Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mars 2014 2 04 /03 /mars /2014 16:51

  

 

  POURQUOI TOUS LES DICTATEURS AFRICAINS VONT-ILS  AU VATICAN ? EST CE LE DEBUT D'UNE REPONSE ? cliquer sur les photos écouter le potorose

 

   

  

 

 

Documentaire « I.O.R : La banque de dieu » réalisé par Eduardo Febbro.

Le 11 février 2013, un véritable séisme secoue le Vatican avant d’ébranler le reste du monde. A 20 h, alors que la foudre s’abat sur la coupole de la basilique Saint-Pierre, Benoit XVI annonce qu’il renonce à son pontificat. Dans les couloirs du Saint-Siège, bien à l’abri d’oreilles indiscrètes, on évoque un complot. La plupart des vaticanistes et des observateurs, sont convaincus que le pape a été forcé de démissionner.

Un mois plus tard, le nouveau pape François, à peine élu, surprend à son tour le Vatican en prenant une étrange et incroyable décision : il refuse catégoriquement de s’installer dans les appartements pontificaux, comme l’impose l’usage et comme l’ont fait ses prédécesseurs. Il espère ainsi se protéger des intrigues d’un puissant ennemi auquel il a décidé de s’attaquer dès son arrivée. Celui-là même qui aurait eu raison de Benoît XVI et dont la curie évite même de prononcer le nom : I.O.R, l’Institut pour les Œuvres de Religion.

Depuis sa création, cette banque est accusée de finances truquées, de blanchiment d’argent sale, de collusion avec la mafia et de bien d’autres malversations. Réputée pour sa gestion opaque, elle a pris le pouvoir sur l’immense for tune de l’Eglise au point qu’on la surnomme « La Banque de Dieu ».

 

 

  OMBRES ET LUMIERES SUR LA BANQUE DU VATICAN

 

 

Trente ans après le scandale de Banco Ambrosiano, l'IOR (l'Institut pour les OEuvres de Religion) se retrouve sous le feu des critiques. A charge pour le nouveau pape de trancher entre les partisans de la transparence et les défenseurs du « secret d'Eglise ».

« Il faut réfléchir à la manière dont le visage de l'Eglise est parfois défiguré. Je pense en particulier aux fautes contre l'unité de l'Eglise, aux divisions au sein du corps ecclésial. » Le vocabulaire est rare et évocateur. Ce mercredi 13 février 2013, la stupeur se peint sur les visages des cardinaux, assis au premier rang sous la grande coupole de la basilique Saint-Pierre de Rome. Deux jours après l'annonce de sa renonciation, le dernier discours du mercredi des Cendres de Benoît XVI sonne comme une accusation. Nombreux sont ceux à y voir une allusion directe aux funestes effets des luttes de pouvoir et du carriérisme au sein de la hiérarchie de l'Eglise. Parmi les « poisons » auxquels tout le monde pense, il y a les retombées de l'affaire « Vatileaks », mais aussi l'étrange limogeage de l'ex-président de la banque du Vatican, en mai 2012, jamais vraiment éclairci.

« On ne peut exclure que des considérations de ce genre aient eu un poids pour amener Joseph Ratzinger à prendre sa propre décision définitive », estime Roberto Rusconi, professeur d'histoire du christianisme à l'université de Rome-III (1). Il n'est pas le seul à le penser. L'exigence de « purification » revient comme un leitmotiv dans les raisons de la renonciation du pape théologien. « Son exhortation à éviter la recherche du pouvoir, des intérêts personnels, la malhonnêteté et l'affairisme économique a été trop souvent méconnue, sa volonté d'éliminer la saleté a rencontré d'énormes blocs de pierre », estime le prieur de la communauté oecuménique de Bose, Enzo Bianchi, fer de lance du catholicisme progressiste.

Tous les « vaticanistes » ne sont pas d'accord sur l'influence des problèmes de la Curie et des « scandales » sur la décision de Benoît XVI. Pour Giovanni Maria Vian, le directeur de l'« Osservatore Romano », le journal du Saint-Siège, « tout montre, au contraire, que le problème des finances et Vatileaks n'ont pas influé sur sa décision, sinon pour en retarder l'annonce afin de ne pas fuir devant le péril ». Mais nul doute, en tout cas, que la réforme et la « purification » des finances de l'Eglise sont loin d'être achevées. Avec la lutte contre la pédophilie, c'est même l'un des deux chantiers les plus « brûlants » dont va hériter le successeur de Benoît XVI.

Patrimoine de 6,3 milliards d'euros

Quels sont ces « blocs de pierre » évoqués par Enzo Bianchi ? Pour la journaliste de « La Repubblica » Concita De Gregorio, ex-directrice du quotidien de gauche « L'Unità » de 2008 à 2011, un des freins indiscutables n'est autre que le tout-puissant secrétaire d'Etat, Tarcisio Bertone. A soixante-dix-huit ans, l'homme qui a succédé en 2006 au cardinal Angelo Sodano au sommet de la hiérarchie du Vatican -et qui préside à l'interrègne en tant que camerlingue -détient notamment la haute main sur l'Istituto per le Opere di Religione (IOR), fondé par Pie XII en 1942, et son patrimoine sous gestion de 6,3 milliards d'euros.

Cet établissement de 130 salariés a son siège dans la tour médiévale Niccolo-V qui surplombe le palais apostolique du Vatican. Selon les dernières estimations, il gère quelque 44.000 comptes, parmi lesquels ceux des congrégations religieuses, des ecclésiastiques et des employés du Vatican... Même s'il a été présélectionné par le chasseur de têtes Spencer Stuart, c'est le candidat du secrétaire d'Etat, le financier allemand Ernst von Freyberg (membre de l'Ordre des chevaliers de Malte), qui a été nommé in extremis à la tête de l'IOR par Benoît XVI, le 16 février, juste avant qu'il ne s'envole pour Castel Gandolfo.

A force de dénoncer les « honteux mensonges » du « Da Vinci Code » en 2005, Tarcisio Bertone s'est taillé une réputation de gardien du Temple qui en fait une des principales cibles de l'affaire « Vatileaks ». « Le contrôle des finances du Saint-Siège est entièrement entre les mains des hommes du secrétaire d'Etat. Qui s'est opposé à sa ligne a été limogé », résume Concita De Gregorio. Certains partisans de la transparence, sous le sceau de l'anonymat, vont encore plus loin : « l'Eglise est devenue tellement bureaucratique que le secrétaire d'Etat est devenu plus important que le pape ».

Du rififi en pleine congrégation

« Même si le pontificat de Benoît XVI a donné une impulsion vers la transparence dans ce domaine, la gestion des finances du Vatican sera un des dossiers prioritaires du nouveau pape », admet le directeur de l'« Osservatore Romano », fervent admirateur du pape démissionnaire. De fait, une partie des cardinaux se rebiffent face au culte du secret. En pleine congrégation générale chargée de préparer l'élection du pape, un groupe d'une trentaine de cardinaux étrangers a encore réclamé, le 11 mars, des éclaircissements sur les raisons du limogeage d'Ettore Gotti Tedeschi, de la présidence de l'IOR, en mai 2012. Et pourquoi a-t-il fallu attendre neuf mois pour le remplacer ? Membre déclaré de l'Opus Dei, ce banquier catholique -qui a débuté sa carrière aux côtés de l'économiste Jacques Lesourne à Sema-Metra en France -dirige la filiale italienne de Santander depuis vingt ans. Nommé par Benoît XVI à la présidence de l'IOR en 2009 à la suite de sa collaboration à la deuxième encyclique sur la globalisation économique, il reste convaincu que son éviction marque la victoire de la bureaucratie. Mais la lettre de licenciement du 24 mai 2012, signée par l'Américain Carl Anderson, chevalier suprême de l'Ordre des chevaliers de Colomb et secrétaire du conseil de l'IOR, dresse une liste de neuf griefs, parmi lesquels ses absences répétées, ses « comportements erratiques », son « manque de prudence » et « la diffusion d'informations imprécises sur l'institut »...

Défaillance ou ingérence ? La récente nomination d'Ernst von Freyberg à la tête de la banque du Vatican ne va pas suffire à dissiper le malaise. Comme sous la fin de règne de Jean-Paul II, « les nominations faites à l'ultime minute font toujours mauvaise impression », reconnaît un membre du clergé. Le nouveau pape va devoir mettre de l'ordre dans les affaires de l'IOR dès le début de son mandat. Ne serait-ce que parce que la magistrature italienne a ouvert depuis 2009 une série d'enquêtes judiciaires qui visent plusieurs dirigeants de la banque : l'actuel directeur général, Paolo Cipriani, mais aussi son bras droit, Massimo Tulli, et l'ex-président de l'IOR, Ettore Gotti Tedeschi. A l'origine des investigations : un transfert suspect de 23 millions d'euros opéré par l'Institut en 2010, sur des comptes du Credito Artigiano et de la Banca del Fucino, en violation des « normes antirecyclage ». Mais, selon le magazine « L'Espresso », la liste des membres du clergé soupçonnés d'avoir utilisé la banque du Vatican comme une grande « machine à laver » et inscrits sur les registres de la magistrature serait longue : depuis l'ex-comptable de la Congrégation des missionnaires du Sang Très Précieux, don Evaldo Biasini, dit « don Bancomat », jusqu'à monseigneur Emilio Messina, en passant par don Orazio Bonaccorsi, un prêtre sicilien accusé d'avoir recyclé de l'argent de la mafia sur les comptes de l'IOR.

« L'excès de transparence »

Dernier épisode embarrassant en date : le 1er janvier 2013, les distributeurs automatiques du Vatican ont été mis hors service, sur ordre de la Banque d'Italie. Motif officiel : les transactions gérées par la filiale italienne de la Deutsche Bank ont été bloquées pour cause de « non-respect des normes antirecyclage ». C'est l'ultime résultat du bras de fer engagé entre l'IOR et la Banque d'Italie depuis plusieurs années. Aujourd'hui, les nouvelles normes antirecyclage interdisent aux principales banques italiennes de travailler avec le Vatican. La situation a été rétablie grâce à un accord avec Groupe Aduno, un opérateur de moyens de paiement qui appartient aux banques cantonales suisses et échappe donc à la réglementation européenne. Mais l'épisode a laissé des traces. Certains y voient même une des conséquences directes du limogeage d'Ettore Gotti Tedeschi qui s'était engagé à faire une réforme en profondeur des normes antirecyclage du Vatican, initialement approuvé par Moneyval (l'organisme européen chargé de la lutte anti-blanchiment), avec l'appui du cardinal Attilio Nicora et du cardinal français Jean-Louis Tauran, membre de la commission de surveillance de l'IOR. Après son départ, le projet de réforme aurait été entièrement réécrit par les « fidèles de Bertone ».

Le malaise subsiste. La bataille entre les « purificateurs » et les « ensevelisseurs » ne fait que commencer. Même après « Vatileaks », le cardinal Giuseppe Versaldi, le ministre des Finances du Vatican, proche du cardinal Bertone, reste convaincu des dangers d'une « transparence excessive ». Pour d'autres, une justification du secret reste la nécessité de transférer discrètement des fonds aux églises « persécutées » par des dictatures. « Mais on ne peut jamais exclure que certains se servent au passage », reconnaît un ecclésiastique. Le magazine « Famiglia Cristiana » plaide pour la suppression de l'IOR au profit d'un mandat externe confié à des « banques éthiques ». « Mais quelle banque éthique ? », rétorquent les sceptiques.

« L'Eglise doit non seulement être pauvre, mais elle doit apparaître comme pauvre », aimait à dire Paul VI. L'ère du « banquier de Dieu », Paul C. Marcinkus (décédé en 2006), où la banque du Vatican régnait sur un empire de participations bancaires et immobilières, est sans doute révolue. Mais l'IOR n'a pas encore fait voeu de transparence.

 

Si la dictature  a pour objectif de vous maintenir dans l’ignorance et l’oisiveté, la Voix du Peuple met à votre disposition toutes les informations nécessaires pour vous affranchir de l’obscurantisme dictatorial. Est ce le début d'une réponse à vous d'en juger.

Brazzaville, Steve OBORABASSI pour la Voix du Peuple

 
 
 
 

 «Un dictateur n'a pas de concurrent à sa taille tant que le peuple ne relève pas le défi » 

 

Pour une République Juste & Démocratique, Vous Trompez le Peuple Nous dénonçons

 

Partager cet article

Repost 0
LA VOIX DU PEUPLE
commenter cet article

commentaires

La Voix Du Peuple

  • : Le blog de la voix du peuple
  • Contact

POUR UN CONGO LIBRE ET DEMOCRATIQUE

 

2013 marketing trends 

 

                              petit gif animé clown qui jongle

 pub_top.gif

     

                                     

             

      VISITEURS                           
         VISITEURS                               

 

 fl8.jpg EDITORIAL                                               

 

 

Nous avons tous  été confrontés un jour ou l’autre à un fait  choquant qui nécessitait d’être révélé à la face du monde.

Mais  désavantagés par l’absence de moyens de nous exprimer, nous avons fini par abandonner. Or, pesant

soigneusement les mots et en cherchant à trouver la bonne formule, il est possible de régler la majeure partie des

problèmes qui nous rongent.

La voix du peuple est cet espace qui nous faisait défaut. Elle a pour ambition l’information du  grand nombre dans la

dénonciation sans appel de toute dérive de nos responsables politiques congolais, tout bord confondu,  qui poseraient

des actes qui opposent le « mal au bien » du peuple congolais à travers des actions telles :

           -des abus de tout genre ;

           -des injustices vis-à-vis des plus faibles ;

           -des scandales économiques, politiques, judiciaires…

La voix du peuple a aussi pour mission, l’assistance des « sans voix » dans la publication de leurs opinions.

La voix du peuple est pour nous tous donc une arme qui nous permet de nous soulager de nos douleurs longtemps

comprimées, et aussi de faire respecter les droits que nous défendons. Désormais, nous parviendrons,  grâce  à elle, à

atteindre dans leurs tanières, leurs châteaux, leurs bunkers, leurs tours…, les intouchables, les protégés, les

invulnérables.

Enfin, se voulant porteuse des valeurs de vérité, de justice, de paix, de la morale, de la vertu et de l’unité de tous les

enfants du Congo du nord au sud, de l’ouest à l’est, la voix du peuple s’insurge, dans l’impartialité, contre des

agissements s’apparentant à de la propagande, au dénigrement matérialisés par :

           -des propos indélicats ; 

           -du culte de la division ;

           -des accusations affamantes ;

           -des observations désobligeantes ;

           -des contre vérités…

Aussi, au regard de ce qui précède, un article des « sans voix » qui ne respecterait point les dites prescriptions, sera

purement et simplement écarté.

email2.gifNous contacter :

dpeuplelavoix@yahoo.fr  

 

 

CONGO.jpg-1.jpg

   

  Le symbole de la liberté

  

         Non à la dictature

    

   

   

 

      L' INCORRUPTIBLE       

     Légende d'Afrique

  

  

 

       La colombe de la paix et de l'esperance

        

 

 

 

         Non à l' omerta

   

 

 

BONGO - CHIRAC - SASSOU les principaux acteurs

du coup d' Etat sanglant du 5 Juin 1997 au Congo Brazzaville

   

   

 

 

 

  Pour une Jusitce transparente et équitable

  

 

     

 

   

  carteanime.gif

 

  undefinedAu pillage des richesses en Afrique

 

 

    Capture

     Kwame NKRUMAH

   

 

        Emery Patrice LUMUMBA

   

 

  Alphonse MASSAMBA - DEBAT

          

 

  

        Marien NGOUABI

       

 

        Cardinal Emile Biayenda

  

             Thomas SANKARA

  

          drapeau des états unis

       Martin Luther KING

  

 

    

   

 

       Mahatma GANDHI

   

 

         Nelson MANDELA

    

 

          John Fitzgerlald KENNEDY  

    

 

       

 

   Pour une alternance démocrtique au Congo

     

     à la santé des Biens mal acquis  

        hautbma.jpg

   

                              drapeau france

    

                          Le TonTon

       undefined

 

           Un grand et un petit

   

 

 

         

                   Non à la chasse à l' homme

        

 

     

      

 

        

 

                

   

 

     

 

       ststop.gif   

 

        sujets-interdits.jpg     

 

          CAF7X9TP.jpg

 

          

               La métamorphose

      

 

           

            La tour de contrôle

      

 

       CALV3Y6Z.jpg      

 

       CARELW57.jpg   

 

       CARTE-CONGO.jpg

 

       medium_sassou-hu-jintao-congo-chine.jpg

 

       FORET-EN-DANGER.gif  

 

        pillards.jpg

 

       le-pillage-des-for-ts-du-congo1.jpg  

 

 

  

 

   

 

       CAG9I7CH-copie-1.jpg

                 

 

                   

                

          

 

         billet 500 euros

           portefeuille dollard

        

                        undefined

 

 

 

                       gif carte mastercard

        Aux massacres

        

 

            

         Des jeunes patriotes Ivoiriens tombés sous les bales

        

 

   Bombardement  de la résidence de Laurent GBAGBO

                          

       Des hélicoptères ont bombardé la résidence de Laurent Gbagbo.

 

        AFRIQUE-LIBERATION.gif

 

        afrique-au-secours.jpg

 

        CRISE.gif

            

                    

     Le  chemin  d' avenir, le chemin sans issue

                  

            

 

      voie-sans-issu-la-d-silusion-du-chemin-d--avenir-copie-1.jpg

      L'eau une denrée rare à Brazzaville, pourtant vitale

      

 

        eau7.jpg

 

        

                          Le fleuve Congo

        

     Le bord du fleuve Congo à Brazzaville pourtant les habitants manquent cruellement l' eau potable

         

 

       

 

                    

 

        arton42-100x29

 

        logo_lexpress.gif

 

        Leparisien

 

        nouvelobs

 

         butin azuréen

 

         rue89_logo1.jpg

 

 

        Logo Mafia

 

        corruption menottes

        Révélations effarantes de John Perkins ancien assassin économique

        JohnPerkinsCourage824

 

        arnaques.jpg

 

        france2

        Le Grand Journal...

 

        canal +

 

            

 

       

 

      

 

       

 

       

 

        

 

       

       

 

       

          

          DES FEMMES ATYPIQUES

 

           

 

           

              

        

 

       

 

           

            congo-brazza1

       Ou est le serieux

            mammamia

 

            aubout

 

            sassou dictateur-copie-1

 

                  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

            

 

      

  Gold Man sachs - LA BANQUE QUI DIRIGE LE MONDE

 

     

     

      News

 

          Le malheur des congolais

 

     

      

        

     

 

 

 

 

 

 

 

      

     

 

Recherche

Texte Libre

Catégories