Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 janvier 2014 3 29 /01 /janvier /2014 08:30
 

  

  

 

 

CONGO BRAZZAVILLE LE COLLECTIF DES PARTIS DE L'OPPOSITION ENLEVE LE MUSEAU ET DENONCE : le pouvoir fabrique un nouveau complot imaginaire contre l’opposition réelle.

 

Clément MIERASSA                      Guy Romain KINFOUSSIA

 

 

COLLECTIF DES PARTIS DE L’OPPOSITION CONGOLAISE, SIGNATAIRES DE LA DECLARATION DU 17 AOUT, RELATIVE AUX ELECTIONS LEGISLATIVES DE 2012.

 

Conférence de presse du Collectif des partis de l’opposition Congolaise du mardi 28 janvier 2014

 

Congo-Brazzaville : le pouvoir fabrique un nouveau complot imaginaire contre l’opposition réelle.

Après avoir échoué dans sa volonté d’impliquer des responsables de l’opposition congolaise dans la tragédie du 04 mars 2012, le pouvoir entreprend maintenant d’instrumentaliser « l’affaire Marcel NTSOUROU » pour tenter de présenter les responsables du Collectif de l’opposition congolaise comme des complices de l’ancien Secrétaire général adjoint du Conseil national de sécurité.

 

L’on se rappelle qu’au cours du procès des auteurs présumés du drame du 04 mars, l’accusé Ngouolali Missié avait déclaré solennellement à la barre que « des officiers de la police nationale et de la DGST, lui avaient proposé, en contrepartie des espèces sonnantes et trébuchantes, de dénoncer le Colonel Marcel NTSOUROU et les anciens ministres OKOMBI Salissa et Mathias DZON comme étant les commanditaires des incendies des camps militaires de Mpila, le 04 mars 2012 ».

 

Poursuivant le même noir dessein, le journal « Le Troubadour » dont le propriétaire est un haut dignitaire du pouvoir, écrit dans le n°39 du jeudi 23 janvier 2014 en page 3, à propos des complicités dont aurait bénéficié le Colonel Marcel NTSOUROU, lors des évènements du 16 décembre 2013 à Brazzaville, ce qui suit :

(…) Les leaders de l’opposition font entendre leurs voix aujourd’hui pour ne pas donner l’impression, aux yeux de leurs militants, de lâcher un allié (…) Certains leaders de cette opposition savent qu’il leur faut parler pour se disculper, se protéger. Des indices montrent qu’ils ont bel et bien pris part au complot de NTSOUROU. Ils lui ont même envoyé des éléments de leur garde pour renforcer les effectifs des miliciens qui étaient à son service et prêts à se battre pour sa cause (…).

 

Dans la même veine, quelque temps auparavant, le journal « Le Patriote » dont le propriétaire est aussi un haut dignitaire du pouvoir, écrivait dans un article intitulé : « Les probables complices du Colonel Marcel NTSOUROU », article publié dans le numéro 263 du 03 au 12 janvier 2014 :

(…) Il (le Colonel Marcel NTSOUROU) a bénéficié des complicités au sein de la Force publique, de l’administration locale de Lekana, des partis politiques, aussi bien de la majorité que de l’opposition (…) La suspicion gagne de plus en plus en crédibilité lorsqu’on se réfère à la déclaration du Collectif des partis de l’opposition, signataires de la déclaration du 17 août 2012. Cette déclaration a été publiée le 14 décembre 2013, à la faveur d’une conférence de presse qu’il avait organisée au siège de l’ARD à Ouenzé. Mettant à profit cette opportunité, Mathias DZON avait annoncé que le Collectif venait d’adresser une dernière lettre ouverte au président de la République, le 27 novembre dernier. Ce qui revient à dire que si le président de la République refuse de convoquer les Etats généraux comme il l’exige, le chef de l’Etat sera seul responsable de ce qui peut lui arriver. Deux jours seulement après cette déclaration, on a eu la matérialisation de la menace proférée par le président de l’UPRN (…).

 

Comme il est aisé de le constater, les principaux chefs des services congolais de sécurité, passés maîtres dans l’art de la fabrication des complots imaginaires, veulent impliquer les responsables de l’opposition réelle dans « l’affaire Marcel NTSOUROU » qui est un conflit qui oppose le président de la République à l’un de ses collaborateurs les plus rapprochés, Marcel NTSOUROU, affaire dans laquelle, l’opposition réelle, regroupée au sein du Collectif des partis de l’opposition congolaise, n’est mêlée, ni de près, ni de loin. Le but poursuivi par le pouvoir est d’arrêter et de condamner faussement les leaders de cette opposition, pour baliser le chemin de 2016 à l’actuel président de la République qui injecte dans les milieux du pouvoir et dans les médias publics et privés, l’idée de modifier ou de changer de Constitution, en vue de briguer un troisième (3ème) mandat.

 

Pour rappel, la Constitution du 20 janvier 2002, en son article 57, limite le nombre de mandats du président de la République à deux (2) seulement, tandis que l’article 185, alinéa 3 dispose : « La Constitution ne peut pas être révisée sur le nombre de mandats du président de la République, la forme républicaine et le caractère laïc de l’Etat ».

 

A l’instar de ce que faisait au Rwanda, la radio des Mille Collines, la campagne de presse lancée par les journaux du pouvoir « Le Troubadour et le Patriote » vise à préparer l’opinion nationale et l’opinion internationale aux arrestations et aux assassinats que le pouvoir se propose d’opérer dans les rangs de l’opposition réelle pour la décapiter et ainsi donner au président de la République les moyens de se maintenir à la tête de l’Etat par la force au-delà de 2016, alors que son deuxième et dernier mandat prend fin le 14 août 2016. Cette campagne de presse orchestrée par Le Troubadour et Le Patriote n’est rien d’autre que des appels aux meurtres qu’il faut absolument condamner.

 

Aujourd’hui, des responsables de l’opposition notamment Mathias DZON, président de l’Alliance pour la République et la Démocratie (ARD), Guy Romain KINFOUSSIA, président de l’Union pour la Démocratie et la République (UDR-MWINDA) et d’autres compatriotes qui ne sont pas en odeur de sainteté avec le pouvoir, tel, Maître MASSENGO TIASSE, deuxième vice-président de la Commission nationale des droits de l’homme, qui voulaient voyager pour l’étranger ont été empêchés de sortir du territoire national sous le fallacieux prétexte que, jusqu’à la fin de l’enquête sur les évènements du 16 décembre 2013, aucun responsable politique ne peut sortir du Congo. Dans le même temps, Pierre NGOLO, Secrétaire général du Parti congolais du travail (PCT, parti au pouvoir) est libre d’aller et de venir. Deux poids, deux mesures.

 

Le Collectif des partis de l’opposition condamne énergiquement les atteintes graves à la liberté de circulation dont sont victimes les dirigeants de l’opposition réelle et exige la levée immédiate de cette décision arbitraire et discriminatoire. De même, profondément indigné par le macabre projet du pouvoir d’impliquer l’opposition réelle dans « l’affaire Marcel NTSOUROU », et ce, dans le dessein de créer pour le président Denis SASSOU NGUESSO des conditions favorables pour briguer un troisième mandat, le Collectif lance un vibrant appel au peuple congolais, à tous les patriotes, républicains et démocrates sincères, afin qu’ils se mobilisent massivement pour faire échec au nouveau complot du pouvoir contre la démocratie congolaise.

 

Le Collectif rappelle au pouvoir que le Congo d’aujourd’hui n’est plus celui du temps du monopartisme, époque où le parti unique fabriquait des complots du type de ceux des bombes du cinéma Star et des bombes de l’aéroport de Maya-Maya, complots faussement imputés à des concurrents tels, Jean Pierre TCHYSTER TCHICAYA, Claude Ernest NDALLA, Pascal LISSOUBA, aux fins de les éliminer politiquement et physiquement.

 

Dans le même élan, le Collectif condamne avec la plus grande fermeté les nombreuses arrestations arbitraires opérées par le pouvoir, principalement en milieu « TEKE » et dénonce l’épuration ethnique dont sont victimes actuellement les TEKES dans les rangs de la DGST, de la police nationale et de la garde républicaine. En effet, après les massacres perpétrés en 1997 dans la Cuvette, en 1998-1999 dans le Grand Niari et dans le Pool, le pouvoir oriente sa folie meurtrière vers les Plateaux.

 

Le Collectif dénonce par ailleurs les préparatifs de guerre auxquels le pouvoir se livre actuellement, notamment à travers l’achat massif d’armes de guerre, l’entretien de nombreux miliciens, le recrutement d’une multitude de mercenaires étrangers et le rétablissement des barrages militaires à INONI, ITSOUALI et NGO sur la nationale n° 2 , au pont du DJOUE et à LOUA sur la nationale n° 1.

 

Le Collectif invite la communauté internationale en général, les Etats Unis d’Amérique (USA) et l’Union Européenne (UE) en particulier, à faire pression sur le chef de l’Etat congolais pour arrêter dès maintenant les désordres que son pouvoir envisage de créer dans le pays en prévision de l’échéance électorale de 2016.

 

Le Collectif réitère son appel patriotique au président de la République, afin qu’il convoque dans l’urgence les Etats généraux, véritable dialogue citoyen rassemblant, le pouvoir et toutes les forces vives de la nation, pour construire ensemble, les conditions d’une sortie honorable pour lui, comme du reste l’a souhaité sur les antennes de « MN-TV », son Conseiller et Médecin personnel, le Pr. Maylin qui a déclaré à ce propos :

(…) Le Président Sassou Nguesso ferait mieux de respecter la Constitution de son pays, en se retirant à la fin de son deuxième et dernier septennat. C’est la solution idéale, s’il souhaiterait sortir par la grande porte ; il sera considéré comme un pacemaker… Qu’il laisse le prochain président revoir cette Constitution si des modifications s’imposent (…)

Ce dialogue citoyen est aussi, dans l’intérêt de la paix et du pays, l’occasion de construire les conditions permissives d’élections réellement libres, transparentes et justes en 2014 et en 2016.

 

La paix véritable du Congo est à ce prix. Le recours à la force est une fausse solution aux défis auxquels le Congo est confronté aujourd’hui. L’exemple de la République Centrafricaine doit faire réfléchir le pouvoir et le ramener à la raison et à la lucidité. Le peuple congolais a trop pâti des guerres à répétition. Pour lui éviter de nouveaux drames, il n y a qu’une seule issue : Le dialogue national inclusif.

 

Fait à Brazzaville, le 28 janvier 2014

 

Le Collectif des partis de l’opposition congolaise

 

Denis Sassou NGUESSO n'a jamais intériorisé et sans doute jamais su interpréter (vu son niveau médiocre d'étude), la maxime du Général DEGAULLE: "mieux vaut quitter les choses cinq (5) ans plus tôt que cinq (5) minutes plus tard" au point de ne pas arriver à savoir observer que le monde a évolué, les temps ont changé et que les décisions qui  s'imposeraient à lui devraient maintenant être celles qui tireraient sa sortie du pouvoir vers le haut. Or, il reste et demeure le même sanguinaire avec des méthodes inchangées depuis ces trente (30) années de pouvoir sans partage:

Arrestations arbitraires, tortures, crimes gratuits, intimidations, acharnements contre la presse indépendante et la  véritable opposition à ses pratiques...

En se cantonnant dans sa politique odieuse, il pense en son âme et conscience qu'il survivra au grand vent qui souffle très fort actuellement dans le monde et ne peut imaginer que ce sont ces changements qui l'engloutiront.

La marche vers la démocratie est pourtant irréversible, mais jusqu'où ira notre dictateur national ?

Qui vivra, verra.

 

Brazzaville, Steve OBORABASSI pour la Voix du Peuple

 

 

 

 

 «Un dictateur n'a pas de concurrent à sa taille tant que le peuple ne relève pas le défi » 

 

Pour une République Juste & Démocratique, Vous Trompez le Peuple Nous dénonçons

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
LA VOIX DU PEUPLE
commenter cet article

commentaires

La Voix Du Peuple

  • : Le blog de la voix du peuple
  • Contact

POUR UN CONGO LIBRE ET DEMOCRATIQUE

 

2013 marketing trends 

 

                              petit gif animé clown qui jongle

 pub_top.gif

     

                                     

             

      VISITEURS                           
         VISITEURS                               

 

 fl8.jpg EDITORIAL                                               

 

 

Nous avons tous  été confrontés un jour ou l’autre à un fait  choquant qui nécessitait d’être révélé à la face du monde.

Mais  désavantagés par l’absence de moyens de nous exprimer, nous avons fini par abandonner. Or, pesant

soigneusement les mots et en cherchant à trouver la bonne formule, il est possible de régler la majeure partie des

problèmes qui nous rongent.

La voix du peuple est cet espace qui nous faisait défaut. Elle a pour ambition l’information du  grand nombre dans la

dénonciation sans appel de toute dérive de nos responsables politiques congolais, tout bord confondu,  qui poseraient

des actes qui opposent le « mal au bien » du peuple congolais à travers des actions telles :

           -des abus de tout genre ;

           -des injustices vis-à-vis des plus faibles ;

           -des scandales économiques, politiques, judiciaires…

La voix du peuple a aussi pour mission, l’assistance des « sans voix » dans la publication de leurs opinions.

La voix du peuple est pour nous tous donc une arme qui nous permet de nous soulager de nos douleurs longtemps

comprimées, et aussi de faire respecter les droits que nous défendons. Désormais, nous parviendrons,  grâce  à elle, à

atteindre dans leurs tanières, leurs châteaux, leurs bunkers, leurs tours…, les intouchables, les protégés, les

invulnérables.

Enfin, se voulant porteuse des valeurs de vérité, de justice, de paix, de la morale, de la vertu et de l’unité de tous les

enfants du Congo du nord au sud, de l’ouest à l’est, la voix du peuple s’insurge, dans l’impartialité, contre des

agissements s’apparentant à de la propagande, au dénigrement matérialisés par :

           -des propos indélicats ; 

           -du culte de la division ;

           -des accusations affamantes ;

           -des observations désobligeantes ;

           -des contre vérités…

Aussi, au regard de ce qui précède, un article des « sans voix » qui ne respecterait point les dites prescriptions, sera

purement et simplement écarté.

email2.gifNous contacter :

dpeuplelavoix@yahoo.fr  

 

 

CONGO.jpg-1.jpg

   

  Le symbole de la liberté

  

         Non à la dictature

    

   

   

 

      L' INCORRUPTIBLE       

     Légende d'Afrique

  

  

 

       La colombe de la paix et de l'esperance

        

 

 

 

         Non à l' omerta

   

 

 

BONGO - CHIRAC - SASSOU les principaux acteurs

du coup d' Etat sanglant du 5 Juin 1997 au Congo Brazzaville

   

   

 

 

 

  Pour une Jusitce transparente et équitable

  

 

     

 

   

  carteanime.gif

 

  undefinedAu pillage des richesses en Afrique

 

 

    Capture

     Kwame NKRUMAH

   

 

        Emery Patrice LUMUMBA

   

 

  Alphonse MASSAMBA - DEBAT

          

 

  

        Marien NGOUABI

       

 

        Cardinal Emile Biayenda

  

             Thomas SANKARA

  

          drapeau des états unis

       Martin Luther KING

  

 

    

   

 

       Mahatma GANDHI

   

 

         Nelson MANDELA

    

 

          John Fitzgerlald KENNEDY  

    

 

       

 

   Pour une alternance démocrtique au Congo

     

     à la santé des Biens mal acquis  

        hautbma.jpg

   

                              drapeau france

    

                          Le TonTon

       undefined

 

           Un grand et un petit

   

 

 

         

                   Non à la chasse à l' homme

        

 

     

      

 

        

 

                

   

 

     

 

       ststop.gif   

 

        sujets-interdits.jpg     

 

          CAF7X9TP.jpg

 

          

               La métamorphose

      

 

           

            La tour de contrôle

      

 

       CALV3Y6Z.jpg      

 

       CARELW57.jpg   

 

       CARTE-CONGO.jpg

 

       medium_sassou-hu-jintao-congo-chine.jpg

 

       FORET-EN-DANGER.gif  

 

        pillards.jpg

 

       le-pillage-des-for-ts-du-congo1.jpg  

 

 

  

 

   

 

       CAG9I7CH-copie-1.jpg

                 

 

                   

                

          

 

         billet 500 euros

           portefeuille dollard

        

                        undefined

 

 

 

                       gif carte mastercard

        Aux massacres

        

 

            

         Des jeunes patriotes Ivoiriens tombés sous les bales

        

 

   Bombardement  de la résidence de Laurent GBAGBO

                          

       Des hélicoptères ont bombardé la résidence de Laurent Gbagbo.

 

        AFRIQUE-LIBERATION.gif

 

        afrique-au-secours.jpg

 

        CRISE.gif

            

                    

     Le  chemin  d' avenir, le chemin sans issue

                  

            

 

      voie-sans-issu-la-d-silusion-du-chemin-d--avenir-copie-1.jpg

      L'eau une denrée rare à Brazzaville, pourtant vitale

      

 

        eau7.jpg

 

        

                          Le fleuve Congo

        

     Le bord du fleuve Congo à Brazzaville pourtant les habitants manquent cruellement l' eau potable

         

 

       

 

                    

 

        arton42-100x29

 

        logo_lexpress.gif

 

        Leparisien

 

        nouvelobs

 

         butin azuréen

 

         rue89_logo1.jpg

 

 

        Logo Mafia

 

        corruption menottes

        Révélations effarantes de John Perkins ancien assassin économique

        JohnPerkinsCourage824

 

        arnaques.jpg

 

        france2

        Le Grand Journal...

 

        canal +

 

            

 

       

 

      

 

       

 

       

 

        

 

       

       

 

       

          

          DES FEMMES ATYPIQUES

 

           

 

           

              

        

 

       

 

           

            congo-brazza1

       Ou est le serieux

            mammamia

 

            aubout

 

            sassou dictateur-copie-1

 

                  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

            

 

      

  Gold Man sachs - LA BANQUE QUI DIRIGE LE MONDE

 

     

     

      News

 

          Le malheur des congolais

 

     

      

        

     

 

 

 

 

 

 

 

      

     

 

Recherche

Texte Libre

Catégories