Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 août 2017 3 02 /08 /août /2017 21:06
  • ​​

undefined 

  carteanime.gifCouvertureCouverture 

 

  •  
     
     

     

     

     

    COMMENT SOMMES NOUS ARRIVÉS LA ? DE CONGO BRAZZAVILLE AU CONGOZUELA?

     

    LES PRÉMICES D'UN ETAT EN FAILLITE

    Voici comment le Dictateur Denis SASSOU NGUESSO EST DEVENU LE MADURO DE L'AFRIQUE CENTRALE. FAISANT DU CONGO BRAZZAVILLE LE CONGOZUELA 

    LE DICTATEUR Denis SASSOU  NGUESSO LE MADURO DE L'AFRIQUE CENTRALE

     

     

     

     
    CONGO-BRAZZAVILLE : Le dictateur en mauvaise posture avec la confirmation de la faillite de son régime
    Publié le Mercredi 2 août 2017 à 12:45

    Denis Sassou-Nguesso a mis le Congo-Brazzaville par terre. Financièrement parlant. Tous les indicateurs économiques et financiers sont au rouge. Malgré ses grandes qualités d'économiste, le premier ministre, Clément Mouamba, ne pourra rien faire. Pour donner une idée de la situation, voyons l'état de dégradation financière du pays.
    En 2014, la dette du Congo-Brazzaville, qui s'élevait à 5,7 milliards de dollars (3.313 milliards de F CFA), représentait 42% du PIB. A titre de comparaison, le pays de la zone BEAC (en dehors du Centrafrique qui est un cas à part) le moins endetté, la Guinée équatoriale, n'affichait à la même période que 8% d'endettement de son PIB, soit, 1,2 milliard de dollars (688 milliards de F CFA).
    A l'heure du retour des pays de la zone BEAC au FMI avec qui ils ont été encouragés à signer des programmes de redressement économique et financier, après qu'ils eurent, tous, repoussé l'hypothèse de la dévaluation du F CFA, seuls le Congo-Brazzaville et la Guinée équatoriale, à ce jour, ne l'ont pas, encore, fait. Le Cameroun, le Gabon, le Tchad et le Centrafrique, sont, tous, sous programme, avec le FMI.
    Si le Congo-Brazzaville et la Guinée équatoriale n'y sont pas, encore, parvenus à l'heure actuelle, ce n'est pas pour les mêmes raisons. La Guinée équatoriale se donne du temps, en négociant un équilibre entre les contraintes du FMI et la nécessité de garder une marge de manœuvre suffisante pour son fonctionnement interne, en tant que pays souverain. Il s'agit pour Malabo d'un problème idéologique dont on doit étudier tous les contours, surtout, quand il s'agit de se lier avec des gens qui, par le passé, vous ont astreint à l'esclavage, puis, à la colonisation et la néo-colonisation.
    Pour le Congo-Brazzaville, c'est, totalement, autre chose. Les négociations avec le FMI n'aboutissent pas parce que Brazzaville rechigne, encore, à tout mettre sur la table de discussion. Bien qu'il n'ait pas le choix. Car Sassou-Nguesso, au lieu de construire son pays comme Obiang Nguéma l'a fait, a choisi, au contraire, de corrompre, avec l'argent du pétrole congolais, toutes les instances politiques et économico-financières occidentales, qui pouvaient l'aider, tant soit peu, à conserver sa main-mise (politique) sur le Congo-Brazzaville, en fermant les yeux devant ses multiples abus de toutes sortes. Cette opération qui s'étale depuis son retour aux affaires par un coup d'état militaire perpétré en octobre 1997, est allée crescendo, ces dernières années, quand la nécessité s'est faite sentir de modifier la constitution alors que certaines capitales occidentales comme Paris n'en trouvaient pas la nécessité. Il a, alors, fallu arroser (copieusement) tout le monde, en Occident, qui pouvait aider au maintien de Sassou au pouvoir. Que les Congolais ne s'étonnent pas des prises de position pro-Sassou de l'ancienne équipe en place à Matignon (sous Manuel Valls) et de l'entourage (politico-militaire) de l'Elysée et du Quai d'Orsay. Certains observateurs qui adorent les calculs, évaluent à plusieurs milliards de dollars, ces cinq dernières années (incluant le quinquennat de François Hollande), les sommes que le dictateur a mis dans le lobbying à Paris, Washington, New York, Berlin, Londres et Rome, au lieu de les consacrer à la construction des infrastructures. Pour réaliser celles-ci, il a, plutôt, fait appel aux Chinois dont la culture (naturellement) opaque a favorisé les négociations. Résultat, on a vu la Chine construire, routes, ponts, complexes sportifs, hôpitaux, bâtiments devant abriter le parlement, etc. sans savoir les tenants et aboutissants de ces gigantesques contrats. La réalité, c'est qu'il s'agit bel et bien d'un endettement (lourd) du Congo-Brazzaville vis-à-vis de la Chine, qui est gagé sur le pétrole dont les cours tardent à prendre l'ascenseur.
    Résultat, le FMI découvre ce qu'il soupçonnait (depuis les visites à Brazzaville en mai 2016 et en juin 2017 de Dominique Strauss-Kahn, son ancien directeur général devenu conseiller économique et financier de Sassou), à savoir, un endettement (lourd) auprès de la Chine (qui est en train de faire une véritable OPA sur le Congo-Brazzaville) et une situation d'endettement plus vicieuse avec certains créanciers privés de plusieurs ordres (Glencore, Trafigura, Commisimpex, etc.), qui traînent, actuellement, le Congo devant les tribunaux internationaux. Résultat, de 77% du PIB comme précédemment présenté au FMI, au début de la négociation, le FMI découvre que l'endettement du Congo-Brazzaville, serait, réellement, de l'ordre de 120% en tenant compte de la dette cachée auprès de la Chine et des créanciers privés (sur notre photo le couple présidentiel en visite d'Etat en Chine en juillet 2016 où on voit Xi Jinping montrer la voie à suivre à Sassou dont l'épouse, Antoinette, est de chinoise vêtue). C'est donc une situation de faillite qui rappelle le cas de l'Argentine en 2014 et, aujourd'hui, du Vénézuela, mais, pas pour les mêmes raisons.
    Connaissant, parfaitement, le dossier congolais quand il était au gouvernement, le nouveau président français, Emmmanuel Macron, n'entend pas (au moins pour le moment) s'afficher avec le dictateur de Brazzaville. Alors que Sassou s'est fait désigner (à coups de billets de banque) réconciliateur en chef des Libyens pour le compte de l'Union africaine (dont les dirigeants ont été corrompus), il a été écarté du Sommet de Versailles que le président français a organisé, la semaine dernière, pour mettre autour d'une même table, le premier ministre, Sarraj, et l'homme fort du pays, le général Haftar. Objectif : les mettre d'accord pour la tenue en avril prochain des élections législatives sur toute l'étendue de la Libye. Emmanuel Macron avait pris soin d'inviter le représentant des Nations-Unies en Libye, le Libanais, Ghassan Salamé. Mais point du représentant de l'Union africaine (Jean Claude Gakosso), qui a, déjà, fait le tour de la terre pour faire « pousser » ce dossier libyen, apparemment, sans résultat notable, et surtout, sans reconnaissance évidente des Occidentaux.

    source http://: https://www.afriqueeducation.com/economie/congo_brazzaville_le_dictateur_en_mauvaise_posture_avec_la_confirmation_de_la_faillite_de 

     

    LA DETTE CACHÉE DU CONGO BRAZZAVILLE  (CONGOZUELA )

    Source : RFI

    C’est une information RFI. La dette publique du Congo-Brazzaville atteint 120% du Produit intérieur brut. En mars dernier, le FMI qui est en discussion avec Brazzaville sur éventuel programme d’aide budgétaire, avait annoncé un chiffre bien inférieur, 77 %… mais à l’époque, le Fonds monétaire international s’était plaint d’un manque de transparence de la part de Brazzaville sur les transactions liées au pétrole congolais. Une partie de la dette était donc cachée.

    C’était un secret bien gardé mais en juin dernier, Brazzaville, affaibli par ses défauts de paiement répétés, a finalement dû révéler au FMI l’ampleur des dégâts: une dette de 120% du PIB, soit presque deux fois le taux autorisé au sein de la zone CEMAC.

    En cause : la réalité des comptes du gouvernement congolais en Chine. Brazzaville a signé un partenariat stratégique avec Pékin prévoyant la réalisation d’une vaste série de grands travaux, en échange d’une partie des revenus du pétrole. Un partenariat – opaque -, dont les montants – faramineux – ont longtemps relevé du « secret d’Etat », déplore une source proche du dossier.

    Un pari risqué sur un rebond de l’or noir

    Mais ce n’est pas tout. Brazzaville avait aussi omis de partager avec le FMI l’existence de certains contrats passés entre la société nationale de pétrole et de grands traders, tels que Glencore et Trafigura qui ont prêté au Congo d’importantes sommes d’argent. Des centaines de millions de dollars en échange de futures livraisons de pétrole.

    Des promesses à la Chine, à Glencore, à Trafigura, entre autres, pour une seule et même manne pétrolière, en pariant sur un rebond des cours de l’or noir qui n’arrive toujours.  « Une course folle », résume un observateur,  pour tenter d’apurer une dette qui, finalement, de contrat en contrat, n’a cessé d’augmenter et hypothèque aujourd’hui l’avenir du pays.

    Les discussions entre Brazzaville et le FMI  suspendues le temps des élections congolaises devraient se poursuivre. Pour le moment, aucun accord n’a été trouvé sur un éventuel programme d’ajustement.

     

    Coup d'état constitutionnel, Hold up électoral, législatives tronquées, dilapidation des deniers publics, viols, corruption, prisonniers politiques. Voila comment le Dictateur Denis SASSOU NGUESSO est devenu le MADURO congolais et le Congo Brazzaville le Congozuela. Avec un pays en faillite comment atteindra t'il l'émergence en 2025 ? C'est du pipo. Ou est passé le fond d'investissement pour les générations futures ?

     

     

     

    Laurent GBAGBO: « Une nouvelle Afrique arrive, Parce que les gens qui pensent ce que je pense sont plus nombreux. Aujourd’hui plus qu’hier »

     

    Brazzaville, Steve OBORABASSI pour la voix du Peuple

     

    JE SUIS Couverture  Monsieur 8%  DICTATEUR Denis SASSOU NGUESSO

    i

     

    Afficher l'image d'origineCouverture

    Couverture 

La pique de Charles Zacharie Bowao au gouvernement

Résultat de recherche d'images pour "CHARLES BOWAO"

Charles Zacharie Bowao, porte-parole de la Fédération de l’opposition Frocad-Idc-CJ3M, qui avait décidé de boycotter les élections législatives et locales, est convaincu d’une chose: «Le taux de participation ne sera jamais communiqué, parce qu’ils (Ndlr: le gouvernement et la Ceni) auront honte de donner un chiffre qui va les rendre ridicules, alors ils préfèrent se taire».

Il l’a déclaré sur Rfi (Radio France internationale), le week-end dernier. Le taux de participation était un des enjeux des élections législatives et locales qui ont eu lieu les 16 et 30 juillet 2017. Or, il n’est pas encore rendu public. En proclamant les résultats, le ministre de l’intérieur n’a indiqué aucun chiffre sur le nombre d’inscrits et de votants par circonscription, de même sur les suffrages exprimés, les bulletins nuls et les voix obtenues par les candidats.

Il paraît que cela aurait été fastidieux. Aux dernières nouvelles, on laisse entendre que la Direction générale des affaires électorales a promis de divulguer le taux de participation exact après le second tour des législatives. Ce serait un cinglant démenti aux propos de l’ex-ministre de la défense, devenu opposant.

 

LE MADURO CONGOLAIS LE DICTATEUR Denis SASSOU NGUESSO  ET LE PARJURE.

Selon Marion MANZIMBA EHOUANGORésultat de recherche d'images pour "MARION MADZIMBA EHOUANGO"

Les gens devraient pourtant savoir que Sassou est un menteur invétéré. Le parjure est pour lui un mode d' existence.
Parjure sur sa date de naissance ,parjure sur son patronyme ( qui passe de Sassou Jean Denis à Sassou Nguesso ,sans acte juridique ) , parjure sur son initiation maçonnique, parjure sur ses discours à la Nation , parjure sur ses engagements internationaux ,parjure sur sa descendance qu' il reconnaît tous les jours alors que les enfants sont en âge avancé ,....
Tout est parjure pour ce type !

 

 

 

 

 

 

Repost 0
LA VOIX DU PEUPLE
commenter cet article
31 juillet 2017 1 31 /07 /juillet /2017 21:23
  • ​​

undefined 

  carteanime.gifCouvertureCouverture 

 

  •  
     
     

    Lu pour vous

     

     

    CONGO BRAZZAVILLE LE VENEZUELA DE L'AFRIQUE CENTRALE : LÉGISLATIVES DE GROS COUILLONS 2ème TOUR : violences, fraudes massives, LA COUILLONNADE TOTALE

     

     

    ASIE DE MARSEILLE UN PERROQUET RATTRAPÉ PAR LES TURPITUDES DE SON MENTOR LE DICTATEUR Denis SASSOU NGUESSO

     

     

    Résultat de recherche d'images pour "PERROQUET GABON"

     

    Résultat de recherche d'images pour "ASIE DE MARSEILLE"

     

     

    A force de débiter des inepties à la chaine, les Congolais avaient fini par poser un diagnostic sans appel sur cet homme: Un griot indécrotable. Une pathologie incurable sans remède connu à ce jour. Car une fois ses habits de grand griot enfilés, cet homme aux allures d’un dandy sorti d’une autre planète devient harassant, enchainant des bobards sous forme de louanges sur une dictature devenue célèbre et mise au ban de la communauté internationale pour ses méthodes de gros voyous.

     

    Cet homme lave plus blanc que blanc. Pour lui, tout va bien au Sassouland comme dans le meilleur des mondes. Il vous ferait presqu’oublier tares et vices  d’une dictature connue du monde entier pour sa triche, ses frasques, ses crimes économiques, politiques et de sang. Avec un sacré culot, il va jusqu’à traiter d’ennemis de la République, tous ceux qui dénoncent ces dérives autoritaristes, Aujourd’hui, le voilà qui crie au complot parce que happé par un système que lui-même sert avec zèle.

    ------------------------------------------

    Notre commentaire: On ne peut pas vouloir le beurre et l'argent du beurre. Le PCT a triché ? Ne crie surtout pas au complot. C'est la rançon à payer quand on est griot, on ne peut pas gagner à tous les coups. Maintenant que tu dénonces les irrégularités que tu feins de découvrir avec émoi, irrégularités connues de tous, dans les scrutins organisés par Sassou, tu es  devenu toi aussi opposant, un ennemi de la République?

     

    Mais de quoi ou de qui se plaint-il, ce mec ? Pour lui, tous ceux qui appelaient au boycott de cette énième mascarade électorale organisée pour légitimer un pouvoir illégal issu du viol de la constitution en 2015 puis du hold-up électoral , pouvoir qu'il défend avec ferveur et hardeur, n'étaient que des pauvres ennemis de leur République des gros couillons. Le voir donner raison à ceux qui ont appelé au boycott, m’horripile le poil. J'ai la nausée!

     

    Bassango ya Sassouland

     

     

     

     

     

    APA-Brazzaville (Congo)

    Le vote du deuxième tour des législatives congolaises a pris fin à travers tout le territoire national sur fond d’incidents dans certaines circonscriptions notamment à Brazzaville où un candidat s’est retiré de la course après des heurts entre les forces de sécurité et ses représentants dans un bureau de vote.

    De sources concordantes, le vote pour le deuxième tour des législatives a pris fin à 18 heures locales dans les 47 circonscriptions du Congo où 94 candidats étaient en ballotage conformément à la loi électorale en vigueur au Congo.

    Toutefois dans certaines circonscriptions de Brazzaville notamment dans les arrondissements 5 (Ouenzé, 3 (Poto-Poto), 8 (Madimbou), la forte présence de la force publique a quelque peu perturbé le bon déroulement de ce vote.

    Dans la première circonscription de l’arrondissement 3 (Poto-Poto), des coups de feu tirés par la force publique ont semé la panique dans la population qui était pendant plusieurs heures terrée chez elle avant de reprendre le chemin des urnes vers la fin de l’après-midi.

    A Ouenzé (5ème arrondissement), Marien Ikama, candidat dans la 3ème circonscription de cet arrondissement, a décidé de se retirer de cette élection après qu’un de ses délégués ait été passé à tabac par la police au motif qu’il filmait le déroulement du vote.

    On note sur l’ensemble des circonscriptions de Brazzaville que la tension était palpable au regard des patrouilles qui sillonnaient la ville dans le but de dissuader les fauteurs de troubles dans les bureaux de vote.

    Le constat est que les populations n’étaient au rendez-vous pour ce vote. Dans les circonscriptions 3 et 4 de l’arrondissement 5 (Ouenzé), sur 1000 électeurs, on a retrouvé dans l’urne que 120 votants ou moins, ce qui laisse présager un fort taux d’abstention.

    L’heure est au dépouillement sous l’œil vigilant des partisans des candidats qui redoutent l’usurpation de leur vote malgré une forte présence des forces de l’ordre dans ces bureaux de vote.

    Ci-dessous les images de Ouenzé:

     

     

     

     

     

     

     

    2e tour des législatives à Kinkala : Violence et tricherie à ciel ouvert

    La population congolaise sait que le PCT et tous les partis satellites de la galaxie des Oyocrates ne doivent leur existence que par la tricherie et autres moyens de fraude.

    Afin de vaincre le parti UDH-YUKI dans la circonscription de Kinkala, le candidat Nick Fylla Saint Eudes, l’unique représentant de la secte n’a pas dérogé à la règle.

    En bon candidat de la fumeuse majorité présidentielle (sic), Président du parti Républicain et libéral et ministre de l’enseignement technique a fait venir de Brazzaville des bus entiers de militaires, des électeurs fictifs.

    Le comble dans cette affaire c’est que ces miliciens du régime ne se sont pas arrêtés aux actes de tricherie. Dans leur forfaiture, ces barbares ont roué de coup les délégués de l’UDH-YUKI dans certains bureaux de vote. Certains sont actuellement à l’hôpital de Makélékélé.

    Les images ci-dessous montrent l’étendu des actes perpétrés par ces ennemis des congolais.

     

     

    Laurent GBAGBO: « Une nouvelle Afrique arrive, Parce que les gens qui pensent ce que je pense sont plus nombreux. Aujourd’hui plus qu’hier »

     

    Brazzaville, Steve OBORABASSI pour la voix du Peuple

     

    JE SUIS Couverture  Monsieur 8%  DICTATEUR Denis SASSOU NGUESSO

    i

     

    Afficher l'image d'origineCouverture

    Couverture 

LA DÉSILLUSION D’UN PCTISTE OYOTISTE :  Dexter Tresor OMONO

 

 

LES DERNIÈRES NOUVELLES DU SASSOULAND : LÉGISLATIVES DES GROS COUILLONS. LE S.O.S D'UN BÉBÉ HOLLANDAIS DU SASSOULAND.

 

UNE DICTATURE DEVENUE COMME UNE VACHE FOLLE AU POINT DE S'EN PRENDRE A SES FIDÈLES SOUTIENS

 

Dexter Tresor Omono à écrit:

 

La politique devient compliqué a Brazzaville. Depuis la fermeture des bureaux de vote dans la première circonscription de poto poto. Ma voiture est suivie par des personnes inconnues roulant dans une voiture Toyota appelé Drogba par les congolais et une voiture Toyota TXL blanche. J'ai aussi remarqué la présence d'une moto Djakarta. J'ai déjà vu ses voitures à poto poto pendant la campagne.

 

Toutes les preuves(photos et fausses cartes) que nos représentants nous ont fournis le candidat les a déposés chez les autorités en charge de l'organisation des élections.

 

Maintenant s'ils veulent me faire du mal ou me menacer alors ils n'ont qu'à venir. J'imagine qu'ils savent ou est ce que je vie parce qu'il me suive depuis un moment.

 

C'est la rigueur et la vérité.

-----------------------------

Notre commentaire : Bien fait. Bien fait. En tout cas bien fait. Pour des larbins comme vous, on s'en fout complètement. Vous avez crié en chœurs " Allons seulement" ? Ben...justement, vous y voilà.

 

Non, ce n'est pas la politique qui est compliquée, mais plutôt vous qui n'avez rien compris. Ce qui se fait au Sassouland est tout sauf de la politique. C'est une organisation criminelle qui se sert de vous et se livre à des actes de barbouzerie.

 

Taisez-vous! Vous avez soutenu ce régime, c'est entre vous Sassouistes et débrouillez-vous. Nos larmes, nous les gardons pour ces nombreuses victimes innocentes de la folie meurtrière de votre saint christ d'Oyo

 

Bassango ya Sassouland

 

Conseil des droits de l'homme  à Genève : LE  MINISTRE CONGOLAIS DE LA JUSTICE Pierre MABIALA chassé

Résultat de recherche d'images pour "PIERRE MABIALA"

Pierre MABIALA chassé du conseil des droits de l'homme.  Le  ministre de la justice du Congo-Brazzaville , Pierre Mabiala a été chassé du conseil des droits de l'homme a Genève ( SUISSE

 

 

 

 

Repost 0
LA VOIX DU PEUPLE
commenter cet article
31 juillet 2017 1 31 /07 /juillet /2017 21:07
  • ​​

undefined 

  carteanime.gifCouvertureCouverture 

 

  •  
     
     

     

     

     

    CPI: Après la visite de Députés ivoiriens à La Haye, Blé Goudé réagit dans un communiqué Publié le Lundi 31 Juillet 2017.

     

    Par IvoireBusiness - CPI. Après la visite de Députés ivoiriens à La Haye, Blé Goudé réagit dans un communiqué.

     

     

    La Haye le lundi 24 juillet 2017. Une délégation du groupe parlementaire « Agir pour le peuple » conduite par son président, l’honorable Evariste Meambly, député de Facobly, a rendu visite au président Laurent Gbagbo et au ministre Charles Blé Goudé.

     

     

     

    DÉCLARATION DU CABINET DU MINISTRE Charles BLE GOUDE RELATIVE A LA VISITE DU GROUPE PARLEMENTAIRE « AGIR POUR LE PEUPLE » CONDUIT PAR SON PRESIDENT Evariste MEAMBLY.
    Ce lundi 24 juillet 2017, une délégation du groupe « Agir pour le peuple » conduite par son président, l’honorable Evariste Meambly, député de Facobly a rendu visite au président Laurent Gbagbo et au ministre Charles Blé Goudé.
    L’honorable Evariste Meambly était accompagné d’Ekissi Alain et d’Abadi Charles respectivement députés d’Azaguié et de Zikisso. En plus de la proposition de loi portant amnistie que les députés ont soumise aux illustres détenus, les honorables députés étaient porteurs d’un message de réconciliation et de paix. Le président Laurent Gbagbo et le ministre Charles Blé Goudé ont tenu à les encourager dans cette initiative louable pour notre pays. Ils leurs conseillent de sensibiliser l’ensemble des 255 députés et d’y associer toute la classe politique afin de rendre inclusive cette initiative de paix.
    Ce vendredi 28 juillet, de 9 heures à 13 heures, une seconde rencontre a eu lieu entre le ministre Charles Blé Goudé et l’honorable Meambly. Les deux amis qui ne s’étaient plus revus depuis la crise post-électorale ont profité de cette tête à tête pour remettre au menu l’épineuse question de la réconciliation nationale en Côte d’ivoire qu’ils avaient ensemble entamée lors de la caravane de la paix. Ils ont aussi parlé de la question cruciale de la libération des prisonniers politiques.
    Suite à ces deux rencontres, le ministre Charles Blé Goudé voudrait par la présente dire sa gratitude au groupe parlementaire « Agir pour le peuple » pour cette visite fraternelle. Le ministre Charles Blé Goudé rassure les membres de la délégation que l’administration pénitentiaire lui a bel et bien remis la proposition de loi portant amnistie. Le ministre Charles Blé Goudé félicite le groupe parlementaire « Agir pour le peuple » pour cette initiative qui à n’en point douter est de nature à aider la côte d’ivoire à tourner la page de la crise et à apaiser le climat socio-politique dans notre pays.
    Considérant que cette proposition de loi portée par le groupe parlementaire « Agir pour le peuple » est porteuse d’espoirs de paix, le ministre Charles Blé Goudé lui apporte son soutien et ne ménagera aucun effort pour encourager les personnes physiques et morales proches de lui d’en faire autant.
    C’est le lieu pour le ministre de réitérer son appel aux dirigeants ivoiriens de ne pas avoir peur de la paix et de la libération du président Laurent Gbagbo et des prisonniers politiques proches de lui car pour notre pays, faire la paix n’est pas une option ,c’est un impératif et une exigence de notre histoire récente. Notre pays ne peut plus se permettre le luxe de continuer dans cette atmosphère d’incertitude et de l’imprévisible qui obère l’avenir de ses filles et fils;
    Chacun a certes son histoire qu’il voudrait bien voir triompher mais chacun se doit d’écouter l’histoire de l’autre qui lui aussi continue de souffrir. Bien plus , c'est à ce prix que nous pouvons espérer sortir de ce labyrinthe dans lequel nous nous enfermons chaque jour.
    En cela, la libération de Laurent Gbagbo et de tous les prisonniers politiques doit être considérée comme une étape majeure de toutes les autres actions fortes qui aideront certainement à cicatriser les plaies des ivoiriens. Mieux ,plus que jamais, les populations ivoiriennes ont besoin d’actes forts susceptibles de leur offrir une atmosphère qui les éloignent de la peur et des confrontations politiques permanentes.

    Fait à Auxerre le 29 juillet 2017
    Pour le Ministre Charles Blé Goudé
    Youssouf Diaby
    Chef de cabinet et porte-parole

     

     

    Laurent GBAGBO: « Une nouvelle Afrique arrive, Parce que les gens qui pensent ce que je pense sont plus nombreux. Aujourd’hui plus qu’hier »

     

    Brazzaville, Steve OBORABASSI pour la voix du Peuple

     

    JE SUIS Couverture  Monsieur 8%  DICTATEUR Denis SASSOU NGUESSO

    i

     

    Afficher l'image d'origineCouverture

    Couverture 

Repost 0
LA VOIX DU PEUPLE
commenter cet article
28 juillet 2017 5 28 /07 /juillet /2017 19:05
  • ​​

undefined 

  carteanime.gifCouvertureCouverture 

 

  •  
     
     

     

     

    Législatives et locales 2017 : Déclaration de la Fédération de l’opposition Congolaise 

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     
     

    *Lu pour vous*  LE MONDE

     

     

    Une partie de l’opposition boycotte ces élections, réclamant la fin de la crise dans le département du Pool et la libération des prisonniers politiques.

     

    Par Jeanne Cavelier

     

    Les Congolais s’apprêtent à voter pour le second tour des législatives, dimanche 30 Juillet 2017. Il reste moins de 40 % de l’Assemblée nationale à élire. Au premier tour, le 16 juillet 2017, le Parti congolais du travail (PCT) du président Denis Sassou Nguesso a déjà raflé 70 des 151 sièges, selon des résultats révélés (seulement) le 23 juillet. Certains candidats auraient gagné avec 100 % des voix… Sur les 93 députés élus dès le premier tour, sept sont membres de l’Union des démocrates humanistes (UDH-Yuki) : « Aucune autre formation politique, à part le PCT qui triche, n’a pu gagner autant de sièges », explique son dirigeant Guy-Brice Parfait Kolélas à Jeune Afrique. Le principal parti d’opposition jusque-là, l’Union panafricaine pour la démocratie sociale (UPADS) menée par Pascal Tsaty-Mabiala, n’a remporté que trois sièges. Qui sera le leader de l’opposition parlementaire ? Le rôle reviendra au chef « de la formation qui aura obtenu le plus grand nombre d’élus à l’Assemblée nationale derrière le parti majoritaire », souligne La Semaine africaine. Mais les membres de l’UDH Yuki se sont présentés comme indépendants, M. Kolélas n’ayant pu enregistrer le parti. Ils ne pourront donc pas former de groupe, à moins de s’allier avec l’UPADS. Une partie de l’opposition boycotte le scrutin. Elle exige la fin de la crise dans le Pool, département du sud du pays, ainsi que la libération des prisonniers politiques. Jean-Marie Michel Mokoko, notamment, est incarcéré depuis juin 2016. Principal opposant à M. Sassou-Nguesso, au pouvoir de manière quasi continue depuis 1979, il a été arrêté après le scrutin présidentiel de mars 2016. Al-Jazira Une partie du Pool a été exclue du processus électoral. Seules six de ses 14 circonscriptions ont organisé un vote, souligne la Deutsche Welle. Violence et insécurité y règnent depuis la dernière présidentielle, contestée. La région avait déjà été le théâtre d’une guerre civile entre 1998 et 2003, entre l’armée et les ex-combattants Ninjas menés par Frédéric Bintsamou, alias Pasteur Ntumi. La loi électorale prévoit, dans ce cas, l’organisation d’élections partielles dans ces provinces. Mais le porte-parole du PCT estime que les députés sortants des zones concernées peuvent tout à fait continuer à siéger tant que le calme ne sera pas revenu. Le même cas de figure s’était présenté en 2012, les mandats des précédents députés ayant été tacitement renouvelés. Auparavant, en 2002, en l’absence d’élection, plus de la moitié du Pool n’avait pas été représentée à l’Assemblée nationale jusqu’en 2007. Plus de la moitié des familles du département subissent l’insécurité alimentaire, selon une enquête de l’ONU. Quelque 138 000 personnes ont besoin d’aide humanitaire sur place : les Nations unies et le gouvernement congolais viennent donc de lancer un appel de fonds de 23,7 millions de dollars. Le représentant du secrétaire général de l’organisation en Afrique centrale, Abdoulaye Bathily, se veut cependant optimiste, estimant que la situation n’est pas dramatique. BBC Afrique

     

     

    LE DICTATEUR Denis SASSOU NGUESSO

    Résultat de recherche d'images pour "forces armées congolaises congo-brazzaville"

     

     

     

    Laurent GBAGBO: « Une nouvelle Afrique arrive, Parce que les gens qui pensent ce que je pense sont plus nombreux. Aujourd’hui plus qu’hier »

     

    Brazzaville, Steve OBORABASSI pour la voix du Peuple

     

.

Repost 0
LA VOIX DU PEUPLE
commenter cet article
28 juillet 2017 5 28 /07 /juillet /2017 18:50
  • ​​

undefined 

  carteanime.gifCouvertureCouverture 

 

  •  
     
     

     

     

     « la tragédie congolaise »  : CES DEUX HOMMES APPELÉS Marien NGOUABI ET Alphonse MASSAMBA-DÉBAT

     

     

     

     

    Résultat de recherche d'images pour "MARIEN NGOUABI"

            

    LES DERNIÈRES NOUVELLES DU SASSOULAND : CET HOMME APPELÉ MARIEN NGOUABI..

     

     

    L'HISTOIRE EST LE RÉCIT DES ÉVÉNEMENTS PASSÉS.

     

    C'était Marien Ngouabi, simple, un bon bout-en-train, un vrai père de la nation comme on aimerait les avoir, aimé de la majorité des Congolais, au Nord comme au Sud, à l' Est comme à l' Ouest. Un patriote sans biens mal acquis, haïssant le tribalisme et qui ironie de l'histoire, était bien loin de s'imaginer, encore moins de se douter qu'il s'était entouré des mauvais esprits, des petits villageois,  qu' il avait fait HOMME, à qui il avait tout donné, qui lui devaient tout, mais très friands du pouvoir pour avoir échappé aux parties de pêche et de chasse auxquelles ils étaient prédestinés.

    -----------------------

    Notre commentaire : L'un des reproches, si c'en est un, fait à Ngouabi, c'est de nous avoir amenés une certaine race d'hommes, espèce rare,  pour qui l’appétit du pouvoir justifiait tous les moyens,  au point de l'avoir payé de sa vie.

     

    Le Congo pourtant bien parti à l'époque, serait-il le Sassouland aujourd’hui, s'il n' avait pas connu Ngouabi ? Peut-être une petite suisse comme avait rêvé Lissouba, loin d' être une tyrannie dynastique où le fils d'un paysan, parti de rien,  se retrouve miraculeuse milliardaire, rêvant même de succéder à son monarque de papa ?

     

    Hélas. mille fois hélas.Quel beau gâchis !

     

    Bassango ya Sassouland

     

     

    Lettre du Président Alphonse Massamba-Débat à Ange Diawara en septembre 1968 (Congo-Brazzaville)

    Résultat de recherche d'images pour "ALPHONSE MASSAMBA DEBAT"

     

    REPUBLIQUE DU CONGO

     unité-travail-progrès

     

    Brazzaville, le 04 septembre 1968

     

    LE PRESIDENT

     

     Mon cher ANGE, la confusion que les professionnels jettent dans les affaires du pays est telle que la vérité risque vraiment de sombrer. Hier devant l'incertitude de ma position, j'ai été obligé de remettre ma DEMISSION à l’armée, sachant que dans une période aussi trouble que celle-ci, l'armée seule peut rester arbitre de la situation. Comme le frère MARIEN NGOUABI jouit de l'estime de l'armée, je suis sûr que la décision interviendra en sa faveur. Sur le plan du protocole, j'ai remis ma DEMISSION à POIGNET, leur ministre des armées. Les militaires ne m'ont pas fait encore savoir leur point de vue. Et, si la chance tombait sur NGOUABI, je donne en devoir d'aider ce garçon qui est plein de bonne volonté, mais qui risque, si vous le laissez seul, de se faire déborder par ceux qui l’entourent, plus malins et plus ambitieux. Car, ces derniers feront tout pour l'enfoncer puis le laisser seul un jour à trinquer. Il faut qu'il soit vigilant, qu'on ne lui fasse commettre n'importe quoi; qu'il surveille la radio lui même aux nouvelles nationales. I l faut surtout qu'il sache qu'à côté de lui, il ya des rusés politiciens qui veulent se servir de lui et quelques officiers qu'ils croient être ses amis, le jetteront dans la pire des situations s'il ne prend pas garde. C'est votre devoir d'aider ce frère, je vous le demande. Fraternellement.

     

    Alphonse MASSAMBA -DEBAT.

     

    Source DAM (direction des affaires africaines et malgaches du quai d'Orsay, ministère Français des affaires étrangères) num: 52.2.1 30 septembre 1968

     

     

     

     

    LE DICTATEUR Denis SASSOU NGUESSO

    Résultat de recherche d'images pour "forces armées congolaises congo-brazzaville"

     

     

     

     

    Laurent GBAGBO: « Une nouvelle Afrique arrive, Parce que les gens qui pensent ce que je pense sont plus nombreux. Aujourd’hui plus qu’hier »

     

    Brazzaville, Steve OBORABASSI pour la voix du Peuple

     

    Couverture

    Couverture 

Il y a 40 ans, la mort d’un président au marxisme «bien tempéré» à Brazzaville

Le « chef de la révolution congolaise » avait été si populaire en son temps que ses jeunes partisans avaient proposé, après son assassinat, de débaptiser Brazzaville pour la nommer Ngouabiville. Toujours inexpliquée après 40 ans, la mort du commandant Marien Ngouabi, le 18 mars 1977, à Brazzaville, reste empreinte de mystère. Les télégrammes diplomatiques français que RFI a pu consulter décrivent les lendemains de l’assassinat, alors que le pouvoir se réorganise, qu’une chasse aux sorcières est lancée et que la rivalité s’installe entre deux officiers : Joachim Yhombi-Opango et le jeune Denis Sassou-Nguesso. Jusqu’à la victoire de ce dernier.

19 mars 1977. L’annonce est faite sur la radio officielle congolaise. Un commando-suicide à la solde de « l’impérialisme aux abois » a tiré à bout portant sur le « camarade Ngouabi ». Moins de 12 heures après sa mort, un comité militaire du Parti congolais du travail, la formation marxiste-léniniste que Ngouabi a fondée en 1969, s’est octroyé les pleins pouvoirs. Composé de 11 personnes, ce comité porte à la tête de l’État le ministre de la Défense, le commandant Denis Sassou-Nguesso.

Le jeune officier devient chef de l’Etat – du moins pendant quelques jours. Ce qui, en pleine Guerre froide, inquiète le Quai d’Orsay. La garde personnelle de Denis Sassou-Nguesso est composée de militaires cubains. Il passe pour prosoviétique. Il est réputé être « radical ».

« Ce que nous savons de la personnalité du commandant Sassou-Nguesso laisse prévoir une nouvelle radicalisation d’un pouvoir qui se préparait à revenir à la modération, soutient une note du Quai d’Orsay du 25 mars 1977. La ligne générale politique du pays ne devrait cependant pas subir de modification fondamentale. On peut simplement craindre un accroissement de la présence soviétique et cubaine. »

Même si l’économie congolaise connaît des difficultés (dues à la chute de la production pétrolière et à la fin de l’exploitation des mines de potasse, notamment), beaucoup de Congolais pleurent un chef d’État qui jouit d’une véritable popularité. D’origine modeste, ce militaire préférait les treillis aux tenues d’apparat, les casquettes en toile aux képis. Il lui arrivait même de travailler aux champs.

Dans les cercles du pouvoir, toutefois, Ngouabi ne faisait pas l’unanimité. Il a dû déjouer une dizaine de tentatives de coup d’État et a même échappé à un accident d’hélicoptère.

Il n’était pas, non plus, en odeur de sainteté à Paris. Cet ancien chef de bataillon, bien que formé en France, ne cessait de dénoncer le « néocolonialisme ».

Au lendemain de son assassinat, les nouvelles autorités mettent en cause un commando qui aurait eu des complices au sein de la garde présidentielle. Soupçonné d’être de mèche avec les assassins, l’ancien président Alphonse Massamba-Débat est vite arrêté. Le défenseur du « socialisme bantou » — à la différence du « socialisme scientifique » prôné par Ngouabi — reconnaît avoir trempé dans une cabale, toujours selon la thèse officielle. Ses « aveux », qui donnent la curieuse impression d’être lus, sont même diffusés à la radio.

« Il s’agit en fait d’un montage de déclarations […] qui ne peut convaincre aucun observateur de bonne foi et laisse une impression pénible », rapporte l’ambassadeur de France, Bertrand Dufourcq, le 24 mars 1977.

Massamba-Débat sera sommairement jugé par une cour martiale et fusillé. Son ancien Premier ministre, Pascal Lissouba, lui aussi arrêté, sera condamné à mort, une peine qui sera commuée en détention à perpétuité. Il sera libéré deux ans plus tard.

Quelques jours après la mort de Ngouabi, le cardinal Émile Biayenda est lui aussi assassiné. Des fidèles en colère assistent aux funérailles du jeune et populaire prélat. « Ce jour-là, j’ai vu, ce qui ne m’était jamais arrivé jusqu’alors, la détresse et la colère de tout un peuple », peut-on lire dans un message conservé aux archives du Quai d’Orsay et non signé, en date du 28 avril 1977. Le vicaire général, qui préside la cérémonie religieuse, calmera ses ouailles.

Après le bref intérim de Sassou, un colonel Yhombi Opango, succède à Ngouabi, mais le commandant Sassou-Nguesso veille au grain. Ce dernier redouterait « la réapparition de l’influence occidentale » à Brazzaville, selon une note pour le ministre des Affaires étrangères (Jean-François Poncet) datée du 26 décembre 1978 : « Le clan radical du comité militaire du Parti, animé par le colonel Sassou-Nguesso, et les organisations de masse (jeunesse et syndicats) inféodés aux Soviétiques, exercent une surveillance de tous les instants sur le chef de l’État. »

Ce commandant n’inspire guère confiance au Quai d’Orsay. Cet officier est « fortement soutenu par les Soviétiques et les Cubains », selon une note du 31 mars 1977. L’auteur du texte voit se dessiner une « âpre » lutte pour le pouvoir entre radicaux et modérés « car ce que nous savons de la personnalité du commandant Sassou-Nguesso laisse prévoir une nouvelle radicalisation d’un pouvoir qui se préparait à revenir à la modération ».

Le ministère des Affaires étrangères craint une nouvelle flambée de « passions » dans cette ancienne colonie du « Moyen-Congo ». Elles seraient monnaie courante depuis la chute de l’abbé Fulbert Youlou, en 1963 : « Règlements de comptes au sein du parti unique, purges dans les rangs de l’armée, remaniements ministériels en chaîne, ‘valse’ des premiers ministres […] tandis qu’à plusieurs reprises les détenteurs du pouvoir devaient faire face à des tentatives de putsch, voire à des mouvements de rébellion armée », explique une longue note datée du 30 mars 1977.

Au Quai d’Orsay, on attribue cette instabilité à « un phénomène de décomposition interne » : « Le président Ngouabi, dont tout le monde s’accorde à reconnaître le courage physique, avait, avant de tomber sous les balles de l’un de ses compagnons d’armes, déjà dû affronter plusieurs conspirations tramées pour la plupart, non pas par des civils, mais par ses pairs. »

Les diplomates français estiment d’ailleurs que la classe politique à Brazzaville était, depuis longtemps, plus révolutionnaire en paroles qu’en actes. Pierre Hunt, ambassadeur à Brazzaville et futur porte-parole de l’Élysée (sous Valéry Giscard d’Estaing), l’avait constaté dès le début des années 1970.

Le marxisme du président Ngouabi était « bien tempéré», écrivait-il le 4 avril 1973 : « Déçu par le manque d’efficacité des entreprises d’État, inquiet de la démagogie syndicale, le président congolais veille par une navigation un peu sinueuse à éviter les récifs. Ses adversaires du moment, appuyés sur un radicalisme juvénile, ne veulent point d’un ménagement et appellent par tous les moyens les grands bouleversements générateurs de la société prolétarienne. »

L’avènement d’une démocratie populaire ne fait pas rêver le colonel Yhombi-Opango, qui succédera au « camarade Ngouabi » le 6 avril 1977. « Le nouveau chef d’État […] est, de loin, le plus intelligent, le plus faisandé aussi, assure le document non signé du 28 avril 1977. Il semble, en particulier, qu’il ait magistralement doublé l’homme des Russes et des Cubains, Sassou-Nguesso. Il a la réputation d’être pro-occidental mais se garde bien de le dire. »

Pro-occidental? Il l’est sûrement puisque le nouveau président se rapprochera vite de Paris, où il rencontre, dès juin 1977, le président Valéry Giscard d’Estaing. Ce dernier donnera le feu vert à l’envoi à Brazzaville de deux commissions d’experts, l’une pour relancer l’exploitation de la potasse, l’autre pour apprécier la situation économique du pays.

Denis Sassou-Nguesso – un ministre qui « ne semble pas jouir d’une grande popularité ni dans le parti, ni surtout dans l’armée », soutient un document « confidentiel défense », daté du 7 juillet 1977 – éprouve, selon la diplomatie française de l’époque, une animosité notoire pour le président Yhombi.

Un autre document « confidentiel défense » daté du 11 août 1978 prédit la suite : « Les rivalités qui opposent le président Yhombi-Opango à son ministre des Armées, Sassou-Nguesso, soutenu par les Cubains, prennent un ton aigu et pourraient déboucher sur une épreuve de force. » Le président Yhombi sera effectivement remplacé, deux ans plus tard, par Denis Sassou-Nguesso.

Ce récit révèle qui est le véritable cerveau des crimes politiques et de sang odieux qui ont eu lieu a partir du 18 Mars 1977 jusqu’à nos jours, soit 40 ans de mystères, de peurs, de terreurs, de dictature et d’appauvrissement du Peuple.

Peuple Congolais, connais les racines de ton mal et sois « libérer » par tes vaillants fils.

Michel Arseneault

Repost 0
LA VOIX DU PEUPLE
commenter cet article
28 juillet 2017 5 28 /07 /juillet /2017 18:50
  • ​​

undefined 

  carteanime.gifCouvertureCouverture 

 

  •  
     
     

     

     

    Charles Zacharie BOWAO : «Sassou est le principal artisan de la tragédie congolaise »

     

     

     

     

            

    LES DERNIÈRES NOUVELLES DU SASSOULAND : CET HOMME APPELÉ MARIEN NGOUABI..

     

     

    L'HISTOIRE EST LE RÉCIT DES ÉVÉNEMENTS PASSÉS.

     

    C'était Marien Ngouabi, simple, un bon bout-en-train, un vrai père de la nation comme on aimerait les avoir, aimé de la majorité des Congolais, au Nord comme au Sud, à l' Est comme à l' Ouest. Un patriote sans biens mal acquis, haïssant le tribalisme et qui ironie de l'histoire, était bien loin de s'imaginer, encore moins de se douter qu'il s'était entouré des mauvais esprits, des petits villageois,  qu' il avait fait HOMME, à qui il avait tout donné, qui lui devaient tout, mais très friands du pouvoir pour avoir échappé aux parties de pêche et de chasse auxquelles ils étaient prédestinés.

    -----------------------

    Notre commentaire : L'un des reproches, si c'en est un, fait à Ngouabi, c'est de nous avoir amenés une certaine race d'hommes, espèce rare,  pour qui l’appétit du pouvoir justifiait tous les moyens,  au point de l'avoir payé de sa vie.

     

    Le Congo pourtant bien parti à l'époque, serait-il le Sassouland aujourd’hui, s'il n' avait pas connu Ngouabi ? Peut-être une petite suisse comme avait rêvé Lissouba, loin d' être une tyrannie dynastique où le fils d'un paysan, parti de rien,  se retrouve miraculeuse milliardaire, rêvant même de succéder à son monarque de papa ?

     

    Hélas. mille fois hélas.Quel beau gâchis !

     

    Bassango ya Sassouland

     

     

    Lettre du Président Alphonse Massamba-Débat à Ange Diawara en septembre 1968 (Congo-Brazzaville)

     

     

    REPUBLIQUE DU CONGO

     unité-travail-progrès

     

    Brazzaville, le 04 septembre 1968

     

    LE PRESIDENT

     

     Mon cher ANGE, la confusion que les professionnels jettent dans les affaires du pays est telle que la vérité risque vraiment de sombrer. Hier devant l'incertitude de ma position, j'ai été obligé de remettre ma DEMISSION à l’armée, sachant que dans une période aussi trouble que celle-ci, l'armée seule peut rester arbitre de la situation. Comme le frère MARIEN NGOUABI jouit de l'estime de l'armée, je suis sûr que la décision interviendra en sa faveur. Sur le plan du protocole, j'ai remis ma DEMISSION à POIGNET, leur ministre des armées. Les militaires ne m'ont pas fait encore savoir leur point de vue. Et, si la chance tombait sur NGOUABI, je donne en devoir d'aider ce garçon qui est plein de bonne volonté, mais qui risque, si vous le laissez seul, de se faire déborder par ceux qui l’entourent, plus malins et plus ambitieux. Car, ces derniers feront tout pour l'enfoncer puis le laisser seul un jour à trinquer. Il faut qu'il soit vigilant, qu'on ne lui fasse commettre n'importe quoi; qu'il surveille la radio lui même aux nouvelles nationales. I l faut surtout qu'il sache qu'à côté de lui, il ya des rusés politiciens qui veulent se servir de lui et quelques officiers qu'ils croient être ses amis, le jetteront dans la pire des situations s'il ne prend pas garde. C'est votre devoir d'aider ce frère, je vous le demande. Fraternellement.

     

    Alphonse MASSAMBA -DEBAT.

     

    Source DAM (direction des affaires africaines et malgaches du quai d'Orsay, ministère Français des affaires étrangères) num: 52.2.1 30 septembre 1968

     

     

     

     

    LE DICTATEUR Denis SASSOU NGUESSO

    Résultat de recherche d'images pour "forces armées congolaises congo-brazzaville"

     

     

     

     

    Laurent GBAGBO: « Une nouvelle Afrique arrive, Parce que les gens qui pensent ce que je pense sont plus nombreux. Aujourd’hui plus qu’hier »

     

    Brazzaville, Steve OBORABASSI pour la voix du Peuple

     

    JE SUIS Couverture  Monsieur 8%  DICTATEUR Denis SASSOU NGUESSO

    i

     

    Afficher l'image d'origineCouverture

    Couverture 

Repost 0
LA VOIX DU PEUPLE
commenter cet article
28 juillet 2017 5 28 /07 /juillet /2017 18:40
  • ​​

undefined 

  carteanime.gifCouvertureCouverture 

 

  •  
     
     

     

     

    CONGO BRAZZAVILLE : BRAS DE FER ENTRE LA SOCIÉTÉ TOTAL ET  LE DICTATEUR Denis SASSOU NGUESSO

     

     

     

     

     

     

     
     

    BRAS DE FER ENTRE LA SOCIÉTÉ TOTAL ET SASSOU NGUESSO

     

     

    C’est le site du Times qui explique le contexte dans lequel Total a obtenu le renouvellement de ses concessions au Congo-Brazzaville.

    Total a signé avec le gouvernement du Congo-Brazzaville un accord de renouvellement de trois concessions pétrolières offshore, représentant une production de plusieurs centaines de millions de barils de pétrole brut.

    Pour obtenir ce renouvellement, l’entreprise pétrolière française a dû céder une partie de ses parts à des entreprises « locales ». Mais celles-ci sont totalement opaques et paraissent étroitement liées aux cercles du pouvoir congolais.

     

    Dans une note du 8 juillet 2015, une directive émanent de la présidence de la République signée par Mr Bernard OKIORINA impose au groupe de négociation des accords relatifs aux permis d’exploitation du secteur Sud de PNGF de travailler sans appel d’offre avec la Société Africa Oil and Gas Corporation (AOGC) de Denis Gokana, PETROCONGO (PETCO) et KONTINENT Congo SA de Yaya Moussa dans les permis d’exploitation TCHENDO II, TCHIBOUELA II, TCHIBELI-LITANZI II avec des pourcentages affolants de participation de 10%, 5%, et 10%.

     

    On sait peu de choses des trois entreprises privées qui détiennent ensemble une participation de 25% dans les trois champs pétroliers offshore de Total, dont la production s’élève à 20 000 barils par jour. L’une d’elles est l’Africa Oil and Gas Company (AOGC), fondée par Denis Gokana, président de la compagnie pétrolière nationale congolaise et proche de M. Sassou Nguesso. AOGC a été dénoncée comme une entreprise « fictive » contrôlée par M. Gokana dans un jugement de la Haute Cour de Londres en 2005.

     

    Une autre des trois entreprises locales à avoir acquis des participations dans les gisements de pétrole est Kontinent Congo. C’est une filiale locale de Kontinent LLC, une entreprise enregistrée aux États-Unis par Yaya Moussa, un ancien dirigeant camerounais du Fonds monétaire international, qui a forgé des relations délictueuses avec le gouvernement de Monsieur Sassou Nguesso durant l’une de ses affectations à Brazzaville. Un porte-parole de la société Total a refusé de nommer les propriétaires ultimes de ses nouveaux partenaires, qui, selon elle, ont été choisis par le gouvernement congolais.

     

    Les prochains renouvellements de licence  devront se faire dans les mêmes conditions, ainsi que les prochaines licences. La société Total a dit qu’elle refuserait une fois de plus quitte à fermer la filiale du Congo Brazzaville car la société Total est quottée à la bourse américaine, donc il y a des choses qui ne peuvent pas passer, des malversations qu’ils ne peuvent pas cautionner. Kontinental, AOGC et Petrocongo ont des pourcentages que rien ne justifient, ces sociétés sont dirigées par le clan de Sassou Nguesso et ce sont les mêmes personnes qui sont à la tête de la SNPC.

     

    Éclairage

    Tous les champs de Total et ENI ont des licences d’exploitation qui courent sur une durée donnée.

    A la fin de cette durée, le champ et les installations reviennent à l’État qui fait un appel d’offre pour les redonner à une autre société ou à l’exploiter lui même si la licence n’est pas renouveler par la première société : ENI ou Total.

    Maintenant Monsieur Sassou Nguesso (l’État c’est moi) exige que dans tous les cas, renouvellement ou pas, l’entrée de ses sociétés fictives. En clair,  AOGC, PETROCONGO et KONTINENTAL qui ne sont pas des sociétés nationales doivent entrer impérativement dans le partage de production.

    La société Total accepte d’abord l’accord, puis la justice américaine intervient. Total est obligé de faire marche arrière, finalement la société Total décide de céder la licence d’exploitation du champ PNGF Sud dont la licence arrivait à expiration.

     

    Plutôt que de permettre à Total, de renouveler la licence Sassou Nguesso fait intervenir une société appelée PERENCO ayant les capacités d’opérer les champs matures car la SNPC n’a pas la technicité nécessaire pour le faire.

    PERENCO reprend donc le champ avec les conditions que Total avait refusé, c’est à dire l’entrée des sociétés fictives qui appartiennent au clan de Sassou Nguesso (AOGC, PETROCONGO, KONTINENTAL).

    Le prochain champ dont la licence arrive à expiration s’appelle KLL. Le même problème va se poser et la société Total risque de le perdre.

     

    Nous sommes allé sur Wikipédia pour savoir qui est PERENCO ce mercenaire du Business qui dame le pion à la société Total au Congo Brazzaville.

     

    PERENCO est une compagnie pétrolière indépendante franco-britannique. Elle est active en mer du Nord (Royaume-Uni), en Afrique centrale (Cameroun, Gabon, Congo-Brazzaville, Congo Kinshasa), en Amérique latine (Guatemala, Colombie, Pérou et Venezuela) sur le pourtour méditerranéen (Tunisie, Égypte et Turquie) et au Vietnam. Elle détient des permis d’exploration au Brésil, au Gabon au Belize. Le siège de la société est à Londres qui est le paradis fiscal le mieux protégé en Europe.

    Son fondateur, Hubert Perrodo (1944-2006), a commencé ses activités à Singapour en 1975, en créant une compagnie de services maritimes pour l'industrie du pétrole. Il se spécialisa ensuite dans les appareils de forage, fondant Techfor en 1978. En 1982, l'acquisition de Cosifor lui permit de renforcer sa flotte. À la revente de celle-ci en 1992, l'achat d'actifs en production, commencé dès 1986, faisait accéder son entreprise du statut de compagnie de forage à celui de compagnie d'exploration et de production.

    Le modèle initial de PERENCO est l’acquisition de champs pétroliers dits "matures", dont l'exploitation n'est plus jugé rentable. Reprenant l'activité, PERENCO parvient à ralentir ou stopper le déclin de leur production, l'augmentant même dans certains cas. Des campagnes d'exploration et de délinéation ont permis de consolider la position de l'entreprise. François Perrodo, fils aîné de Hubert Perrodo, est désormais à la tête de cette entreprise familiale.

     

    Ce qu’il faut bien comprendre est que ces sociétés fictives entre dans le partage de production pour tout nouveau contrat (licence d’exploitation) et lorsqu’une ancienne licence expire et qu’il faut la renouveler ou la céder à un autre opérateur.

    Ces sociétés entre impérativement dans le partage de production alors qu’elles n’ont rien investit en amont. En terme technique on dit qu’elles se font porter. C’est comme si on décidait de faire une affaire et chaque partenaire met de l’argent à disposition pour les dépenses en amont.

    Normalement le pourcentage de chacun lors du partage dépend du capital d’investissement de chacun, sauf pour la société étatique qui lui a des prérogatives. Actuellement même les sociétés nationales investissent en amont dans les autres pays pour augmenter leur pourcentage lors du partage de la production.

    Or, les sociétés de monsieur Sassou Nguesso ne sont pas des sociétés étatiques mais sont des sociétés nationales privées qui n’investissent rien mais, il les impose cependant dans le partage de la production avec des pourcentages hallucinants.

    En tant que sociétés privées elles ont le devoir d’investir des capitaux pour bénéficier du partage. En outre ces sociétés sont imposées. Normalement l'opérateur choisit ses partenaires. Enfin ces sociétés appartiennent aux dirigeants de la société nationale (SNPC) et aux responsables de l’État donc il y a conflit d’intérêt.

     

     

             Patrick Eric Mampouya

     

     

     

    «  Un DICTATEUR n'a pas de concurrent à sa taille tant que le peuple ne relève pas le DÉFI » François MITTERAND

     

    Brazzaville, Steve OBORABASSI pour la Voix du Peuple

     

     

    Laurent GBAGBO: « Une nouvelle Afrique arrive, Parce que les gens qui pensent ce que je pense sont plus nombreux. Aujourd’hui plus qu’hier »

     

    Brazzaville, Steve OBORABASSI pour la voix du Peuple

     

    JE SUIS Couverture  Monsieur 8%  DICTATEUR Denis SASSOU NGUESSO

    i

    Afficher l'image d'origineCouverture

    Couverture 

Repost 0
LA VOIX DU PEUPLE
commenter cet article
26 juillet 2017 3 26 /07 /juillet /2017 23:23
  • ​​

undefined 

  carteanime.gifCouvertureCouverture 

 

  •  
     
     

     

     

    UNE DÉRIVE SOCIÉTALE QUI FAIT L’AFFAIRE DES VIEUX TYRANS DU BASSIN DU CONGO

     

     

     

      image

    Joseph KABILA & LE DICTATEUR Denis SASSOU NGUESSO

     

     

    A VOUS LA RELIGION . A EUX LES MILLIARDS, LE POUVOIR  ET LES BIENS MAL ACQUIS.

     

    Ouvrez les yeux, il est peut être grand temps de se réveiller ! Pendant que vous vous adonnez à dieu matin, midi, soir, Kabila et son clan volent et se maintiennent illégalement au pouvoir. Sassou et son clan volent et se maintiennent illégalement au pouvoir.  Tout comme  Ali Bongo au Gabon. Idris Déby au Tchad, Paul Biya au Cameroun. Obiang Nguema en Guinée Equatoriale.

     

    L’excès de toute chose nuit. Trop de religion tue la religion. La religion, celle qui est pratiquée au Sassouland et dans la sous région avec ses églises dites de réveil , adoucit les mœurs et plonge les populations dans une certaine léthargie qui les détourne de l’essentiel, c’est-à-dire de la politique et de la gestion de la chose publique, les enfonçant chaque jour davantage dans une pauvreté innommable.. Cette religion là creuse inexorablement nos tombes, au grand bonheur de nos tyrans.

     

    La religion. Une brèche encouragée par les tyrans pour se maintenir au pouvoir et dans laquelle se sont engouffrés de nombreux politiciens véreux officiant sans ambages comme des pasteurs qui y prêcheraient la bonne parole, mais au fond, des grands voleurs des sous de l'Etat.

     

    La religion. C'est tout un programme. Et que dire du silence complice des hommes d’église face aux dérives dictatoriales et autocratiques meurtrières des tyrans de la sous  région ! Des complices tout autant coupables que ces tyrans qui ont acheté leur silence. 

    ---------------------------------

    Notre commentaire: Dieu n' a jamais été corrompu. Quand l'injustice et les mauvais esprits arrivent à entrer dans l''église sans qu'aucun gardien du temple ne moufte, c'est qu'il y a un grand problème. Grande est l'indignation et profond est le malaise.

     

    Bassango ya Sassouland

     

     

    A Monsieur LE GRIOT DE L'OGRE DE L'ALIMA Denis SASSOU NGUESSO

     

     

    Sassou nguesso au bord de l alima

     

     

     
    A monsieur le griot inconditionnel de l'ogre de l'Alima, Denis Sassou Nguesso
    Résultat de recherche d'images pour "GRIOT"

    Cher monsieur le griot inconditionnel de l'ogre de l'Alima, 


    Avez-vous jamais éprouvé de pitié à l'égard d'un vieil homme dont la raison égarée lui fait voir ce qui n'existe pas ? He bien, moi si. 

     

    Quand je vois le comportement et les agissements d'un vieil homme comme Denis Sassou Nguesso dans son propre pays et la manière dont il se démène au plan international pour essayer, en vain, de laisser une marque dans l'histoire, il m'inspire pratiquement de la pitié car ce dont on se souviendra principalement à son sujet a déjà été défini par les Congolais et par le reste du monde, à savoir que c'est un dictateur sanguinaire et corrompu, un homme sans vision pour son pays, qui aime le pouvoir rien que pour la jouissance et les honneurs, et surtout, un homme quasi-illettré et dénué de sagesse qui se prend pour un dieu, "ndzambé a tsingué", très complexé - il a changé de nom, passant de Sassou à Sassou Nguesso, pire, il a même honte d'assumer son vrai âge, au point de devenir officiellement plus jeune d'une année que son épouse alors qu'en vérité, il est né non pas vers 1943 mais vers 1941, refusant de vieillir, il continue honteusement à se décaper la peau à l'aide de produits éclaircissants et à teindre les cheveux en noir -, un piètre, un gros tricheur et un gros voleur au sens propre du terme. 

     

    Eh oui, Cher monsieur le griot inconditionnel de l'ogre de l'Alima, c'est cela la stricte vérité et elle est implacable. Vous aurez donc beau le magnifier, l'encenser et en faire votre dieu, en tout cas pour moi, votre "ndzambé a tsingué" est tout sauf un grand homme ou un modèle pour l'Afrique ou pour l'humanité et encore moins un dieu.

     

    Voilà donc un homme dont absolument rien ne prédestinait à atteindre les sommités dans la société mais qui aura forcé le destin, en faisant beaucoup beaucoup de sang, pour arriver au pouvoir et qui se sera démené toute sa vie pour laisser une marque dans l'histoire mais qui, malgré plus de 30 ans passés au pouvoir, ne sera jamais parvenu à rentrer dans l'histoire. Je rappelle que les Présidents Alphonse Massamba-Debat et Marien Ngouabi - que Denis Sassou Nguesso avait assassinés -, n'ont pas eu besoin de rester plus de 30 années au pouvoir pour rentrer dans l'histoire par la grande porte. 

     

    C'est ce qui arrive lorsqu'on parvient au sommet par effraction et en faisant couler le sang.

     

     

    Le 22 juillet 2017

     

    Bienvenu MABILEMONO 

     
     
    Laurent GBAGBO: « Une nouvelle Afrique arrive, Parce que les gens qui pensent ce que je pense sont plus nombreux. Aujourd’hui plus qu’hier »

     

    Brazzaville, Steve OBORABASSI pour la voix du Peuple

     

    JE SUIS Couverture  Monsieur 8%  DICTATEUR Denis SASSOU NGUESSO

    i

     

    Afficher l'image d'origineCouverture

    Couverture 

Repost 0
LA VOIX DU PEUPLE
commenter cet article
26 juillet 2017 3 26 /07 /juillet /2017 18:53
  • ​​

undefined 

  carteanime.gifCouvertureCouverture 

 

  •  
     
     

    Lu pour Vous

     

    LE CINÉMA DE CHEZ NOUS TOURNÉ SUR LES BORDS DE LA SEINE

     

     

     

     

     

    BIENVENUE SUR TINTIN AU CONGO, VOTRE COURT ET LONG MÉTRAGE DES ANNÉES SOIXANTE, RÉCHAUFÉ ET REMIS AU GOUT DU JOUR DEPUIS PLUS DE 50 ANS.

    Népotisme, Viol de la constitution, hold-up électoral, législatives viciées, tricheries, emprisonnements, enlèvements, embastillements, terreur, génocide au Pool.

    ----------------------
    Notre commentaire: Les locataires changent, mais la chanson reste la même. Allô. Allô. Allô,Mr le préfet. Mais allô quoi ! Nous sommes préoccupés et restons attentifs à l'évolution de la situation. Alors pour le Pool on fait comment, maintenant que tu es au bout du but ? T'inquiète. T'inquiète patron.

     

     

     

     

     

    LES DERNIÈRES NOUVELLES DU SASSOULAND : CES DISPARUS, TORTURÉS & PRISONNIERS POLITIQUES DU SASSOULAND .

    ON NE VOUS OUBLIE PAS. UN CONGOLAIS A ÉCRIT.

    A quand la fin de cette barbarie innommable ? Même sous la bannière d'une pseudo démocratie, il est d'hygiène humaine de vivre dans le respect de la personne humaine. N'oublions jamais que rien n'est éternel. Et que le legs d'une quelconque barbarie chargera toujours la conscience et la responsabilité de la postérité. Souvent, même des innocents de premier ou de second degré finissent par payer un lourd tribut de ces actes dont ils ignorent parfois même l'existence... Malheureusement.

    PAULIN MAKAYA depuis le 23 novembre 2015 - PRISON

    Jean Ngouabi depuis le 07 Mars 2016 - PRISON

    Bruno Ngouabi depuis le 7 août 2015 - PRISON

    Roland Gambou 21 décembre 2016 - MORT SOUS LA TORTURE

    MARCEL MPIKA depuis le 31 mars 2016 - PRISON

    Anatole Limbongo-Ngoka depuis le 27 Mars 2016 - PRISON

    Christine Moyen depuis le 27 Mars 2016 - PRISON

    OKOMBI SALISSA Clandestinité depuis le 03 avril 2016 / prison depuis le 9 janvier 2017 - PRISON

    Raymond Ebonga depuis octobre 2015 - PRISON

    Serge Blanchard Oba depuis octobre 2015 - Interdit de sortie du territoire

    Martin Madébana depuis Mai 2016 - PRISON

    Modeste Boukadia depuis Janvier 2016 - PRISON

    Jean Marie Michel Mokoko Résidence surveillée depuis le 03 avril 2016 puis prison depuis juin 2016 -PRISON

    Jacques Banangadzala depuis Mars 2016 - PRISON

    Joseph Kitsadi depuis le 11 mai 2016 - PRISON

    Narcisse Mazouta depuis Mars 2016 - PRISON

    Patrice Legali depuis le 23 Mars 2016 - PORTÉ DISPARU

    Jean Claude Sita depuis Mars 2016 - PRISON

    Geoffroy Danghat depuis le 1er Aout 2015 - PRISON

    Cyr Mvoubi depuis décembre 2014 - PRISON

    JEAN ZEITA BOULALIEM depuis le 12 janvier 2016 - PRISON

    NICOLAS KOSSOLOBA depuis le 9 janvier 2016 - PORTÉ DISPARU

    JEAN CLAUDE NGOBOLO, son épouse et ses deux enfants depuis le 9 janvier 2016 - PORTÉ DISPARU

    EVARISTE NGAKIE depuis le 9 janvier 2016 - PORTÉ DISPARU

    BRUNEL MATONDO depuis le 9 Janvier 2016 - PORTÉ DISPARU

    SAMBA MOUNTA LOUKOSSI depuis le 31 mars 2013 - PRISON

    SOUAMI ERIC 13 février 2013 - MORT SOUS LA TORTURE

    Dieudonné Ganglia Depuis le 12 janvier 2017 - PORTE DISPARU

    GHYS FORTUNE BEMBA Depuis le 11 janvier 2017 - PRISON

    MOUSSAVOU YEMA 21 octobre 2017 - MORT SOUS LA TORTURE

    Jugal Mayangui Depuis le 20 novembre 2016 - Torturé et en Prison

    Augustin Kalla-Kalla Libéré après enlèvement du 28 septembre au 6 octobre 2016 - Torturé.

    MARCEL NTSOUROU ( assassiné en Prison le 17 février 2017 ) et 50 co-accusés depuis le 11 septembre 2014 - PRISON
    ---------------------------

    Notre commentaire : « C'est encore une machination du système, condamne-moi vite pendant que nous y sommes ...Votre pouvoir est agonisant…La démocratie finira par triompher et vous payerez ça tôt ou tard…Vous pouvez me tuer, mais n’oubliez pas qu’il y aura toujours d’autres Okombi, Makaya, Mokoko, Ngouabi, Libongo-ngoka, Kalla-kalla, Bowao, Munari, mierrasa,Ntumi etc.... jusqu’à la libération de ce pays. ».

     

     

    Laurent GBAGBO: « Une nouvelle Afrique arrive, Parce que les gens qui pensent ce que je pense sont plus nombreux. Aujourd’hui plus qu’hier »

     

    Brazzaville, Steve OBORABASSI pour la voix du Peuple

     

    JE SUIS Couverture  Monsieur 8%  DICTATEUR Denis SASSOU NGUESSO

    i

     

    Afficher l'image d'origineCouverture

    Couverture 

Repost 0
LA VOIX DU PEUPLE
commenter cet article
25 juillet 2017 2 25 /07 /juillet /2017 20:59
  • ​​

undefined 

  carteanime.gifCouvertureCouverture 

 

  •  
     
     

     

     

    DEUX MANGEOCRATES DÉBARQUÉS DE LA MANGEOIRE : GRÉGOIRE LEFOUOBA, MARTIN OYALI

     

     

     

     

     

     

    LES DERNIÈRES NOUVELLES DU SASSOULAND: LE SALAIRE DE LA COUARDISE. GRÉGOIRE LEFOUOBA, VIRÉ. MARTIN OYALI DÉBARQUÉ.

    ILS ÉTAIENT CONSEILLERS, LES VOILA SANS EMPLOI. POUR EUX, JE NE VERSERAI PAS DES LARMES DE CROCODILE.

    Dans tous les pays du monde, un intellectuel, c’est une autorité morale, libre et fière vers qui on se tourne pour éclairer la société sur les différents enjeux sociétaux. Pas celui qui renie sans aucun scrupule ses convictions pour quelques millions de francs CFA bourrés de sang de ses compatriotes, et qui ne trouve aucune objection à aller servir un tyran qui vole et tue son peuple pour mourir au pouvoir.

    Gregoire Lefouoba est le prototype même de cette classe " d’intellos " inconstants et qui font honte. Voici un mec qui publiquement avait pris position en 2015 contre le viol de la constitution, puis subitement s’est muré dans un silence incompréhensible pour en suite aller servir un régime illégal né du même viol de la constitution. Il y a quelque chose qui nous échappe.

    Grégoire Léfouoba n’est pas un novice, mais quelqu’un qui connait très bien cette dictature avec toutes ses méthodes, pour l’avoir longtemps servie. Il connait de fait la triche organisée du pouvoir. Il a voulu légitimer un régime en participant aux législatives, il ne récolte que ce qu’il a semé. Alors, qu’il en assume les conséquences!

    Des larmes, je les garde pour toutes ces victimes innocentes de la folie d’un tyran et son clan. Certainement pas pour les gens comme les Léfouoba qui font des acrobaties pour être toujours du bon côté où coule le miel.. 
    ---------------------------------

    Le commentaire de Bassango ya Sassouland: Je ne sais pas comment font-ils, mais il y a de quoi avoir honte. Se faire humilier par un vieux tyran qui, à part ses armes, ne vous arrive pas à la cheville? Les convictions, ça ne se monnaye pas. La fierté non plus. Tels sont les choix, refusant le confort, de tous ces hommes et femmes qui croupissent en prison, ou qui sont dehors en liberté surveillée. Une grande et belle leçon de résistance, n'est ce pas? Ma pensée aujourd'hui va vers eux. A beau entendeur, salut.

    Laurent GBAGBO: « Une nouvelle Afrique arrive, Parce que les gens qui pensent ce que je pense sont plus nombreux. Aujourd’hui plus qu’hier »

     

    Brazzaville, Steve OBORABASSI pour la voix du Peuple

     

    JE SUIS Couverture  Monsieur 8%  DICTATEUR Denis SASSOU NGUESSO

    i

     

    Afficher l'image d'origineCouverture

    Couverture 

Repost 0
LA VOIX DU PEUPLE
commenter cet article

La Voix Du Peuple

  • : Le blog de la voix du peuple
  • Contact

POUR UN CONGO LIBRE ET DEMOCRATIQUE

 

2013 marketing trends 

 

                              petit gif animé clown qui jongle

 pub_top.gif

     

                                     

             

      VISITEURS                           
         VISITEURS                               

 

 fl8.jpg EDITORIAL                                               

 

 

Nous avons tous  été confrontés un jour ou l’autre à un fait  choquant qui nécessitait d’être révélé à la face du monde.

Mais  désavantagés par l’absence de moyens de nous exprimer, nous avons fini par abandonner. Or, pesant

soigneusement les mots et en cherchant à trouver la bonne formule, il est possible de régler la majeure partie des

problèmes qui nous rongent.

La voix du peuple est cet espace qui nous faisait défaut. Elle a pour ambition l’information du  grand nombre dans la

dénonciation sans appel de toute dérive de nos responsables politiques congolais, tout bord confondu,  qui poseraient

des actes qui opposent le « mal au bien » du peuple congolais à travers des actions telles :

           -des abus de tout genre ;

           -des injustices vis-à-vis des plus faibles ;

           -des scandales économiques, politiques, judiciaires…

La voix du peuple a aussi pour mission, l’assistance des « sans voix » dans la publication de leurs opinions.

La voix du peuple est pour nous tous donc une arme qui nous permet de nous soulager de nos douleurs longtemps

comprimées, et aussi de faire respecter les droits que nous défendons. Désormais, nous parviendrons,  grâce  à elle, à

atteindre dans leurs tanières, leurs châteaux, leurs bunkers, leurs tours…, les intouchables, les protégés, les

invulnérables.

Enfin, se voulant porteuse des valeurs de vérité, de justice, de paix, de la morale, de la vertu et de l’unité de tous les

enfants du Congo du nord au sud, de l’ouest à l’est, la voix du peuple s’insurge, dans l’impartialité, contre des

agissements s’apparentant à de la propagande, au dénigrement matérialisés par :

           -des propos indélicats ; 

           -du culte de la division ;

           -des accusations affamantes ;

           -des observations désobligeantes ;

           -des contre vérités…

Aussi, au regard de ce qui précède, un article des « sans voix » qui ne respecterait point les dites prescriptions, sera

purement et simplement écarté.

email2.gifNous contacter :

dpeuplelavoix@yahoo.fr  

 

 

CONGO.jpg-1.jpg

   

  Le symbole de la liberté

  

         Non à la dictature

    

   

   

 

      L' INCORRUPTIBLE       

     Légende d'Afrique

  

  

 

       La colombe de la paix et de l'esperance

        

 

 

 

         Non à l' omerta

   

 

 

BONGO - CHIRAC - SASSOU les principaux acteurs

du coup d' Etat sanglant du 5 Juin 1997 au Congo Brazzaville

   

   

 

 

 

  Pour une Jusitce transparente et équitable

  

 

     

 

   

  carteanime.gif

 

  undefinedAu pillage des richesses en Afrique

 

 

    Capture

     Kwame NKRUMAH

   

 

        Emery Patrice LUMUMBA

   

 

  Alphonse MASSAMBA - DEBAT

          

 

  

        Marien NGOUABI

       

 

        Cardinal Emile Biayenda

  

             Thomas SANKARA

  

          drapeau des états unis

       Martin Luther KING

  

 

    

   

 

       Mahatma GANDHI

   

 

         Nelson MANDELA

    

 

          John Fitzgerlald KENNEDY  

    

 

       

 

   Pour une alternance démocrtique au Congo

     

     à la santé des Biens mal acquis  

        hautbma.jpg

   

                              drapeau france

    

                          Le TonTon

       undefined

 

           Un grand et un petit

   

 

 

         

                   Non à la chasse à l' homme

        

 

     

      

 

        

 

                

   

 

     

 

       ststop.gif   

 

        sujets-interdits.jpg     

 

          CAF7X9TP.jpg

 

          

               La métamorphose

      

 

           

            La tour de contrôle

      

 

       CALV3Y6Z.jpg      

 

       CARELW57.jpg   

 

       CARTE-CONGO.jpg

 

       medium_sassou-hu-jintao-congo-chine.jpg

 

       FORET-EN-DANGER.gif  

 

        pillards.jpg

 

       le-pillage-des-for-ts-du-congo1.jpg  

 

 

  

 

   

 

       CAG9I7CH-copie-1.jpg

                 

 

                   

                

          

 

         billet 500 euros

           portefeuille dollard

        

                        undefined

 

 

 

                       gif carte mastercard

        Aux massacres

        

 

            

         Des jeunes patriotes Ivoiriens tombés sous les bales

        

 

   Bombardement  de la résidence de Laurent GBAGBO

                          

       Des hélicoptères ont bombardé la résidence de Laurent Gbagbo.

 

        AFRIQUE-LIBERATION.gif

 

        afrique-au-secours.jpg

 

        CRISE.gif

            

                    

     Le  chemin  d' avenir, le chemin sans issue

                  

            

 

      voie-sans-issu-la-d-silusion-du-chemin-d--avenir-copie-1.jpg

      L'eau une denrée rare à Brazzaville, pourtant vitale

      

 

        eau7.jpg

 

        

                          Le fleuve Congo

        

     Le bord du fleuve Congo à Brazzaville pourtant les habitants manquent cruellement l' eau potable

         

 

       

 

                    

 

        arton42-100x29

 

        logo_lexpress.gif

 

        Leparisien

 

        nouvelobs

 

         butin azuréen

 

         rue89_logo1.jpg

 

 

        Logo Mafia

 

        corruption menottes

        Révélations effarantes de John Perkins ancien assassin économique

        JohnPerkinsCourage824

 

        arnaques.jpg

 

        france2

        Le Grand Journal...

 

        canal +

 

            

 

       

 

      

 

       

 

       

 

        

 

       

       

 

       

          

          DES FEMMES ATYPIQUES

 

           

 

           

              

        

 

       

 

           

            congo-brazza1

       Ou est le serieux

            mammamia

 

            aubout

 

            sassou dictateur-copie-1

 

                  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

            

 

      

  Gold Man sachs - LA BANQUE QUI DIRIGE LE MONDE

 

     

     

      News

 

          Le malheur des congolais

 

     

      

        

     

 

 

 

 

 

 

 

      

     

 

Recherche

Texte Libre

Catégories