Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 avril 2013 1 29 /04 /avril /2013 08:02

  

  

  

 Source : Le Nouveau Regard

 

 RÉACTION DE Clément MIERASSA SUR L'ATTITUDE DE Denis SASSOU NGUESSO A L' ELYSÉE

 

 

« Le président de la République a donné une image du Congo, qui protège des gens qui  volent, qui détournent de l’argent… »

Clément Miérassa, président du PSDC est membre du Collectif des présidents des partis de l’Opposition congolaise revient sur le comportement affiché par Denis Sassou-N’Guesso s’agissant de la question des biens mal acquis et a aussi donné son point de vue sur ce que le président français, François Hollande pouvait proposer à son homologue congolais comme sortie de crise.

Le Nouveau Regard : Denis Sassou Nguesso a été reçu à l’Elysée par son homologue français François Hollande quels commentairreres faites-vous de cette rencontre ?

Clément Mierassa : la première réaction concerne un peu le calendrier, nous ne savons pas si cela a été un hasard, que le président Sassou se rende en France immédiatement quelque temps après qu’il ait reçu à Brazzaville le président chinois. Ce qui semble apparaître, c’est que les relations entre la Congo et la Chine se sont largement développées ces derniers temps. Et malgré tout, la France reste notre principal partenaire. Mais je dois dire, lorsque j’ai suivi ce qui s’est passé que le président Sassou est parti à Paris au moment où notre region l’Afrique centrale vit un contexte tout particulier. Le premier aspect,  c’est la mission qu’il a eu à accomplir à Ndjamena, s’agissant de la crise centrafricaine. Et, nous pensions qu’il aurait été très ragaillardi, si la mission qu’il avait choisie de faire  au niveau de la RCA, avait totalement abouti. Mais on a réalisé que, c’est particulièrement le président tchadien Idriss Deby, qui est arrivé pratiquement en première ligne et qui est venu comme arracher tous les fruits de la médiation entreprise.  Au niveau de la République Démocratique du Congo aussi, je crois que le président Sassou a commencé à entreprendre quelques démarches, mais on sent également, qu’il y aura beaucoup de difficultés. Donc au moment où le président Sassou arrive  à Paris, il apparaît nettement au niveau de l’Afrique centrale qu’il y a deux grands pays qui se positionnent bien ; c’est le Tchad et l’Angola. Maintenant s’agissant de la visite elle-même, nous avons suivi les  commentaires, on a vu le président sortir de l’Elysée, j’avoue personnellement que j’ai été frappé par la réaction que le président a eu s’agissant des biens mal acquis et de ce principe de non-ingérence. Parce que si nous savons bien, non seulement que le Congo a des accords  juridiques avec la France, ce qui nous a souvent été dit, mais en plus il y a le fait que ; il y a le droit français et il y a le droit international. Et, l’affaire des biens mal acquis, c’est l’un des éléments importants qui doit permettre à nos pays de lutter efficacement contre la corruption, contre les antivaleurs  notamment les détournements des fonds et autres. Et  moi personnellement j’ai très déçu, je dis très déçu. Parce que le président de la République a donné une image du Congo qui serait prêt à protéger des gens qui ont volé, qui ont détourné  qui ont corrompu dans leur pays et qui auraient placé de l’argent dans un pays comme la France, qui à mon avis qu’il faut reconnaître est un pays de droit. Un pays où l’indépendance de la justice est reconnue. Donc, je pense cette image, la classe politique congolaise doit tout faire pour l’enlever. En ce qui nous concerne, nous luttons pour la transparence. Et quand vous lisez la « Nouvelle Espérance et le Chemin d’Avenir », on nous parle beaucoup de transparence, de moralisation de la vie publique et de la vie politique. Mais je me rends compte qu’on en parle des bouts des lèvres et qu’en fin de compte, on ne veut pas aller jusqu’au fond du problème. Ce qui amène à constater au plan national et international que le Congo est un pays riche mais que les congolais sont pauvres et que la richesse est concentrée entre les mains d’une  petite minorité qui vit dans l’opulence et dans l’arrogance et qui ne se préoccupe pas des autres congolais. Donc je pense que, cette déclaration doit  préoccuper les congolais de tous bords et nous devons agir pour dire, nous soutenons les démarches menées en France, pour faire aboutir les dossiers des biens mal acquis, ce que nous avons toujours souhaité ici. Et nous souhaitons qu’au niveau du Congo, qu’il y ait également un déclic qui soit fait. Ce déclic se fera comment ? Vous savez que le président de la République depuis 2002, n’a pas déclaré son patrimoine, avec lui tous les hommes politiques, avec lui tous les hauts fonctionnaires qui ont été nommés. Cela veut dire qu’il y a un manque de volonté manifeste de lutter contre les antivaleurs principalement la corruption. C’est pour cela que nous lançons un appel. Lorsqu’on dit que les institutions marchent, vous avez la preuve que le Parlement ne marche pas. Parce que si cette institution marchait, on ne serait pas après 2002, à la onzième année sans que les dirigeants congolais ne puissent pas déclarer leurs patrimoines à l’entrée et à la sortie de leurs fonctions. De quoi ont-ils honte ? Quand on voit ce qui se passe maintenant, on se rend compte qu’il y a beaucoup de mensonges, qu’il y a manque de sincérité, qu’il y a manque de franchise. Parce que tout simplement, la classe politique profite de sa position pour s’enrichir au détriment de l’intérêt du peuple. Et il est bon que cette situation cesse. Voilà pourquoi nous lançons  un appel au Parlement et aux responsables politiques pour que les dispositions soient prises avant la fin du mandat du président Sassou, qui est censé de déclarer son patrimoine à l’entrée et à la sortie de ses fonctions. Les congolais doivent avoir une visibilité là-dessus. Sinon l’interprétation est forte. D’ailleurs, le président Sassou l’avait dit lui-même, lors du discours de son investiture en 2009 : « Le Congo n’était pas hélas exempt de corruption, de concussion et de fraude » et il a ajouté « Hélas ce sont les dirigeants qui sont interpellés ». Donc, nous avons des questions de morale, d’éthique, de lutte d’antivaleurs. Et je pense que ce sont ces questions qui doivent être réglées. Et c’est pour cela que moi je prends souvent du plaisir à compter les jours qui restent au président Sassou à  la tête de l’Etat. Parce que, c’est en tenant compte de ça, que nous devons faire examiner un certain nombre de choses et remettre de l’ordre là-dedans.

 

LNR : Au plan politique qu’est ce qui a filtré de cette visite ?

Clément Mierassa:   Je pense que le président Sassou a été clair en faisant apparaître cette notion de non-ingérence. Je suis sûr qu’il y a eu un certain nombre d’allusions qui ont été faites aux problèmes qui nous préoccupe maintenant. Moi, je pense principalement à deux problèmes. Le premier est celui du changement de la Constitution. Parce que, si vous avez lu l’article de François Soudan dans Jeune Afrique, il apparaît clairement que dans l’intérêt du président Sassou, la révision ne l’intéresse pas. Malheureusement,  sur la voie du droit, il n’y a aucune disposition juridique qui est prévue en ce qui concerne le changement de Constitution. Donc au plan de l’opportunité politique, cela pose un  certain nombre de problèmes. Et nous pouvons approfondir la question en disant, que ce soit dans la « Nouvelle Espérance » que ce soit au niveau du « Chemin d’Avenir », il n’a jamais été question pour le président Sassou, dans le projet qu’il a proposé au peuple d’aller vers un quelconque changement de Constitution. Dans tous les cas, ça sera difficile à expliquer. Vous avez suivi le meeting de ses partisans, du RMP, du PCT et ses alliés, ils ont dit que le Congo n’était pas en crise, qu’il n’y avait aucun problème, les Congolais étaient heureux. Nous ne voyons pas ce qui pourrait justifier un tel changement. Sur ce problème, il est difficile de justifier un tel changement. Sur ce problème, en ce qui nous concerne, nous avons déjà dit, il n’a pas besoin de changement de Constitution. Le président Sassou est en train d’exercer son deuxième et dernier mandat. Il faut qu’il en prenne conscience et il faut que nous sachions que, nous devons préparer sa sortie et nous devons également préparer l’alternance.

Maintenant, s’agissant du deuxième problème que je soupçonne, qui a pu certainement été évoqué. Là aussi on pourrait évoquer l’aspect de la politique intérieure, mais c’est le malaise qu’il y a au Congo. Vous savez bien que l’opposition congolaise a réclamé les Etats généraux, un dialogue politique national. On a cru à un moment donné, que toute la classe politique parlait le même langage, mais vous avez vu ce qui s’est passé à Dolisie. Je pense que si le président Hollande a dû faire quelques suggestions, je suppose qu’il a suggéré au président Sassou d’organiser un véritable dialogue national entre les forces vives de notre pays pour que l’on prépare sa sortie, pour que l’on prépare des élections libres, démocratiques et transparentes en 2016. Et qu’enfin on puisse agir pour que le Congo vive dans la paix, dans la stabilité et qu’au plan institutionnel nous ne rencontrons aucun problème.

Propos recueillis par Michel Hadridh

 

 «Un dictateur n'a pas de concurrent à sa taille tant que le peuple ne relève pas le défi » 

 

Pour une République Juste & Démocratique, Vous Trompez le Peuple Nous dénonçons

 

 

Partager cet article

Repost 0
LA VOIX DU PEUPLE
commenter cet article

commentaires

La Voix Du Peuple

  • : Le blog de la voix du peuple
  • Contact

POUR UN CONGO LIBRE ET DEMOCRATIQUE

 

2013 marketing trends 

 

                              petit gif animé clown qui jongle

 pub_top.gif

     

                                     

             

      VISITEURS                           
         VISITEURS                               

 

 fl8.jpg EDITORIAL                                               

 

 

Nous avons tous  été confrontés un jour ou l’autre à un fait  choquant qui nécessitait d’être révélé à la face du monde.

Mais  désavantagés par l’absence de moyens de nous exprimer, nous avons fini par abandonner. Or, pesant

soigneusement les mots et en cherchant à trouver la bonne formule, il est possible de régler la majeure partie des

problèmes qui nous rongent.

La voix du peuple est cet espace qui nous faisait défaut. Elle a pour ambition l’information du  grand nombre dans la

dénonciation sans appel de toute dérive de nos responsables politiques congolais, tout bord confondu,  qui poseraient

des actes qui opposent le « mal au bien » du peuple congolais à travers des actions telles :

           -des abus de tout genre ;

           -des injustices vis-à-vis des plus faibles ;

           -des scandales économiques, politiques, judiciaires…

La voix du peuple a aussi pour mission, l’assistance des « sans voix » dans la publication de leurs opinions.

La voix du peuple est pour nous tous donc une arme qui nous permet de nous soulager de nos douleurs longtemps

comprimées, et aussi de faire respecter les droits que nous défendons. Désormais, nous parviendrons,  grâce  à elle, à

atteindre dans leurs tanières, leurs châteaux, leurs bunkers, leurs tours…, les intouchables, les protégés, les

invulnérables.

Enfin, se voulant porteuse des valeurs de vérité, de justice, de paix, de la morale, de la vertu et de l’unité de tous les

enfants du Congo du nord au sud, de l’ouest à l’est, la voix du peuple s’insurge, dans l’impartialité, contre des

agissements s’apparentant à de la propagande, au dénigrement matérialisés par :

           -des propos indélicats ; 

           -du culte de la division ;

           -des accusations affamantes ;

           -des observations désobligeantes ;

           -des contre vérités…

Aussi, au regard de ce qui précède, un article des « sans voix » qui ne respecterait point les dites prescriptions, sera

purement et simplement écarté.

email2.gifNous contacter :

dpeuplelavoix@yahoo.fr  

 

 

CONGO.jpg-1.jpg

   

  Le symbole de la liberté

  

         Non à la dictature

    

   

   

 

      L' INCORRUPTIBLE       

     Légende d'Afrique

  

  

 

       La colombe de la paix et de l'esperance

        

 

 

 

         Non à l' omerta

   

 

 

BONGO - CHIRAC - SASSOU les principaux acteurs

du coup d' Etat sanglant du 5 Juin 1997 au Congo Brazzaville

   

   

 

 

 

  Pour une Jusitce transparente et équitable

  

 

     

 

   

  carteanime.gif

 

  undefinedAu pillage des richesses en Afrique

 

 

    Capture

     Kwame NKRUMAH

   

 

        Emery Patrice LUMUMBA

   

 

  Alphonse MASSAMBA - DEBAT

          

 

  

        Marien NGOUABI

       

 

        Cardinal Emile Biayenda

  

             Thomas SANKARA

  

          drapeau des états unis

       Martin Luther KING

  

 

    

   

 

       Mahatma GANDHI

   

 

         Nelson MANDELA

    

 

          John Fitzgerlald KENNEDY  

    

 

       

 

   Pour une alternance démocrtique au Congo

     

     à la santé des Biens mal acquis  

        hautbma.jpg

   

                              drapeau france

    

                          Le TonTon

       undefined

 

           Un grand et un petit

   

 

 

         

                   Non à la chasse à l' homme

        

 

     

      

 

        

 

                

   

 

     

 

       ststop.gif   

 

        sujets-interdits.jpg     

 

          CAF7X9TP.jpg

 

          

               La métamorphose

      

 

           

            La tour de contrôle

      

 

       CALV3Y6Z.jpg      

 

       CARELW57.jpg   

 

       CARTE-CONGO.jpg

 

       medium_sassou-hu-jintao-congo-chine.jpg

 

       FORET-EN-DANGER.gif  

 

        pillards.jpg

 

       le-pillage-des-for-ts-du-congo1.jpg  

 

 

  

 

   

 

       CAG9I7CH-copie-1.jpg

                 

 

                   

                

          

 

         billet 500 euros

           portefeuille dollard

        

                        undefined

 

 

 

                       gif carte mastercard

        Aux massacres

        

 

            

         Des jeunes patriotes Ivoiriens tombés sous les bales

        

 

   Bombardement  de la résidence de Laurent GBAGBO

                          

       Des hélicoptères ont bombardé la résidence de Laurent Gbagbo.

 

        AFRIQUE-LIBERATION.gif

 

        afrique-au-secours.jpg

 

        CRISE.gif

            

                    

     Le  chemin  d' avenir, le chemin sans issue

                  

            

 

      voie-sans-issu-la-d-silusion-du-chemin-d--avenir-copie-1.jpg

      L'eau une denrée rare à Brazzaville, pourtant vitale

      

 

        eau7.jpg

 

        

                          Le fleuve Congo

        

     Le bord du fleuve Congo à Brazzaville pourtant les habitants manquent cruellement l' eau potable

         

 

       

 

                    

 

        arton42-100x29

 

        logo_lexpress.gif

 

        Leparisien

 

        nouvelobs

 

         butin azuréen

 

         rue89_logo1.jpg

 

 

        Logo Mafia

 

        corruption menottes

        Révélations effarantes de John Perkins ancien assassin économique

        JohnPerkinsCourage824

 

        arnaques.jpg

 

        france2

        Le Grand Journal...

 

        canal +

 

            

 

       

 

      

 

       

 

       

 

        

 

       

       

 

       

          

          DES FEMMES ATYPIQUES

 

           

 

           

              

        

 

       

 

           

            congo-brazza1

       Ou est le serieux

            mammamia

 

            aubout

 

            sassou dictateur-copie-1

 

                  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

            

 

      

  Gold Man sachs - LA BANQUE QUI DIRIGE LE MONDE

 

     

     

      News

 

          Le malheur des congolais

 

     

      

        

     

 

 

 

 

 

 

 

      

     

 

Recherche

Texte Libre

Catégories