Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juin 2016 3 01 /06 /juin /2016 19:56

undefined 

  carteanime.gif 

 

  •  
    flash information 01
     
    info 24
    Source :

     

    LES MANOEUVRES DE Monsieur 8% DICTATEUR Denis SASSOU NGUESSO EN QUÊTE DE LEGITIMITÉ

     

     

    Depuis près de trois mois, Jean-Marie Michel Mokoko tourne en rond dans sa villa du centre de Brazzaville. Candidat malheureux à la présidentielle du 20 mars, arrivé troisième selon les résultats officiels, il est aujourd’hui assigné à résidence. Denis Sassou-Nguesso, réélu dès le premier tour avec 60 % des voix, lui reproche de contester la légitimité de son pouvoir. Et accuse ce général formé à Saint-Cyr d’avoir ourdi un complot visant àdéstabiliser le pays pour prendre le pouvoir par la force.

     

    LE Résultat de recherche d'images pour "tricheur"  Monsieur 8%  DICTATEUR Denis SASSOU NGUESSO

    iAfficher l'image d'origine

    L

     

     

    Depuis près de trois mois, Jean-Marie Michel Mokoko tourne en rond dans sa villa du centre de Brazzaville. Candidat malheureux à la présidentielle du 20 mars, arrivé troisième selon les résultats officiels, il est aujourd’hui assigné à résidence. Denis Sassou-Nguesso, réélu dès le premier tour avec 60 % des voix, lui reproche de contester la légitimité de son pouvoir. Et accuse ce général formé à Saint-Cyr d’avoir ourdi un complot visant àdéstabiliser le pays pour prendre le pouvoir par la force.

    Le régime affirme qu’il dispose d’éléments de preuves d’un plan pensé avec certains ressortissants français, notamment 70 pages de transcriptions de conversations téléphoniques. Ce que dément Jean-Marie Michel Mokoko, qui attend son heure, comme il dit, privé de mouvements et de visites.

    Lire aussi : Congo : l’opposition se félicite du succès de sa journée ville morte

    La routine et l’ennui ont néanmoins été récemment brisés par les visites successives d’un intermédiaire français et de l’ambassadeur de France.

    Un binôme pour détendre l’atmosphère

    Dimanche 22 mai, l’homme d’affaires français Jean-Yves Ollivier a franchi les barrages et contrôles des policiers qui montent la garde, en uniforme ou en civil. Ami proche de Denis Sassou-Nguesso, qu’il conseille et promeut à l’étranger, il se dit aussi diplomate de l’ombre. « J’agis en tant que Jean-Yves Ollivier, les gens me connaissent », explique-t-il.

    M. Mokoko et M. Ollivier s’étaient déjà rencontrés un mois plus tôt. Malgré les efforts de l’émissaire de Denis Sassou-Nguesso, l’opposant n’a pas fait la déclaration escomptée, dans laquelle il était censé reconnaître la légitimité de la « nouvelle République ». Et donc la victoire de M. Sassou-Nguesso. Le texte qu’il devait lire a fait plusieurs allers-retours et fut amendé à la virgule près par les deux adversaires à la présidentielle. « Ce que me proposait M. Ollivier, c’était comme une capitulation. Pas question pour moi de plier face à un régime que Paris, Washington et l’Union européenne ne reconnaissent pas », explique M. Mokoko, joint par téléphone.

    Lire aussi : Mal réélu, Denis Sassou-Nguesso réprime toute forme d’opposition

    Ce dimanche 22 mai, Jean-Yves Ollivier a donc un nouveau plan, et surtout un nouveau partenaire avec lequel il a coordonné cette négociation. Il s’agit de l’ambassadeur de France au Congo, Jean-Pierre Vidon. Ce diplomate, dont le mandat est arrivé à terme fin mai, a vu sa mission prolongée à Brazzaville pour tenter de détendre la situation politique congolaise et detrouver une issue à la situation de M. Mokoko. Cela afin de poser les bases d’une nouvelle relation entre la France et le Congo, qui n’a « jamais été aussi mauvaise », déplore-t-on à Paris.

    Le Congo n’a d’ailleurs toujours pas d’ambassadeur en France, s’étant vurefuser l’agrément pour Alain Akouala Atipault, finalement nommé ministre des zones économiques spéciales dans le nouveau gouvernement. Pourtant, la normalisation diplomatique est amorcée : Bertrand Cochery vaquitter l’ambassade de France à Conakry pour la Case de Gaulle à Brazzaville ; et l’ancien ministre des affaires étrangères congolais, Rodolphe Adada, devrait être proposé comme ambassadeur du Congo en France. Même si, pour le moment, aucune demande d’agrément d’ambassadeur n’a été transmise, indique-t-on à Paris.

    Quid du binôme Ollivier-Vidon auprès de M. Mokoko pour négocier un apaisement et permettre de faciliter le réchauffement entre Paris et Brazzaville ? « M. Ollivier ne représente rien d’autre que lui-même et ses clients, il n’est en aucun cas mandaté par la France pour discuter avec M. Mokoko », précise-t-on à l’Elysée.

    « Assouplissement et action pacifique »

    Ce dimanche 22 mai, M. Ollivier a fait une offre simple. « Reconnaître l’élection et la légitimité de Denis Sassou-Nguesso en échange d’un assouplissement de mes conditions de vie et d’un engagement à une action pacifique dans l’opposition, explique M. Mokoko. M. Ollivier m’a laisséentendre que la France ne ferait plus d’efforts pour moi et les autres opposants, car les relations entre Paris et Brazzaville se normalisent. Il a dit que, d’ailleurs, le lendemain, l’ambassadeur de France au Congo allait venirme voir pour me le dire. »

    Lundi 23 mai, Jean-Pierre Vidon s’est en effet rendu chez M. Mokoko, visiblement informé de la teneur de l’entretien de la veille. « Il était au courant de la visite de M. Ollivier et ne se cachait pas de collaborer avec lui, reprenant même les termes de son offre », lâche M. Mokoko. Contacté, Jean-Pierre Vidon n’a pas souhaité réagir. Mais au sein de sa hiérarchie, on minimise le rôle de M. Ollivier et on salue une « action humanitaire et des efforts importants de l’ambassadeur qui a été le seul acteur neutre à pouvoir se rendre chez M. Mokoko et ainsiévaluer ses conditions de vie ».

    Lire aussi : Répression à huis clos au Congo-Brazzaville

    Ces derniers temps, M. Vidon avait tenté de convaincre Denis Sassou-Nguesso de laisser M. Mokoko sortir de sa résidence, voire de quitter le pays avec une discrète logistique française. En vain. « Ce fut perçu comme une ingérence », lâche-t-on dans l’entourage de M. Sassou-Nguesso.

    Confiné chez lui, M. Mokoko observe ainsi le « drôle de jeu » de ses rares visiteurs et les efforts de Denis Sassou-Nguesso pour obtenir un ralliementinternational autour de sa réélection. Après trente-deux ans au pouvoir, celui-ci avait modifié la Constitution en octobre 2015 pour pouvoir se faireréélire le 20 mars dès le premier tour. La France a pointé un« contextepréoccupant ». L’Union européenne s’est inquiétée d’« atteintes aux droits de l’homme, arrestations et intimidations ». Les Etats-Unis ont dénoncé des« irrégularités généralisées ». Aucune de ces puissances n’a adressé de messages de félicitation à Denis Sassou-Nguesso comme l’ont fait les chefs d’Etat d’Afrique centrale, Vladimir Poutine et le roi du Maroc, réunis sur une grande affiche disposée… juste en face à l’ambassade de France à Brazzaville.

     

     

     

    Tricheur / Tricheuse / Humour / Gaming / Ecole Tee shirts

     

     

    Source : MEDIAPART 

    L'ambassadeur de France au Congo se fait le représentant de Sassou


    1 JUIN 2016 | PAR LÉNAÏG BREDOUX ET AGATHE DUPARC

    Placé en résidence surveillée depuis deux mois, le général Jean-Marie Michel Mokoko a reçu la visite les 22 et 23 mai du sulfureux Jean-Yves Ollivier, et de l’ambassadeur français à Brazzaville Jean-Pierre Vidon, venus lui demander de reconnaître sa défaite. « Ils croyaient me faire peur et pensaient que j'allais m'aligner ! », rétorque le principal opposant au président Sassou-Nguesso.

    Depuis le 5 avril dernier, le général Jean-Marie Michel Mokoko vit reclus dans une villa du centre de Brazzaville, la capitale du Congo, encerclée nuit et jour par des hommes de la brigade antiterroriste. Arrivé en troisième position de l’élection présidentielle du 20 mars 2016 qui a, sans surprise, consacré la victoire du président Denis Sassou-Nguesso, au pouvoir depuis plus de 20 ans, le principal opposant du régime vient de vivre une bien étrange aventure. Digne des plus belles années de la Françafrique.

    Le général Mokoko lors de la campagne présidentielle.
    Il y a une dizaine de jours, alors qu’il n’avait pas eu le droit de s’approvisionner depuis trois semaines en nourriture et en médicaments, Jean-Marie Michel Mokoko a reçu la visite de deux personnalités françaises : d’abord, dimanche 22 mai, celle de Jean-Yves Ollivier, un intime du potentat congolais et acteur bien connu des réseaux africains depuis les années 1980 ; puis, le lendemain, celle de l’ambassadeur de France au Congo, Jean-Pierre Vidon, sur le départ après deux ans passés à Brazzaville. Tous deux sont venus lui faire passer le même message, comme l’a appris Mediapart : qu’il accepte sa défaite et permette ainsi à la France d’aller de l’avant dans sa relation avec le maître de Brazzaville. En échange de sa liberté.Contacté, le général Mokoko juge « très choquantes » ces initiatives qui ont été, selon lui, « concertées » et sont « des pratiques d'un autre âge ».

    LIRE AUSSI
    Congo : le double jeu de François HollandePAR LÉNAÏG BREDOUX
    Elections en Afrique: la France toujours à la traîne de l’HistoirePAR CLÉMENT FAYOL
    Les réseaux africains de Manuel VallsPAR LÉNAÏG BREDOUX ETCLÉMENT FAYOL
    L'orchestre de l'épouse de Manuel Valls se trouve au cœur de montages financiers douteuxPAR LÉNAÏG BREDOUX
    Jean-Yves Ollivier © 
    jeanyvesollivier.com
    Contacté, le général Mokoko estime « très choquantes »ces initiatives qui ont été, selon lui, « concertées » et sont« des pratiques d'un autre âge ». Il raconte comment Jean-Yves Ollivier, dont il avait fait la connaissance trois mois auparavant, s'est montré ce jour là particulièrement pressant. « Il m'a dit qu'il avait été mandaté pour parler au nom d’une autorité étrangère au président Sassou et que ce dernier avait un message : “Les choses vont s'arranger avec la France et vous, vous êtes le dernier des Mohicans. Vous vous prévalez du soutien de la France. Vous devez reconnaître votre défaite [à la présidentielle – ndlr]” »,

    Selon son récit, Jean-Yves Ollivier prend congé en annonçant la visite imminente de l’ambassadeur Jean-Pierre Vidon. « Il m’a dit qu’il viendrait me voir le lendemain et qu’il me transmettrait aussi ce message », se souvient le militaire.

    Lundi 23 mai, comme annoncé, l'ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire Jean-Pierre Vidon sonne à sa porte : « Il était beaucoup plus fin dans ses manières qu’Ollivier. C'est un diplomate. Mais le contenu était le même. Il m'a dit : “Il serait peut-être temps que… Vous devriez… Il me semble que vous étiez sur le point de faire une déclaration. Il faut trouver le moyen d'apaiser la situation peut-être en donnant une interview.” J'ai répondu que celui qui avait la clé de l'apaisement, c'était le président Sassou et que je ne renierais pas mes convictions », raconte Mokoko, qui rappelle que le scrutin présidentiel du 20 mars a été largement truqué et qu’il aurait dû arriver au second tour. « L’ambassadeur a conclu sur ce chapitre en disant qu’il devait rendre compte de notre entretien à Jean-Yves Ollivier, qui reviendrait ensuite me voir. À ce moment, je n’ai pas cru un instant qu’il soit venu parler au nom de la France ! », ajoute-t-il.

    Jean-Pierre Vidon nommé ambassadeur au Congo-Brazzaville en mai 2014 pour une mission de deux ans. Il vient d'être remplacé par Vincent Cochery.
    L’opposant congolais, qui explique souffrir d’une lombalgie et d’hypertension, attendait aussi que l’ambassadeur de France lui apporte les médicaments dont il manque. Mais le diplomate est arrivé les mains vides, expliquant, selon le général Mokoko, qu’il n’avait pas voulu prendre cette responsabilité,« par prudence ». « Il m’a dit : “Cela fait deux ou trois mois que vous n’avez pas vu un médecin. Est-ce que cela vous dérangerait si celui de l’ambassade [de France] venait vous voir ?” J’ai répondu que non, mais rien n’est encore arrivé et Jean-Yves Ollivier n’est jamais revenu… » Le soir même, dans l’entourage du général, l’histoire se répand comme une traînée de poudre, parvenant, selon nos informations, aux oreilles de la cellule diplomatique de l’Élysée et du Quai d’Orsay. Le ministre Jean-Marc Ayrault se serait même dit « outré », selon ces sources.

    Contactés, le Quai d’Orsay puis l’Élysée confirment la visite de l’ambassadeur. Mais affirment catégoriquement que ses instructions étaient « claires » : il n’était absolument pas mandaté, dit-on à Paris, pour convaincre le général Mokoko de reconnaître le résultat des élections, mais pour s’enquérir de sa santé. « L'Élysée confirme que l'ambassadeur a rendu visite la semaine dernière au général Mokoko pour s'enquérir de sa situation humanitaire. C'étaient ses instructions », explique-t-on au Palais, sans plus de précisions.

    Plusieurs sources diplomatiques affirment également que la France s’est inquiétée à plusieurs reprises auprès des autorités congolaises du blocus imposé depuis 21 jours au général Mokoko. Et que son ambassadeur est le seul représentant de la communauté internationale à avoir obtenu l’autorisation de Denis Sassou-Nguesso de rendre visite à l’opposant.

    « Ils croyaient me faire peur. Ils se sont trompés de client »
    Mais Jean-Yves Ollivier, qui préside la Fondation de Brazzaville dont l’Alma Chamber Orchestra est partenaire (l’orchestre où joue Anne Gravoin, l’épouse de Manuel Valls) et a été décoré en juin 2015 de la Légion d’honneur des mains du premier ministre, confirme avoir échangé avec l’ambassadeur Vidon. Et pour cause : selon le récit de ce très proche de Denis Sassou-Nguesso, il a accepté une “mission de médiation” entre l’opposant et les autorités de Brazzaville. « Le gouvernement congolais m’a autorisé à rendre visite au général Mokoko. Je me suis rendu dans sa résidence à plusieurs reprises », explique Ollivier. L’objectif : parvenir à une déclaration« reconnaissant un état de fait et la décision de la cour constitutionnelle [et donc l’élection de Sassou – ndlr] et demandant au gouvernement de rendre au général Mokoko sa liberté d’action et ses prérogatives d’opposant légal et non violent », selon l’homme d’affaires.

    Celui-ci croyait avoir convaincu le général, bien connu des Français depuis qu’il a dirigé la force africaine en Centrafrique (Misca). En vain. C’est là qu’il explique avoir« informé » les autorités françaises. « Je suis français. Et il était de mon devoir d’informer les Français de cet échec provisoire de la mission de médiation », avance Ollivier. Quels« Français » ? « Des Français autorisés », dit-il. « Il est alors décidé que la France va appuyer un retour à cette médiation. Cet appui s’est matérialisé par la visite de l’ambassadeur Vidon », poursuit Ollivier. Il confirme également avoir prévenu en personne Mokoko du rendez-vous avec le diplomate français. « Après sa visite, j’ai eu un échange avec l’ambassadeur, raconte encore l’homme d’affaires. Il m’a dit qu’il avait passé un message d’apaisement et en faveur de la reprise des négociations, mais que le général Mokoko n’avait pas semblé répondre à ses recommandations. »

    Jean-Yves Ollivier décoré par Manuel Valls. © © Capture d'écran de la Fondation Brazzaville
    L’épisode est en tout cas révélateur du positionnement de la France vis-à-vis du Congo de Denis Sassou-Nguesso. Ce n’est plus le soutien franc et massif d’antan, savamment mis en scène par des agences de communication bien implantées sur le continent. Mais c’est un solide mariage de raison, qui continue d’indigner la société civile congolaise.

    En octobre 2015, quand Denis Sassou-Nguesso a organisé un référendum pour modifier la Constitution afin de se maintenir au pouvoir, la France était attendue au tournant. Les mois précédents, le président français avait appelé à plusieurs reprises les chefs d’État à respecter les constitutions. Mais à l’approche de l’échéance, François Hollande a complètement changé de discours : « Sur le Congo, le président Sassou peut consulter son peuple ; cela fait partie de son droit, et le peuple doit répondre. Une fois que le peuple aura été consulté, et cela vaut pour tous les chefs d’État de la planète, il faut veiller à rassembler, à respecter et à apaiser », avait-il indiqué en octobre dernier. Les États-Unis avaient, eux, défendu une position opposée.

    Quelques mois plus tôt, quand Sassou s’était rendu à Paris, Manuel Valls s’était déplacé en personne, à son hôtel de luxe, pour le rencontrer. Une visite très surprenante pour un premier ministre, dans un cadre privé, en dehors de tout agenda officiel, alors que le président congolais préparait déjà son référendum et qu’il est poursuivi en France dans l’affaire des biens mal acquis (lire notre enquête sur les réseaux africains de Manuel Valls).

    À Brazzaville, l’opposition compare régulièrement l’attitude des autorités américaines et françaises en accusant ces dernières de grande complaisance avec le régime. L’ambassadrice américaine Stephanie Sullivan est saluée par tous pour son travail, alors que son homologue français, Jean-Pierre Vidon, semble invisible. « Elle reçoit les opposants, va les voir même, et parle avec tout le monde quand Vidon est complètement absent », confiait en mars dernier à Mediapart une source bien informée.

    Pourtant, à ce jour, la France n’a pas fait le moindre commentaire officiel sur la réélection de Sassou. Il n’y a pas eu de communiqué de félicitations de l’Élysée. Mais un communiqué critique du Parti socialiste, dénonçant le 25 mars « l’absence de transparence de l’élection présidentielle ». Le 22 avril, le porte-parole du Quai d’Orsay a quant à lui affirmé que « les conditions d'organisation du scrutin présidentiel au Congo, notamment la coupure des communications pendant l'essentiel des opérations de vote et de dépouillement, ne permettent pas d'en apprécier les résultats officiels ». Avant d’ajouter : « En l'absence d'une transparence suffisante pour certifier la crédibilité des résultats, la France encourage les autorités du Congo au respect, au dialogue et au rassemblement de l'ensemble des sensibilités politiques du pays. »

    En attendant, à Brazzaville, le général Mokoko, coupé du monde, est toujours accusé par le régime de vouloir fomenter un coup d’État, sur la base d’une vieille vidéo de 2007 où on l’entend converser avec des barbouzes proches de la DGSE. Il dit ne pas savoir « à quelle sauce » il va désormais être mangé. « Ils croyaient me faire peur et que j'allais m'aligner. Ils se sont trompés de client car je n'ai peur de rien ! », dit-il.

    Brazzaville, Steve OBORABASSI pour la Voix du Peuple

     

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.

 

 

 
 
        
 

 

Un Dictateur n'a pas de concurrent à sa taille tant que le Peuple ne rélève pas le défi

 

Partager cet article

Repost 0
LA VOIX DU PEUPLE
commenter cet article

commentaires

La Voix Du Peuple

  • : Le blog de la voix du peuple
  • Contact

POUR UN CONGO LIBRE ET DEMOCRATIQUE

 

2013 marketing trends 

 

                              petit gif animé clown qui jongle

 pub_top.gif

     

                                     

             

      VISITEURS                           
         VISITEURS                               

 

 fl8.jpg EDITORIAL                                               

 

 

Nous avons tous  été confrontés un jour ou l’autre à un fait  choquant qui nécessitait d’être révélé à la face du monde.

Mais  désavantagés par l’absence de moyens de nous exprimer, nous avons fini par abandonner. Or, pesant

soigneusement les mots et en cherchant à trouver la bonne formule, il est possible de régler la majeure partie des

problèmes qui nous rongent.

La voix du peuple est cet espace qui nous faisait défaut. Elle a pour ambition l’information du  grand nombre dans la

dénonciation sans appel de toute dérive de nos responsables politiques congolais, tout bord confondu,  qui poseraient

des actes qui opposent le « mal au bien » du peuple congolais à travers des actions telles :

           -des abus de tout genre ;

           -des injustices vis-à-vis des plus faibles ;

           -des scandales économiques, politiques, judiciaires…

La voix du peuple a aussi pour mission, l’assistance des « sans voix » dans la publication de leurs opinions.

La voix du peuple est pour nous tous donc une arme qui nous permet de nous soulager de nos douleurs longtemps

comprimées, et aussi de faire respecter les droits que nous défendons. Désormais, nous parviendrons,  grâce  à elle, à

atteindre dans leurs tanières, leurs châteaux, leurs bunkers, leurs tours…, les intouchables, les protégés, les

invulnérables.

Enfin, se voulant porteuse des valeurs de vérité, de justice, de paix, de la morale, de la vertu et de l’unité de tous les

enfants du Congo du nord au sud, de l’ouest à l’est, la voix du peuple s’insurge, dans l’impartialité, contre des

agissements s’apparentant à de la propagande, au dénigrement matérialisés par :

           -des propos indélicats ; 

           -du culte de la division ;

           -des accusations affamantes ;

           -des observations désobligeantes ;

           -des contre vérités…

Aussi, au regard de ce qui précède, un article des « sans voix » qui ne respecterait point les dites prescriptions, sera

purement et simplement écarté.

email2.gifNous contacter :

dpeuplelavoix@yahoo.fr  

 

 

CONGO.jpg-1.jpg

   

  Le symbole de la liberté

  

         Non à la dictature

    

   

   

 

      L' INCORRUPTIBLE       

     Légende d'Afrique

  

  

 

       La colombe de la paix et de l'esperance

        

 

 

 

         Non à l' omerta

   

 

 

BONGO - CHIRAC - SASSOU les principaux acteurs

du coup d' Etat sanglant du 5 Juin 1997 au Congo Brazzaville

   

   

 

 

 

  Pour une Jusitce transparente et équitable

  

 

     

 

   

  carteanime.gif

 

  undefinedAu pillage des richesses en Afrique

 

 

    Capture

     Kwame NKRUMAH

   

 

        Emery Patrice LUMUMBA

   

 

  Alphonse MASSAMBA - DEBAT

          

 

  

        Marien NGOUABI

       

 

        Cardinal Emile Biayenda

  

             Thomas SANKARA

  

          drapeau des états unis

       Martin Luther KING

  

 

    

   

 

       Mahatma GANDHI

   

 

         Nelson MANDELA

    

 

          John Fitzgerlald KENNEDY  

    

 

       

 

   Pour une alternance démocrtique au Congo

     

     à la santé des Biens mal acquis  

        hautbma.jpg

   

                              drapeau france

    

                          Le TonTon

       undefined

 

           Un grand et un petit

   

 

 

         

                   Non à la chasse à l' homme

        

 

     

      

 

        

 

                

   

 

     

 

       ststop.gif   

 

        sujets-interdits.jpg     

 

          CAF7X9TP.jpg

 

          

               La métamorphose

      

 

           

            La tour de contrôle

      

 

       CALV3Y6Z.jpg      

 

       CARELW57.jpg   

 

       CARTE-CONGO.jpg

 

       medium_sassou-hu-jintao-congo-chine.jpg

 

       FORET-EN-DANGER.gif  

 

        pillards.jpg

 

       le-pillage-des-for-ts-du-congo1.jpg  

 

 

  

 

   

 

       CAG9I7CH-copie-1.jpg

                 

 

                   

                

          

 

         billet 500 euros

           portefeuille dollard

        

                        undefined

 

 

 

                       gif carte mastercard

        Aux massacres

        

 

            

         Des jeunes patriotes Ivoiriens tombés sous les bales

        

 

   Bombardement  de la résidence de Laurent GBAGBO

                          

       Des hélicoptères ont bombardé la résidence de Laurent Gbagbo.

 

        AFRIQUE-LIBERATION.gif

 

        afrique-au-secours.jpg

 

        CRISE.gif

            

                    

     Le  chemin  d' avenir, le chemin sans issue

                  

            

 

      voie-sans-issu-la-d-silusion-du-chemin-d--avenir-copie-1.jpg

      L'eau une denrée rare à Brazzaville, pourtant vitale

      

 

        eau7.jpg

 

        

                          Le fleuve Congo

        

     Le bord du fleuve Congo à Brazzaville pourtant les habitants manquent cruellement l' eau potable

         

 

       

 

                    

 

        arton42-100x29

 

        logo_lexpress.gif

 

        Leparisien

 

        nouvelobs

 

         butin azuréen

 

         rue89_logo1.jpg

 

 

        Logo Mafia

 

        corruption menottes

        Révélations effarantes de John Perkins ancien assassin économique

        JohnPerkinsCourage824

 

        arnaques.jpg

 

        france2

        Le Grand Journal...

 

        canal +

 

            

 

       

 

      

 

       

 

       

 

        

 

       

       

 

       

          

          DES FEMMES ATYPIQUES

 

           

 

           

              

        

 

       

 

           

            congo-brazza1

       Ou est le serieux

            mammamia

 

            aubout

 

            sassou dictateur-copie-1

 

                  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

            

 

      

  Gold Man sachs - LA BANQUE QUI DIRIGE LE MONDE

 

     

     

      News

 

          Le malheur des congolais

 

     

      

        

     

 

 

 

 

 

 

 

      

     

 

Recherche

Texte Libre

Catégories