Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 08:30

  

  

  

 

 

 

CONGO BRAZZAVILLECONGO BRAZZAVILLE  : Denis SASSOU NGUESSO FACE A SON ETRANGE DESTIN 

  

 

 
Le 14 aout 2016, si Sassou devrait suivre les conseils de Mathias Dzon, il prendrait alors son hélicoptère pour rentrer à Oyo vivre une retraite paisible au milieu de ses vaches et de ses plantations, ses nouvelles passions.

Simplement. Mais un tel scenario, réservé aux présidents démocrates épris de justice et des vertus de la bonne gouvernance, n’est pas applicable à Sassou qui lui, traine de nombreuses casseroles et qui se doute bien qu’une fois le pouvoir perdu, les juges qui le guettent depuis un certain nombre d’années, s’empresseront de venir frapper à sa porte. Car ce n’est un secret pour personne, les juges congolais, français, et éventuellement ceux de la CPI pourraient bien s’intéresser à monsieur Sassou, simple citoyen, pour l’interroger sur des dossiers aussi épineux que les guerres de Brazzaville et du Pool, les crimes financiers, les explosions du 4 mars, les disparus du Beach, etc... Connaissant le président Sassou, pourrait-il se laisser aussi facilement prendre comme un moineau de Mayéyé ?

Certainement pas. Les opposants et autres résistants qui misent sur le départ républicain du président Sassou doivent définitivement écarter cette hypothèse car il y a très peu de chances que Sassou écoute les forces vives de la nation, organise des élections transparentes auxquelles il ne participerait pas (conformément à la Constitution) et confie son sort et celui de ses proches à son successeur.

Alors quelles options lui reste-t-il ? J’en vois deux : le dialogue national inclusif ou l’abrogation de la constitution de 2002 qui pourrait, comme nous le craignons tous, aboutir sur une nouvelle guerre civile.
La révision de la Constitution en son article 58 n’étant pas suffisante pour permettre à Sassou de se présenter à l’élection de 2016, il lui faudra forcément en venir aux vrais problèmes que posent les articles 57 et 185 de la Constitution qui disposent: Article 57 : Le Président de la République est élu pour sept ans au suffrage universel direct. Il est rééligible une fois.

Et l’Article 185 : L’initiative de la révision de la Constitution appartient, concurremment, au Président de la République et aux membres du Parlement. Aucune procédure de révision ne peut être engagée ou poursuivie lorsqu’il est porté atteinte à l’intégrité du territoire. La forme républicaine, le caractère laïc de l’Etat, le nombre de mandats du Président de la République ainsi que les droits énoncés aux titres I et II ne peuvent faire l’objet de révision.

En clair, la révision de l’article 57 n’est pas envisageable parce que le peuple souverain a protégé cette disposition à perpétuité. Le président Sassou n’a donc juridiquement et légalement aucun moyen de se présenter à l’élection présidentielle sous cette Constitution quelles que soient les modifications que l’on peut apporter à l’article 58. La seule alternative qui reste à Sassou pour se maintenir au pouvoir, est d’abroger toute la Constitution et d’en rédiger une autre avant la fin de son mandat en 2016 ou de modifier d’abord l’article 185 puis plus tard l’article 57 étant donné que les deux articles ne peuvent pas être révisés ensemble. Le président Sassou fera-t-il le choix périlleux de la modification, lourd de conséquences pour la paix et l’unité nationale ou choisira-t-il le dialogue national inclusif qui devrait aboutir sur son immunité et celle de ses proches en échange de son départ? Le choix que fera le président Sassou sur cette question cruciale dans quelques mois, déterminera son avenir politique si ce n’est son avenir tout court car c’est le choix de son destin.

Ceux de ma génération qui ont lu l’Etrange Destin de Wangrin de l’inoubliable Amadou Hampâté Ba au lycée ou les amateurs de littérature africaine, se souviennent de l’histoire de Wangrin, le personnage principal de ce roman, qui connut une vie florissante, pleine de succès ; qui réussit toutes ses intrigues contre ses ennemis tout en échappant à tous leurs pièges ; mais qui au zénith de sa vie, connut soudain une chute irrémédiable, lâché par son dieu tutélaire, Gongoloma-Sooké. Le président Sassou parallèlement, a pour sa part connu au moins autant de succès politiques et militaires, ayant réussi à mettre les deux genoux par terre tous ses adversaires politiques quand il ne leur a pas dit adieu en personne devant leurs tombes. Après avoir assujetti le Pool et le Niboland par des guerres sanglantes et une corruption inénarrable, le président Sassou s’est retrouvé depuis presque sans adversaires politiques de son acabit, riche, heureux comme Ulysse, et béni comme un homme en phase avec ses dieux. Merveilleux destin ! Pourtant c’est à l’apogée de cette vie comblée que soudain, des munitions ont explosé ce 4 mars 2012 dans son propre quartier tuant au moins un millier de ses électeurs et parents.

Surpris et consterné par le carnage, le président a cherché et cherche encore la raison de la colère de ses dieux. Comme dans le cas de Wangrin où des incidents se succèdent en forme de signes du destin, les explosions du 4 mars sont sans conteste le grand point d’inflexion de la carrière politique de Sassou. Car c’est bien la première fois dans l’histoire de son mariage tacite avec le Grand Nord, qu’autant de gens de cette partie du pays, sont tués sous ses yeux. Malgré ses dénégations officielles, le président, qui ne feint pas sa douleur dans cette affaire, ne comprend guère pourquoi le sort s’est autant abattu sur les siens qu’il a toujours juré de protéger. Premier signe.

Le moment de panique passé, il a fallu au président Sassou trouver une explication pour les parents des victimes à défaut d’en trouver pour lui-même. C’est ainsi qu’il a fini par choisir d’accuser ses propres hommes, ceux-là mêmes qui ont tout donné de leur vie pour le servir et protéger le pouvoir commun, et notamment le colonel Marcel Ntsourou. Et la révolte de celui-ci a fini par amener Sassou à envoyer des parents massacrer des parents, puis d’organiser une chasse aux Téké inimaginable quand on sait combien ceux-ci lui sont attachés et ont toujours été de ses combats : Retourner ainsi les armes contre ces hommes qui l’ont aidé à reconquérir le pouvoir, on peut en convenir, n’augure rien de bon pour lui. Deuxième signe.

Le 22 mars dernier, le PCT, dans un de ces numéros qu’il affectionne, a organisé à Dolisie une vraie-fausse revendication du peuple du Niari réclamant la révision de la Constitution et accessoirement le maintien de l’homme du 5 février au pouvoir. Mais la manœuvre a été vite dénoncée et le tollé général qu’a soulevé cette initiative depuis, devrait interpeller le président Sassou. Troisième signe.

D’autres signes et d’autres évènements devront se succéder d’ici à la date fatidique d’aout 2016, mais Sassou saura-t-il les interpréter à son avantage et choisir le dialogue plutôt que de braver son destin en allant rechercher la modification de la Constitution et la guerre? J’ignore qui dans les officines du PCT a suggéré à Sassou l’article 185, mais j’y vois la main de Dieu. Songez bien qu’en 2002 lorsque Sassou rédige sa constitution sur mesure, il n’a aucune opposition en face et il a tous les pouvoirs ; comment alors expliquer qu’il se fasse hara-kiri et verrouille la limitation de mandats alors que personne ne l’y force ? Dieu dans son amour et sa patience a permis la limitation des mandats et lui a offert une issue pacifique pour la fin de son règne comme il le fit pour Saul. Le roi Saul en son temps (Lire 1 Samuel, Bible), après 40 ans de règne sur Israël, appris par le messager de Dieu la fin de son mandat (ou de sa royauté). Mais, ivre de pouvoir, il voulut insister, continua à faire la guerre à David, réveilla les morts et refusa d’écouter la voix de la sagesse y compris celle de son propre fils Jonathan.

L’épilogue de son règne fut bien triste, le roi, définitivement lâché par Dieu, périt lui et ses fils au terme d’une ultime guerre contre ses ennemis Philistins.

Au président Sassou de comprendre le temps de Dieu et d’éviter, sous prétexte qu’on s’est bien préparé, à commencer une guerre dont l’issue ne peut pas toujours être connue d’avance.

Jeremy Kitson disait que « le destin n’est pas une question de chance, c’est une question de choix ». Choix entre le dialogue national inclusif et le tripatouillage de la Constitution et les violences qui vont avec ; choix entre l’espérance d’un peuple et l’égo d’un individu : c’est le choix que fera le président Sassou Nguesso d’ici 2016 pour porter à la lumière les contours de son étrange destin.


Mouaya LOATHEY

 
 
 
 
 
 

 «Un dictateur n'a pas de concurrent à sa taille tant que le peuple ne relève pas le défi » 

 

Pour une République Juste & Démocratique, Vous Trompez le Peuple Nous dénonçons

 

Partager cet article

Repost 0
LA VOIX DU PEUPLE
commenter cet article

commentaires

La Voix Du Peuple

  • : Le blog de la voix du peuple
  • Contact

POUR UN CONGO LIBRE ET DEMOCRATIQUE

 

2013 marketing trends 

 

                              petit gif animé clown qui jongle

 pub_top.gif

     

                                     

             

      VISITEURS                           
         VISITEURS                               

 

 fl8.jpg EDITORIAL                                               

 

 

Nous avons tous  été confrontés un jour ou l’autre à un fait  choquant qui nécessitait d’être révélé à la face du monde.

Mais  désavantagés par l’absence de moyens de nous exprimer, nous avons fini par abandonner. Or, pesant

soigneusement les mots et en cherchant à trouver la bonne formule, il est possible de régler la majeure partie des

problèmes qui nous rongent.

La voix du peuple est cet espace qui nous faisait défaut. Elle a pour ambition l’information du  grand nombre dans la

dénonciation sans appel de toute dérive de nos responsables politiques congolais, tout bord confondu,  qui poseraient

des actes qui opposent le « mal au bien » du peuple congolais à travers des actions telles :

           -des abus de tout genre ;

           -des injustices vis-à-vis des plus faibles ;

           -des scandales économiques, politiques, judiciaires…

La voix du peuple a aussi pour mission, l’assistance des « sans voix » dans la publication de leurs opinions.

La voix du peuple est pour nous tous donc une arme qui nous permet de nous soulager de nos douleurs longtemps

comprimées, et aussi de faire respecter les droits que nous défendons. Désormais, nous parviendrons,  grâce  à elle, à

atteindre dans leurs tanières, leurs châteaux, leurs bunkers, leurs tours…, les intouchables, les protégés, les

invulnérables.

Enfin, se voulant porteuse des valeurs de vérité, de justice, de paix, de la morale, de la vertu et de l’unité de tous les

enfants du Congo du nord au sud, de l’ouest à l’est, la voix du peuple s’insurge, dans l’impartialité, contre des

agissements s’apparentant à de la propagande, au dénigrement matérialisés par :

           -des propos indélicats ; 

           -du culte de la division ;

           -des accusations affamantes ;

           -des observations désobligeantes ;

           -des contre vérités…

Aussi, au regard de ce qui précède, un article des « sans voix » qui ne respecterait point les dites prescriptions, sera

purement et simplement écarté.

email2.gifNous contacter :

dpeuplelavoix@yahoo.fr  

 

 

CONGO.jpg-1.jpg

   

  Le symbole de la liberté

  

         Non à la dictature

    

   

   

 

      L' INCORRUPTIBLE       

     Légende d'Afrique

  

  

 

       La colombe de la paix et de l'esperance

        

 

 

 

         Non à l' omerta

   

 

 

BONGO - CHIRAC - SASSOU les principaux acteurs

du coup d' Etat sanglant du 5 Juin 1997 au Congo Brazzaville

   

   

 

 

 

  Pour une Jusitce transparente et équitable

  

 

     

 

   

  carteanime.gif

 

  undefinedAu pillage des richesses en Afrique

 

 

    Capture

     Kwame NKRUMAH

   

 

        Emery Patrice LUMUMBA

   

 

  Alphonse MASSAMBA - DEBAT

          

 

  

        Marien NGOUABI

       

 

        Cardinal Emile Biayenda

  

             Thomas SANKARA

  

          drapeau des états unis

       Martin Luther KING

  

 

    

   

 

       Mahatma GANDHI

   

 

         Nelson MANDELA

    

 

          John Fitzgerlald KENNEDY  

    

 

       

 

   Pour une alternance démocrtique au Congo

     

     à la santé des Biens mal acquis  

        hautbma.jpg

   

                              drapeau france

    

                          Le TonTon

       undefined

 

           Un grand et un petit

   

 

 

         

                   Non à la chasse à l' homme

        

 

     

      

 

        

 

                

   

 

     

 

       ststop.gif   

 

        sujets-interdits.jpg     

 

          CAF7X9TP.jpg

 

          

               La métamorphose

      

 

           

            La tour de contrôle

      

 

       CALV3Y6Z.jpg      

 

       CARELW57.jpg   

 

       CARTE-CONGO.jpg

 

       medium_sassou-hu-jintao-congo-chine.jpg

 

       FORET-EN-DANGER.gif  

 

        pillards.jpg

 

       le-pillage-des-for-ts-du-congo1.jpg  

 

 

  

 

   

 

       CAG9I7CH-copie-1.jpg

                 

 

                   

                

          

 

         billet 500 euros

           portefeuille dollard

        

                        undefined

 

 

 

                       gif carte mastercard

        Aux massacres

        

 

            

         Des jeunes patriotes Ivoiriens tombés sous les bales

        

 

   Bombardement  de la résidence de Laurent GBAGBO

                          

       Des hélicoptères ont bombardé la résidence de Laurent Gbagbo.

 

        AFRIQUE-LIBERATION.gif

 

        afrique-au-secours.jpg

 

        CRISE.gif

            

                    

     Le  chemin  d' avenir, le chemin sans issue

                  

            

 

      voie-sans-issu-la-d-silusion-du-chemin-d--avenir-copie-1.jpg

      L'eau une denrée rare à Brazzaville, pourtant vitale

      

 

        eau7.jpg

 

        

                          Le fleuve Congo

        

     Le bord du fleuve Congo à Brazzaville pourtant les habitants manquent cruellement l' eau potable

         

 

       

 

                    

 

        arton42-100x29

 

        logo_lexpress.gif

 

        Leparisien

 

        nouvelobs

 

         butin azuréen

 

         rue89_logo1.jpg

 

 

        Logo Mafia

 

        corruption menottes

        Révélations effarantes de John Perkins ancien assassin économique

        JohnPerkinsCourage824

 

        arnaques.jpg

 

        france2

        Le Grand Journal...

 

        canal +

 

            

 

       

 

      

 

       

 

       

 

        

 

       

       

 

       

          

          DES FEMMES ATYPIQUES

 

           

 

           

              

        

 

       

 

           

            congo-brazza1

       Ou est le serieux

            mammamia

 

            aubout

 

            sassou dictateur-copie-1

 

                  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

            

 

      

  Gold Man sachs - LA BANQUE QUI DIRIGE LE MONDE

 

     

     

      News

 

          Le malheur des congolais

 

     

      

        

     

 

 

 

 

 

 

 

      

     

 

Recherche

Texte Libre

Catégories