. Qu’ils reçoivent, par ma voix, notre message de gratitude pour leur rôle historique dans le rassemblement de la famille francophone. Nous tenons ce Sommet au moment où des pays de la sous-région ouest africaine, dont certains membres de l’espace francophone, font face à l’épidémie d’ébola. Je leur exprime notre solidarité agissante. J’appelle tous les membres de notre Organisation à se joindre aux efforts en cours en soutien à ces pays amis et frères. Chers collègues, Mesdames et Messieurs, A l’origine, était la Francophonie comme convergence autour d’une langue que nous avons en partage, dans le respect de nos diversités linguistiques et culturelles. Senghor aimait la définir comme «Cet humanisme intégral, qui se tisse autour de la terre, cette symbiose des énergies dormantes de tous les continents, de toutes les races, qui se réveillent à leur chaleur complémentaire ». Sur ce legs, nous avons édifié la Francophonie des valeurs universelles, expression de notre attachement commun à la liberté, à la démocratie et au respect des droits de l’homme. Puis a pris forme la Francophonie institutionnelle, une Organisation structurée, assumant des missions sans cesse croissantes, dans un monde en mutations rapides et complexes. Que de chemin parcouru entre ce qui était alors l’Agence de Coopération Culturelle et Technique et l’OIF de nos jours ! Aujourd’hui, nous avons franchi l’étape, encore plus exigeante, de la Francophonie des peuples. Plus exigeante parce que la langue, la culture, les valeurs universelles et l’édifice institutionnel qui les porte ne peuvent vivre et s’épanouir que par et pour les peuples qui les incarnent. C’est tout le sens du thème que le Sénégal, pays hôte, a proposé pour notre Sommet : « Femmes et jeunes en Francophonie, vecteurs de paix, acteurs de développement ». Nous souhaitons, par ce thème, donner à notre communauté l’occasion d’un échange orienté sur l’action en faveur de deux composantes majeures de nos sociétés. Que serait en effet le monde sans la force vitale des femmes, son autre moitié ? Et sans l’enthousiasme et le dynamisme de sa jeunesse, son avenir ? Et pourtant, les femmes et les jeunes sont encore les plus exposés en temps de conflit, et les plus vulnérables en temps de paix. Pour beaucoup, les droits et libertés, le une jouissance ou l’espoir d’un lendemain meilleur, relèvent plutôt d’un combat incertain pour la vie. Je pense aux violences spécifiques sur les jeunes et les femmes. Je pense aux discriminations de toutes sortes dont ils sont victimes. Je pense aux inégalités qui limitent leur accès aux soins de santé, à l’éducation, à la formation, à l’emploi, aux sources de revenus, à la propriété et au pouvoir décisionnel. Oui, la francophonie des peuples commande que les jeunes et les femmes restent au cœur de nos politiques et de nos efforts conjugués. Car les jeunes et les femmes sont le cœur de nos sociétés. Ils sont le cœur de nos projets. Ils sont le cœur de nos ambitions et le cœur des défis que nous devons relever ensemble. Contre la guerre et la violence, agissons pour la paix, la sécurité et la stabilité. Contre l’ignorance et les dérives extrémistes, édifions des systèmes d’éducation et de formation aptes à résoudre les problèmes du chômage et de la marginalisation sociale. Contre la dégradation continue de notre environnement, prenons la pleine mesure de nos responsabilités pour un développement solidaire et durable. J’engage à cet égard la communauté francophone à rester mobilisée pour le succès de la 21ème Conférence des Nations unies sur le changement climatique, prévue en 2015 à Paris. -Chers Collègues, -Mesdames, Messieurs, L’avenir de la Francophonie des peuples se trouve dans son riche potentiel : 14% de la population mondiale, 20% des échanges internationaux de marchandises, une population jeune, notamment en Afrique, et des ressources naturelles considérables. Mais seule notre volonté commune de coopérer, dans un esprit de partenariat solidaire et complémentaire, transformera ce potentiel en opportunités. La Francophonie des peuples, c’est certes la langue et la culture, la paix et la sécurité, la démocratie et les droits de l’homme. Mais la francophonie des peuples, c’est aussi les échanges économiques et commerciaux ; c’est la mobilité dans l’éducation, la formation et l’enseignement supérieur ; c’est la technologie au service du plus grand nombre. Voilà ce qui constituera le ciment de notre édifice pour l’avenir. Voilà ce qui rendra l’espace francophone plus fort, plus attractif et plus influent. Voilà ce qui fera que les générations actuelles et futures nourrissent pour la francophonie la même passion et le même attachement que les pères fondateurs. C’est cela aussi, c’est cela surtout, l’esprit de la francophonie des peuples. Enfin, m’adressant à vous, Président Abdou Diouf, je voudrais vous rendre un vibrant hommage pour votre contribution inestimable à l’Organisation Internationale de la Francophonie. L’assise institutionnelle de l’OIF, le Cadre stratégique décennal de Ouagadougou, les Déclarations de Bamako et de Saint Boniface, textes normatifs de notre vision pour la paix, la démocratie, l’Etat de droit et la bonne gouvernance, portent tous votre marque indélébile. Devant la Communauté francophone et le peuple sénégalais que vous avez tant servis, en reconnaissance de votre œuvre, je donne votre nom à ce magnifique Centre international de Conférences, qui s’appellera désormais Centre International de Conférences Abdou Diouf, CICAD. Une façon de vous dire « dieureudieuf », merci, en langue nationale wolof.
Je souhaite plein succès à nos délibérations. 
 
 

Fin du 15ème Sommet de la Francophonie à Dakar (Sénégal) : La Canadienne, Michaëlle Jean, Secrétaire générale de l'OIF .

Michaëlle Jean, nouvelle SG de l'Organisation internationale de la Francophonie

 

 

L'ancienne gouverneure du Canada Michaëlle Jean, élue dimanche à Dakar au poste de secrétaire général de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF), est un enfant du Nord et du Sud, comme elle l'a toujours revendiqué elle-même. Un statut confirmé par son fabuleux parcours.

Ses anciennes fonctions de 27ème gouverneure générale du Canada (Quasi chef d'Etat) de 2005 à 2010, son charisme, son réseau de relations, sa force de conviction, sa vision pour la Francophonie, notamment la promotion d'une Francophonie économique, ont largement joué en sa faveur devant quatre autres candidats en lice pour présider aux destinées de la Francophonie mondiale.

Native de Port-au-Prince (Haïti), en 1957, Michaëlle Jean a regagné en 1968 le Québec avec ses parents, fuyant le régime dictatorial de François Duvalier.

Après avoir obtenu un Baccalauréat ès arts en littératures et langues modernes (italien et espagnol), quelques années plus tard, elle poursuit avec succès des études en littérature comparée à l'Université de Montréal, et y enseigne la langue et la littérature italienne.

Trois bourses lui permettent de approfondir ses connaissances en Italie, ce qui lui a permis de parfaire son multilinguisme. Michaëlle Jean parle couramment cinq langues, le français, l'anglais, l'italien, l'espagnol et le créole, en plus de notions du portugais.

Son parcours universitaire ne l'a pas empêcher de se donner à l'action associative, en contribuant pendant dix ans à la mise sur pied d'un vaste réseau de refuges d'urgence pour les femmes victimes de violence conjugale et leurs enfants. Un projet qui s'étendra sur tout le territoire québécois et dans d'autres provinces canadiennes.

De 1988 à 2005, Michaëlle Jean connaît une brillante carrière de journaliste et d'animatrice d'émissions d'information à la télévision publique canadienne, au réseau français Radio-Canada et au réseau anglais CBC Newsworld.

Ses performances en journalisme lui valent de nombreux prix, dont celui de l'Assemblée nationale du Québec. L'Assemblée parlementaire de la Francophonie souligne son mérite et lui décernent l'insigne de Chevalier de l'Ordre de La Pléiade.

Elle a participé également à plusieurs films documentaires réalisés par son mari, le cinéaste, essayiste et philosophe Jean-Daniel Lafond, parmi lesquels "La manière nègre ou Aimé Césaire, chemin faisant", "Tropique Nord", "Haïti dans tous nos rêves" et "L'heure de Cuba", tous primés au Canada et sur la scène internationale.

Le 27 septembre 2005, Michaëlle Jean devient le 27e gouverneur général et commandant en chef du Canada. Un couronnement pour cette fervente adepte de la Francophonie.

A preuve, en 2010, à la demande de l'actuel secrétaire général de l'Organisation internationale de la Francophonie, Abdou Diouf, elle accepte et assume le rôle de Grand Témoin de la Francophonie aux Jeux olympiques et paralympiques de Londres 2012.

De nombreuses universités canadiennes et étrangères lui accordent des doctorats honorifiques qui saluent ses engagements et son action.

Aujourd'hui, aux commandes d'une OIF forte de ses 57 Etats membres, de 20 pays observateurs et de 274 millions de locuteurs à travers le monde, Michaëlle Jean qui succède à un ténor de la renaissance francophone, Abdou Diouf, s'offre une nouvelle occasion de faire montre de son sens de pertinence et d'orner, par le maillon de la Francophonie, son fabuleux parcours.

 

 Dakar, Chantal TANOH pour la Voix du Peuple

 

       
 
 

Partager cet article

LA VOIX DU PEUPLE
commenter cet article

La Voix Du Peuple

  • : Le blog de la voix du peuple
  • Contact

POUR UN CONGO LIBRE ET DEMOCRATIQUE

 

2013 marketing trends 

 

                              petit gif animé clown qui jongle

 pub_top.gif

     

                                     

             

      VISITEURS                           
         VISITEURS                               

 

 fl8.jpg EDITORIAL                                               

 

 

Nous avons tous  été confrontés un jour ou l’autre à un fait  choquant qui nécessitait d’être révélé à la face du monde.

Mais  désavantagés par l’absence de moyens de nous exprimer, nous avons fini par abandonner. Or, pesant

soigneusement les mots et en cherchant à trouver la bonne formule, il est possible de régler la majeure partie des

problèmes qui nous rongent.

La voix du peuple est cet espace qui nous faisait défaut. Elle a pour ambition l’information du  grand nombre dans la

dénonciation sans appel de toute dérive de nos responsables politiques congolais, tout bord confondu,  qui poseraient

des actes qui opposent le « mal au bien » du peuple congolais à travers des actions telles :

           -des abus de tout genre ;

           -des injustices vis-à-vis des plus faibles ;

           -des scandales économiques, politiques, judiciaires…

La voix du peuple a aussi pour mission, l’assistance des « sans voix » dans la publication de leurs opinions.

La voix du peuple est pour nous tous donc une arme qui nous permet de nous soulager de nos douleurs longtemps

comprimées, et aussi de faire respecter les droits que nous défendons. Désormais, nous parviendrons,  grâce  à elle, à

atteindre dans leurs tanières, leurs châteaux, leurs bunkers, leurs tours…, les intouchables, les protégés, les

invulnérables.

Enfin, se voulant porteuse des valeurs de vérité, de justice, de paix, de la morale, de la vertu et de l’unité de tous les

enfants du Congo du nord au sud, de l’ouest à l’est, la voix du peuple s’insurge, dans l’impartialité, contre des

agissements s’apparentant à de la propagande, au dénigrement matérialisés par :

           -des propos indélicats ; 

           -du culte de la division ;

           -des accusations affamantes ;

           -des observations désobligeantes ;

           -des contre vérités…

Aussi, au regard de ce qui précède, un article des « sans voix » qui ne respecterait point les dites prescriptions, sera

purement et simplement écarté.

email2.gifNous contacter :

dpeuplelavoix@yahoo.fr  

 

 

CONGO.jpg-1.jpg

   

  Le symbole de la liberté

  

         Non à la dictature

    

   

   

 

      L' INCORRUPTIBLE       

     Légende d'Afrique

  

  

 

       La colombe de la paix et de l'esperance

        

 

 

 

         Non à l' omerta

   

 

 

BONGO - CHIRAC - SASSOU les principaux acteurs

du coup d' Etat sanglant du 5 Juin 1997 au Congo Brazzaville

   

   

 

 

 

  Pour une Jusitce transparente et équitable

  

 

     

 

   

  carteanime.gif

 

  undefinedAu pillage des richesses en Afrique

 

 

    Capture

     Kwame NKRUMAH

   

 

        Emery Patrice LUMUMBA

   

 

  Alphonse MASSAMBA - DEBAT

          

 

  

        Marien NGOUABI

       

 

        Cardinal Emile Biayenda

  

             Thomas SANKARA

  

          drapeau des états unis

       Martin Luther KING

  

 

    

   

 

       Mahatma GANDHI

   

 

         Nelson MANDELA

    

 

          John Fitzgerlald KENNEDY  

    

 

       

 

   Pour une alternance démocrtique au Congo

     

     à la santé des Biens mal acquis  

        hautbma.jpg

   

                              drapeau france

    

                          Le TonTon

       undefined

 

           Un grand et un petit

   

 

 

         

                   Non à la chasse à l' homme

        

 

     

      

 

        

 

                

   

 

     

 

       ststop.gif   

 

        sujets-interdits.jpg     

 

          CAF7X9TP.jpg

 

          

               La métamorphose

      

 

           

            La tour de contrôle

      

 

       CALV3Y6Z.jpg      

 

       CARELW57.jpg   

 

       CARTE-CONGO.jpg

 

       medium_sassou-hu-jintao-congo-chine.jpg

 

       FORET-EN-DANGER.gif  

 

        pillards.jpg

 

       le-pillage-des-for-ts-du-congo1.jpg  

 

 

  

 

   

 

       CAG9I7CH-copie-1.jpg

                 

 

                   

                

          

 

         billet 500 euros

           portefeuille dollard

        

                        undefined

 

 

 

                       gif carte mastercard

        Aux massacres

        

 

            

         Des jeunes patriotes Ivoiriens tombés sous les bales

        

 

   Bombardement  de la résidence de Laurent GBAGBO

                          

       Des hélicoptères ont bombardé la résidence de Laurent Gbagbo.

 

        AFRIQUE-LIBERATION.gif

 

        afrique-au-secours.jpg

 

        CRISE.gif

            

                    

     Le  chemin  d' avenir, le chemin sans issue

                  

            

 

      voie-sans-issu-la-d-silusion-du-chemin-d--avenir-copie-1.jpg

      L'eau une denrée rare à Brazzaville, pourtant vitale

      

 

        eau7.jpg

 

        

                          Le fleuve Congo

        

     Le bord du fleuve Congo à Brazzaville pourtant les habitants manquent cruellement l' eau potable

         

 

       

 

                    

 

        arton42-100x29

 

        logo_lexpress.gif

 

        Leparisien

 

        nouvelobs

 

         butin azuréen

 

         rue89_logo1.jpg

 

 

        Logo Mafia

 

        corruption menottes

        Révélations effarantes de John Perkins ancien assassin économique

        JohnPerkinsCourage824

 

        arnaques.jpg

 

        france2

        Le Grand Journal...

 

        canal +

 

            

 

       

 

      

 

       

 

       

 

        

 

       

       

 

       

          

          DES FEMMES ATYPIQUES

 

           

 

           

              

        

 

       

 

           

            congo-brazza1

       Ou est le serieux

            mammamia

 

            aubout

 

            sassou dictateur-copie-1

 

                  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

            

 

      

  Gold Man sachs - LA BANQUE QUI DIRIGE LE MONDE

 

     

     

      News

 

          Le malheur des congolais

 

     

      

        

     

 

 

 

 

 

 

 

      

     

 

Recherche

Texte Libre

Pages

Catégories