Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 avril 2012 1 09 /04 /avril /2012 11:47

 

 

 

 

   

          

   Auteur : Daniel NKOUTA   

  

   

 

LES MORTS DE MPILA  OU VICTIMES COLLATERALES DE LA MÉDIOCRITÉ D' UN REGIME TRIBAL

   

  

 

   

  

 



   

 

 

 

 

 

   

 

 

    
Après avoir des années durant, bataillé pour l’expression effective des libertés individuelles reconnues par toutes les nations civilisées, après la déclaration solennelle de ces libertés par la Conférence Nationale Souveraine, les Congolais vivent depuis le retour de SASSOU au pouvoir une tentative permanente de séquestration de ces libertés essentielles par des manœuvres d’intimidation. Pour avoir essayé d’informer l’opinion nationale et étrangère sur ce que le pouvoir tente médiocrement de dissimuler : la réalité du récent drame de MPILA, certains médias privés coupables d’avoir ainsi violé un tabou, ont fait l’objet d’une visite musclée assortie de menaces, par Monsieur BANANGANZALA et ses lampions, l’étouffoir de la libre pensée au service du Parti Congolais du Travail, usant des dispositions au demeurant mal lues, d’une loi scélérate qui restaure dans notre pays le délit d’opinion, en suppléant par une loi répressive à la carence des arguments.

Aux termes précis et formels de l’article 19 de la Constitution imposée par le PCT : « Tout citoyen a le droit d’exprimer et de diffuser librement son opinion par la parole, l’écrit, l’image ou tout autre moyen de communication. La liberté de l’information et de la communication est garantie. La censure est prohibée. L’accès aux sources d’information est libre. Tout citoyen a droit à l’information et à la communication. Les activités relatives à ces domaines s’exercent dans le respect de la loi »

Et dans la législation en vigueur, seul le Juge peut ordonner la confiscation d’une publication. Tout autre procédé de confiscation est contraire à la loi. Il est par ailleurs prescrit sans la moindre équivoque par la Loi n°8-2001 du 12 novembre 2011 sur la liberté de l’information et de la communication, en son article 102, que « dans l’exercice de l’expression de la liberté, le journaliste doit respecter la vérité, quelles qu’en puissent être les conséquences pour lui-même et, ce, en, raison du droit que le public a de connaître la vérité ». Il s’infère de ceci que l’apologie de la terreur entretenue par Monsieur BANANGANZALA qui par ailleurs agit depuis quelques années hors mandat et donc en dehors et contre la loi, n’intimide personne. C’est lui, qui, s’il ne s’avise pas de ce qu’il abuse du pouvoir mal acquis, fera bientôt l’objet d’assignation devant les juridictions répressives étrangères.

L’explosion du dépôt de munitions de la caserne du Régiment blindé de MPILA ce dimanche 4 mars 2012 qui endeuille gravement notre pays, vient gonfler le palmarès du festival macabre, véritable rituel pour l’accomplissement duquel la République du Congo semble, depuis le retour de SASSOU-NGUESSO aux affaires, avoir contracté un bail renouvelable par tacite reconduction, faisant qu’à des périodes régulières, les Congolais doivent verser un impôt de sang ou le denier du culte pour emprunter au langage chrétien. Et chaque fois, après quelques semaines de la tragédie et de discours apaisants, victimes d’une amnésie volontaire, nos gouvernants issus de la race des vampires suceurs de sang humain, font comme si rien ne s’était passé, la vie reprend son cours, personne ne demande de compte à personne.

Après l’épidémie d’un virus miraculeux qui a désolé la population de Pointe-Noire faisant des centaines de morts, laissant le Gouvernement dit de la République indifférent, après le crash d’un avion cargo Antonov 12 immatriculé TN-AGK de la Compagnie TAC sur un Quartier résidentiel de la Commune de Pointe-Noire le 26 mars 2011 vers 15, faisant là aussi des centaines de morts, encore une fois au mois de mars ; rien ne semble avoir été entrepris pour indemniser ces familles victimes de l’incompétence notoire d’un ’Etat, qui laisse des cercueils volants survoler nos Communes sans la moindre garantie pour la sécurité de ses habitants.

En Juin 2010, on se rappelle que le dépôt privé d'armes du célébrissime Général Adoua avait pris feu à son domicile de Talangaï, ici aussi, aucune mesure de sécurité n’a jamais été prise, aucune sanction n’a jamais été prononcée, car il faut des armes en pleine ville pour la sauvegarde du pouvoir tribal, et tant pis pour la sécurité des Congolais.

Mardi 22 juin 2010, la série noire se poursuit avec plus d’une centaine de morts dans un accident de train survenu à Yanga sur la ligne Pointe-Noire-Brazzaville. Ici également, dans l’indifférence totale du Gouverneur de la République, après une détention arbitraire de plus d’un an des deux conducteurs à la Maison d’Arrêt de Pointe-Noire, le procès dans ce scandale s’est déroulé sans que le CFCO n’ait pu témoigner le moindre remords. Au contraire, conscient de leur impunité, les dirigeants de cette Société d’Etat, en premier lieu Isidore MVOUBA, n’ont même pas pris la peine d’assumer leur responsabilité de commettant en tant qu’employeur, pour la prise en charge des frais de justice relatifs à la procédure. Ces deux agents ont du se débrouiller pour trouver des Avocats, qui à ce jour attendent qu’on leur paye les honoraires y relatifs.

La catastrophe de Mpila constitue l’occasion de revenir sur le drame de YANGA, et tenter de ressortir sans équivoque le centre de la responsabilité. La question qui arrive à l’esprit est d’abord celle de savoir si les deux conducteurs pouvaient être tenus pour responsables du drame ainsi que l’avait immédiatement décidé Isidore MVOUBA qui s’était alors érigé en Juge.

En principe, le Droit pénal ne trouve à s’appliquer qu’à la personne qui a commis une faute, autrement dit, l’on ne peut être déclaré responsable que lorsque l’on a commis une faute, soit une faute délictuelle qui suppose l’intention de commettre un acte dommageable, soit une faute quasi délictuelle lorsque le fait a été commis par négligence ou par imprudence. Il faut donc rechercher celui par la faute de qui ce drame a été rendu possible. Il s’agit en d’autres termes d’établir d’abord la faute génératrice du drame, puis l’imputabilité de la faute.

D’ores et déjà, et afin de décourager la tentative qui transparaissait en filigrane dans le système de défense du CFCO et donc de l’Etat congolais, il convient de rappeler que le drame déploré est survenu dans un moyen de transport public, et qui permet d’invoquer l’obligation de sécurité du transporteur vis-à-vis des voyageurs afin que ceux-ci n'éprouvent aucun préjudice au cours du transport. Le transporteur en effet, ne peut se dégager de cette obligation de sécurité qu’en prouvant une cause étrangère autrement dit, un fait ne pouvant lui être imputé. En d’autres termes, le transporteur demeure responsable de tous les accidents dont la cause resterait inconnue. Cette responsabilité suppose une relation contractuelle entre le voyageur et le transporteur car, seul un transporteur professionnel peut s’engager contractuellement peu importe que le transport soit réalisé à titre onéreux ou à titre gratuit dès l’instant où il est matérialisé par un titre de transport, un permis de circuler etc. L’obligation de sécurité de résultat existe pendant l’exécution du transport c’est-à-dire à partir du moment où le voyageur monte dans le moyen de transport et jusqu’au moment où il en descend.

Il en résulte que l’action intentée par les victimes à travers les ayants droits, est une action contre le transporteur, le commettant qui se trouve être le l’Etat congolais à travers le CFCO ; autrement dit, pour les parents des victimes ici présents, l’action n’est nullement dirigée contre les conducteurs, que l’Etat congolais s’est plu précipitamment à présenter comme des boucs émissaires. Dès lors, la responsabilité civile du commettant ne fait aucun doute, quand bien même l’on pourrait éventuellement établir la faute des conducteurs autrement dit des préposés. La faute, si faute il y a, aura été commise dans l’exercice de leurs fonctions. Il y a pour l’Etat congolais, la responsabilité du fait d’autrui.

Ce contentieux étant réglé, il restait au CFCO, le commettant, d’établir la faute de ses préposés, en apportant la preuve de la faute commise par eux, à l’origine du drame. Or, les Avocats des accusés ont éloquemment démontré à l’occasion de ce procès que ce drame n’a pu être possible que du seul fait de la défectuosité du chemin de fer, et des trains. Dans un pays qui se vante de dégager depuis trois ans au moins un excédent budgétaire de mille milliards de FCFA, il est simplement inadmissible que l’Etat dispose d’une compagnie de Chemin de fer aussi défectueux, un véritable cimetière potentiel. A-t-on dédommagé les victimes de ce drame ? La lecture de la sentence rendue par le Tribunal correctionnel du Tribunal de Grande Instance de Pointe-Noire témoigne de la manipulation de notre justice par l’Exécutif.

Comme de coutume, dans le dernier drame de MPILA, alors même que le nombre de morts n’est pas encore connu de manière certaine, ou simplement tronqué pour dissimuler la réalité de l’ampleur du drame, SASSOU lui-même s’est précipité à annoncer l’indemnisation des victimes, et le Parlement aux ordres a emboîté le pas. Avec le PCT, la vie humaine a un prix nous dit-on. Dans ce drame qui semble avoir cette fois, sans que cela puisse constituer un motif de s’en réjouir, mais toute de même, frappé la base propre base électorale du PCT, la responsabilité de l’Etat ou ce qui en tient lieu ne pose aucun problème. Il n’y a pas que sa responsabilité qui est établie, la culpabilité du pouvoir en place est sans équivoque. Mais pourquoi garder tant d’armes en pleine cité urbaine ?

Ce drame comporte à notre avis trop de zones d’ombre qui laissent penser que le Gouvernement ment au peuple, le temps de laisser passer la douleur. De Kinshasa en effet nous est parvenue la certitude que les obus qui y sont tombés étaient dégoupillés, ce qui laisserait croire qu’il s’agissait de tirs ciblés. Et la trajectoire de ces projectiles, d’après les spécialistes de la balistique, plutôt que d’être verticale, se retrouve horizontale au point de toucher la capitale voisine qui se trouve tout de même à au moins 5 kilomètres. Avec une certitude peu convaincante, le Gouvernement de la Cuvette a, dans un premier temps, affirmé que la cause du drame était un court-circuit, donc accidentel. Piètre mensonge ! car si la cause du drame est ainsi connue, pourquoi alors commandé une enquête ? A moins d’insinuer que le court-circuit loin d’être accidentel est l’œuvre d’une main bien noire. Les Congolais ont droit à une explication claire et recevable. Mais voilà que désormais, le fameux court-circuit devient lentement mais sûrement un court-circuit téké. Pourvu que cette fois, par une alchimie dont le PCT a seul le secret, le Pool-koongo ne serve pas de bouc-émissaire, car, NTUMI et sa milice ne sont plus dans la forêt.

Dans un Etat de Droit où la vie humaine est précieuse et respectée, depuis, le pseudo Ministre de la Défense délégué serait immédiatement démis. Toute la chaîne de commandement autrement dit le Haut Commandement des FAC serait aux arrêts, en attendant de situer les responsabilités. Mais SASSOU peut-il ainsi reconnaître l’incompétence pourtant criarde des ses fameux Généraux par qui transparaît limpidement la maliénisation (du Mali) de notre Armée ? Est-il capable de demander des comptes à ses parents ? L’on a ensuite parlé de la mort du Général ADOUA. Si cet officier Général est encore en vie, où qu’il set trouve, au Maroc où ailleurs, qu’il parle donc à la radio afin que la rumeur soit démentie.

Pour ce qui concerne la responsabilité et la culpabilité dans ces drames à répétition, je dis à haute et intelligible voix que SASSOU en est le responsable et le coupable exclusif ; il est le Chef de l’Etat, Chef Suprême des Armées, Ministre de la Défense, il nomme aux hautes fonctions civiles et militaires. Qu’il s’emploie depuis des années à encombrer l’Armée ou ce qui en tient lieu, des Généraux dont la médiocrité à tous points de vue est béante, parfaitement incapables plus aptes à se livrer au commerce que de nous donner la preuve de la compétence dans l’art militaire ; qu’il s’emploie depuis à tribaliser la chaine de commandement de ce qui nous est présenté comme étant une Armée nationale ; c’est à lui et à lui seul qu’il convient de demander des comptes. L’histoire retiendra en tout cas la date de naissance de SASSOU comme étant un dies nefastus. Dieu aurait pu nous épargner de cette monstruosité.

Qu’un Gouvernement dit de la République, devant l’ampleur du drame que vient de vivre le pays, ait décidé malgré tout de maintenir l’opération de la révision des listes électorales, des listes affichées après le drame dans les Quartiers sinistrés, ce que j’ai pu voir personnellement avec mes propres yeux pour faire un pléonasme ; il faut conclure que la nation que la formule coloniale nous a forcé de forger, constituée d’entités ethniques aussi différentes dans leurs philosophies, lorsque l’on constate que la vie humaine n’a pas, loin s’en faut la même valeur pour le Nordiste qu’elle l’a dans le Sud du pays ; cette nation congolaise à bâtir est une union frappée de prohibition naturelle à l’instar de l’inceste, et quelle comporte des conséquences dramatiques pour la société congolaise, il convient d’y mettre un terme pour le bien de tous.

Comment espérer construire une société harmonieuse et humainement vivable, avec des sauvages qui, devant un drame qui frappe leurs propres parents, n’hésitent pas à détourner la modique somme allouée aux victimes par l’Etat? En vertu de la Loi de l’Occultisme qui enseigne que « Toute pratique malfaisante se retourne contre son auteur… plus on a de pouvoir sur un être et plus il vous tient sous son influence occulte en raison de la Loi d’équilibre et de réversibilité », pensant aux nombreuses actions punitives organisées par le pouvoir contre les populations du Sud et singulièrement celles du Pool-Koongo, l’on aurait pu constater avec satisfaction que cette foi, Dieu à orienté sa main punitive vers la propre base électorale des bourreaux, pour conclure que cela n’arrive pas seulement aux autres. Hélas, le drame est trop important et éminemment affligeant pour s’autoriser une telle réaction qui répugne à morale koongo, même si la tentation est forte.

Le drame de MPILA est un génocide, il est un crime contre l’humanité, et il devra être traité comme tel.

 

Daniel NKOUTA 

  

         

 «Un dictateur n'a pas de concurrent à sa taille tant que le peulpe ne relève pas le défi » 

 

Pour une République Juste & Démocratique, Vous trompez le Peuple Nous dénonçons

Partager cet article
Repost0

commentaires

I
Thank you so much it may help making people more understood possible issues. Great stuff however ...
Répondre

La Voix Du Peuple

  • : Le blog de la voix du peuple
  • Contact

POUR UN CONGO LIBRE ET DEMOCRATIQUE

 

2013 marketing trends 

 

                              petit gif animé clown qui jongle

 pub_top.gif

     

                                     

             

      VISITEURS                           
         VISITEURS                               

 

 fl8.jpg EDITORIAL                                               

 

 

Nous avons tous  été confrontés un jour ou l’autre à un fait  choquant qui nécessitait d’être révélé à la face du monde.

Mais  désavantagés par l’absence de moyens de nous exprimer, nous avons fini par abandonner. Or, pesant

soigneusement les mots et en cherchant à trouver la bonne formule, il est possible de régler la majeure partie des

problèmes qui nous rongent.

La voix du peuple est cet espace qui nous faisait défaut. Elle a pour ambition l’information du  grand nombre dans la

dénonciation sans appel de toute dérive de nos responsables politiques congolais, tout bord confondu,  qui poseraient

des actes qui opposent le « mal au bien » du peuple congolais à travers des actions telles :

           -des abus de tout genre ;

           -des injustices vis-à-vis des plus faibles ;

           -des scandales économiques, politiques, judiciaires…

La voix du peuple a aussi pour mission, l’assistance des « sans voix » dans la publication de leurs opinions.

La voix du peuple est pour nous tous donc une arme qui nous permet de nous soulager de nos douleurs longtemps

comprimées, et aussi de faire respecter les droits que nous défendons. Désormais, nous parviendrons,  grâce  à elle, à

atteindre dans leurs tanières, leurs châteaux, leurs bunkers, leurs tours…, les intouchables, les protégés, les

invulnérables.

Enfin, se voulant porteuse des valeurs de vérité, de justice, de paix, de la morale, de la vertu et de l’unité de tous les

enfants du Congo du nord au sud, de l’ouest à l’est, la voix du peuple s’insurge, dans l’impartialité, contre des

agissements s’apparentant à de la propagande, au dénigrement matérialisés par :

           -des propos indélicats ; 

           -du culte de la division ;

           -des accusations affamantes ;

           -des observations désobligeantes ;

           -des contre vérités…

Aussi, au regard de ce qui précède, un article des « sans voix » qui ne respecterait point les dites prescriptions, sera

purement et simplement écarté.

email2.gifNous contacter :

dpeuplelavoix@yahoo.fr  

 

 

CONGO.jpg-1.jpg

   

  Le symbole de la liberté

  

         Non à la dictature

    

   

   

 

      L' INCORRUPTIBLE       

     Légende d'Afrique

  

  

 

       La colombe de la paix et de l'esperance

        

 

 

 

         Non à l' omerta

   

 

 

BONGO - CHIRAC - SASSOU les principaux acteurs

du coup d' Etat sanglant du 5 Juin 1997 au Congo Brazzaville

   

   

 

 

 

  Pour une Jusitce transparente et équitable

  

 

     

 

   

  carteanime.gif

 

  undefinedAu pillage des richesses en Afrique

 

 

    Capture

     Kwame NKRUMAH

   

 

        Emery Patrice LUMUMBA

   

 

  Alphonse MASSAMBA - DEBAT

          

 

  

        Marien NGOUABI

       

 

        Cardinal Emile Biayenda

  

             Thomas SANKARA

  

          drapeau des états unis

       Martin Luther KING

  

 

    

   

 

       Mahatma GANDHI

   

 

         Nelson MANDELA

    

 

          John Fitzgerlald KENNEDY  

    

 

       

 

   Pour une alternance démocrtique au Congo

     

     à la santé des Biens mal acquis  

        hautbma.jpg

   

                              drapeau france

    

                          Le TonTon

       undefined

 

           Un grand et un petit

   

 

 

         

                   Non à la chasse à l' homme

        

 

     

      

 

        

 

                

   

 

     

 

       ststop.gif   

 

        sujets-interdits.jpg     

 

          CAF7X9TP.jpg

 

          

               La métamorphose

      

 

           

            La tour de contrôle

      

 

       CALV3Y6Z.jpg      

 

       CARELW57.jpg   

 

       CARTE-CONGO.jpg

 

       medium_sassou-hu-jintao-congo-chine.jpg

 

       FORET-EN-DANGER.gif  

 

        pillards.jpg

 

       le-pillage-des-for-ts-du-congo1.jpg  

 

 

  

 

   

 

       CAG9I7CH-copie-1.jpg

                 

 

                   

                

          

 

         billet 500 euros

           portefeuille dollard

        

                        undefined

 

 

 

                       gif carte mastercard

        Aux massacres

        

 

            

         Des jeunes patriotes Ivoiriens tombés sous les bales

        

 

   Bombardement  de la résidence de Laurent GBAGBO

                          

       Des hélicoptères ont bombardé la résidence de Laurent Gbagbo.

 

        AFRIQUE-LIBERATION.gif

 

        afrique-au-secours.jpg

 

        CRISE.gif

            

                    

     Le  chemin  d' avenir, le chemin sans issue

                  

            

 

      voie-sans-issu-la-d-silusion-du-chemin-d--avenir-copie-1.jpg

      L'eau une denrée rare à Brazzaville, pourtant vitale

      

 

        eau7.jpg

 

        

                          Le fleuve Congo

        

     Le bord du fleuve Congo à Brazzaville pourtant les habitants manquent cruellement l' eau potable

         

 

       

 

                    

 

        arton42-100x29

 

        logo_lexpress.gif

 

        Leparisien

 

        nouvelobs

 

         butin azuréen

 

         rue89_logo1.jpg

 

 

        Logo Mafia

 

        corruption menottes

        Révélations effarantes de John Perkins ancien assassin économique

        JohnPerkinsCourage824

 

        arnaques.jpg

 

        france2

        Le Grand Journal...

 

        canal +

 

            

 

       

 

      

 

       

 

       

 

        

 

       

       

 

       

          

          DES FEMMES ATYPIQUES

 

           

 

           

              

        

 

       

 

           

            congo-brazza1

       Ou est le serieux

            mammamia

 

            aubout

 

            sassou dictateur-copie-1

 

                  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

            

 

      

  Gold Man sachs - LA BANQUE QUI DIRIGE LE MONDE

 

     

     

      News

 

          Le malheur des congolais

 

     

      

        

     

 

 

 

 

 

 

 

      

     

 

Recherche

Texte Libre

Catégories