Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mars 2016 2 15 /03 /mars /2016 20:06

undefined 

  carteanime.gif 

  • info 24
    flash information 01

     

     

 

Manifeste pour le Report de l’Élection Présidentielle du 20 Mars 2016 Comité de Veille et de Soutien J3M Pour l’Alternance.

 

 

Manifeste pour le Report de

l’Élection Présidentielle du 20 Mars 2016

Comité de Veille et de Soutien J3M Pour l’Alternance.

 

« La conspiration pour la paix est vouée à une activité sans repos, inlassable. Quand la guerre n’est encore qu’une menace, elle doit en éloigner le spectre, en détruire les germes qui s’appellent haine, injustice, coutre vue, hystérie, volonté de puissance »

Érasme, le Plaidoyer pour la paix.  

 

Général Jean-Marie Michel MOKOKO

 

Après son adoption par le référendum du 25 octobre 2015 décrié par la Communauté internationale (car ne respectant pas la Charte de l’Union Africaine, ni les règles élémentaires de la gouvernance électorale), la dite “nouvelle” Constitution est entrée en vigueur le 6 novembre 2015. Dès lors, le Congo Brazzaville s’est trouvé engagé dans une phase de transition entre l’ancienne et la nouvelle République.Une phase marquée par un imbroglio institutionnel inédit etla ressuscitation des institutions de l’ancienne Constitution du 20 janvier 2002 à travers l’article 244 de la nouvelle Constitution.

Cette conjoncture place les institutions républicaines à cheval sur deux lois fondamentales. Une situation déjà très complexe pour des constitutionalistes avérés et, a fortiori, plus opaque encore pour le citoyen congolais.

Constitutionnellement, le mandat du Président de la République prend fin le 14 août 2016. En avançant la tenue de l’élection présidentielle à la date du 20 mars 2016, le Président Denis Sassou Nguesso désirait secrètement regagner une légitimité perdue le 6 novembre 2015 lorsqu’il a promulgué la nouvelle Constitution. En voulant fermer une porte, tout en ouvrant une autre, il a provoqué un appel d’air dans lequel sa légitimité s’est envolée. Il se trouve maintenant au cœur d’une crise institutionnelle qu’il a lui-même contribué à créer et cherche désespérément à en sortir à n’importe quel prix.

Cela confirme nos craintes, maintes fois exprimées : la fixation à une date très avancée de l’élection présidentielle, ajoutée aux impératifs calendaires, accentue significativement la difficulté pour les pouvoirs publics d’organiser, de façon consensuelle, des élections libres, transparentes et inclusives.

Conséquence, le gouvernement multiplie les entraves à la mise en œuvre de la gouvernance électorale démocratique : absence de dialogue, prise unilatérale de décisions relatives à l’organisation et à la structuration des organes dévolus au processus électoral, privations de libertés des leaders de l’opposition, instrumentalisation et confiscation des médias, lancement inapproprié de la campagne électorale le 4 mars 2016, jour de souvenir et de recueillement, etc., etc.

Des manœuvres qui n’ont qu’un seul but, asseoir la volonté hégémonique d’un seul  homme, le Président Denis Sassou Nguesso.

Loin de ces calculs pitoyables, la Majorité Républicaine Idc-Frocad a manifesté sa volonté de participer à l’élection présidentielle du 20 mars 2016, à condition que soient appliquées, de façon juste et objective, les résolutions des différentes concertations de Sibiti et de Diata.

Il n’empêche. La participation de l’opposition réelle à cette élection présidentielle vise, entre autres, à dédramatiser la lutte pour le pouvoir dans l’intérêt du peuple. Car le véritable enjeu d’une élection réussie réside dans la transparence et la présence de tous les acteurs politiques. En la matière, elle permet  de désamorcer les tensions qu’a engendré jusqu’à présent, au Congo Brazzaville, chaque rendez-vous électoral. Le retour de la confiance du peuple congolais serait l’honneur de toute la classe politique.  

 

L’exigence d’une élection présidentielle apaisée, organisée suivant les standards internationaux, vise également à dissiper les griefs qui pourraient servir de prétextes à des conflits postélectoraux. Il s’agit ici d’éviter les dérives et l’usage de la violence exercée par la force publique, comme on a pu le voir au cours des événements du non-référendum du 25 octobre 2015.

Nous sommes très sensibles à la visibilité opportune des hommes politiques passés – ministres, sénateurs, députés et conseillers départementaux – et à leurs appels en faveur de la paix et de la quiétude du peuple congolais. Aussi, nous leur saurions gré qu’ils fassent en sorte que nos préoccupations deviennent aussi les leurs, et qu’ils les portent jusqu’à l’autorité publique.

Après avoir adopté et promulgué une loi électorale privant la Commission Nationale Électorale Indépendante de ses prérogatives, le Président de la République vient de signer le 17 février 2016 un décret portant nomination de ses membres ; décret en totale contradiction avec les dispositions du décret 2016-1000 du 1er février 2016 et de ladite loi électorale.

Ces pratiques pour le moins contestables s’inscrivent non seulement dans une logique récurrente d’un passage en force, mais surtout dans la volonté délibérée de maintenir  l’organisation d’une élection fantoche au Congo Brazzaville.

La structure actuelle de la Commission Nationale Électorale Indépendante (CNEI) en est une preuve éclatante, puisqu’elle n’est ni paritaire, ni indépendante. Elle n’est que la duplication de la Commission Nationale Électorale (CONEL). À aucun moment et dans aucun des compartiments de la CONEL-BIS, le choix des hommes et des femmes qui la composent ne s’est fait de façon objective.

On constate en effet qu’en plus de leur appartenance à la mouvance présidentielle, plusieurs d’entre eux cumulent des fonctions concurrentes qui mettent à mal leur impartialité. À l’évidence, il y a là des conflits d’intérêt patents.

Ce qui n’est pas sans poser des questions fondamentales

  1. l’élection présidentielle du 20 mars 2016 est conforme aux dispositions constitutionnelles du Congo Brazzaville ? ;
  2. quels sont les organismes internationaux indépendants compétents en matière électorale qui doivent expertiser le corps électoral et assister les observateurs locaux au cours du scrutin ? ;
  3. Quel est plafond du montant de financement de la campagne des différents candidats ? ;

Quel est le montant du budget alloué à l’organisation générale de l’élection présidentielle du 20 mars 2016 par la Commission Nationale Électorale Indépendante (CNEI) et les Commissions Électorale Départementales : Qu’en est-il, entre autre, des indemnités des membres de la Commission Nationale Électorale Indépendante et de celles des organes départementaux ? Sont-elles calculées de telle 

 

  1. sorte qu’ils soient à l’abri de toute faiblesse ou de toute tentation assimilable à de la corruption ? 

Considérant que :

  • Les institutions de la République sont à cheval sur deux lois fondamentales.

 

  • Aucune loi fondamentale n’autorise le Président de la République, Denis Sassou Nguesso, à avancer la date de l’élection présidentielle. C’est pourtant ce qu’il a fait. En conséquence, il aurait dû y avoir vacance de pouvoir, avec l’obligation d’appliquer d’autres dispositions constitutionnelles.

 

  • D’après l’article 69 de la Constitution du 25 octobre 2015 et/ou d’après l’article 62 de la Constitution du 20 janvier 2002, l’élection présidentielle doit avoir lieu trente jours (30) avant l’expiration officielle du mandat du Président de la République en place. Nous pouvons donc affirmer sans risque de nous tromper que l’élection du 20 mars est anticonstitutionnelle.

 

  • Le décret du 25 janvier 2016 de la loi électorale ne respecte pas les conclusions des dialogues de Sibiti et de Diata. Il ne consacre pas l’indépendance morale ni l’autonomie financière de la Commission Nationale Électorale.

 

  • La nomination des membres de la Commission Nationale Électorale Indépendante, par le décret du 17 février 2016, n’obéit pas aux dispositions du décret du 25 janvier 2016. Elle n’est ni paritaire, ni neutre. Son président est entré en fonction avant même sa nomination. La place du deuxième Vice-président qui doit revenir à l’opposition est occupée par le président de l’Association Pona Ekolo-Samu na Bwala’’ de Hugues Ngouélondélé. Et il n’y a que 12 femmes sur 72 membres du Comité de Suivi et de Contrôle, soit 16% seulement des effectifs.     

 

  • Les mêmes individus qui ont fait partie de la coordination de la CONEL pour les scrutins antérieurs sont à nouveau membres de la Commission Électorale dite indépendante. (Cf. annexe 5).

 

  • La moralité du Directeur Général du Budget du Ministère des Finances semble plus que  douteuse. Rien ne justifie donc sa présence au sein de la coordination technique de l’élection.

 

  • L’élection présidentielle n’est pas assimilable à un état d’urgence, encore moins à un état de guerre. Il n’y a donc aucune raison pour que toute la structure supérieure militaire soit impliquée. Le fait que la hiérarchie supérieure de l’armée nationale ait été réquisitionnée indique  clairement le caractère non démocratique et non transparent de l’élection du 20 mars 2016.  

 

  •  Le Comité de Suivi et de Contrôle a été constitué de façon inégalitaire et ne peut assurer de façon impartiale l’élection du 20 mars 2016.

 

  • L’absence de plafonnement financier de la campagne électorale laisse libre-court à des excès invraisemblables, en ce qui concerne les moyens publics que s’octroie le Président sortant, et dont il use et abuse.

 

Ainsi, compte tenu de ce qui précède il apparait clairement que :

  • Aussi sérieux que soit le candidat de l’opposition, il n’est pas, face à Denis Sassou Nguesso, en capacité de gagner l’élection présidentielle dans la mesure où elle est anticonstitutionnelle, et de plus gérée par la Commission Nationale Électorale Indépendante (CNEI) dont on sait qu’elle est profondément viciée dans sa forme et dans son fond. C’est pourquoi, confrontée à l’autisme du pouvoir en place, les plateformes de l’opposition Idc-Frocad se donnent le droit de créer une Commission Technique Électorale (CET) pour faire face au simulacre de la Commission Nationale Électorale indépendante ;
  • Le climat de suspicion, voire de terreur, créé par le pouvoir, tétanise le citoyen congolais et paralyse le fonctionnement normal des institutions de la République que sont le Conseil National des Libertés et de la Communication (CNLC), la Cour suprême et la Cour constitutionnelle. Il faut par ailleurs noter qu’en l’état actuel des choses, le CNLC et la Cour Constitutionnelle sont illégales ou inconstitutionnelles, soit qu’ils sont en fin de mandat – c’est le cas du CNLC, ou non renouvelée réglementairement, c’est celui de la Cour Constitutionnelle ;
  • La procédure pénale à l’encontre du Général Jean-Marie Michel MOKOKO et les multiples convocations à la Direction Générale de la Surveillance du Territoire (DGST) dont il a fait l’objet participent du macabre décompte des jours d’une crise avant un éventuel déclenchement des hostilités dont les pouvoirs publics porteraient l’entière responsabilité.

C’est pourquoi, le Comité de Veille et Soutien J3M  pour l’Alternance demande purement et simplement le report de l’élection présidentielle du 20 mars. Dans le cas contraire seuls seront tenus responsables des conséquences, aux yeux du peuple congolais et de la communauté internationale, en fait et en droit, les organisateurs et les complices de cette comédie anticonstitutionnelle.

Fait à Paris, le 14 mars 2016

Pour le Comité de Veille et Soutien J3M  pour l’Alternance,

Le Coordonnateur,

Isaac Djoumali Sengha

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 au changement de la constitution 

Brazzaville, Steve OBORABASSI pour la Voix du Peuple

 

 
 
        
 

 

Un Dictateur n'a pas de concurrent à sa taille tant que le Peuple ne rélève pas le défi

 

Partager cet article

Repost 0
LA VOIX DU PEUPLE
commenter cet article

commentaires

La Voix Du Peuple

  • : Le blog de la voix du peuple
  • Contact

POUR UN CONGO LIBRE ET DEMOCRATIQUE

 

2013 marketing trends 

 

                              petit gif animé clown qui jongle

 pub_top.gif

     

                                     

             

      VISITEURS                           
         VISITEURS                               

 

 fl8.jpg EDITORIAL                                               

 

 

Nous avons tous  été confrontés un jour ou l’autre à un fait  choquant qui nécessitait d’être révélé à la face du monde.

Mais  désavantagés par l’absence de moyens de nous exprimer, nous avons fini par abandonner. Or, pesant

soigneusement les mots et en cherchant à trouver la bonne formule, il est possible de régler la majeure partie des

problèmes qui nous rongent.

La voix du peuple est cet espace qui nous faisait défaut. Elle a pour ambition l’information du  grand nombre dans la

dénonciation sans appel de toute dérive de nos responsables politiques congolais, tout bord confondu,  qui poseraient

des actes qui opposent le « mal au bien » du peuple congolais à travers des actions telles :

           -des abus de tout genre ;

           -des injustices vis-à-vis des plus faibles ;

           -des scandales économiques, politiques, judiciaires…

La voix du peuple a aussi pour mission, l’assistance des « sans voix » dans la publication de leurs opinions.

La voix du peuple est pour nous tous donc une arme qui nous permet de nous soulager de nos douleurs longtemps

comprimées, et aussi de faire respecter les droits que nous défendons. Désormais, nous parviendrons,  grâce  à elle, à

atteindre dans leurs tanières, leurs châteaux, leurs bunkers, leurs tours…, les intouchables, les protégés, les

invulnérables.

Enfin, se voulant porteuse des valeurs de vérité, de justice, de paix, de la morale, de la vertu et de l’unité de tous les

enfants du Congo du nord au sud, de l’ouest à l’est, la voix du peuple s’insurge, dans l’impartialité, contre des

agissements s’apparentant à de la propagande, au dénigrement matérialisés par :

           -des propos indélicats ; 

           -du culte de la division ;

           -des accusations affamantes ;

           -des observations désobligeantes ;

           -des contre vérités…

Aussi, au regard de ce qui précède, un article des « sans voix » qui ne respecterait point les dites prescriptions, sera

purement et simplement écarté.

email2.gifNous contacter :

dpeuplelavoix@yahoo.fr  

 

 

CONGO.jpg-1.jpg

   

  Le symbole de la liberté

  

         Non à la dictature

    

   

   

 

      L' INCORRUPTIBLE       

     Légende d'Afrique

  

  

 

       La colombe de la paix et de l'esperance

        

 

 

 

         Non à l' omerta

   

 

 

BONGO - CHIRAC - SASSOU les principaux acteurs

du coup d' Etat sanglant du 5 Juin 1997 au Congo Brazzaville

   

   

 

 

 

  Pour une Jusitce transparente et équitable

  

 

     

 

   

  carteanime.gif

 

  undefinedAu pillage des richesses en Afrique

 

 

    Capture

     Kwame NKRUMAH

   

 

        Emery Patrice LUMUMBA

   

 

  Alphonse MASSAMBA - DEBAT

          

 

  

        Marien NGOUABI

       

 

        Cardinal Emile Biayenda

  

             Thomas SANKARA

  

          drapeau des états unis

       Martin Luther KING

  

 

    

   

 

       Mahatma GANDHI

   

 

         Nelson MANDELA

    

 

          John Fitzgerlald KENNEDY  

    

 

       

 

   Pour une alternance démocrtique au Congo

     

     à la santé des Biens mal acquis  

        hautbma.jpg

   

                              drapeau france

    

                          Le TonTon

       undefined

 

           Un grand et un petit

   

 

 

         

                   Non à la chasse à l' homme

        

 

     

      

 

        

 

                

   

 

     

 

       ststop.gif   

 

        sujets-interdits.jpg     

 

          CAF7X9TP.jpg

 

          

               La métamorphose

      

 

           

            La tour de contrôle

      

 

       CALV3Y6Z.jpg      

 

       CARELW57.jpg   

 

       CARTE-CONGO.jpg

 

       medium_sassou-hu-jintao-congo-chine.jpg

 

       FORET-EN-DANGER.gif  

 

        pillards.jpg

 

       le-pillage-des-for-ts-du-congo1.jpg  

 

 

  

 

   

 

       CAG9I7CH-copie-1.jpg

                 

 

                   

                

          

 

         billet 500 euros

           portefeuille dollard

        

                        undefined

 

 

 

                       gif carte mastercard

        Aux massacres

        

 

            

         Des jeunes patriotes Ivoiriens tombés sous les bales

        

 

   Bombardement  de la résidence de Laurent GBAGBO

                          

       Des hélicoptères ont bombardé la résidence de Laurent Gbagbo.

 

        AFRIQUE-LIBERATION.gif

 

        afrique-au-secours.jpg

 

        CRISE.gif

            

                    

     Le  chemin  d' avenir, le chemin sans issue

                  

            

 

      voie-sans-issu-la-d-silusion-du-chemin-d--avenir-copie-1.jpg

      L'eau une denrée rare à Brazzaville, pourtant vitale

      

 

        eau7.jpg

 

        

                          Le fleuve Congo

        

     Le bord du fleuve Congo à Brazzaville pourtant les habitants manquent cruellement l' eau potable

         

 

       

 

                    

 

        arton42-100x29

 

        logo_lexpress.gif

 

        Leparisien

 

        nouvelobs

 

         butin azuréen

 

         rue89_logo1.jpg

 

 

        Logo Mafia

 

        corruption menottes

        Révélations effarantes de John Perkins ancien assassin économique

        JohnPerkinsCourage824

 

        arnaques.jpg

 

        france2

        Le Grand Journal...

 

        canal +

 

            

 

       

 

      

 

       

 

       

 

        

 

       

       

 

       

          

          DES FEMMES ATYPIQUES

 

           

 

           

              

        

 

       

 

           

            congo-brazza1

       Ou est le serieux

            mammamia

 

            aubout

 

            sassou dictateur-copie-1

 

                  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

            

 

      

  Gold Man sachs - LA BANQUE QUI DIRIGE LE MONDE

 

     

     

      News

 

          Le malheur des congolais

 

     

      

        

     

 

 

 

 

 

 

 

      

     

 

Recherche

Texte Libre

Catégories