Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 septembre 2013 1 16 /09 /septembre /2013 07:30

  

 

  

  

  

 

 

     Affaire Dabira, la réaction d’un gouvernement arrogant aux abois 

Daniel NKOUTA dit le DROIT

 

 
En tout cas, la récente homélie du célébrissime Ministre Aimé Emmanuel YOKA dans l’affaire de l’interpellation à Paris du Général de Division Norbert DABIRA, est une belle illustration de la médiocrité régnante, et lorsque l’on sait que le Président de la République dispose d’une structure de conseil juridique ; lâcher de telles insanités dans les médias qui franchissent les frontières nationales, relève de la haute trahison.

Mais, la commisération nous pousse à comprendre que la platitude du style est compensée par l'intérêt de l'intrigue politique, que le clan régnant entend mener jusqu’au dénouement se référant au vade-mecum de la tribu. C’est une spécificité de la race croyez moi. Chez ces gens, la formule qui proclame que le ridicule ne tue pas est vécue grandeur nature, elle fait partie de leur philosophie, c’est une question génétique. Ignorez cette logique, et vous allez peiner à comprendre comment l’on peut se targuer d’être Magistrat, Avocat de son Etat et Ministre de la Justice, pour proclamer ensuite sans sourciller des contrevérités juridiques éhontées qui heurtent violemment le bons sens de l’Etudiant en Droit de deuxième année.

Sans vouloir justifier l’interpellation de l’Officier Général que je sais par ailleurs être une grosse machination, j’en suis définitivement convaincu, Norbert DABIRA n’étant que la victime expiatoire du régime ; il sied cependant de relever que le Pouvoir qui excipe de la souveraineté de l’Etat pour pousser le Général DABIRA à la faute sans en avoir réellement les moyens, n’a même pas l’intelligence de consulter des juristes outillés ici ou ailleurs pour mieux aborder la question. Aboyer ou hurler sa prétendue souveraineté vis-à-vis de la France qui sait mieux que quiconque que le Congo n’en dispose que sur le papier est un rêve de gamin gâté.

Le Général Norbert DABIRA, tel est mon avis, n’ayant rien à craindre dans cette procédure, sa culpabilité étant sujette à caution, dès lors que la charge de la preuve incombe à ses accusateurs ‘’actori incumbit probatio’’, mis en examen, il a tout à gagner à déférer aux audiences, chaque fois qu’il y sera convoqué. A défaut, il se retrouvera sous le coup d’un mandat d’arrêt international et poursuivi pour crime contre l’humanité, aucune immunité ne saurait être invoquée aux termes du Droit pénal international actuel auquel le Congo a librement souscrit.

La réalité c’est que dans cette affaire, SASSOU a peur de voir le Général Norbert DABIRA agacé, finir par passer au déballage car, si lui-même Norbert DABIRA je ne cesserai de l’affirmer est innocent dans la commission de ces crimes abominables, je le répète, je connais l’homme ; étant donné sa position géographique hélas et le rang occupé dans la hiérarchie militaire au moment des faits, même si sa fonction ne fut qu’une sinécure, il ne peut ne pas connaître les véritables assassins. Ici gît l’inquiétude obsédante de SASSOU et ses sbires. DABIRA pourrait être amené à parler, alors, il faut l’empêcher de déférer aux audiences du Juge français. L’invocation de notre prétendue souveraineté n’est qu’une tentative de feinte qui ne convainc que les ignorants.

Mais, laissons la politique de côté, et revenons aux élucubrations de Monsieur le Ministre de la Justice, dans la réaction du Gouvernement ou ce qui en tient lieu à cette interpellation. L’homme, sans souci de précision, car le Droit est une science précise, a martelé que le Général Norbert DABIRA ne pouvait pas être interpellé puis mis en examen, du fait de l’autorité de la chose jugée, l’affaire ayant été définitivement jugée par les juridictions congolaises. Il faut passer sous silence la menace brandie par le Ministre, il s’agit d’une farce de mauvais goût destinée à amuser la galerie, une farce à laquelle le Pouvoir de Mpila ne croit pas lui-même d’ailleurs.

Il faut commencer par rappeler au Ministre ce que désigne la notion de ‘’l’autorité de la chose jugée’’, tarte à la crème dont usent cahin-caha des analphabètes juridiques du genre YOKA. C’est lamentable, une véritable honte nationale, lorsque de telles conneries émanent de cette hauteur institutionnelle. La notion de l’autorité de la chose jugée est un véritable pont aux ânes pour tout juriste même en herbe.

Commençons par dire que la principale caractéristique de l’acte juridictionnel, c’est de posséder une autorité qui n’est point accordée aux actes administratifs. Cette autorité reconnue par l’article 1351 du Code civil, doit être appréciée avec tact. La décision juridictionnelle, lorsqu’elle tranche définitivement la question de fond, a une valeur légale, une présomption de vérité est attachée à elle. Il faut relever dès l’abord que seul le dispositif jouit de cette autorité mais jamais la motivation de la décision.

Par autorité de la chose jugée, il ne faut pas comprendre que la décision dont s’agit est désormais définitive au point qu’elle ne peut plus être critiquée ; elle est définitive en ce que d’une part, le créancier de la décision, autrement dit le plaideur dont le droit a été reconnu peut se prévaloir de la décision et des avantages qui en découlent pour lui. L’autorité de la chose jugée s’identifie alors avec la force obligatoire de la sentence dont on peut exiger l’exécution par la force. Subsidiairement, cette autorité prohibe que soit soumis à nouveau au même Juge qui a connu la question ce qu’il a déjà jugé ; il est désormais dessaisi, peu importe qu’il se soit trompé, une présomption de vérité est attachée à sa décision : res judicata pro veritate habetur. En prononçant la sentence le Juge épuise son pouvoir, en vertu de la vieille règle édictée par le Droit romain que résume le brocard suivant: « Lata sentencia judex desinit esse judex » ; la sentence une fois rendue, le Juge cesse d’être Juge, il ne peut plus revenir sur sa décision même si telle était la volonté des parties ; il est dessaisi, tel est le principe !

La décision acquiert l’autorité de la chose jugée dès son prononcé, mais elle est encore susceptible de voies de recours, et elle ne deviendra exécutoire que lorsque tous les recours possibles ont exercés, ou alors, ne les ayant pas exercés, ou y ayant renoncé formellement, les délais sont passés. Mais également, lorsque la décision soumise la censure de la Cour d’appel a été tranchée par elle. Dès lors, le dernier Juge de fond s’étant prononcé, la décision qui avait jusqu’ici l’autorité de la chose jugée, acquiert la force de chose jugée, autrement dit, même si elle reste soumise au recours en cassation, la décision est néanmoins désormais insusceptible de recours suspensif.

Ce que le Ministre de la Justice a omis de relever, c’est la relativité de la notion de l’autorité de la chose jugée ; car en réalité, la décision juridictionnelle, en dépit de la force de vérité légale qui la caractérise, n’a cependant qu’une autorité relative. A l’égard des parties, l’autorité de la chose jugée se trouve enfermée dans le cadre de la triple identité proclamée par l’article 1531 du Code civile selon lequel : « L'autorité de la chose jugée n'a lieu qu'à l'égard de ce qui a fait l'objet du jugement. Il faut que la chose demandée soit la même ; que la demande soit fondée sur la même cause ; que la demande soit entre les mêmes parties, et formée par elles et contre elles en la même qualité ».

Dès lors, et c’est le cas en l’espèce, les familles des victimes qui n’ont pas formé de demande ont cru devoir saisir une autre juridiction qui peut compétemment en connaître, cette saisine est possible sans qu’elle puisse se heurter à l’obstacle de l’autorité de la chose jugée. Il est vrai que par son existence même, toute décision juridictionnelle modifie l’ordonnancement juridique, et que cette modification s’impose erga mones, il demeure constant toutefois qu’elle ne crée des effets qu’à l’égard des colitigants, autrement dit, si la chose jugée lie les plaideurs, elle n’a aucun effet à l’égard des tiers, elle ne peut créer de droits ou d’obligations en faveur ou à l’encontre de ceux qui n’ont été ni parties ni représentés, de la même façon que le contrat ne produit d’effet qu’à l’égard des cocontractants. : « Res inter alios judicata nec nocet , nec prodest ».

Le Ministre de la Justice se trompe donc proprement lorsqu’il affirme sans sourciller, que « le fait que des victimes non visées dans l’arrêt de la Cour criminelle de Brazzaville figurent dans la plainte à l’origine de la procédure de Meaux ne saurait faire échec à l’autorité de la chose jugée et par conséquent ne saurait justifier le maintien des poursuites ».

Il ne revient pas par ailleurs à la République du Congo encore moins au Gouvernement du PCT de fixer la compétence des juridictions françaises. Si le législateur français a cru devoir dire que toute personne trouvée sur le territoire hexagonal qui aura été convaincue de crime, est passible de la loi pénale française, c’est la loi française, et les braiments frustes du Gouvernement du PCT n’y changeront rien. Que les consorts YOKA s’abstiennent de se rendre sur le territoire français c’est tout !

Mais d’où le Juge pénal français tient-il sa compétence universelle ? « En application des Conventions Internationales visées aux articles suivants, peut être poursuivie et jugée par les Juridictions françaises, si elle se trouve en France, toute personne qui s’est rendue coupable, hors du territoire français de l’une des infractions énumérées par ces articles. Les dispositions du présent article sont applicables à la tentative de ces infractions, chaque fois que celle-ci est punissable ». Tel est le prescrit de l’article 689-1 du Code de procédure pénale français. Et c’est en application de la Convention Internationale de New York du 12 Décembre 1984, sur la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, telle que visée à l’article 689-2 du même Code pénal français et ratifiée par la République du Congo.

Il y a d’abord une jurisprudence française qui semble poser problème. En effet, il a été jugé par la Cour de cassation de Paris que : « La présence en France de victimes de telles infractions ne saurait à elle seule justifier la mise en mouvement de l’action publique, dès lors que les auteurs ou complices de ces infractions n’ont pas été découverts sur le territoire français conformément aux articles 1er et 2 de la loi du 2 Janvier 1995 portant adaptation de la législation française à la résolution 827 des Nations Unies instituant un Tribunal International pour l’ex-Yougoslavie, applicables aux instances en cours. (crim. 26 mars 1996.Bull. crim. N° 132 ; Rev. De crim. 1996. 684, obs. Dintilhac)».

D’après les dispositions conjuguées de cette loi n°95-1 du 2 Janvier 1995, et celles de l’article 689-1 du Code de procédure pénale ; la condition nécessaire pour la mise en mouvement de l’action publique sous l’empire de la Convention de New York est que le présumé coupable ou complice soit trouvé sur le territoire français. La compétence juridictionnelle telle que définie à l’article 693 du Code de procédure pénale français, n’est invoquée qu’à la condition que le prévenu soit trouvé sur le territoire français. Ce qui, à priori exclut toute action contre X. La possession d’une habitation en France, ne saurait en principe valoir de présence en France. Il ne s’agit pas d’une résidence dans l’acception juridique française. Une résidence étant le lieu où se trouve en fait une personne.

Dès lors, se targuer du procès de Brazzaville pour dénier la compétence du Juge pénal français, n’a pas été seulement peu intelligent, mais une digression, de la masturbation intellectuelle puérile, de la tropicalisation de la règle du Droit français. L’article 692 du Code de procédure pénale français dit que seul un jugement définitif intervenu à l’étranger interdit la saisine d’un autre Juge dans ce cas. L’invocation du principe de l’autorité de la chose jugée est inopportune. Autrement dit, l’ouverture du procès de Brazzaville dans l’espèce étant intervenue alors que certaines familles avaient déjà saisi les juridictions pénales françaises, les aboiements du Gouvernement du PCT sont dès lors vains. Les Koongo disent : « WA WUNA YOKAKANA » ce que dans la langue de Voltaire se dit : ‘’A bon mentir qui vient de loin’’. Le bricolage ne vaut pas en Droit ; ici, ou tu connais, ou tu ne connais pas, et Aimé Emmanuel ne connaît pas, c’est une certitude ; c’est avéré.


 Daniel NKOUTA

 

 «Un dictateur n'a pas de concurrent à sa taille tant que le peuple ne relève pas le défi » 

 

Pour une République Juste & Démocratique, Vous Trompez le Peuple Nous dénonçons

 

 

 

 

  

 

Partager cet article

Repost 0
LA VOIX DU PEUPLE
commenter cet article

commentaires

La Voix Du Peuple

  • : Le blog de la voix du peuple
  • Contact

POUR UN CONGO LIBRE ET DEMOCRATIQUE

 

2013 marketing trends 

 

                              petit gif animé clown qui jongle

 pub_top.gif

     

                                     

             

      VISITEURS                           
         VISITEURS                               

 

 fl8.jpg EDITORIAL                                               

 

 

Nous avons tous  été confrontés un jour ou l’autre à un fait  choquant qui nécessitait d’être révélé à la face du monde.

Mais  désavantagés par l’absence de moyens de nous exprimer, nous avons fini par abandonner. Or, pesant

soigneusement les mots et en cherchant à trouver la bonne formule, il est possible de régler la majeure partie des

problèmes qui nous rongent.

La voix du peuple est cet espace qui nous faisait défaut. Elle a pour ambition l’information du  grand nombre dans la

dénonciation sans appel de toute dérive de nos responsables politiques congolais, tout bord confondu,  qui poseraient

des actes qui opposent le « mal au bien » du peuple congolais à travers des actions telles :

           -des abus de tout genre ;

           -des injustices vis-à-vis des plus faibles ;

           -des scandales économiques, politiques, judiciaires…

La voix du peuple a aussi pour mission, l’assistance des « sans voix » dans la publication de leurs opinions.

La voix du peuple est pour nous tous donc une arme qui nous permet de nous soulager de nos douleurs longtemps

comprimées, et aussi de faire respecter les droits que nous défendons. Désormais, nous parviendrons,  grâce  à elle, à

atteindre dans leurs tanières, leurs châteaux, leurs bunkers, leurs tours…, les intouchables, les protégés, les

invulnérables.

Enfin, se voulant porteuse des valeurs de vérité, de justice, de paix, de la morale, de la vertu et de l’unité de tous les

enfants du Congo du nord au sud, de l’ouest à l’est, la voix du peuple s’insurge, dans l’impartialité, contre des

agissements s’apparentant à de la propagande, au dénigrement matérialisés par :

           -des propos indélicats ; 

           -du culte de la division ;

           -des accusations affamantes ;

           -des observations désobligeantes ;

           -des contre vérités…

Aussi, au regard de ce qui précède, un article des « sans voix » qui ne respecterait point les dites prescriptions, sera

purement et simplement écarté.

email2.gifNous contacter :

dpeuplelavoix@yahoo.fr  

 

 

CONGO.jpg-1.jpg

   

  Le symbole de la liberté

  

         Non à la dictature

    

   

   

 

      L' INCORRUPTIBLE       

     Légende d'Afrique

  

  

 

       La colombe de la paix et de l'esperance

        

 

 

 

         Non à l' omerta

   

 

 

BONGO - CHIRAC - SASSOU les principaux acteurs

du coup d' Etat sanglant du 5 Juin 1997 au Congo Brazzaville

   

   

 

 

 

  Pour une Jusitce transparente et équitable

  

 

     

 

   

  carteanime.gif

 

  undefinedAu pillage des richesses en Afrique

 

 

    Capture

     Kwame NKRUMAH

   

 

        Emery Patrice LUMUMBA

   

 

  Alphonse MASSAMBA - DEBAT

          

 

  

        Marien NGOUABI

       

 

        Cardinal Emile Biayenda

  

             Thomas SANKARA

  

          drapeau des états unis

       Martin Luther KING

  

 

    

   

 

       Mahatma GANDHI

   

 

         Nelson MANDELA

    

 

          John Fitzgerlald KENNEDY  

    

 

       

 

   Pour une alternance démocrtique au Congo

     

     à la santé des Biens mal acquis  

        hautbma.jpg

   

                              drapeau france

    

                          Le TonTon

       undefined

 

           Un grand et un petit

   

 

 

         

                   Non à la chasse à l' homme

        

 

     

      

 

        

 

                

   

 

     

 

       ststop.gif   

 

        sujets-interdits.jpg     

 

          CAF7X9TP.jpg

 

          

               La métamorphose

      

 

           

            La tour de contrôle

      

 

       CALV3Y6Z.jpg      

 

       CARELW57.jpg   

 

       CARTE-CONGO.jpg

 

       medium_sassou-hu-jintao-congo-chine.jpg

 

       FORET-EN-DANGER.gif  

 

        pillards.jpg

 

       le-pillage-des-for-ts-du-congo1.jpg  

 

 

  

 

   

 

       CAG9I7CH-copie-1.jpg

                 

 

                   

                

          

 

         billet 500 euros

           portefeuille dollard

        

                        undefined

 

 

 

                       gif carte mastercard

        Aux massacres

        

 

            

         Des jeunes patriotes Ivoiriens tombés sous les bales

        

 

   Bombardement  de la résidence de Laurent GBAGBO

                          

       Des hélicoptères ont bombardé la résidence de Laurent Gbagbo.

 

        AFRIQUE-LIBERATION.gif

 

        afrique-au-secours.jpg

 

        CRISE.gif

            

                    

     Le  chemin  d' avenir, le chemin sans issue

                  

            

 

      voie-sans-issu-la-d-silusion-du-chemin-d--avenir-copie-1.jpg

      L'eau une denrée rare à Brazzaville, pourtant vitale

      

 

        eau7.jpg

 

        

                          Le fleuve Congo

        

     Le bord du fleuve Congo à Brazzaville pourtant les habitants manquent cruellement l' eau potable

         

 

       

 

                    

 

        arton42-100x29

 

        logo_lexpress.gif

 

        Leparisien

 

        nouvelobs

 

         butin azuréen

 

         rue89_logo1.jpg

 

 

        Logo Mafia

 

        corruption menottes

        Révélations effarantes de John Perkins ancien assassin économique

        JohnPerkinsCourage824

 

        arnaques.jpg

 

        france2

        Le Grand Journal...

 

        canal +

 

            

 

       

 

      

 

       

 

       

 

        

 

       

       

 

       

          

          DES FEMMES ATYPIQUES

 

           

 

           

              

        

 

       

 

           

            congo-brazza1

       Ou est le serieux

            mammamia

 

            aubout

 

            sassou dictateur-copie-1

 

                  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

            

 

      

  Gold Man sachs - LA BANQUE QUI DIRIGE LE MONDE

 

     

     

      News

 

          Le malheur des congolais

 

     

      

        

     

 

 

 

 

 

 

 

      

     

 

Recherche

Texte Libre

Catégories