Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 mai 2014 5 16 /05 /mai /2014 09:11

  

  

  

 

 

 

CONGO BRAZZAVILLE CONGO BRAZZAVILLE modification de la Constitution Guy Milex MBONZI analyse le contexte sous- régional   

 

 

 
Il y a peu les lieutenants politiques de Denis Sassou-N’guesso le présentaient comme l’homme de la situation dans la sous-région d’Afrique centrale. Certains, pour des raisons inavouées, lui ont même conseillé de jouer le rôle d’Harpagon (de l’avare) lors de la visite de travail de la présidente de transition centrafricaine, Catherine Samba Pandza.

D’autres, moins inspirés, auraient demandé au Chef de l’Etat congolais de laisser venir à lui la France de François Hollande. Ces derniers s’appuyaient sur le fait qu’Idriss Deby Itno, le bras armé de Paris en Afrique francophone, s’était retiré de la RCA sous la pression des anti-balaka voire de l’Elysée et que Sassou devait passer au devant de la scène en Centrafrique. Erreur. Cette attitude politique de Brazzaville consistant à faire fléchir François Hollande a été considérée par certains analystes politiques comme un « pied-de-nez de Denis Sassou-N’guesso à la France ».

Selon certaines confidences, Catherine Samba Panza n’a pas trouvé grâce aux yeux de Sassou, elle serait rentrée bredouille de sa visite de travail à Brazzaville. Sans le moindre radis pour faire face aux charges incompressibles de l’Etat centrafricain, notamment, au payement des salaires des fonctionnaires. Tout au moins Brazzaville a, officiellement, accordé un prêt de 25 milliards de FCFA à Bangui.

En bon calculateur politique, Sassou, aux dires des analystes politiques et diplomatiques, aurait voulu que la France lui formule la demande d’aide à la Centrafrique pour qu’ainsi il s’attire sa sympathie. Hollande ayant senti cette astuce a préféré l’esquiver. Et, se serait adressé à Edouardo Dos Santos pour régler tant soit peu les problèmes d’intendance de la RCA, avant que n’intervienne le coup de pouce du FMI et de la Banque mondiale – ces deux institutions viennent d’apporter une aide financière d’urgence destinée à assurer le fonctionnement de l’Etat centrafricain. L’attitude de Brazzaville à l’égard de la nouvelle présidente de Transition, indique-t-on, est d’autant plus curieuse que Michel Djotodja, l’ex-président de Transition centrafricain, et son premier ministre, Nicholas Tiangaye, trouvaient toujours portes ouvertes au Palais du peuple, d’où ils en seraient souvent ressortis avec des « nguiri » débordant de pétro-CFA. Tout compte fait, Brazzaville perd la face après avoir vainement supporté Karim Mekassoua, ancien ministre de Bozizé et candidat malheureux à la présidence de transition. Seule consolation pour Brazzaville, ce dernier avec Anicet Georges Dologuelé, ancien président de la BDEAC à Brazzaville, qui constituent le tandem que pourrait supporter Denis Sassou-N’guesso à la présidentielle centrafricaine. Tous deux, frères de lumière du Chef de l’Etat congolais au sein de la Grande loge du Congo (GLC), séjournent en continu dans la capitale congolaise. Avec ces deux chevaux, Sassou pourra-t-il rebondir en RCA ? Rien n’est moins facile. Surtout qu’avec la mutation de la Misca en Minusca, la marge de manœuvre du médiateur congolais risque d’être réduite à une portion congrue. Et pour cause, c’est la mission des Nations Unies qui aura la main mise sur tout en RCA au détriment des envoyés spéciaux du Chef de l’Etat congolais. Selon les analystes politiques, la récente visite d’Edouardo Dos Santos en France, a propulsé la diplomatie angolaise au devant de la scène. Luanda devient de fait le gendarme de l’Afrique centrale, tandis que Ndjamena : la force de réaction rapide. Et Denis sassou-N’guesso dans tout ça ?

Avec les expulsions massives des ressortissants de la RDC, la médiation du « bokilo » (du beau-frère) auprès de Kabila et de ses opposants est devenue une « médiation de mbata ». Les rapprochements diplomatiques voire politiques tendant à susciter auprès de Kabila, au nom de la solidarité politique, le changement de constitutions africaines de façon concertée, relèvent désormais du passé. Selon des sources diplomatiques, Kabila ne manquerait pas en privé de réaffirmer sa détermination au respect stricto sensu des dispositions constitutionnelles qui lui interdisent un troisième mandat. En RDC, comme en RCA, Sassou perd la face du fait d’un amateurisme diplomatique aux conséquences incalculables. Dans la même optique, le rapprochement entre Brazzaville et Kigali se limiterait, pour l’instant, à un marché de dupes : Sassou se croyait adoubé par Paul Kagamé, alors que ce dernier vient uniquement à Brazzaville pour obtenir le rapatriement des hutus-rwandais refugiés au Congo-Brazzaville, lesquels, selon les services rwandais venus en éclaireurs dans la capitale congolaise, seraient de mèche avec les Forces de Libération du Rwanda (FDLR) qui font la pluie et le beau temps dans une partie de l’Est de la RDC et menacent dangereusement la sécurité de Kigali. Une autre erreur diplomatique de Brazzaville, spécule un expert de la diplomatie des pays des Grands Lacs, c’est d’avoir misé sur Paul Kagamé comme Cheval de Troie des américains dans la sous-région. En effet, le président rwandais a le vague à l’âme au moment où les américains, leurs alliés et certains pays africains le considèrent comme un homme « infréquentable ». En témoigne la dernière tournée africaine de John Kerry (Ethiopie, Sud Soudan, RDC et Angola). Kigali, la capitale du Rwanda, a été superbement ignorée par le patron de la diplomatie américaine. Ce qui sonne comme un avertissement, pour certains chefs d’Etat du continent, à quelques mois de la tenue du sommet Afrique/Etats-Unis à Washington en Août prochain. Les stratèges politiques de Denis Sassou-N’guesso en ont-ils tenu compte au moment où le débat sur le changement de la constitution permettant à Denis Sassou-N’guesso de rempiler a été lancé ?

S’agissant de ce changement de la Constitution du 20 janvier 2002, le contexte sous-régional et africain est tel que : Pierre Kurunzinza du Burundi aurait renoncé à un troisième mandat, Boni Yayi du Benin aurait fait la même chose, Idem pour Joseph Kabila de la RDC, Blaise Compaoré du Burkina Faso ne pourra exceller dans une démarche contraire à celle des autres chefs d’Etat précités. In fine, ne faut-il pas craindre que le passage en force que préconise Denis Sassou-N’guesso ne se révèle dangereux pour lui dans un environnement sous-régional qui lui est peu favorable ? Par contre, « si le président du Congo-Brazzaville réussissait à changer la constitution de son pays et à s’octroyer d’autorité un troisième mandat, une chose est à craindre au niveau sous-régional et africain : la politique africaine des Etats-Unis, qui milite pour l’instauration en Afrique des Institutions fortes et non des hommes forts, ne sera-t-elle pas réduite à néant », insinue une source diplomatique, et pas des moindres, en poste à Brazzaville qui a requis l’anonymat. Et notre source de poursuivre, « le cas Sassou ne deviendra-t-il pas une jurisprudence pour d’autres chefs d’Etat qui, à l’avenir, changeront les constitutions de leurs pays en se référant au président congolais ?


Guy Milex MBONZI
 
 
 
 
 
 

 «Un dictateur n'a pas de concurrent à sa taille tant que le peuple ne relève pas le défi » 

 

Pour une République Juste & Démocratique, Vous Trompez le Peuple Nous dénonçons

 

Partager cet article

Repost 0
LA VOIX DU PEUPLE
commenter cet article

commentaires

La Voix Du Peuple

  • : Le blog de la voix du peuple
  • Contact

POUR UN CONGO LIBRE ET DEMOCRATIQUE

 

2013 marketing trends 

 

                              petit gif animé clown qui jongle

 pub_top.gif

     

                                     

             

      VISITEURS                           
         VISITEURS                               

 

 fl8.jpg EDITORIAL                                               

 

 

Nous avons tous  été confrontés un jour ou l’autre à un fait  choquant qui nécessitait d’être révélé à la face du monde.

Mais  désavantagés par l’absence de moyens de nous exprimer, nous avons fini par abandonner. Or, pesant

soigneusement les mots et en cherchant à trouver la bonne formule, il est possible de régler la majeure partie des

problèmes qui nous rongent.

La voix du peuple est cet espace qui nous faisait défaut. Elle a pour ambition l’information du  grand nombre dans la

dénonciation sans appel de toute dérive de nos responsables politiques congolais, tout bord confondu,  qui poseraient

des actes qui opposent le « mal au bien » du peuple congolais à travers des actions telles :

           -des abus de tout genre ;

           -des injustices vis-à-vis des plus faibles ;

           -des scandales économiques, politiques, judiciaires…

La voix du peuple a aussi pour mission, l’assistance des « sans voix » dans la publication de leurs opinions.

La voix du peuple est pour nous tous donc une arme qui nous permet de nous soulager de nos douleurs longtemps

comprimées, et aussi de faire respecter les droits que nous défendons. Désormais, nous parviendrons,  grâce  à elle, à

atteindre dans leurs tanières, leurs châteaux, leurs bunkers, leurs tours…, les intouchables, les protégés, les

invulnérables.

Enfin, se voulant porteuse des valeurs de vérité, de justice, de paix, de la morale, de la vertu et de l’unité de tous les

enfants du Congo du nord au sud, de l’ouest à l’est, la voix du peuple s’insurge, dans l’impartialité, contre des

agissements s’apparentant à de la propagande, au dénigrement matérialisés par :

           -des propos indélicats ; 

           -du culte de la division ;

           -des accusations affamantes ;

           -des observations désobligeantes ;

           -des contre vérités…

Aussi, au regard de ce qui précède, un article des « sans voix » qui ne respecterait point les dites prescriptions, sera

purement et simplement écarté.

email2.gifNous contacter :

dpeuplelavoix@yahoo.fr  

 

 

CONGO.jpg-1.jpg

   

  Le symbole de la liberté

  

         Non à la dictature

    

   

   

 

      L' INCORRUPTIBLE       

     Légende d'Afrique

  

  

 

       La colombe de la paix et de l'esperance

        

 

 

 

         Non à l' omerta

   

 

 

BONGO - CHIRAC - SASSOU les principaux acteurs

du coup d' Etat sanglant du 5 Juin 1997 au Congo Brazzaville

   

   

 

 

 

  Pour une Jusitce transparente et équitable

  

 

     

 

   

  carteanime.gif

 

  undefinedAu pillage des richesses en Afrique

 

 

    Capture

     Kwame NKRUMAH

   

 

        Emery Patrice LUMUMBA

   

 

  Alphonse MASSAMBA - DEBAT

          

 

  

        Marien NGOUABI

       

 

        Cardinal Emile Biayenda

  

             Thomas SANKARA

  

          drapeau des états unis

       Martin Luther KING

  

 

    

   

 

       Mahatma GANDHI

   

 

         Nelson MANDELA

    

 

          John Fitzgerlald KENNEDY  

    

 

       

 

   Pour une alternance démocrtique au Congo

     

     à la santé des Biens mal acquis  

        hautbma.jpg

   

                              drapeau france

    

                          Le TonTon

       undefined

 

           Un grand et un petit

   

 

 

         

                   Non à la chasse à l' homme

        

 

     

      

 

        

 

                

   

 

     

 

       ststop.gif   

 

        sujets-interdits.jpg     

 

          CAF7X9TP.jpg

 

          

               La métamorphose

      

 

           

            La tour de contrôle

      

 

       CALV3Y6Z.jpg      

 

       CARELW57.jpg   

 

       CARTE-CONGO.jpg

 

       medium_sassou-hu-jintao-congo-chine.jpg

 

       FORET-EN-DANGER.gif  

 

        pillards.jpg

 

       le-pillage-des-for-ts-du-congo1.jpg  

 

 

  

 

   

 

       CAG9I7CH-copie-1.jpg

                 

 

                   

                

          

 

         billet 500 euros

           portefeuille dollard

        

                        undefined

 

 

 

                       gif carte mastercard

        Aux massacres

        

 

            

         Des jeunes patriotes Ivoiriens tombés sous les bales

        

 

   Bombardement  de la résidence de Laurent GBAGBO

                          

       Des hélicoptères ont bombardé la résidence de Laurent Gbagbo.

 

        AFRIQUE-LIBERATION.gif

 

        afrique-au-secours.jpg

 

        CRISE.gif

            

                    

     Le  chemin  d' avenir, le chemin sans issue

                  

            

 

      voie-sans-issu-la-d-silusion-du-chemin-d--avenir-copie-1.jpg

      L'eau une denrée rare à Brazzaville, pourtant vitale

      

 

        eau7.jpg

 

        

                          Le fleuve Congo

        

     Le bord du fleuve Congo à Brazzaville pourtant les habitants manquent cruellement l' eau potable

         

 

       

 

                    

 

        arton42-100x29

 

        logo_lexpress.gif

 

        Leparisien

 

        nouvelobs

 

         butin azuréen

 

         rue89_logo1.jpg

 

 

        Logo Mafia

 

        corruption menottes

        Révélations effarantes de John Perkins ancien assassin économique

        JohnPerkinsCourage824

 

        arnaques.jpg

 

        france2

        Le Grand Journal...

 

        canal +

 

            

 

       

 

      

 

       

 

       

 

        

 

       

       

 

       

          

          DES FEMMES ATYPIQUES

 

           

 

           

              

        

 

       

 

           

            congo-brazza1

       Ou est le serieux

            mammamia

 

            aubout

 

            sassou dictateur-copie-1

 

                  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

            

 

      

  Gold Man sachs - LA BANQUE QUI DIRIGE LE MONDE

 

     

     

      News

 

          Le malheur des congolais

 

     

      

        

     

 

 

 

 

 

 

 

      

     

 

Recherche

Texte Libre

Catégories