Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mai 2013 5 03 /05 /mai /2013 08:04

  

  

Le monde.fr

 

LES INCOHERENCES DE LA DEFENSE DE Claude  GUEANT

 

Mis en cause depuis mardi 30 avril dans une affaire de fonds suspects, Claude Guéant multiplie les explications. L'ancien ministre de l'intérieur a-t-il bénéficié jusqu'en 2006 d'un système de primes en espèces instauré de manière occulte au ministère de l'intérieur ? Oui : c'est en tout cas la défense qu'a choisi celui qui fut bras droit de Nicolas Sarkozy de 2002 à 2012.
Une défense qui présente de nombreuses incohérences et qui est démentie par d'autres anciens collaborateurs de la place Beauvau, dont l'ancienne ministre Chantal Jouanno, membre du cabinet de M. Sarkozy au ministère de l'intérieur de 2002 à 2004. "Je ne touchais que des primes sur mon compte bancaire ; rien en liquide", a-t-elle assuré au Monde. Rachida Dati, qui fut elle aussi membre du cabinet de Nicolas Sarkozy, a également démenti, jeudi au Monde, tout versement en liquide.
Lors d'une perquisition à son domicile, dans le cadre d'un éventuel financement libyen de la campagne de M. Sarkozy en 2007, les policiers ont découvert, comme l'a révélé Le Canard enchaîné mercredi, des paiements en liquide suspects, pour un total de 20 000 à 25 000 euros. M. Guéant – également interrogé pour un virement de 500 000 euros sur son compte, qui provient selon lui de la vente de deux tableaux – a aussitôt lancé une contre-offensive médiatique de taille : sept interviews en une seule journée.
Il a ainsi précisé, sur France 2, qu'avait existé, après 2002 et la fin de l'utilisation des fonds secrets, un régime spécifique au ministère de l'intérieur. Ce système de paiements en liquide aurait concerné "des milliers de personnes", dont les membres du cabinet du ministre. Or, selon M. Guéant, "quand vous avez plusieurs milliers de fonctionnaires qui bénéficient de ce système, vous ne le changez pas du jour au lendemain". Selon lui, il aurait fallu plusieurs années pour mettre un terme à ce dispositif : "Nous avons réussi, en 2006."
L'affirmation étonne fortement le prédécesseur de Nicolas Sarkozy place Beauvau, de 2000 à 2002, Daniel Vaillant. "C'est une défense un peu olé olé", a-t-il indiqué au Monde. Il estime que M. Guéant entretient une confusion entre les fameux "fonds secrets" ou "fonds spéciaux" et les "frais d'enquête et de renseignement".

FONDS SPÉCIAUX GOUVERNEMENTAUX

Et M. Vaillant de détailler : "Il existait depuis 1946 des primes de cabinet, gérées par les chefs de cabinet, qui recevaient de l'argent venant de Matignon, qui le prenait à la Banque de France. Ces primes étaient distribuées dans chaque ministère." Ce système des fonds spéciaux gouvernementaux a perduré jusqu'à la fin 2001, date à laquelle Lionel Jospin, alors premier ministre, a décidé de le supprimer.
Selon M. Vaillant, cette réforme a été effective au 31 décembre 2001. Et dès janvier 2002, les membres des cabinets ont touché une indemnité de sujétion particulière (ISP), prime officielle qui figure sur les fiches de paye. "Je n'imagine pas que Jean-Pierre Raffarin ait remis en place ce système", ironise l'ancien ministre socialiste.
Les "frais d'enquête et de renseignement" eux, étaient attribués à certains ministères, dont l'Intérieur et la Défense, pour couvrir des dépenses particulières : rémunération d'informateurs, défraiement dans le cadre d'opérations "d'immersion", voire paiement de rançons, par exemple. "Ces fonds sont gérés, pour l'Intérieur, par le directeur général de la police nationale", explique M. Vaillant. Par ailleurs, poursuit-il, il existait aussi "une petite prime annuelle, qui était versée en liquide aux fonctionnaires de police pour service rendu". Mais elle portait sur de petites sommes, assure-t-il.
C'est également la version de Bruno Beschizza, ex-patron du syndicat des officiers de police Synergie, proche de Nicolas Sarkozy, et actuel élu UMP en Ile-de-France. "Ce n'était pas de l'argent sale, mais de l'argent public, versé selon certains critères, opaques sur le mode de distribution", assure-t-il. Mais ces deux enveloppes, tant celle des "frais d'enquête" que celle des primes de gratification, étaient gérées par la direction nationale de la police (DGPN), et non par le cabinet du ministre. Daniel Vaillant est catégorique : "La DGPN était autonome, et on ne donnait pas au cabinet du ministre l'enveloppe dédiée à la police ; en aucune circonstance."

RÉFORME SARKOZY EN 2004

Plusieurs points restent troubles dans la version de M. Guéant. Si l'on suit sa logique, l'Intérieur aurait ainsi octroyé, durant quatre ans, de 2002 à 2006, des surprimes en liquide, qui se seraient ajoutées aux fameuses primes réintégrées dans les fiches de paye des membres des cabinets ministériels. A l'en croire, les conseillers de la place Beauvau auraient donc été mieux rémunérés que leurs homologues des autres ministères.
Le récit de M. Guéant comporte d'autres incohérences : il parle d'un système qui aurait perduré "jusqu'en 2006", date à laquelle il serait parvenu à y mettre fin. Las. Dès 2004, le ministre de l'intérieur Nicolas Sarkozy a réformé les primes des policiers, instaurant des primes au mérite plus transparentes, à la place des enveloppes d'argent liquide.
M. Guéant est également confus sur le nombre de bénéficiaires du fameux "système". Interrogé lundi par Le Monde, il assurait : "Quand je suis arrivé au ministère de l'intérieur, il y avait 400 personnes concernées par ces primes." Et mardi, sur France 2, il a évoqué "plusieurs milliers de fonctionnaires" qui en auraient bénéficié.

"PAS UN CENTIME EN LIQUIDE"

Le "système" dont parle M. Guéant existait-il réellement ? Selon plusieurs témoignages recueillis par Le Monde, il semble que non. Outre, l'ancienne ministre de l'écologie et des sports Chantal Jouanno (ex-UMP aujourd'hui UDI), un autre ex-membre du cabinet de Nicolas Sarkozy, qui souhaite rester anonyme, a apporté une version différente de celle de M. Guéant. Ce conseiller, qui a travaillé avec le socialiste Hubert Védrine, avant de rejoindre Dominique de Villepin au Quai d'Orsay et de le suivre au ministère de l'intérieur entre 2004 et 2005, est aujourd'hui dans le civil. Il est tout aussi catégorique que Mme Jouanno : "J'ai bien touché une prime de cabinet officielle, virée avec mon salaire et mentionnée sur mon bulletin de paie, mais pas un centime ne m'a été versé en liquide."
Ce "système" de M. Guéant était-il réservé à certains membres du cabinet ? "A ma connaissance, aucun de mes collègues n'a non plus bénéficié d'une telle faveur", relève le conseiller. Selon ce dernier, l'équipe Villepin a intégré pendant plusieurs mois quelques collaborateurs du précédent cabinet Sarkozy et aucun ne s'est plaint de la suppression éventuelle d'une prime en liquide. Selon les conseillers du cabinet de M. Guéant joints par Le Monde, il n'y avait aucun système officiel ou officieux, de versement de primes en liquide aux collaborateurs. Encore moins à "des milliers de fonctionnaires", comme l'évoque M. Guéant.

Samuel Laurent et Alexandre Lemarié

INTERROGATIONS SUR LES MODALITES DE LA VENTE DES TABLEAUX DE M. GUEANT

Le 03 mai 2013 par Le Monde.fr

Mis en cause après la découverte de paiements en liquide suspects pour un total de 20 000 à 25 000 euros et l'existence d'un virement de 500 000 euros sur son compte en banque, Claude Guéant tente de se défendre sur deux fronts.
L'ancien ministre de l'intérieur attribue les premières sommes à des primes en liquide, touchées lorsqu'il était au ministère de l'intérieur, et justifie les 500 000 euros par la "vente en 2008 de deux tableaux du peintre hollandais Andries van Eertvelt à un confrère avocat". Or, tout comme l'origine des paiements en liquide, la vente des tableaux suscite un certain nombre d'interrogations.
• Sur le certificat d'exportation
L'ancien ministre de l'intérieur n'a jamais demandé de certificat d'exportation pour les deux tableaux, a indiqué jeudi 2 mai le ministère de la culture à l'AFP. Comme le rappelle le site spécialisé La Tribune de l'art, tout tableau d'une valeur supérieure à 150 000 euros doit pourtant obtenir un certificat du ministère de la culture pour être autorisé à sortir de France.
Interrogé une première fois dans la journée de jeudi par Médiapart, Claude Guéant a une première fois assuré détenir ce certificat, tout en refusant de donner des explications détaillées. De nouveau sollicité après l'annonce du ministère de la culture, il a cette fois "assuré ne jamais avoir confirmé ce point délicat", relate le site d'information.
Pour Christian Deydier, président du syndicat national des antiquaires, "il peut toutefois arriver qu'un particulier, à la différence d'un professionnel, ne connaisse pas la nécessité d'obtenir ce certificat". Il risque alors, explique-t-il, une amende pour infraction douanière. Sauf s'il s'agit d'un "trésor national", auquel cas il s'agit d'"un délit passible de deux années de prison et une amende de 450 000 euros". Ce qui n'est pas le cas de ces deux tableaux.
En revanche, si l'acheteur, en l'occurrence un "avocat malaisien", selon M. Guéant, a laissé les tableaux en France, aucun certificat n'était nécessaire à la vente.
Par ailleurs, l'attribution d'un certificat de sortie est automatique si le bien a été importé légalement en France depuis moins de cinquante ans. "Dans ce cas, les douaniers apposent leur tampon et ne gardent pas systématiquement trace du certificat", explique Christian Deydier.
Cité par Libération, Claude Guéant a déclaré tenir "les pièces justificatives de la vente de ces deux tableaux à la disposition de la justice", estimant qu'il est "anormal que le secret de l'instruction ait été bafoué et que des fuites aient été organisées dans la presse pour me nuire avant que j'ai pu apporter des explications au juge qui n'allait pas manquer de me convoquer".
• Sur la valeur des deux tableaux
Selon Artprice, le prix des tableaux d'Andries van Eertvelt en ventes publiques a oscillé ces dix dernières années entre 12 000 et 140 000 euros. La "valeur type" d'une huile sur bois de 30 cm sur 60 cm du peintre représentant des bateaux en mer, comparable aux tableaux évoqués par Claude Guéant, "est de 15 127 euros", a même assuré Artprice, jeudi 2 mai à l'AFP. Pour aboutir à ce résultat, la société a retenu l'ensemble des peintures de cet artiste passées en ventes aux enchères publiques depuis 1989 et présentant des caractéristiques similaires aux œuvres décrites par M. Guéant. "Artprice n'a pas la science infuse et ne donne pas la réalité du marché, a tempéré Christian Deydier, le président du syndicat national des antiquaires. Un prix de 500 000 euros ne me surprend pas pour deux tableaux flamands."
• Sur la taxe sur les plus-values
Il devrait en théorie être facile pour l'administration fiscale de déterminer si l'ancien ministre de l'intérieur s'est acquitté d'une taxe après la vente de ces deux tableaux. Or, si comme il l'assure, Claude Guéant a bien acquis ces deux tableaux "une vingtaine d'années" avant leur vente en 2008, et s'il est en mesure de prouver leur date d'achat, il est normal qu'il n'ait pas payé de taxe sur cette vente.
Il existe en effet deux cas de figure pour vendre une œuvre d'art. Si le vendeur ne peut pas prouver la durée de détention, il peut payer une taxe sur la plus-value de 5 %. S'il peut prouver la durée de détention, après la deuxième année, un mécanisme d'abattement de 10 % par année de détention aboutit à une exonération au bout de douze ans. Comme le résume un spécialiste de la fiscalité qui tient à garder l'anonymat, c'est aujourd'hui "le seul petit refuge fiscal qui reste pour ne pas payer d'impôt".
Sans se prononcer sur l'affaire Guéant, un connaisseur des questions de lutte contre la fraude financière estime que "les œuvres d'art sont un moyen fantastique pour transférer de l'argent de manière artificielle" dans la mesure où "il est difficile d'établir qu’il est fictif de faire une très forte plus-value dans un laps de temps exceptionnellement court".

Par François Béguin

 

 «Un dictateur n'a pas de concurrent à sa taille tant que le peuple ne relève pas le défi » 

 

Pour une République Juste & Démocratique, Vous Trompez le Peuple Nous dénonçons

 

 

Partager cet article

Repost 0
LA VOIX DU PEUPLE
commenter cet article

commentaires

La Voix Du Peuple

  • : Le blog de la voix du peuple
  • Contact

POUR UN CONGO LIBRE ET DEMOCRATIQUE

 

2013 marketing trends 

 

                              petit gif animé clown qui jongle

 pub_top.gif

     

                                     

             

      VISITEURS                           
         VISITEURS                               

 

 fl8.jpg EDITORIAL                                               

 

 

Nous avons tous  été confrontés un jour ou l’autre à un fait  choquant qui nécessitait d’être révélé à la face du monde.

Mais  désavantagés par l’absence de moyens de nous exprimer, nous avons fini par abandonner. Or, pesant

soigneusement les mots et en cherchant à trouver la bonne formule, il est possible de régler la majeure partie des

problèmes qui nous rongent.

La voix du peuple est cet espace qui nous faisait défaut. Elle a pour ambition l’information du  grand nombre dans la

dénonciation sans appel de toute dérive de nos responsables politiques congolais, tout bord confondu,  qui poseraient

des actes qui opposent le « mal au bien » du peuple congolais à travers des actions telles :

           -des abus de tout genre ;

           -des injustices vis-à-vis des plus faibles ;

           -des scandales économiques, politiques, judiciaires…

La voix du peuple a aussi pour mission, l’assistance des « sans voix » dans la publication de leurs opinions.

La voix du peuple est pour nous tous donc une arme qui nous permet de nous soulager de nos douleurs longtemps

comprimées, et aussi de faire respecter les droits que nous défendons. Désormais, nous parviendrons,  grâce  à elle, à

atteindre dans leurs tanières, leurs châteaux, leurs bunkers, leurs tours…, les intouchables, les protégés, les

invulnérables.

Enfin, se voulant porteuse des valeurs de vérité, de justice, de paix, de la morale, de la vertu et de l’unité de tous les

enfants du Congo du nord au sud, de l’ouest à l’est, la voix du peuple s’insurge, dans l’impartialité, contre des

agissements s’apparentant à de la propagande, au dénigrement matérialisés par :

           -des propos indélicats ; 

           -du culte de la division ;

           -des accusations affamantes ;

           -des observations désobligeantes ;

           -des contre vérités…

Aussi, au regard de ce qui précède, un article des « sans voix » qui ne respecterait point les dites prescriptions, sera

purement et simplement écarté.

email2.gifNous contacter :

dpeuplelavoix@yahoo.fr  

 

 

CONGO.jpg-1.jpg

   

  Le symbole de la liberté

  

         Non à la dictature

    

   

   

 

      L' INCORRUPTIBLE       

     Légende d'Afrique

  

  

 

       La colombe de la paix et de l'esperance

        

 

 

 

         Non à l' omerta

   

 

 

BONGO - CHIRAC - SASSOU les principaux acteurs

du coup d' Etat sanglant du 5 Juin 1997 au Congo Brazzaville

   

   

 

 

 

  Pour une Jusitce transparente et équitable

  

 

     

 

   

  carteanime.gif

 

  undefinedAu pillage des richesses en Afrique

 

 

    Capture

     Kwame NKRUMAH

   

 

        Emery Patrice LUMUMBA

   

 

  Alphonse MASSAMBA - DEBAT

          

 

  

        Marien NGOUABI

       

 

        Cardinal Emile Biayenda

  

             Thomas SANKARA

  

          drapeau des états unis

       Martin Luther KING

  

 

    

   

 

       Mahatma GANDHI

   

 

         Nelson MANDELA

    

 

          John Fitzgerlald KENNEDY  

    

 

       

 

   Pour une alternance démocrtique au Congo

     

     à la santé des Biens mal acquis  

        hautbma.jpg

   

                              drapeau france

    

                          Le TonTon

       undefined

 

           Un grand et un petit

   

 

 

         

                   Non à la chasse à l' homme

        

 

     

      

 

        

 

                

   

 

     

 

       ststop.gif   

 

        sujets-interdits.jpg     

 

          CAF7X9TP.jpg

 

          

               La métamorphose

      

 

           

            La tour de contrôle

      

 

       CALV3Y6Z.jpg      

 

       CARELW57.jpg   

 

       CARTE-CONGO.jpg

 

       medium_sassou-hu-jintao-congo-chine.jpg

 

       FORET-EN-DANGER.gif  

 

        pillards.jpg

 

       le-pillage-des-for-ts-du-congo1.jpg  

 

 

  

 

   

 

       CAG9I7CH-copie-1.jpg

                 

 

                   

                

          

 

         billet 500 euros

           portefeuille dollard

        

                        undefined

 

 

 

                       gif carte mastercard

        Aux massacres

        

 

            

         Des jeunes patriotes Ivoiriens tombés sous les bales

        

 

   Bombardement  de la résidence de Laurent GBAGBO

                          

       Des hélicoptères ont bombardé la résidence de Laurent Gbagbo.

 

        AFRIQUE-LIBERATION.gif

 

        afrique-au-secours.jpg

 

        CRISE.gif

            

                    

     Le  chemin  d' avenir, le chemin sans issue

                  

            

 

      voie-sans-issu-la-d-silusion-du-chemin-d--avenir-copie-1.jpg

      L'eau une denrée rare à Brazzaville, pourtant vitale

      

 

        eau7.jpg

 

        

                          Le fleuve Congo

        

     Le bord du fleuve Congo à Brazzaville pourtant les habitants manquent cruellement l' eau potable

         

 

       

 

                    

 

        arton42-100x29

 

        logo_lexpress.gif

 

        Leparisien

 

        nouvelobs

 

         butin azuréen

 

         rue89_logo1.jpg

 

 

        Logo Mafia

 

        corruption menottes

        Révélations effarantes de John Perkins ancien assassin économique

        JohnPerkinsCourage824

 

        arnaques.jpg

 

        france2

        Le Grand Journal...

 

        canal +

 

            

 

       

 

      

 

       

 

       

 

        

 

       

       

 

       

          

          DES FEMMES ATYPIQUES

 

           

 

           

              

        

 

       

 

           

            congo-brazza1

       Ou est le serieux

            mammamia

 

            aubout

 

            sassou dictateur-copie-1

 

                  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

            

 

      

  Gold Man sachs - LA BANQUE QUI DIRIGE LE MONDE

 

     

     

      News

 

          Le malheur des congolais

 

     

      

        

     

 

 

 

 

 

 

 

      

     

 

Recherche

Texte Libre

Catégories