Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 septembre 2014 3 03 /09 /septembre /2014 08:39

 

Ghys Fortuné DOMBE-BEMBA Congo

 

CONGO BRAZ  Les ministres Mboulou et Yoka ridiculisent Sassou et le rendent incompétent 

 

 

 

 

 Décidément, le chef de l’État congolais se moque à la fois du peuple souverain, du pouvoir législatif, tout en montrant aux yeux du monde qu’il n’ a pas des collaborateurs mais des courtisans sinon, comment expliquer qu’il signe les documents sans les compulser ? Le cas le plus patent, c’est le dernier décret qu’il vient de signer qui démontre son incapacité de gérer le pays.

S’agissant du manque de respect vis-à-vis du peuple qui l’avait élu à la Magistrature suprême depuis 2009 pour son deuxième et dernier mandat constitutionnel de sept ans, le président de la République, Denis Sassou N’Guesso, a convoqué le corps électoral, pour aller voter les conseillers locaux (départementaux et municipaux), le 28 septembre 2014 sur la base de la loi n°9-2012 du 23 mai 2012, qui est dépassée.

Pourtant, il sait que, en amont, tout vote, commence par la mise en place de la loi électorale. C’est celle-ci qui fixe les modalités de toutes les opérations, à savoir le recensement administratif spécial pour déterminer le corps électoral ; le nouveau découpage électoral proportionnellement aux poids démographique de chaque circonscription ; la composition et le fonctionnement de la Commission électorale ; l’institutionnalisation du bulletin de vote unique ; les caractéristiques de la carte d’électeur biométrique ; la composition des membres des bureaux de vote ; l’affichage des procès-verbaux cosignés dans chaque bureau de vote ; le délai de la publication des résultats, etc. Tel que proposé par le MCDDI pour éviter des déchirements inutiles dans le pays.

Curieusement, le chef de l’État congolais a signé, en date du 25 août 2014, le décret n°2014-445 convoquant le peuple à aller voter. C’est ce même jour qui avait été ouverte la session de l’Assemblée nationale consacrée à l’examen puis au vote de la nouvelle loi électorale, tel que cela avait toujours été recommandé par les concertations politiques de Brazzaville (2009), Ewo (2011) et Dolisie (2013). Il est donc établi que, pour n’avoir pas attendu le vote d’une nouvelle loi électorale, Denis Sassou Nguesso a mis la charrue devant les bœufs. C’est-à-dire, il a commencé par l’aval au lieu de commencer par « l’amont ». Cela est une imprudence.

Les risques d’un report du vote

Cela comporte des risques prévisibles. Premièrement, celui de reporter le scrutin du 28 septembre à une date ultérieure, même quand la nouvelle loi électorale est votée avant cette date du 28 septembre ! Ajouter à cela le risque de recommencer un nouveau recensement administratif spécial, car celui rendu public en 2014 par le ministre de l’Intérieur et de la décentralisation Raymond Zéphirin Mboulou, qui rend le nord du pays plus peuplé que le sud, n’a pas fait l’unanimité auprès des acteurs de la Majorité, de l’Opposition, des partis du Centre et de la Société civile. Le troisième risque est lié à la composition de la Conel (Commission nationale d’organisation des élections) pour laquelle les participants aux consultations politiques sus mentionnées avaient recommandé une indépendance véritable.

Bref, en décrétant que le vote des conseillers locaux (départementaux et municipaux) se tiendra le 28 septembre 2014 sans attendre l’adoption par le parlement de la nouvelle loi électorale, il est établi que Denis Sassou N’Guesso veut faire voter les électeurs sur la base de l’ancienne loi électorale ; c’est ce qu’il a souvent lui-même reproché à ses concitoyens, à savoir : « Vouloir d’une chose et son contraire ». Autrement dit : il veut que le vote ait lieu, mais dans des mauvaises conditions, ou, pour être pragmatique, dans les conditions non encore réunies. Dommage !

Tenez ! L’atmosphère qui a régné le 25 août 2014 à l’Assemblée nationale, illustre à suffisance que les discussions sur la question électorale sont délicates. En effet, le 25 août 2014 la séance avait été suspendue pour être renvoyée au mercredi 27 août 2014 parce que les députés de l’Union panafricaine pour la démocratie sociale (UPADS), le plus grand parti de l’Opposition) avaient remarqué l’absence des 10 recommandations qu’ils avaient formulées (en vue de la modification de la loi électorale) dans les dossiers des participants à la session, notamment les membres du présidium. De même, les amendements sur la loi électorale apportée par le groupe parlementaire (MCDDI) et le relevé des conclusions de la concertation entre les partis et groupement politiques de la majorité présidentielle, de l’Opposition et du centre mais aussi l’avis n° 028/C.S.14 émis par l’Assemblée générale consultative de la Cour suprême ont été botté en touche. Conséquence, plusieurs députés ont vidé l’hémicycle.

Donc, pour n’avoir pas attendu le vote de la nouvelle loi, le chef de l’État s’est moqué du pouvoir législatif, c’est-à-dire le Parlement (qui vote les lois). Du coup, il s’est aussi moqué du peuple, qui est représenté au Parlement par les députés ! Une double moquerie, en somme. Cela ne devrait pas être le comportement du Magistrat suprême, garant de la paix. Hélà ! Ce n’est pas tout, le décret présidentiel du 25 août 2014 s’est révélé « un vrai faux », et devrait interpeller le Garde des Sceaux.

D’abord, ce texte, au plan de la forme, pèche par le lieu où il a été signé : « Brazzaville, le 25 août 2014 » ! Or, les observateurs avertis savent qu’à cette date, le président de la République se trouvait déjà hors du Congo-Brazzaville. Habituellement, à pareille date, il va se requinquer en Europe. Curieusement, ce décret est cosigné par le ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation, Raymond Zéphirin Mboulou, et par son homologue, Aimé Emmanuel Yoka, ministre de la Justice, Garde des Sceaux. Ces deux ministres n’ont pas été assez regardants pour se rendre compte que le lieu de la signature du décret ne devrait pas être Brazzaville, même si cette ville est le siège du pouvoir central.

Cela constitue « un faux », en écriture publique attaquable à la Cour suprême. Car les sceaux de la République ne doivent pas être utilisés en dehors des formes requises par la loi. Le Garde des sceaux, ministre de la Justice, devrait s’en insurger.

Toutefois, au-delà du caractère peu régalien du décret du 25 août 2014, l’appel du chef de l’État lancé aux citoyens en âge de voter est valable. Mais le ridicule est que, s’il a été pris sur la base de l’ancienne loi électorale, la nouvelle loi devant gouverner les locales du 28 septembre prochain ne devrait servir à rien, en tout cas pas au scrutin qu’il amorce, mais peut-être aux élections sénatoriales, présidentielles et législatives des années prochaines. Pourquoi, le chef de l’État congolais est vite allé en besogne, quand il sait pertinemment que les locales ont déjà manqué deux rendez-vous : le premier en 2013 tandis que le second a eu lieu le 20 juillet 2014 ?

Mboulou et Yoka ridiculisent Sassou et le rendent incompétent

Plus d’une personne se demandent comment les ministres Yoka et Mboulou ont-ils pu ridiculiser Denis Sassou N’Guesso en faisant de lui un chef qui signe les documents sans les compulser comme le justifie la date et le lieu de signature de ce décret. Le plus grand scandale qui devrait annuler obligatoirement ce décret, c’est le fait de ne pas l’avoir pris en Conseil des ministres comme l’exige l’article 63 des textes sur les élections qui stipulent : « La convocation du corps électoral pour les élections législatives, locales et sénatoriales est fait par décret en Conseil des ministres un mois, au moins, avant la date du scrutin. » Il sied le dire haut et fort que cette imbroglio et les plaintes en annulation de ce décret qu’envisagent déposer plusieurs partis politiques dans les juridictions administratives du Congo, les élections locales ne pourront se dérouler le 28 septembre 2014.

A moins de forcer le passage ou de passer au plan C qui consiste à organiser les échéances présidentielles en 2017 précéder d’un gouvernement d’Union nationale. Le plan B ou C n’arrangeraient toujours pas le pouvoir en place puisqu’on retombera dans le scénario du régime Lissouba que le Conseil constitutionnel des « Malonga » avait tenté de prolonger. « A malin, malin et demi » Dieu vient de confondre Sassou et son équipe des courtisans et les parlementaires qui ont voté la nouvelle loi électorale le 27 août 2014 pendant que ceux de l’UPADS et du MCDDI de Parfait Guy Brice Kolélas claquaient la porte, et dénonçaient le décret présidentiel contradictoire qui convoque les élections locales.

Que le seigneur Jésus Christ garde le Congo !


Ghys Fortuné DOMBE-BEMBA
Extrait du journal de l’Afrique n°002 de septembre 2014

       
 
 
 
 

 «Un dictateur n'a pas de concurrent à sa taille tant que le peuple ne relève pas le défi » 

 

Pour une République Juste & Démocratique, Vous Trompez le Peuple Nous dénonçons

 

 

Partager cet article

Repost 0
LA VOIX DU PEUPLE
commenter cet article

commentaires

La Voix Du Peuple

  • : Le blog de la voix du peuple
  • Contact

POUR UN CONGO LIBRE ET DEMOCRATIQUE

 

2013 marketing trends 

 

                              petit gif animé clown qui jongle

 pub_top.gif

     

                                     

             

      VISITEURS                           
         VISITEURS                               

 

 fl8.jpg EDITORIAL                                               

 

 

Nous avons tous  été confrontés un jour ou l’autre à un fait  choquant qui nécessitait d’être révélé à la face du monde.

Mais  désavantagés par l’absence de moyens de nous exprimer, nous avons fini par abandonner. Or, pesant

soigneusement les mots et en cherchant à trouver la bonne formule, il est possible de régler la majeure partie des

problèmes qui nous rongent.

La voix du peuple est cet espace qui nous faisait défaut. Elle a pour ambition l’information du  grand nombre dans la

dénonciation sans appel de toute dérive de nos responsables politiques congolais, tout bord confondu,  qui poseraient

des actes qui opposent le « mal au bien » du peuple congolais à travers des actions telles :

           -des abus de tout genre ;

           -des injustices vis-à-vis des plus faibles ;

           -des scandales économiques, politiques, judiciaires…

La voix du peuple a aussi pour mission, l’assistance des « sans voix » dans la publication de leurs opinions.

La voix du peuple est pour nous tous donc une arme qui nous permet de nous soulager de nos douleurs longtemps

comprimées, et aussi de faire respecter les droits que nous défendons. Désormais, nous parviendrons,  grâce  à elle, à

atteindre dans leurs tanières, leurs châteaux, leurs bunkers, leurs tours…, les intouchables, les protégés, les

invulnérables.

Enfin, se voulant porteuse des valeurs de vérité, de justice, de paix, de la morale, de la vertu et de l’unité de tous les

enfants du Congo du nord au sud, de l’ouest à l’est, la voix du peuple s’insurge, dans l’impartialité, contre des

agissements s’apparentant à de la propagande, au dénigrement matérialisés par :

           -des propos indélicats ; 

           -du culte de la division ;

           -des accusations affamantes ;

           -des observations désobligeantes ;

           -des contre vérités…

Aussi, au regard de ce qui précède, un article des « sans voix » qui ne respecterait point les dites prescriptions, sera

purement et simplement écarté.

email2.gifNous contacter :

dpeuplelavoix@yahoo.fr  

 

 

CONGO.jpg-1.jpg

   

  Le symbole de la liberté

  

         Non à la dictature

    

   

   

 

      L' INCORRUPTIBLE       

     Légende d'Afrique

  

  

 

       La colombe de la paix et de l'esperance

        

 

 

 

         Non à l' omerta

   

 

 

BONGO - CHIRAC - SASSOU les principaux acteurs

du coup d' Etat sanglant du 5 Juin 1997 au Congo Brazzaville

   

   

 

 

 

  Pour une Jusitce transparente et équitable

  

 

     

 

   

  carteanime.gif

 

  undefinedAu pillage des richesses en Afrique

 

 

    Capture

     Kwame NKRUMAH

   

 

        Emery Patrice LUMUMBA

   

 

  Alphonse MASSAMBA - DEBAT

          

 

  

        Marien NGOUABI

       

 

        Cardinal Emile Biayenda

  

             Thomas SANKARA

  

          drapeau des états unis

       Martin Luther KING

  

 

    

   

 

       Mahatma GANDHI

   

 

         Nelson MANDELA

    

 

          John Fitzgerlald KENNEDY  

    

 

       

 

   Pour une alternance démocrtique au Congo

     

     à la santé des Biens mal acquis  

        hautbma.jpg

   

                              drapeau france

    

                          Le TonTon

       undefined

 

           Un grand et un petit

   

 

 

         

                   Non à la chasse à l' homme

        

 

     

      

 

        

 

                

   

 

     

 

       ststop.gif   

 

        sujets-interdits.jpg     

 

          CAF7X9TP.jpg

 

          

               La métamorphose

      

 

           

            La tour de contrôle

      

 

       CALV3Y6Z.jpg      

 

       CARELW57.jpg   

 

       CARTE-CONGO.jpg

 

       medium_sassou-hu-jintao-congo-chine.jpg

 

       FORET-EN-DANGER.gif  

 

        pillards.jpg

 

       le-pillage-des-for-ts-du-congo1.jpg  

 

 

  

 

   

 

       CAG9I7CH-copie-1.jpg

                 

 

                   

                

          

 

         billet 500 euros

           portefeuille dollard

        

                        undefined

 

 

 

                       gif carte mastercard

        Aux massacres

        

 

            

         Des jeunes patriotes Ivoiriens tombés sous les bales

        

 

   Bombardement  de la résidence de Laurent GBAGBO

                          

       Des hélicoptères ont bombardé la résidence de Laurent Gbagbo.

 

        AFRIQUE-LIBERATION.gif

 

        afrique-au-secours.jpg

 

        CRISE.gif

            

                    

     Le  chemin  d' avenir, le chemin sans issue

                  

            

 

      voie-sans-issu-la-d-silusion-du-chemin-d--avenir-copie-1.jpg

      L'eau une denrée rare à Brazzaville, pourtant vitale

      

 

        eau7.jpg

 

        

                          Le fleuve Congo

        

     Le bord du fleuve Congo à Brazzaville pourtant les habitants manquent cruellement l' eau potable

         

 

       

 

                    

 

        arton42-100x29

 

        logo_lexpress.gif

 

        Leparisien

 

        nouvelobs

 

         butin azuréen

 

         rue89_logo1.jpg

 

 

        Logo Mafia

 

        corruption menottes

        Révélations effarantes de John Perkins ancien assassin économique

        JohnPerkinsCourage824

 

        arnaques.jpg

 

        france2

        Le Grand Journal...

 

        canal +

 

            

 

       

 

      

 

       

 

       

 

        

 

       

       

 

       

          

          DES FEMMES ATYPIQUES

 

           

 

           

              

        

 

       

 

           

            congo-brazza1

       Ou est le serieux

            mammamia

 

            aubout

 

            sassou dictateur-copie-1

 

                  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

            

 

      

  Gold Man sachs - LA BANQUE QUI DIRIGE LE MONDE

 

     

     

      News

 

          Le malheur des congolais

 

     

      

        

     

 

 

 

 

 

 

 

      

     

 

Recherche

Texte Libre

Catégories