Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 août 2014 2 19 /08 /août /2014 05:08

par Maître Aloïse Moudileno-Massengo 

 

CONGO BRAZ Congo-Brazzaville: La marche vers la vérité sur les grands assassinats politiques  

 

 

       

Au mois de février 2012, Monsieur Okiémi, ministre de la Communication de Monsieur Denis Sassou Nguesso, a déclaré urbi et orbi: « Denis Sassou Nguesso N’A JAMAIS TUE PERSONNE ». Il répondait, ainsi, à Madame Eva Joly, présidente du Mouvement des Verts, qui ne voulait pas voir en France, en ce moment de campagne électorale, un personnage si chargé de soupçons et de procédures au niveau judiciaire : nombreuses disparitions de personnes dans son pays (Affaire du Beach), détournements de biens publics, procédures conséquentes pendantes en France depuis de longues années. De longues années non pas parce que les faits ne sont pas établis mais parce que le coupable s’accroche au pouvoir et peut ainsi opposer à la justice le fameux principe de l’immunité diplomatique. Un principe d’honneur et de respect devenu, dans certaines situations, un bouclier derrière lequel s’abritent et se protègent des dictateurs voleurs et sanguinaires.

Mais revenons à la phrase de Monsieur Okiémi. Elle a retenti au Congo comme une injure, un mépris, notamment, au niveau des centaines de milliers de mères, pères, orphelins, qui y portent un deuil éternel parce que Denis Sassou Nguesso, après avoir assassiné Marien Ngouabi, le 18 mars 1977, a jeté son crime sur d’autres, sur des innocents forcément. Cette décision a plongé le Congo dans le cycle incessant des terribles drames qu’il vit depuis trois décennies : division nationale, régime de haine, de terreur, échec de toutes les solutions de réconciliation et de concorde, guerres civiles, etc. Denis Sassou Nguesso, l’assassin de Marien Ngouabi emploie son génie depuis 30 ans, à nier son crime, à assassiner ou empoisonner ou handicaper quiconque l’accuse du crime du 18 mars 1977 et de toutes les morts que sa politique de paraître innocent du sang de Marien Ngouabi, entraîne sans arrêt dans le pays.

Les guerres post-Conférence nationale de 1991, c’est-à-dire, l’embrouillement qu’a connu le mandat de Pascal Lissouba (1992-1997) s’expliquent en partie sinon profondément par la volonté de Sassou Nguesso d’empêcher, pendant cette période, toute recherche sur le plan judiciaire, de la vérité sur le 18 mars 1977 et les nombreux assassinats qui suivirent : assassinats du président Alphonse Massambat-Débat, cardinal Emile Biayenda, Ontsou, Mboro, Tsibali, Ndoudi Nganga et ses neuf compagnons, Kikadidi, Pierre Anga, etc.

Les lendemains qu’il a donnés à sa victoire du 15 octobre 1997 s’expliquent également par le même souci. Il mit d’abord en place un Forum de réconciliation nationale et un parlement. Bien que tous les membres de ces deux instances furent nommés par lui, il s’en méfia brusquement en 1998. Il trouva la guerre mal achevée, c’est-à-dire, sa victoire peu complète, peu rassurante. Il lui fallait une situation politique au cours de laquelle on ne parle pas démocratie, justice, recherche de la vérité sur les dossiers passés. Le vainqueur ramena donc la guerre dans le pays (1998-1999). Vainqueur à nouveau, il se donna la constitution de fer qui verrouille toute la vie politique au Congo depuis 2002. Tous les pouvoirs sont entre ses mains. Mais tout fer finit par se rouiller, sur tout, si on néglige de s’occuper de lui. Et trop de pouvoirs tuent le pouvoir.

Le 4 mars 2012, l’explosion d’une caserne militaire sème la mort et la désolation : des milliers de morts et d’handicapés à vie. La phrase d’Okiémi (« Sassou n’a jamais tué personne ») sonne dans ce décor comme une interpellation d’actualité. Ce ne sont pas seulement les mères veuves de 1977, celles de la justice carnassière de 1978, celles d’Owando soulevées par Pierre Anga en 1987 puis révoltées en 1997 par l’entrée de Sassou Nguesso dans leur ville sur une chaise à porteurs, celles du Procès du Beach, celles des opérations génocidaires dans le Pool et le Niari en 1998 et 1999. C’est dans tous les foyers que l’on dit que Sassou Nguesso détruit le Congo, du Nord au Sud. Et l’unanimité est d’autant plus complète que l’homme ne parvient pas à dire « ce qui s’est passé le 4 mars », c’est-à-dire, à rechercher loyalement la cause de la catastrophe. Comme si d’autres, de même nature, sont au programme, comme si l’on doit s’attendre à d’autres prochaines tragédies.

Évidemment, tant qu’il a juré de gouverner à l’ombre du grand secret sur le 18 mars 1977, la vérité sur tout ce qui se produit au Congo ne sera jamais recherchée par lui en toute clarté ni diligence. Autoriser qu’on recherche la vérité en toute clarté et diligence sur le 4 mars, c’est autoriser qu’on interroge les supérieurs du colonel Ntsourou par exemple. Ceux-ci livrés aux magistrats ne manqueront pas de dire à leur maître : « Mais toi, tu n’as jamais été interrogé semblablement après le 18 mars 1977 ».

 On le voit : le 18 mars 1977 bloque le 4 mars 2012 du point de vue de la libre recherche de la vérité.

Sassou Nguesso n’ayant été jusqu’ici interrogé sur le 18 mars 1977, aucun grand « responsable actuel » de sécurité n’acceptera qu’on l’interroge sur le 4 mars 2012, encore moins qu’on mette sa responsabilité en cause.

Allons plus loin : aucun grand responsable de sécurité n’ayant été mis en cause au procès de 1978 (Procès dit Ngouabi), aucun ne le sera au prochain procès sur le 4 mars 2012 (si procès il y aura).

Voilà pourquoi la vérité sur le 18 mars 1977 est une nécessité. C’est parce que Sassou Nguesso a refusé toute vérité sur cette tragédie que le Congo connait pendant trois décennies le statut qui le caractérise : rien ne repose sur aucune certitude, même les articles de la constitution, même le serment solennel du chef de l’Etat, président de la République, chef du gouvernement. Tenez, aujourd’hui, Sassou Nguesso, aux dires d’un journaliste basé à Paris, époux de sa nièce et qui traite souvent des affaires africaines, cherche comment « contourner » (sic) la constitution. Quelques dispositions considérées comme capitales au moment de l’adoption de ce texte par un référendum non étendu à l’ensemble du peuple (le Pool en fut écarté), comme hier inspirées par le progrès de la démocratie sont aujourd’hui regardées comme porteuses de tous les périls. Elles concernent : « la limite d’âge (70 ans), la limitation du nombre de mandats (deux de sept ans) et l’impossibilité de modifier le texte fondamental ». A en croire ce journaliste, Sassou Nguesso veut « contourner » la constitution, en clair, la considérer comme désormais impropre, caduque parce qu’il a « envie qu’on ait envie de lui », parce qu’à 70 ans, il trouve que, lui, est jeune, au contraire de ceux que cette limite d’âge avait éloigné du scrutin en 2002 et 2009.

Autrement dit, la valeur des lois au Congo de Sassou Nguesso est subjective. Elles s’appliquent ou ne s’appliquent pas selon le sujet qui se trouve devant elles : du Nord ou du Sud, Sassou Nguesso ou Mabiala, Makosso, Malonga, etc. Valeur, vérité, constitution, loi, tout obéit à ce que sent ou veut Sassou Nguesso. Age, bulletin d’urne, tout est sa volonté. Même l’état civil – « né vers » - devient chose flexible qu’il faut soumettre à sa volonté et décision d’être toujours l’inamovible. Hier, on lui criait : « Mvula tanu diaka » (encore 5 ans !). Depuis 2002, il veut qu’on lui crie sans fin : « Mvula sambanu diaka » (encore 7 ans !).

Ce journaliste basé à Paris et parent de Sassou (dont l’épouse est membre du comité central du Parti congolais du travail - PCT) qu’il a expressément fait venir à Brazzaville pour les besoins de la cause, pense que cette volonté de Sassou Nguesso ne sera pas difficile à réaliser en 2016. « Pour qui connait le Congo, énonce-t-il, l’hypothèse d’un nouveau (et ultime) mandat de Sassou à la tête du pays, ne devrait pas poser de difficulté majeure sur le plan interne ». Depuis le 18 mars 1977, il y soumet tout à sa volonté. On peut dire que de mars en mars, depuis ce lointain 18 mars jusqu’au 4 mars 2012, la stratégie de non-vérité, de non-respect même de ce qu’il promulgue ou signe, ruine chaque jour le Congo.

Cependant, loin de moi toute attitude de désespoir, toute idée d’affirmer par là que Sassou règne tranquillement, seuls quelques bec-jaunes (comme le moineau au nid Jean Claude Nkou) pensent encore ou croient que Sassou Nguesso, qui « n’a jamais tué personne », qui n’a sur les mains le sang de personne, dort tranquille.

Les crimes de 1977 ont jeté le Congo dans un long drame que chacun voit à tous les niveaux du pays. La vérité éclatera aussi au grand jour à ce sujet.

L’avenir la fera briller un jour.

Voilà pourquoi, dans ma dernière interview parue dans le numéro 358 du présent bimensuel, j’ai promis de rendre publique ou rappeler toute source d’information ou témoignage qui prouve que l’assassin de Marien Ngouabi, le 18 mars 1977, c’est bien Denis Sassou Nguesso, alors, son ministre de la Défense et de la Sécurité, et non l’impérialisme international ou l’ancien président Alphonse Massamba-Débat comme il les a, tour à tour, mis à sa place.

Le document d’aujourd’hui (pages 20 à 23) est un « aveu et témoignage qui a circulé au Congo au moment où Sassou Nguesso a voulu en finir avec le PCT, le parti héritage de Marien Ngouabi. C’est Lékoundzou Itihi Ossetoumba qui l’a rédigé et signé. Il dit clairement que c’est Denis Sassou Nguesso qui a tué Marien Ngouabi. Il dit tout aussi clairement que le même Sassou Nguesso a tenté de l’éliminer, lui, Lekoundzou, à l’aide d’un poison, mais qu’il n’a réussi qu’à le rendre impotent au premier degré. Un premier degré qui lui a ôté l’usage de ses membres.

Si après lecture de ce témoignage, d’autres jeunes bec-jaunes soutiennent toujours que Sassou Nguesso n’a jamais tué personne, nous leur mettrons devant les yeux d’autres aveux et témoignages accablants.

Bonne lecture, compatriotes qui veulent faire de la vérité l’arme qui nous sorti-ra de l’aveuglement et nous conduira à une réconciliation sincère, parce que décidée en pleine connaissance de cause, parce que les originaires du Nord auront enfin su que ce ne sont pas ceux du Sud qui ont assassiné Marien Ngouabi le 18 mars 1977, mais bien Sassou Nguesso. Comme ils sauront que ce ne sont pas eux non plus qui ont renversé Yhombi Opango en 1979 et l’ont maintenu en prison pendant plus de 10 ans, mais bien Sassou Nguesso. Comme ils auront su que ce ne sont pas eux non plus les originaires du Sud qui ont assassiné Pierre Anga et son frère, mais bien Sassou Nguesso. Que ce ne sont pas eux non plus qui ont ensanglanté Owando au mois de mai 1997 mais bien Sassou Nguesso. Que les massacres du Beach et les Opérations Mouébara qui ont fait des milliers de morts dans le Pool et les pays du Niari en 1998 et 1999, n’ont pas été déclenchées par Sassou Nguesso pour répondre à une provocation ou attaque contre son pouvoir, mais uniquement pour réduire la population dans cette partie du pays, à ses yeux dangereusement plus peuplée que le Nord.

Oui, seule la vérité sur tout nous permettra de vivre ensemble en toute tranquillité et assurance dans notre marche commune vers le futur, et non, et non, et non le mensonge ou la jonglerie comme Sassou Nguesso s’y livre et applique depuis des décennie 

 

Me Aloïse Moudileno Massengo,

Ancien Garde des Sceaux, ancien ministre de la Justice

(Extrait d'Afrique Education N° 364 du 16 au 31 mars 2013).

       

 
 
 
 

 «Un dictateur n'a pas de concurrent à sa taille tant que le peuple ne relève pas le défi » 

 

Pour une République Juste & Démocratique, Vous Trompez le Peuple Nous dénonçons

 

Partager cet article

Repost 0
LA VOIX DU PEUPLE
commenter cet article

commentaires

La Voix Du Peuple

  • : Le blog de la voix du peuple
  • Contact

POUR UN CONGO LIBRE ET DEMOCRATIQUE

 

2013 marketing trends 

 

                              petit gif animé clown qui jongle

 pub_top.gif

     

                                     

             

      VISITEURS                           
         VISITEURS                               

 

 fl8.jpg EDITORIAL                                               

 

 

Nous avons tous  été confrontés un jour ou l’autre à un fait  choquant qui nécessitait d’être révélé à la face du monde.

Mais  désavantagés par l’absence de moyens de nous exprimer, nous avons fini par abandonner. Or, pesant

soigneusement les mots et en cherchant à trouver la bonne formule, il est possible de régler la majeure partie des

problèmes qui nous rongent.

La voix du peuple est cet espace qui nous faisait défaut. Elle a pour ambition l’information du  grand nombre dans la

dénonciation sans appel de toute dérive de nos responsables politiques congolais, tout bord confondu,  qui poseraient

des actes qui opposent le « mal au bien » du peuple congolais à travers des actions telles :

           -des abus de tout genre ;

           -des injustices vis-à-vis des plus faibles ;

           -des scandales économiques, politiques, judiciaires…

La voix du peuple a aussi pour mission, l’assistance des « sans voix » dans la publication de leurs opinions.

La voix du peuple est pour nous tous donc une arme qui nous permet de nous soulager de nos douleurs longtemps

comprimées, et aussi de faire respecter les droits que nous défendons. Désormais, nous parviendrons,  grâce  à elle, à

atteindre dans leurs tanières, leurs châteaux, leurs bunkers, leurs tours…, les intouchables, les protégés, les

invulnérables.

Enfin, se voulant porteuse des valeurs de vérité, de justice, de paix, de la morale, de la vertu et de l’unité de tous les

enfants du Congo du nord au sud, de l’ouest à l’est, la voix du peuple s’insurge, dans l’impartialité, contre des

agissements s’apparentant à de la propagande, au dénigrement matérialisés par :

           -des propos indélicats ; 

           -du culte de la division ;

           -des accusations affamantes ;

           -des observations désobligeantes ;

           -des contre vérités…

Aussi, au regard de ce qui précède, un article des « sans voix » qui ne respecterait point les dites prescriptions, sera

purement et simplement écarté.

email2.gifNous contacter :

dpeuplelavoix@yahoo.fr  

 

 

CONGO.jpg-1.jpg

   

  Le symbole de la liberté

  

         Non à la dictature

    

   

   

 

      L' INCORRUPTIBLE       

     Légende d'Afrique

  

  

 

       La colombe de la paix et de l'esperance

        

 

 

 

         Non à l' omerta

   

 

 

BONGO - CHIRAC - SASSOU les principaux acteurs

du coup d' Etat sanglant du 5 Juin 1997 au Congo Brazzaville

   

   

 

 

 

  Pour une Jusitce transparente et équitable

  

 

     

 

   

  carteanime.gif

 

  undefinedAu pillage des richesses en Afrique

 

 

    Capture

     Kwame NKRUMAH

   

 

        Emery Patrice LUMUMBA

   

 

  Alphonse MASSAMBA - DEBAT

          

 

  

        Marien NGOUABI

       

 

        Cardinal Emile Biayenda

  

             Thomas SANKARA

  

          drapeau des états unis

       Martin Luther KING

  

 

    

   

 

       Mahatma GANDHI

   

 

         Nelson MANDELA

    

 

          John Fitzgerlald KENNEDY  

    

 

       

 

   Pour une alternance démocrtique au Congo

     

     à la santé des Biens mal acquis  

        hautbma.jpg

   

                              drapeau france

    

                          Le TonTon

       undefined

 

           Un grand et un petit

   

 

 

         

                   Non à la chasse à l' homme

        

 

     

      

 

        

 

                

   

 

     

 

       ststop.gif   

 

        sujets-interdits.jpg     

 

          CAF7X9TP.jpg

 

          

               La métamorphose

      

 

           

            La tour de contrôle

      

 

       CALV3Y6Z.jpg      

 

       CARELW57.jpg   

 

       CARTE-CONGO.jpg

 

       medium_sassou-hu-jintao-congo-chine.jpg

 

       FORET-EN-DANGER.gif  

 

        pillards.jpg

 

       le-pillage-des-for-ts-du-congo1.jpg  

 

 

  

 

   

 

       CAG9I7CH-copie-1.jpg

                 

 

                   

                

          

 

         billet 500 euros

           portefeuille dollard

        

                        undefined

 

 

 

                       gif carte mastercard

        Aux massacres

        

 

            

         Des jeunes patriotes Ivoiriens tombés sous les bales

        

 

   Bombardement  de la résidence de Laurent GBAGBO

                          

       Des hélicoptères ont bombardé la résidence de Laurent Gbagbo.

 

        AFRIQUE-LIBERATION.gif

 

        afrique-au-secours.jpg

 

        CRISE.gif

            

                    

     Le  chemin  d' avenir, le chemin sans issue

                  

            

 

      voie-sans-issu-la-d-silusion-du-chemin-d--avenir-copie-1.jpg

      L'eau une denrée rare à Brazzaville, pourtant vitale

      

 

        eau7.jpg

 

        

                          Le fleuve Congo

        

     Le bord du fleuve Congo à Brazzaville pourtant les habitants manquent cruellement l' eau potable

         

 

       

 

                    

 

        arton42-100x29

 

        logo_lexpress.gif

 

        Leparisien

 

        nouvelobs

 

         butin azuréen

 

         rue89_logo1.jpg

 

 

        Logo Mafia

 

        corruption menottes

        Révélations effarantes de John Perkins ancien assassin économique

        JohnPerkinsCourage824

 

        arnaques.jpg

 

        france2

        Le Grand Journal...

 

        canal +

 

            

 

       

 

      

 

       

 

       

 

        

 

       

       

 

       

          

          DES FEMMES ATYPIQUES

 

           

 

           

              

        

 

       

 

           

            congo-brazza1

       Ou est le serieux

            mammamia

 

            aubout

 

            sassou dictateur-copie-1

 

                  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

            

 

      

  Gold Man sachs - LA BANQUE QUI DIRIGE LE MONDE

 

     

     

      News

 

          Le malheur des congolais

 

     

      

        

     

 

 

 

 

 

 

 

      

     

 

Recherche

Texte Libre

Catégories