Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 février 2015 5 13 /02 /février /2015 12:08

 

 

 

AFRIQUE ELECTIONS PRESIDENTIELLES : LES PREMISSES D'UNE TEMPETE DE TOUS LES DANGERS

 

 

 

photo satellite afrique

           

                                                         

 

 

RDC: la présidentielle annoncée pour fin 2016

[POLITIQUE] RDC : COMMENT JOSEPH KABILA A ÉTÉ FAIT ROI

 

Cela faisait des mois que la communauté internationale réclamait un calendrier de toutes les élections à venir en RDC. La Commission électorale nationale indépendante (Ceni) l’a finalement publié ce jeudi 12 février. L’annonce la plus attendue est sans conteste celle de la présidentielle à laquelle le président sortant Joseph Kabila n’a plus le droit de se présenter. Cette présidentielle devrait donc se tenir le 27 novembre 2016 tel que l’exige la Constitution.

Le 27 novembre 2016, cela fera cinq ans jour pour jour que Joseph Kabila a été réélu, le 28 novembre 2011. Ce sera donc la date de la prochaine présidentielle mais aussi des législatives, a annoncé la Céni devant une assemblée d’ambassadeurs et de représentants de la société civile congolaise.

La Céni a par ailleurs affirmé vouloir répondre à trois exigences : assurer la régularités des élections, achever le cycle électoral démarré en 2011, mais aussi et surtout respecter les échéances constitutionnelles pour la présidentielle.

La date de la présidentielle est donc désormais connue, mais pas seulement car, en tout, cinq scrutins ont été annoncés. Elections locales, provinciales et municipales prévues en octobre 2015, mais aussi sénatoriales ainsi que l’élection des gouverneurs en 2016, avant la présidentielle et les législatives, en novembre 2016. Cette annonce était très attendue par l’opposition et la communauté internationale tant les suspicions d’un troisième mandat pour Joseph Kabila ont été fortes ces derniers mois.

Aujourd’hui, beaucoup se sont donc dit rassurés par ce premier pas, même si les inquiétudes autour de la tenue de ces élections sont loin d’être levées. En effet, la commission électorale elle-même a reconnu qu’il y avait un certain nombre de « contraintes » à surmonter pour organiser tous ces scrutins. Ont tout d’abord été mentionnées des contraintes financières. Le budget pour financer ces élections est estimé à plus d’un milliard de dollars. Une somme gigantesque que le gouvernement va devoir débloquer. Autre contrainte, celle que le Parlement adopte un certain nombre de lois notamment sur la répartition des sièges au sein de l’Assemblée nationale, un pré-requis important pour l’organisation des législatives. Enfin, il faut mettre à jour le fichier électoral et savoir à quelle date limite ce fichier électoral sera–t-il clôturé.

Voilà quelques unes des questions qui restent ouvertes et qui font déjà craindre, à certains, toujours la possibilité d’un glissement du calendrier électoral.

Réactions prudentes

La publication d’un calendrier électoral a été accueilli avec prudence par un certain nombre d'acteurs. C'est le cas de la plateforme de la société civile « Agir pour des élections transparentes et apaisées ». Son directeur exectutif, Gérard Bisambu
se dit rassuré qu’il y ait désormais un calendrier, mais les incertitudes restent nombreuses

 

Togo: la date de l’élection présidentielle contestée

 

 

 

media

L'alliance des partis de l'opposition togolaise Cap 2015 conteste le calendrier des élections.

 

Au Togo, le processus électoral est en marche. La révision des listes d’électeurs devra s'achever le 23 février et la Commission électorale nationale indépendante (Céni) a proposé au gouvernement, à l'issue d'une réunion mercredi 11 février, la date du 21 avril pour la tenue du scrutin présidentiel. Seulement, des représentants de l'opposition contestent cette date, estimant que la Céni est hors des délais fixés par la Constitution et ne peut plus proposer de date. Ils l'ont signifié au président de la Céni par courrier.

Dans ce courrier adressé au président de la Céni et dont RFI s’est procuré la copie, les cinq membres signataires de la lettre déclarent se désolidariser de la suite du calendrier fixant la date du scrutin présidentiel au 21 avril 2015.

« Il faut une date pour aller aux élections, il faut s’en remettre à la classe politique. Nous, au niveau des partis politiques représentés au CAP 2015, nous constatons que nous n’avons plus les moyens juridiques pour proposer au gouvernement une date. Une voie qui permettra de faire cela n’est que la violation de la Constitution togolaise », juge Edem Atantsi, de l'Alliance nationale pour le changement (ANC), un des signataires.

Logiciel défaillant

Selon le chronogramme établi, les candidatures doivent s’ouvrir le 24 février, soit 24 heures après la fin de la révision des listes électorales. Pour les signataires, le délai constitutionnel ne peut être tenu pour l’organisation d’une telle élection.

Par ailleurs, depuis plusieurs semaines, le Parti des Togolais met en cause la fiabilité du logiciel qui sert à réaliser la révision de ces listes électorales. Cette élection est capitale, juge Nathaniel Olympio du Parti des Congolais, qui demande à avoir accès au fichier. « Je peux vous affirmer, après avoir vu comment les choses se déroulent sur le terrain, que ce logiciel présente des failles qui permettent à un individu de pouvoir s’inscrire plusieurs fois », alerte-t-il.

La Commission électorale nationale indépendante, pour sa part, continue son travail et devra soumettre cette date au gouvernement dans les prochains jours.

 

Burundi: la société civile demande à Nkurunziza de renoncer à un 3e mandat.

 

 

mediaPierre Nkurunziza, le président burundais.

 

Au Burundi, le président Pierre Nkurunziza, à la tête de ce pays depuis dix ans, n’a jamais caché son intention de briguer un troisième mandat lors de la présidentielle prévue en juin. Il s’appuie sur un article de la Constitution qui serait ambigu selon lui, malgré les protestations de la société civile ou de l’opposition.

Personne ne se fait guère d’illusion au Burundi depuis bien longtemps sur la volonté du président Pierre Nkurunziza de rempiler. Il y a une semaine, le collectif « Campagne citoyenne, Non à un troisième mandat » lui a donc écrit une lettre plutôt discrète. Il n’a pas reçu de réponse, mais cette fois, ces organisations de la société civile du Burundi interpellent publiquement le chef de l’Etat burundais pour lui demander de prendre exemple sur son voisin de RDC, Joseph Kabila, et renoncer définitivement à son projet.

La mobilisation est la clé pour Vital Nshimirimana, l’un des leaders du collectif : « Il n’est pas encore tard. Nous lui demandons de sortir de son silence pour annoncer qu’il renonce officiellement à briguer le 3e mandat, auquel cas il aura prévenu une violence qui est vraiment évidente. »

« Inéluctable » également, selon cette figure de la société civile burundaise, qui rappelle à Nkurunziza que c’est la pression populaire qui a dissuadé le président congolais de rester au pouvoir. « Les Burundais sont déterminés à lui faire barrage parce que les Burundais n’ont rien de différent avec les Congolais, les Burkinabè, les Maliens, lorsqu’il s’agit de défendre leurs droits, l’avenir du pays », prévient Vital Nshimirimana.

Mais ce combat s’annonce très rude. A quatre mois de la présidentielle au Burundi, le camp de Pierre Nkurunziza n’a rien prévu pour sa succession. Il serait plutôt en train de préparer secrètement à cette bataille, malgré les dénégations de ses proches.

 

Rwanda: campagne dans la presse pour un 3e mandat du président Kagame.

Le président rwandais, Paul Kagame.

media

 

Après la demande de trois partis satellites du pouvoir de lancer un débat sur la réforme de la Constitution ouvrant la voie à un 3e mandat pour Paul Kagame, c'est via la presse que des voix s'élèvent pour prôner le maintien du président en exercice. Pourtant, au Rwanda, cette question est rarement abordée publiquement. A chaque fois que l'on lui pose la question, Paul Kagame reste lui aussi énigmatique.

Les tribunes et commentaires s'enchaînent dans le journal pro-gouvernemental le New Times. Elles émanent d'un fonctionnaire rwandais, d'un ancien ministre des Finances ou encore d'un commissaire du Front patriotique rwandais, FPR. Toutes encensent le président Paul Kagame mettant en avant un chef de l’Etat sauveur du pays, artisan des succès économiques et protecteur face aux ennemis du Rwanda.

« S'aventurer dans l'inconnu pour le plaisir de changer serait suicidaire, irrationnel et déraisonnable », estime l'un des auteurs. « Est-il temps pour Paul Kagame de quitter ses fonctions en 2017 ? La réponse est non », conclut un autre partisan. Et tous ont ce même refrain : la décision d'un référendum appartient aux Rwandais.

Que signifient ces tribunes coup sur coup ? Le FPR « essaie de convaincre les Rwandais, de les habituer à l'idée », croit savoir Robert Mugabe, journaliste rwandais. « Faux », rétorque un officiel du parti au pouvoir : ce ne sont que des positions personnelles, des initiatives individuelles. « Il est normal que les Rwandais débattent », assure-t-il.

Reste que, dans un pays où les voix discordantes peinent à se faire entendre, le débat risque fort d'être à sens unique.

 

 

 

Un Dictateur n'a pas de concurrent à sa taille tant que le Peuple ne rélève pas le défi

 

 
 
 
 
        

Partager cet article

Repost 0
LA VOIX DU PEUPLE
commenter cet article

commentaires

La Voix Du Peuple

  • : Le blog de la voix du peuple
  • Contact

POUR UN CONGO LIBRE ET DEMOCRATIQUE

 

2013 marketing trends 

 

                              petit gif animé clown qui jongle

 pub_top.gif

     

                                     

             

      VISITEURS                           
         VISITEURS                               

 

 fl8.jpg EDITORIAL                                               

 

 

Nous avons tous  été confrontés un jour ou l’autre à un fait  choquant qui nécessitait d’être révélé à la face du monde.

Mais  désavantagés par l’absence de moyens de nous exprimer, nous avons fini par abandonner. Or, pesant

soigneusement les mots et en cherchant à trouver la bonne formule, il est possible de régler la majeure partie des

problèmes qui nous rongent.

La voix du peuple est cet espace qui nous faisait défaut. Elle a pour ambition l’information du  grand nombre dans la

dénonciation sans appel de toute dérive de nos responsables politiques congolais, tout bord confondu,  qui poseraient

des actes qui opposent le « mal au bien » du peuple congolais à travers des actions telles :

           -des abus de tout genre ;

           -des injustices vis-à-vis des plus faibles ;

           -des scandales économiques, politiques, judiciaires…

La voix du peuple a aussi pour mission, l’assistance des « sans voix » dans la publication de leurs opinions.

La voix du peuple est pour nous tous donc une arme qui nous permet de nous soulager de nos douleurs longtemps

comprimées, et aussi de faire respecter les droits que nous défendons. Désormais, nous parviendrons,  grâce  à elle, à

atteindre dans leurs tanières, leurs châteaux, leurs bunkers, leurs tours…, les intouchables, les protégés, les

invulnérables.

Enfin, se voulant porteuse des valeurs de vérité, de justice, de paix, de la morale, de la vertu et de l’unité de tous les

enfants du Congo du nord au sud, de l’ouest à l’est, la voix du peuple s’insurge, dans l’impartialité, contre des

agissements s’apparentant à de la propagande, au dénigrement matérialisés par :

           -des propos indélicats ; 

           -du culte de la division ;

           -des accusations affamantes ;

           -des observations désobligeantes ;

           -des contre vérités…

Aussi, au regard de ce qui précède, un article des « sans voix » qui ne respecterait point les dites prescriptions, sera

purement et simplement écarté.

email2.gifNous contacter :

dpeuplelavoix@yahoo.fr  

 

 

CONGO.jpg-1.jpg

   

  Le symbole de la liberté

  

         Non à la dictature

    

   

   

 

      L' INCORRUPTIBLE       

     Légende d'Afrique

  

  

 

       La colombe de la paix et de l'esperance

        

 

 

 

         Non à l' omerta

   

 

 

BONGO - CHIRAC - SASSOU les principaux acteurs

du coup d' Etat sanglant du 5 Juin 1997 au Congo Brazzaville

   

   

 

 

 

  Pour une Jusitce transparente et équitable

  

 

     

 

   

  carteanime.gif

 

  undefinedAu pillage des richesses en Afrique

 

 

    Capture

     Kwame NKRUMAH

   

 

        Emery Patrice LUMUMBA

   

 

  Alphonse MASSAMBA - DEBAT

          

 

  

        Marien NGOUABI

       

 

        Cardinal Emile Biayenda

  

             Thomas SANKARA

  

          drapeau des états unis

       Martin Luther KING

  

 

    

   

 

       Mahatma GANDHI

   

 

         Nelson MANDELA

    

 

          John Fitzgerlald KENNEDY  

    

 

       

 

   Pour une alternance démocrtique au Congo

     

     à la santé des Biens mal acquis  

        hautbma.jpg

   

                              drapeau france

    

                          Le TonTon

       undefined

 

           Un grand et un petit

   

 

 

         

                   Non à la chasse à l' homme

        

 

     

      

 

        

 

                

   

 

     

 

       ststop.gif   

 

        sujets-interdits.jpg     

 

          CAF7X9TP.jpg

 

          

               La métamorphose

      

 

           

            La tour de contrôle

      

 

       CALV3Y6Z.jpg      

 

       CARELW57.jpg   

 

       CARTE-CONGO.jpg

 

       medium_sassou-hu-jintao-congo-chine.jpg

 

       FORET-EN-DANGER.gif  

 

        pillards.jpg

 

       le-pillage-des-for-ts-du-congo1.jpg  

 

 

  

 

   

 

       CAG9I7CH-copie-1.jpg

                 

 

                   

                

          

 

         billet 500 euros

           portefeuille dollard

        

                        undefined

 

 

 

                       gif carte mastercard

        Aux massacres

        

 

            

         Des jeunes patriotes Ivoiriens tombés sous les bales

        

 

   Bombardement  de la résidence de Laurent GBAGBO

                          

       Des hélicoptères ont bombardé la résidence de Laurent Gbagbo.

 

        AFRIQUE-LIBERATION.gif

 

        afrique-au-secours.jpg

 

        CRISE.gif

            

                    

     Le  chemin  d' avenir, le chemin sans issue

                  

            

 

      voie-sans-issu-la-d-silusion-du-chemin-d--avenir-copie-1.jpg

      L'eau une denrée rare à Brazzaville, pourtant vitale

      

 

        eau7.jpg

 

        

                          Le fleuve Congo

        

     Le bord du fleuve Congo à Brazzaville pourtant les habitants manquent cruellement l' eau potable

         

 

       

 

                    

 

        arton42-100x29

 

        logo_lexpress.gif

 

        Leparisien

 

        nouvelobs

 

         butin azuréen

 

         rue89_logo1.jpg

 

 

        Logo Mafia

 

        corruption menottes

        Révélations effarantes de John Perkins ancien assassin économique

        JohnPerkinsCourage824

 

        arnaques.jpg

 

        france2

        Le Grand Journal...

 

        canal +

 

            

 

       

 

      

 

       

 

       

 

        

 

       

       

 

       

          

          DES FEMMES ATYPIQUES

 

           

 

           

              

        

 

       

 

           

            congo-brazza1

       Ou est le serieux

            mammamia

 

            aubout

 

            sassou dictateur-copie-1

 

                  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

            

 

      

  Gold Man sachs - LA BANQUE QUI DIRIGE LE MONDE

 

     

     

      News

 

          Le malheur des congolais

 

     

      

        

     

 

 

 

 

 

 

 

      

     

 

Recherche

Texte Libre

Catégories