Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 mai 2016 2 17 /05 /mai /2016 19:37

undefined 

  carteanime.gif 

  •  

  • info 24
    flash information 01
     
     
    Source : LE MONDE

     

    « Disparus du Beach » de Brazzaville : les familles suspendues à la poursuite de l’instruction française 

     

     

     

     

    Le bac du débarcadère du Beach, à Brazzaville, qui fait la navette sur le fleuve entre les capitales des deux Congos, Brazzaville et Kinshasa.

     

      

     

    Afficher l'image d'origine

    LE DICTATEUR Denis SASSOU NGUESSO 

    Monsieur 8%     

     

    C’est une décision de la plus haute importance que rendra, le 3 juin, la cour d’appel de Paris dans l’affaire dite des « disparus du Beach », du nom du débarcadère fluvial de Brazzaville, où des dizaines de personnes qui avaient fui la guerre civile au Congo ont disparu à leur retour d’exil en mai 1999.

    A l’issue des débats juridiques très techniques, organisés vendredi 13 mai devant la chambre de l’instruction de la juridiction parisienne, les magistrats se sont donné environ trois semaines de réflexion avant de dire s’ils accèdent ou non à la demande du général Norbert Dabira, inspecteur général des forces armées congolaises, d’obtenir l’annulation pure et simple de son interrogatoire du 5 décembre 2014.

    Marathon judiciaire

    Selon différents témoignages, le rapport de forces n’a pas été favorable au général Dabira ni à son avocate, Me Cathy Richard, lors des discussions à huis clos devant la cour d’appel.

    En effet, les parties civiles, représentées notamment par l’Association des familles des disparus, la Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH) ainsi que la procureure générale Bernadette Anton-Bensoussan ont rejeté la demande du général Dabira puis plaidé pour la poursuite normale de l’instruction.

    Mis en examen en août 2013, après son interpellation à la sous-préfecture de Torcy (Seine-et-Marne), où il était venu renouveler son titre de séjour, le général Dabira avait déjà tenté vainement par trois fois d’obtenir l’annulation des poursuites. Il avait alors soulevé comme levier tantôt le non-respect du délai raisonnable par le juge d’instruction, tantôt l’autorité de la « chose jugée », en référence au procès organisé en août 2005 devant la chambre criminelle de la cour d’appel de Brazzaville qui avait acquitté tous les prévenus, dont les généraux Dabira, Pierre Oba et Blaise Adoua.

    Outre l’acquittement général, les magistrats congolais avaient accordé près de 15 000 euros de dommages et intérêts à chacune des familles des victimes parties civiles lors du procès de Brazzaville. L’indemnisation a finalement été payée par l’Etat congolais.

    Ces deux temps forts du procès de Brazzaville ont convaincu d’autres parties civiles de douter de son caractère impartial et de s’en remettre à l’enquête débutée en France à la suite d’une plainte pour « crimes contre l’humanité » déposée en décembre 2001 par Me Henri Leclerc au nom de la FIDH et de l’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH).

    Une affaire relocalisée à Paris

    C’est d’abord le parquet de Meaux (Seine-et-Marne), territorialement compétent du fait de la domiciliation du général Dabira à Villeparisis, qui a ouvert en janvier 2002 une information judiciaire contre X pour « crimes contre l’humanité, crimes de tortures, enlèvements de personnes suivis de disparitions ». Celle-ci avait conduit dès mai 2002 au placement en garde à vue du général Dabira, suivi en octobre de la même année de l’interpellation de Gérard Bitsindou, ministre à la présidence du Congo, chargé du cabinet du chef de l’Etat et du contrôle de l’Etat au moment des faits.

    Tous deux avaient formellement nié toute responsabilité dans les faits.

     

    De passage à Paris, Jean-François Ndenguet, directeur général de la police nationale congolaise (toujours en poste) avait été, pour sa part, interpellé le 1er avril 2004 puis placé en détention à la prison de la Santé avant d’être libéré presque aussitôt à l’issue d’un référé-liberté examiné le 3 avril à 2 heures du matin par la cour d’appel de Paris. Fait inédit dans les annales judiciaires depuis la Libération.

    Décision politique ou pas, sur la demande du procureur général, le président de la chambre de l’instruction de la cour d’appel avait suspendu par arrêt rendu en novembre 2004 l’ensemble de l’instruction du dossier des « disparus du Beach ». La mesure avait provoqué la satisfaction des autorités congolaises, le soulagement du gouvernement du président Jacques Chirac dont on connaissait la proximité avec Denis Sassou-Nguesso, mais la consternation des parties civiles. Lesquelles ont formé un pourvoi devant la Cour de cassation, qui leur a donné raison en janvier 2007 avant de renvoyer l’affaire devant la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Versailles.

    Les magistrats versaillais avaient, de leur côté, annulé l’ensemble des pièces concernant Jean-François Ndenguet et transféré ensuite le dossier au juge d’instruction de Meaux pour la poursuite de l’information.

    Avec la création du pôle « génocide et crimes contre l’humanité » à Paris en janvier 2012, l’affaire des « disparus du Beach » a finalement été relocalisée dans la capitale. Chargée du dossier, la juge Emmanuelle Ducos a ainsi entendu en septembre 2013 l’ancien ministre délégué à la défense, Justin Lékoundzou Itihi, et, en novembre de la même année, le colonel Patrice Mayouma, chef du service des investigations à la Direction générale de la surveillance du territoire (DGDST) à l’époque des faits. Un réquisitoire supplétif a par ailleurs été délivré, toujours en septembre 2013, contre le général Pierre Oba, ministre de la sécurité publique au moment de l’affaire et actuellement ministre des mines et de la géologie dans le gouvernement de Clément Mouamba.

    Vive colère de Denis Sassou-Nguesso

    Les développements judiciaires de ce dossier sont surveillés comme le lait sur le feu par le pouvoir de Brazzaville. Et pour cause : la plainte déposée en 2001 par la FIDH visait nommément le président Denis Sassou-Nguesso, le général Pierre Oba, le général Nobert Dabira, le général Blaise Adoua, patron de la Garde républicaine.

    Sur la base d’indices le mettant directement en cause, le juge d’instruction avait, en septembre 2002, à l’occasion d’une visite de travail en France et en février 2003, en marge du sommet Afrique-France, tenté d’obtenir la déposition écrite de Denis Sassou-Nguesso.

    Le président congolais avait piqué une vive colère et qualifié le magistrat instructeur de « petit juge ». Les autorités congolaises ont par la suite exploré tous les moyens possibles pour freiner la poursuite des investigations en France. Elles ont ainsi saisi en décembre 2002, avec les encouragements du gouvernement français d’alors, la Cour internationale de justice (CIJ) pour qu’elle ordonne la suspension de la procédure d’instruction en France au motif qu’elle violerait la souveraineté du Congo.

    Lire aussi : Mal réélu, Denis Sassou-Nguesso réprime toute forme d’opposition

    Après l’échec de cette démarche, le ministre congolais de la défense avait transmis en 2004, via le Quai d’Orsay, une note à la justice française indiquant que le général Dabira a reçu de sa hiérarchie des instructions pour ne plus déférer aux convocations du juge d’instruction.

    Autre élément de la stratégie du pouvoir congolais, l’accès aux services de plusieurs poids lourds du barreau parisien parmi lesquels Francis Szpiner, Jean-Pierre Versini-Campinchi et feu Jacques Vergès.

    Plusieurs sources soutiennent que l’organisation du procès de Brazzaville en août 2005 a été inspirée par les avocats français du Congo afin de se prévaloir de l’autorité de la « chose jugée ». Toutefois, l’argument n’a pas fait mouche.

    Volet onusien de l’affaire

    Pour des raisons tout à fait différentes, les Nations unies ont également intérêt à suivre les suites de l’enquête menée par la justice française. Car c’est sur la base d’un accord tripartite entre le Congo, le Haut-Commissariat aux réfugiés (HCR) et la République démocratique du Congo (RDC) que les réfugiés, qui avaient fui la guerre civile de 1997, avaient accepté de revenir par le Beach de Brazzaville. Que savait donc le HCR sur les disparus ? Les magistrats français prennent d’autant plus au sérieux cette piste qu’ils ont adressé en mars 2004 et en décembre 2010 deux commissions rogatoires aux autorités suisses afin qu’elles entendent les membres du HCR présents au moment des faits. L’agence onusienne basée à Genève y a opposé l’immunité diplomatique de ses agents.

    Lire aussi : Répression à huis clos au Congo-Brazzaville

    En dépit de ce revers, les familles des disparus continuent de s’en remettre entièrement à la justice française pour connaître ce qui s’est réellement passé ce jour du mois de mai 1999 où plus d’un millier de réfugiés congolais étaient revenus au pays natal. Avec l’espoir de rentrer dans leurs familles. Ce que des dizaines d’entre eux ne feront jamais.

    « J’attends toujours de connaître la vérité, de retrouver le corps de mon fils et d’entamer enfin mon travail de deuil », a affirmé l’ancien colonel congolais Marcel Touanga, dont le fils, un gendarme, compte parmi les disparus.


    En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/afrique/article/2016/05/17/disparus-du-beach-de-brazzaville-les-familles-suspendues-a-la-poursuite-de-l-instruction-francaise_4920787_3212.html#5SgDcWJSryTfydTJ.99

     

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 au changement de la constitution 

Brazzaville, Steve OBORABASSI pour la Voix du Peuple

 

.

 

 

 
 
        
 

 

Un Dictateur n'a pas de concurrent à sa taille tant que le Peuple ne rélève pas le défi

 

Partager cet article

Repost 0
LA VOIX DU PEUPLE
commenter cet article

commentaires

La Voix Du Peuple

  • : Le blog de la voix du peuple
  • Contact

POUR UN CONGO LIBRE ET DEMOCRATIQUE

 

2013 marketing trends 

 

                              petit gif animé clown qui jongle

 pub_top.gif

     

                                     

             

      VISITEURS                           
         VISITEURS                               

 

 fl8.jpg EDITORIAL                                               

 

 

Nous avons tous  été confrontés un jour ou l’autre à un fait  choquant qui nécessitait d’être révélé à la face du monde.

Mais  désavantagés par l’absence de moyens de nous exprimer, nous avons fini par abandonner. Or, pesant

soigneusement les mots et en cherchant à trouver la bonne formule, il est possible de régler la majeure partie des

problèmes qui nous rongent.

La voix du peuple est cet espace qui nous faisait défaut. Elle a pour ambition l’information du  grand nombre dans la

dénonciation sans appel de toute dérive de nos responsables politiques congolais, tout bord confondu,  qui poseraient

des actes qui opposent le « mal au bien » du peuple congolais à travers des actions telles :

           -des abus de tout genre ;

           -des injustices vis-à-vis des plus faibles ;

           -des scandales économiques, politiques, judiciaires…

La voix du peuple a aussi pour mission, l’assistance des « sans voix » dans la publication de leurs opinions.

La voix du peuple est pour nous tous donc une arme qui nous permet de nous soulager de nos douleurs longtemps

comprimées, et aussi de faire respecter les droits que nous défendons. Désormais, nous parviendrons,  grâce  à elle, à

atteindre dans leurs tanières, leurs châteaux, leurs bunkers, leurs tours…, les intouchables, les protégés, les

invulnérables.

Enfin, se voulant porteuse des valeurs de vérité, de justice, de paix, de la morale, de la vertu et de l’unité de tous les

enfants du Congo du nord au sud, de l’ouest à l’est, la voix du peuple s’insurge, dans l’impartialité, contre des

agissements s’apparentant à de la propagande, au dénigrement matérialisés par :

           -des propos indélicats ; 

           -du culte de la division ;

           -des accusations affamantes ;

           -des observations désobligeantes ;

           -des contre vérités…

Aussi, au regard de ce qui précède, un article des « sans voix » qui ne respecterait point les dites prescriptions, sera

purement et simplement écarté.

email2.gifNous contacter :

dpeuplelavoix@yahoo.fr  

 

 

CONGO.jpg-1.jpg

   

  Le symbole de la liberté

  

         Non à la dictature

    

   

   

 

      L' INCORRUPTIBLE       

     Légende d'Afrique

  

  

 

       La colombe de la paix et de l'esperance

        

 

 

 

         Non à l' omerta

   

 

 

BONGO - CHIRAC - SASSOU les principaux acteurs

du coup d' Etat sanglant du 5 Juin 1997 au Congo Brazzaville

   

   

 

 

 

  Pour une Jusitce transparente et équitable

  

 

     

 

   

  carteanime.gif

 

  undefinedAu pillage des richesses en Afrique

 

 

    Capture

     Kwame NKRUMAH

   

 

        Emery Patrice LUMUMBA

   

 

  Alphonse MASSAMBA - DEBAT

          

 

  

        Marien NGOUABI

       

 

        Cardinal Emile Biayenda

  

             Thomas SANKARA

  

          drapeau des états unis

       Martin Luther KING

  

 

    

   

 

       Mahatma GANDHI

   

 

         Nelson MANDELA

    

 

          John Fitzgerlald KENNEDY  

    

 

       

 

   Pour une alternance démocrtique au Congo

     

     à la santé des Biens mal acquis  

        hautbma.jpg

   

                              drapeau france

    

                          Le TonTon

       undefined

 

           Un grand et un petit

   

 

 

         

                   Non à la chasse à l' homme

        

 

     

      

 

        

 

                

   

 

     

 

       ststop.gif   

 

        sujets-interdits.jpg     

 

          CAF7X9TP.jpg

 

          

               La métamorphose

      

 

           

            La tour de contrôle

      

 

       CALV3Y6Z.jpg      

 

       CARELW57.jpg   

 

       CARTE-CONGO.jpg

 

       medium_sassou-hu-jintao-congo-chine.jpg

 

       FORET-EN-DANGER.gif  

 

        pillards.jpg

 

       le-pillage-des-for-ts-du-congo1.jpg  

 

 

  

 

   

 

       CAG9I7CH-copie-1.jpg

                 

 

                   

                

          

 

         billet 500 euros

           portefeuille dollard

        

                        undefined

 

 

 

                       gif carte mastercard

        Aux massacres

        

 

            

         Des jeunes patriotes Ivoiriens tombés sous les bales

        

 

   Bombardement  de la résidence de Laurent GBAGBO

                          

       Des hélicoptères ont bombardé la résidence de Laurent Gbagbo.

 

        AFRIQUE-LIBERATION.gif

 

        afrique-au-secours.jpg

 

        CRISE.gif

            

                    

     Le  chemin  d' avenir, le chemin sans issue

                  

            

 

      voie-sans-issu-la-d-silusion-du-chemin-d--avenir-copie-1.jpg

      L'eau une denrée rare à Brazzaville, pourtant vitale

      

 

        eau7.jpg

 

        

                          Le fleuve Congo

        

     Le bord du fleuve Congo à Brazzaville pourtant les habitants manquent cruellement l' eau potable

         

 

       

 

                    

 

        arton42-100x29

 

        logo_lexpress.gif

 

        Leparisien

 

        nouvelobs

 

         butin azuréen

 

         rue89_logo1.jpg

 

 

        Logo Mafia

 

        corruption menottes

        Révélations effarantes de John Perkins ancien assassin économique

        JohnPerkinsCourage824

 

        arnaques.jpg

 

        france2

        Le Grand Journal...

 

        canal +

 

            

 

       

 

      

 

       

 

       

 

        

 

       

       

 

       

          

          DES FEMMES ATYPIQUES

 

           

 

           

              

        

 

       

 

           

            congo-brazza1

       Ou est le serieux

            mammamia

 

            aubout

 

            sassou dictateur-copie-1

 

                  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

            

 

      

  Gold Man sachs - LA BANQUE QUI DIRIGE LE MONDE

 

     

     

      News

 

          Le malheur des congolais

 

     

      

        

     

 

 

 

 

 

 

 

      

     

 

Recherche

Texte Libre

Catégories