Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 novembre 2016 7 20 /11 /novembre /2016 12:27

​​

undefined 

  carteanime.gif 

 

  •  
    flash information 01
     
     

     

     

    Deuxième  partie

    POINT DE PRESSE DU COLLECTIF DES PARTIS DE L'OPPOSITION CONGOLAISE DU 18 NOVEMBRE 2016

     

     

    I-                   A propos du statut de l’opposition

    Le projet de loi portant statut de l’opposition, introduit au parlement par le gouvernement, instaure le principe de la nomination d’un chef unique de l’opposition et propose que ce chef unique soit choisi dans le parti de l’opposition  qui aura obtenu le plus grand nombre de députés après le parti ou le groupement politique majoritaire, à l’issue des élections législatives.

    A ce sujet, le Collectif rappelle que sur le plan des principes, dans une démocratie digne de ce nom, les partis politiques se créent sur la base de doctrines politiques, économiques et sociales déterminées. Au Congo-Brazzaville, les partis qui se réclament de l’opposition, n’adhèrent pas tous aux mêmes doctrines et ne poursuivent pas tous, les mêmes objectifs politiques.  L’opposition congolaise est plurielle. Les tendances qui la composent adhèrent à des idéologies différentes et ne défendent pas les mêmes positions sur les grands problèmes nationaux et internationaux. Dans un tel cas de figure, il ne saurait y avoir un chef unique de l’opposition, mais un chef pour chaque tendance de l’opposition, ce dernier faisant office de porte-parole de sa tendance.

    L’exemple d’un pays comme la France est édifiant à cet égard. En effet, en France où les partis sont structurés selon la couleur politique (extrême droite, droite libérale, centre droit, centre gauche, socialistes, écologistes, communistes, extrême gauche), il n’y a pas un chef unique de l’opposition, mais un chef pour chaque tendance de  l‘opposition (Marine Lepen pour l’extrême droite, Nicolas Sarkozy pour la droite libérale, François Bayrou pour le centre droit, Jean François Bayet pour les radicaux de gauche, Cécile Duflot pour les écologistes, Paul Laurent pour les communistes, J. Luc Melenchon pour l’extrême gauche). Chacun de ces leaders est le porte-parole de sa tendance. Dans le même ordre d’idées, au Parlement français, chaque groupe parlementaire a un chef qui est son porte-parole. Par exemple, le chef du groupe parlementaire des Républicains, groupe qui a le plus grand nombre de députés parmi les partis de l’opposition française, n’a pas la prétention d’être le chef de l’opposition en France. C’est dire que dans une démocratie où l’opposition est plurielle, on ne peut pas parler de chef unique de l’opposition. Cela relève des méthodes éculées du monopartisme. A défaut d’instituer officiellement un parti unique, le pouvoir congolais veut se donner une opposition unique, corvéable et malléable à merci.

    Par ces motifs, le Collectif des partis de l’opposition dit résolument non à la nomination par le gouvernement d’un chef unique de l’opposition. En revanche, le Collectif marque son accord pour l’élaboration consensuelle et l’adoption d’un statut particulier de l’opposition, garantissant à cette dernière, le libre exercice de ses activités, la liberté d’aller et de venir, la liberté de réunion, de cortège et de manifestation pacifique, le libre accès aux médias et aux espaces publics de réunion, l’accès juste et équitable au financement public, la participation équitable à toutes les phases du processus électoral, la sécurité et l’intégrité physique de ses dirigeants et de ses militants, bref, la reconnaissance du droit à la différence, la tolérance, l’arrêt de toutes les tracasseries et vexations contre les acteurs politiques de l’opposition.

    II. A propos de la mise en place d’un Conseil national du dialogue

    En France, un adage dit : « Quand on veut enterrer un problème, on crée une commission ». Ramené au champ politique congolais, cet adage pourrait être traduit comme suit : « Au Congo, quand on veut enterrer un problème, on crée une institution constitutionnelle». En effet, la Constitution de 2002 avait créé une multitude d’institutions constitutionnelles, chargées de résoudre tel ou tel grand problème national. Parmi elles,  la Cour des comptes et de disciplinaire budgétaire, la Commission nationale des droits de l’homme, le Conseil économique et social, le Conseil supérieur de la liberté de communication, le Médiateur de la République, la commission de lutte contre la corruption.

    On aurait pu penser qu’avec la création de toutes ces institutions, les crimes de corruption, les crimes économiques, les détournements des deniers publics, l’enrichissement illicite, l’appropriation personnelle des biens publics seraient sévèrement punis. Au contraire, aujourd’hui dans notre pays, l’impunité est érigée en méthodes du gouvernement et les délinquants en col haut bénéficient du statut d’intouchable. Dans la même optique, la création des institutions constitutionnelles citées supra, aurait pu laisser supposer que les droits humains seraient désormais mieux défendus, que les libertés fondamentales seraient respectées, que les valeurs de la démocratie et de la République seraient promues. Il n’en est absolument rien.

    Dans la pratique, les institutions constitutionnelles suscitées ne jouent pas le rôle que leur a dévolu la Constitution. Par exemple, le Conseil supérieur de la liberté de communication s’est transformé en organe de censure, ce qui est totalement à l’opposé de sa vocation. L’Assemblée nationale, le Sénat, la Cour constitutionnelle, la Cour des comptes et de disciplines budgétaires qui devraient servir de contrepoids au pouvoir exécutif ont abdiqué leurs missions et se sont mués en des instruments au service du pouvoir. On peut dès lors se poser la question de savoir : « à quoi servira le Conseil national du dialogue que le pouvoir se propose de mettre en place ? ».

    Au regard de sa composition (les anciens présidents de la République, les anciens Premiers ministres, le président de l’Assemblée, le président du Sénat, le Premier ministre en fonction …) et l’autorité de tutelle du Conseil (le président de la République),  tout indique qu’à  l’instar des autres institutions constitutionnelles existantes qui ont toujours fait triompher le fait du prince et le fait accompli, le Conseil national du dialogue ne sera rien d’autre, qu’un nouvel instrument au service du pouvoir pour museler l’opposition et imposer au peuple congolais, la politique anti-démocratique, antisociale, antipopulaire et néo-patrimoniale à l’œuvre depuis le retour au pouvoir du président Denis Sassou Nguesso. Par ailleurs, dans les conditions d’aujourd’hui, caractérisées par une crise financière sévère, il n’est pas opportun de mettre en place une nouvelle institution budgétivore qui ne ferait qu’ajouter aux difficultés financières de l’Etat.

    En tout état de cause, le Collectif proclame qu’il ne faut absolument pas noyer dans le cadre du Conseil national du dialogue, comme tente de le faire actuellement le pouvoir, cet événement politique extraordinaire, qu’est le dialogue politique national inclusif, rendu obligatoire par les enjeux politiques de l’heure, et qui a pour vocation, de rompre avec l’ordre politique ancien et de rassembler toute la classe politique,  pour rechercher ensemble, des solutions appropriées à la crise sécuritaire, politique, électorale, économique, financière, sociale et morale qui mine actuellement le Congo.

    Parce que cette crise est gravissime et parce qu’elle appelle des solutions consensuelles, fortes et urgentes, le dialogue politique inclusif est un impératif catégorique. Il doit être obligatoirement tenu dans les meilleurs délais et hors du cadre du Conseil national du dialogue. De même, pour garantir une participation équitable de toutes les parties prenantes, un climat apaisé aux débats, l’efficacité et un meilleur suivi des décisions consensuellement adoptées, le dialogue politique inclusif doit être placé sous l’égide de la communauté internationale. Ce dialogue est la seule alternative qui s’offre au Congo aujourd’hui. Hors de cette voie, il n’y a point de salut pour notre pays. Le moment est venu pour la mouvance présidentielle et pour l’opposition de s’élever au-dessus de leurs intérêts partisans et de donner la priorité au Congo. En avant donc pour le dialogue politique national inclusif, en vue de remettre le Congo sur de bons rails.

     

     

    Collectif Collectif

     

     

     

     

     

     

     
     

     

    JE SUIS Résultat de recherche d'images pour "tricheur"Couverture  Monsieur 8%  DICTATEUR Denis SASSOU NGUESSO

    i

     

    Afficher l'image d'origine

    Couverture 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Couverture

 
B

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.

 

 

 

Voir les commentaires

Partager cet article

Repost 0
LA VOIX DU PEUPLE
commenter cet article

commentaires

La Voix Du Peuple

  • : Le blog de la voix du peuple
  • Contact

POUR UN CONGO LIBRE ET DEMOCRATIQUE

 

2013 marketing trends 

 

                              petit gif animé clown qui jongle

 pub_top.gif

     

                                     

             

      VISITEURS                           
         VISITEURS                               

 

 fl8.jpg EDITORIAL                                               

 

 

Nous avons tous  été confrontés un jour ou l’autre à un fait  choquant qui nécessitait d’être révélé à la face du monde.

Mais  désavantagés par l’absence de moyens de nous exprimer, nous avons fini par abandonner. Or, pesant

soigneusement les mots et en cherchant à trouver la bonne formule, il est possible de régler la majeure partie des

problèmes qui nous rongent.

La voix du peuple est cet espace qui nous faisait défaut. Elle a pour ambition l’information du  grand nombre dans la

dénonciation sans appel de toute dérive de nos responsables politiques congolais, tout bord confondu,  qui poseraient

des actes qui opposent le « mal au bien » du peuple congolais à travers des actions telles :

           -des abus de tout genre ;

           -des injustices vis-à-vis des plus faibles ;

           -des scandales économiques, politiques, judiciaires…

La voix du peuple a aussi pour mission, l’assistance des « sans voix » dans la publication de leurs opinions.

La voix du peuple est pour nous tous donc une arme qui nous permet de nous soulager de nos douleurs longtemps

comprimées, et aussi de faire respecter les droits que nous défendons. Désormais, nous parviendrons,  grâce  à elle, à

atteindre dans leurs tanières, leurs châteaux, leurs bunkers, leurs tours…, les intouchables, les protégés, les

invulnérables.

Enfin, se voulant porteuse des valeurs de vérité, de justice, de paix, de la morale, de la vertu et de l’unité de tous les

enfants du Congo du nord au sud, de l’ouest à l’est, la voix du peuple s’insurge, dans l’impartialité, contre des

agissements s’apparentant à de la propagande, au dénigrement matérialisés par :

           -des propos indélicats ; 

           -du culte de la division ;

           -des accusations affamantes ;

           -des observations désobligeantes ;

           -des contre vérités…

Aussi, au regard de ce qui précède, un article des « sans voix » qui ne respecterait point les dites prescriptions, sera

purement et simplement écarté.

email2.gifNous contacter :

dpeuplelavoix@yahoo.fr  

 

 

CONGO.jpg-1.jpg

   

  Le symbole de la liberté

  

         Non à la dictature

    

   

   

 

      L' INCORRUPTIBLE       

     Légende d'Afrique

  

  

 

       La colombe de la paix et de l'esperance

        

 

 

 

         Non à l' omerta

   

 

 

BONGO - CHIRAC - SASSOU les principaux acteurs

du coup d' Etat sanglant du 5 Juin 1997 au Congo Brazzaville

   

   

 

 

 

  Pour une Jusitce transparente et équitable

  

 

     

 

   

  carteanime.gif

 

  undefinedAu pillage des richesses en Afrique

 

 

    Capture

     Kwame NKRUMAH

   

 

        Emery Patrice LUMUMBA

   

 

  Alphonse MASSAMBA - DEBAT

          

 

  

        Marien NGOUABI

       

 

        Cardinal Emile Biayenda

  

             Thomas SANKARA

  

          drapeau des états unis

       Martin Luther KING

  

 

    

   

 

       Mahatma GANDHI

   

 

         Nelson MANDELA

    

 

          John Fitzgerlald KENNEDY  

    

 

       

 

   Pour une alternance démocrtique au Congo

     

     à la santé des Biens mal acquis  

        hautbma.jpg

   

                              drapeau france

    

                          Le TonTon

       undefined

 

           Un grand et un petit

   

 

 

         

                   Non à la chasse à l' homme

        

 

     

      

 

        

 

                

   

 

     

 

       ststop.gif   

 

        sujets-interdits.jpg     

 

          CAF7X9TP.jpg

 

          

               La métamorphose

      

 

           

            La tour de contrôle

      

 

       CALV3Y6Z.jpg      

 

       CARELW57.jpg   

 

       CARTE-CONGO.jpg

 

       medium_sassou-hu-jintao-congo-chine.jpg

 

       FORET-EN-DANGER.gif  

 

        pillards.jpg

 

       le-pillage-des-for-ts-du-congo1.jpg  

 

 

  

 

   

 

       CAG9I7CH-copie-1.jpg

                 

 

                   

                

          

 

         billet 500 euros

           portefeuille dollard

        

                        undefined

 

 

 

                       gif carte mastercard

        Aux massacres

        

 

            

         Des jeunes patriotes Ivoiriens tombés sous les bales

        

 

   Bombardement  de la résidence de Laurent GBAGBO

                          

       Des hélicoptères ont bombardé la résidence de Laurent Gbagbo.

 

        AFRIQUE-LIBERATION.gif

 

        afrique-au-secours.jpg

 

        CRISE.gif

            

                    

     Le  chemin  d' avenir, le chemin sans issue

                  

            

 

      voie-sans-issu-la-d-silusion-du-chemin-d--avenir-copie-1.jpg

      L'eau une denrée rare à Brazzaville, pourtant vitale

      

 

        eau7.jpg

 

        

                          Le fleuve Congo

        

     Le bord du fleuve Congo à Brazzaville pourtant les habitants manquent cruellement l' eau potable

         

 

       

 

                    

 

        arton42-100x29

 

        logo_lexpress.gif

 

        Leparisien

 

        nouvelobs

 

         butin azuréen

 

         rue89_logo1.jpg

 

 

        Logo Mafia

 

        corruption menottes

        Révélations effarantes de John Perkins ancien assassin économique

        JohnPerkinsCourage824

 

        arnaques.jpg

 

        france2

        Le Grand Journal...

 

        canal +

 

            

 

       

 

      

 

       

 

       

 

        

 

       

       

 

       

          

          DES FEMMES ATYPIQUES

 

           

 

           

              

        

 

       

 

           

            congo-brazza1

       Ou est le serieux

            mammamia

 

            aubout

 

            sassou dictateur-copie-1

 

                  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

            

 

      

  Gold Man sachs - LA BANQUE QUI DIRIGE LE MONDE

 

     

     

      News

 

          Le malheur des congolais

 

     

      

        

     

 

 

 

 

 

 

 

      

     

 

Recherche

Texte Libre

Catégories