Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 août 2014 4 07 /08 /août /2014 13:08
 

 

 

CONGO BRAZ MOUVEMENT CITOYEN POUR LE RESPECT DE L’ORDRE CONSTITUTIONNEL .

 

Discours de Gilda Rosemonde MOUTSARA-GAMBOU

Guilda Rosemonde Moutsara-Gambou

Le courage d’une femme qui dénonce les injustices au péril de sa vie.

 

Touche pas a ma constitution

 

 

 

Meeting du 03 Août 2014

Palais des Congrès

 

 

Mouvement Citoyen pour le Respect de l’Ordre Constitutionnel

Et

Sauvons le Congo

 

Discours de Gilda Rosemonde MOUTSARA-GAMBOU

Porte-Parole du Mouvement Citoyen

 pour le Respect de l’Ordre Constitutionnel
 

Chers citoyens,

 

Le Président de la République s’est exprimé à Washington, lors d’une conférence de presse et sur RFI. A la question de savoir si la Constitution va être changée ou non, le Président de la République répond que le débat se développe au niveau du peuple, qu’il s’agit d’un débat en vue d’un changement de Constitution pour l’intérêt du pays, pour que les institutions du pays progressent.

Mais il est clair pour nous tous que le changement de la constitution voulu par la majorité présidentielle n’a pour seul but que celui de permettre au Président de la République de pouvoir prétendre à un mandat supplémentaire.

Oui, chers citoyens, avec le changement de la Constitution, le Président de la République veut ouvrir la porte d’une nouvelle candidature en 2016. Il l’exprime clairement en évoquant l’exemple de l’Allemagne où les allemands ont voulu d’un troisième mandat pour Mme Angela Merkel, à cause, dit-il, de l’efficacité de son travail.

Nous rejetons cet argument pour la simple raison que Madame Angela Merkel est Chancelière de la République d’Allemagne, de ce fait, les allemands peuvent lui accorder autant de mandats possibles sans jamais avoir le sentiment d’enfreindre aucune loi et remettre en cause l’avancement de la Démocratie dans leur pays.

Il faut aussi noter que si les allemands ont accordé un troisième mandat à Angela Merkel, c’est sûrement parce qu’ils ont estimé que la politique sociale menée par la Chancelière a été à la hauteur de leurs attentes. Est-ce le cas pour notre pays ?

Nous ne le dirons pas assez : la mise en application du projet de société « Le Chemin d’Avenir » du Président de la République, a été un échec sur le plan social. Ceci s’explique par la non- application des dispositions comprises dans le Titre II de la Constitution du 20 janvier 2002. Il s’agit notamment des Droits et Libertés fondamentaux des citoyens. Il faut dire que de nombreux problèmes sociaux persistent depuis plus d’une décennie. Si le Président de la République affirme avoir donné la priorité au système éducatif, à la scolarisation devenue gratuite dans les écoles publiques et rendue obligatoire jusqu’à l’âge de 16 ans, la réalité est malheureusement tout autre. En effet, la plupart des établissements scolaires publics sont délabrés. Les écoles primaires manquent de tables-bancs, certaines salles de classe n’ont ni portes ni fenêtres alors que le Congo est un pays producteur de bois. Les collèges et les lycées ne sont pas mieux équipés. Ce qui est contraire à l’article 16 de la Constitution qui dispose que le droit à l’éducation est garanti. A ceci, il faut ajouter le manque criard d’enseignants dans le système primaire et secondaire.

La dégradation du système éducatif oblige les parents à se tourner vers les écoles privées. Certains les parents font même le choix d’envoyer leurs enfants au Sénégal, au Maroc, en France ou même à Kinshasa. De telles initiatives coûtent cher aux familles et accroît l’appauvrissement de celles-ci. Le niveau d’études est en baisse comparé aux années 80, beaucoup  d’enfants quittent l’école avant l’âge de 16 ans, les jeunes filles se livrent à la prostitution, se marient très tôt, leur avenir est hypothéqué par des grossesses précoces.

Le non –accès de la grande majorité des congolais à l’eau potable et la consommation d’une eau non traitée a de conséquences graves sur la santé des populations. En effet, beaucoup de congolais, surtout les enfants, meurent suite à des diarrhées provoquées par cette eau impropre à la consommation. Les femmes et les enfants sont de corvée à longueur de journée, ils transportent des bidons d’eau de 25 litres sur de longues distances. Ce qui les expose à une malformation de la colonne vertébrale, par exemple.

Le Congo-Brazzaville présente une situation sanitaire très préoccupante. Les hôpitaux sont mal équipés, manquent d’eau, de lits, de médicaments. Le congolais se soigne mal ce qui justifie le taux de mortalité constamment en hausse dans notre pays. Pourtant l’article 30 de la Constitution dispose que « l’Etat est garant de la santé publique, les personnes âgées et les personnes handicapées ont droit à des mesures de protection en rapport avec leurs besoins physiques, moraux ou autres, en vue de leur plein épanouissement ». 

Les personnes souffrant de maladies mentales et de névroses se retrouvent dans la rue, sont mal vêtues ou pas du tout, malpropres, se nourrissent dans les décharges publiques, dorment au carrefour de grandes avenues ou au pied des arbres, boivent dans des caniveaux. Elles ont perdu leur dignité. Or l’article 7 dispose que « La personne humaine est sacrée et a droit à la vie. L’Etat a l’obligation absolue de la protéger et de la respecter ». Tous les citoyens étant égaux devant la loi (article 8), l’Etat a donc le devoir de créer des structures d’accueil permettant à ces citoyens de jouir de leurs droits fondamentaux et de retrouver leur dignité humaine.

Le taux de chômage est de plus en plus important surtout en milieu jeune. De nombreux jeunes diplômés peinent à trouver un emploi en rapport avec leur formation. Ce qui est contraire aux dispositions de l’article 24 : « L’Etat reconnaît, à tous les citoyens, le droit au travail et doit créer les conditions qui rendent effective la jouissance de ce droit ».

La baisse du pouvoir d’achat des ménages, surtout dans des familles à revenu unique augmente la précarité des populations. Quant aux retraités,  quelle misère après avoir servi la nation ! La situation  des étudiants au Congo comme à l’étranger devient de plus en plus préoccupante à cause des paiements irréguliers de leurs bourses d’études.

L’allègement quotidien du panier de la ménagère dû à l’augmentation incontrôlée des prix sur le marché,  obligent de nombreuses familles à se contenter d’un seul repas par jour. Un œuf coûte aujourd’hui 200 F CFA.

Le système de transport est médiocre. A cause du mauvais état des routes, les congolais sont confrontés au quotidien au phénomène de « demi-terrain », dépensant en moyenne 1000 F CFA par jour.

L’environnement insalubre dans lequel vivent les congolais s’expliquent par l’absence d’une politique d’assainissement des lieux publics comme les marchés, les hôpitaux, les avenues… Ce qui va à l’encontre de l’article 35 de notre Constitution qui dit que « Tout citoyen a droit à un environnement sain, satisfaisant et durable. L’Etat veille à la protection et à la conservation de l’environnement ».

Conformément à l’article 34, l’Etat a le devoir de protéger les enfants et les adolescents contre l’exploitation économique ou sociale. Combien d’enfants travaillent, vendent dans les marchés ou dans les coins de rues ? Combien d’entre eux parcourent de longues distances à pieds parce qu’ils ont la responsabilité d’accompagner un parent handicapé ou aveugle ?

Notre Constitution dispose aussi en son article 31 que l’Etat doit assister la famille dans sa mission de gardienne de la morale et des valeurs compatibles avec l’ordre républicain. On assiste malheureusement à la perte des valeurs, de la morale, du respect. Les mineurs accèdent librement aux débits de boissons, ils consomment de l’alcool à outrance, fument et déambulent dans les rues jusqu’à des heures tardives.

De nombreux citoyens détenus dans les postes de police et les prisons subissent des actes de tortures, des traitements cruels, inhumains et dégradants, actes interdits par l’article 9 de la Constitution. 

L’absence de salles de cinéma, des théâtres, des maisons d’édition porte atteinte au droit à la culture garanti à tous par l’article 22.

Le droit de propriété et le droit de succession garantis aux citoyens par l’article 17 sont constamment violés. On ne compte plus le nombre de veuves et d’orphelins chassés du domicile familial après le décès de l’époux ou du père.

Chers citoyens,

Au regard de toutes les situations évoquées ci-dessus, dont la liste n’est pas exhaustive, il n’y a aucun doute sur le fait que la Constitution du 20 janvier 2002 n’a pas été appliquée. Par conséquent, son changement n’est pas justifié. Bien au contraire, elle doit être maintenue et appliquée afin de permettre au peuple Congolais de jouir des droits et libertés fondamentaux qu’elle lui garantit.

Peuple Congolais,

Reconstruire une nation, c’est avant tout reconstruire les hommes. Mais le constat est que toute action politique, tout projet, tout investissement a jusqu’ici laissé les congolais au bord de la route. Sinon comment expliquer cette pauvreté criarde des familles ? Comment expliquer l’inexistence  d’une classe moyenne et ce grand fossé entre les riches et les pauvres ?

Nous sommes une nation, de ce fait, nous avons en partage un territoire, une histoire, une culture et des traditions, mais surtout les richesses et les ressources naturelles de notre pays. La mission de tout citoyen élu à la tête de notre pays devrait être celle de faire en sorte que chaque citoyen congolais retrouve sa part de richesse dans sa vie quotidienne. Vivre dans un environnement sain et salubre, fréquenter des écoles publiques bien équipées, être accueilli et soigné dans des hôpitaux modernes, trouver un emploi, se loger, se nourrir…C’est ce à quoi nous devrions tous avoir droit.

La non-application de notre Constitution a remis en cause notre patriotisme et l’unité nationale. En effet, beaucoup de congolais n’aiment plus le Congo, ils n’ont plus d’amour pour leur pays. Qu’ils vivent sur le territoire national ou ailleurs, les congolais ne sont plus fiers d’être citoyens du Congo-Brazzaville parce que  leurs espoirs ont été trahis par les politiques. 

Je veux vous dire aujourd’hui que ce n’est pas la Constitution du 20 Janvier 2002 qui a montré ses limites et ses insuffisances, mais c’est le système actuel qui n’a pas su répondre à nos attentes. La mauvaise gouvernance a plongé la plupart des congolais dans une détresse extrême et une solitude profonde.

Notre responsabilité aujourd’hui consiste à être exigent sur le fait qu’à l’avenir qu’aucun Président ne se maintienne à la tête de notre pays en faisant sauter le verrou de la limitation du nombre de mandats présidentiels par le changement de la Constitution, et ce quel que soit son bilan.

Si en ce jour, 3 août 2014, il y a dans cette salle du Palais des Congrès, un citoyen, un jeune, une femme, un enfant, un homme qui, après la déclaration du Président de la République, a le sentiment que  les jeux sont faits, qu’un référendum aux apparences démocratiques aura lieu, et que de ce fait, le président de la République obtiendra un troisième mandat malgré le serment qu’il a prêté de défendre et de respecter la Constitution, d’assurer la continuité de l’Etat, qu’il trouve ici sa réponse.

Pour finir, je vais vous raconter une histoire. Un jour, dans cette même salle s’est tenue la Conférence Nationale Souveraine, à l’issue de laquelle nos aînés, assis sur ces mêmes sièges,  ont pris le courage et la responsabilité de donner une nouvelle orientation politique à notre pays. Ils ont fait le choix de la Démocratie. Ils ont décidé ensemble, en toute responsabilité, que plus jamais, il ne sera permis à quiconque de conserver le pouvoir indéfiniment. Ils ont traduit cette résolution dans la Constitution de Mars 1992 à travers la limitation à deux du nombre de mandats présidentiels. Cette disposition a été reprise dans la Constitution du 20 janvier 2002, mettant ainsi notre pays sur la voie de l’alternance démocratique.

Il nous appartient, aujourd’hui, jeunesse congolaise, de prendre notre part de responsabilité. C’est à notre tour de décider de l’avenir de notre pays. Oui, le moment est venu pour nous de défendre ces acquis. Pour que notre pays avance, défendons ensemble la Constitution du 20 janvier 2002, malgré les limites et les insuffisances qui lui sont reprochées. Oui, nous y arriverons, avec détermination et courage, parce que le Congo passe avant tout, parce que nous sommes le Congo, parce que nous sommes une Nation.

 

Je vous remercie.

 

                          
 
 
 
 

 «Un dictateur n'a pas de concurrent à sa taille tant que le peuple ne relève pas le défi » 

 

Pour une République Juste & Démocratique, Vous Trompez le Peuple Nous dénonçons

 

 

Partager cet article

Repost 0
LA VOIX DU PEUPLE
commenter cet article

commentaires

anonymys 08/08/2014 12:14

NEWS !
Pourquoi le Débat sur la constitution du 20 janvier 2002 est caduque?
Pendant 12 ans de pouvoir Sassou II et dans 97% de cas les principes fondamentaux de cette constitution n'ont jamais été appliqués.
Si Sassou Nguesso ne denis pas sa propre constitution - qu'il commence au-moins à appliquer les articles 57, 58 et 186 de celle-ci.

On ne change jamais les règles de jeu au-cour d'un match. Laissons donc le match se terminé et on verra donc à la fin du match si cela s'avère être nécessaire, indispensable ou non.

Sassou Nguesso a déjà marqué 34 buts (ans) contre 0 pour le peuple. Il n'y aura pas une troisième mi-temps pour qu'il puisse encore marquer 5 ou 7 buts de plus contre encore 0 pour le peuple.

PEUPLE ET CITOYEN CONGOLAIS SOYEZ SOUVERAIN ET DIT "NON" A TOUTE INITIATIVE POLITIQUE PENSÉE ET EXÉCUTE PAR LE RÉGIME POLITIQUE LE PLUS STUPIDE D'AFRIQUE NOIRE DE CE DÉBUT DU XXIE SIÈCLE.
Le Débat sur la constitution du 20 janvier 2002 ou de Sassou au pouvoir après 2016 est caduque...
SASSOU NE BATTRA PAS SON PROPRE RECORD DE BUT MARQUÉ CONTRE LE PEUPLE - C'EST A DIRE 39 A 41 ANS BUTS (ANS AU POUVOIR) .

La Voix Du Peuple

  • : Le blog de la voix du peuple
  • Contact

POUR UN CONGO LIBRE ET DEMOCRATIQUE

 

2013 marketing trends 

 

                              petit gif animé clown qui jongle

 pub_top.gif

     

                                     

             

      VISITEURS                           
         VISITEURS                               

 

 fl8.jpg EDITORIAL                                               

 

 

Nous avons tous  été confrontés un jour ou l’autre à un fait  choquant qui nécessitait d’être révélé à la face du monde.

Mais  désavantagés par l’absence de moyens de nous exprimer, nous avons fini par abandonner. Or, pesant

soigneusement les mots et en cherchant à trouver la bonne formule, il est possible de régler la majeure partie des

problèmes qui nous rongent.

La voix du peuple est cet espace qui nous faisait défaut. Elle a pour ambition l’information du  grand nombre dans la

dénonciation sans appel de toute dérive de nos responsables politiques congolais, tout bord confondu,  qui poseraient

des actes qui opposent le « mal au bien » du peuple congolais à travers des actions telles :

           -des abus de tout genre ;

           -des injustices vis-à-vis des plus faibles ;

           -des scandales économiques, politiques, judiciaires…

La voix du peuple a aussi pour mission, l’assistance des « sans voix » dans la publication de leurs opinions.

La voix du peuple est pour nous tous donc une arme qui nous permet de nous soulager de nos douleurs longtemps

comprimées, et aussi de faire respecter les droits que nous défendons. Désormais, nous parviendrons,  grâce  à elle, à

atteindre dans leurs tanières, leurs châteaux, leurs bunkers, leurs tours…, les intouchables, les protégés, les

invulnérables.

Enfin, se voulant porteuse des valeurs de vérité, de justice, de paix, de la morale, de la vertu et de l’unité de tous les

enfants du Congo du nord au sud, de l’ouest à l’est, la voix du peuple s’insurge, dans l’impartialité, contre des

agissements s’apparentant à de la propagande, au dénigrement matérialisés par :

           -des propos indélicats ; 

           -du culte de la division ;

           -des accusations affamantes ;

           -des observations désobligeantes ;

           -des contre vérités…

Aussi, au regard de ce qui précède, un article des « sans voix » qui ne respecterait point les dites prescriptions, sera

purement et simplement écarté.

email2.gifNous contacter :

dpeuplelavoix@yahoo.fr  

 

 

CONGO.jpg-1.jpg

   

  Le symbole de la liberté

  

         Non à la dictature

    

   

   

 

      L' INCORRUPTIBLE       

     Légende d'Afrique

  

  

 

       La colombe de la paix et de l'esperance

        

 

 

 

         Non à l' omerta

   

 

 

BONGO - CHIRAC - SASSOU les principaux acteurs

du coup d' Etat sanglant du 5 Juin 1997 au Congo Brazzaville

   

   

 

 

 

  Pour une Jusitce transparente et équitable

  

 

     

 

   

  carteanime.gif

 

  undefinedAu pillage des richesses en Afrique

 

 

    Capture

     Kwame NKRUMAH

   

 

        Emery Patrice LUMUMBA

   

 

  Alphonse MASSAMBA - DEBAT

          

 

  

        Marien NGOUABI

       

 

        Cardinal Emile Biayenda

  

             Thomas SANKARA

  

          drapeau des états unis

       Martin Luther KING

  

 

    

   

 

       Mahatma GANDHI

   

 

         Nelson MANDELA

    

 

          John Fitzgerlald KENNEDY  

    

 

       

 

   Pour une alternance démocrtique au Congo

     

     à la santé des Biens mal acquis  

        hautbma.jpg

   

                              drapeau france

    

                          Le TonTon

       undefined

 

           Un grand et un petit

   

 

 

         

                   Non à la chasse à l' homme

        

 

     

      

 

        

 

                

   

 

     

 

       ststop.gif   

 

        sujets-interdits.jpg     

 

          CAF7X9TP.jpg

 

          

               La métamorphose

      

 

           

            La tour de contrôle

      

 

       CALV3Y6Z.jpg      

 

       CARELW57.jpg   

 

       CARTE-CONGO.jpg

 

       medium_sassou-hu-jintao-congo-chine.jpg

 

       FORET-EN-DANGER.gif  

 

        pillards.jpg

 

       le-pillage-des-for-ts-du-congo1.jpg  

 

 

  

 

   

 

       CAG9I7CH-copie-1.jpg

                 

 

                   

                

          

 

         billet 500 euros

           portefeuille dollard

        

                        undefined

 

 

 

                       gif carte mastercard

        Aux massacres

        

 

            

         Des jeunes patriotes Ivoiriens tombés sous les bales

        

 

   Bombardement  de la résidence de Laurent GBAGBO

                          

       Des hélicoptères ont bombardé la résidence de Laurent Gbagbo.

 

        AFRIQUE-LIBERATION.gif

 

        afrique-au-secours.jpg

 

        CRISE.gif

            

                    

     Le  chemin  d' avenir, le chemin sans issue

                  

            

 

      voie-sans-issu-la-d-silusion-du-chemin-d--avenir-copie-1.jpg

      L'eau une denrée rare à Brazzaville, pourtant vitale

      

 

        eau7.jpg

 

        

                          Le fleuve Congo

        

     Le bord du fleuve Congo à Brazzaville pourtant les habitants manquent cruellement l' eau potable

         

 

       

 

                    

 

        arton42-100x29

 

        logo_lexpress.gif

 

        Leparisien

 

        nouvelobs

 

         butin azuréen

 

         rue89_logo1.jpg

 

 

        Logo Mafia

 

        corruption menottes

        Révélations effarantes de John Perkins ancien assassin économique

        JohnPerkinsCourage824

 

        arnaques.jpg

 

        france2

        Le Grand Journal...

 

        canal +

 

            

 

       

 

      

 

       

 

       

 

        

 

       

       

 

       

          

          DES FEMMES ATYPIQUES

 

           

 

           

              

        

 

       

 

           

            congo-brazza1

       Ou est le serieux

            mammamia

 

            aubout

 

            sassou dictateur-copie-1

 

                  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

            

 

      

  Gold Man sachs - LA BANQUE QUI DIRIGE LE MONDE

 

     

     

      News

 

          Le malheur des congolais

 

     

      

        

     

 

 

 

 

 

 

 

      

     

 

Recherche

Texte Libre

Catégories