Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 mars 2014 1 31 /03 /mars /2014 07:10

  

  

 

 Entretien avec l'écrivain Camerounais Charles ONANA

 

     L’EMBARA DE LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE

 

  

 

 

.

S’il y a un journaliste d’investigation qui a beaucoup écrit ces dernières années sur la crise postélectorale en Côte d’Ivoire, c’est bien Charles ONANA. Son livre «Côte d’Ivoire: le coup d’Etat», peut être considéré comme une version assez crédible des évènements qui se sont déroulés au lendemain de la dernière élection présidentielle au pays de Félix Houphouët-Boigny. Charles ONANA fournit des témoignages sur les origines de la crise post électorale de 2010. Même comme dans le camp du président Ouattara, il est fortement détesté.. Mais l’écrivain journaliste ne s’en émeut pas outre mesure. Son livre bien distribué en Europe et dans plusieurs pays africains n’a pas pu être curieusement dédicacé au Cameroun. De passage à Yaoundé, il y a quelques jours, Le Messager a pu avoir un entretien avec Charles ONANA. L’auteur est retourné à Paris pour la dédicace de son nouveau livre intitulé «France-Côte d’Ivoire : la rupture». Un autre livre d’enquêtes qui risque ne pas beaucoup plaire à Alassane Ouattara et ses partisans. Le présent entretien a eu lieu quelques jours avant que les autorités ivoiriennes ne livrent Charles Blé Goudé à la Cour pénale internationale.

 

Qu’est-ce que cela vous fait de revenir au Cameroun, pays où la dédicace de votre ouvrage «Côte d’Ivoire, le coup d’Etat» a été interdite ?

 

Le Cameroun est mon pays. J’y ai grandi, ma famille y est, ainsi que mes amis et j’y compte de nombreux lecteurs. Quand je reviens au Cameroun, c’est généralement pour me ressourcer, retrouver la culture et les beaux paysages qui ont bercé ma jeunesse. Mes voyages au Cameroun ne sont pas associés en priorité à mon travail d’investigation.

 

Pensez-vous vraiment que le régime de Paul Biya a eu peur de la France au point de vous refuser de présenter un ouvrage qui a pourtant été diffusé en Hexagone ?

 

Je ne sais pas si on peut dire que le régime a eu peur mais il est évident que certains hauts fonctionnaires se sont laissés impressionner par le harcèlement et autres pressions de Paris, dont les motivations essentielles étaient d’empêcher la tenue d’une conférence susceptible d’avoir un fort impact sur le public camerounais. Résultat: l’interdiction a provoqué un intérêt national pour le livre. Ceux qui ont fait pression pour interdire la conférence et ceux qui l’ont finalement interdite ont été d’excellents attachés de presse du livre «Côte d’Ivoire, le coup d’Etat».

 

Quel est l’enjeu de l’emprisonnement actuel du président Laurent Gbagbo à La Haye ?

 

L’emprisonnement de Laurent Gbagbo tient à la seule volonté de «la communauté internationale» et non à la pertinence de quelques éléments de droit. La CPI n’a aucune preuve contre lui ; le second point est que le président Gbagbo est paradoxalement resté très populaire dans son pays, en Afrique et en Europe malgré la campagne médiatique féroce déclenchée contre lui. L’homme est encore soutenu par des millions de personnes qui le croient et le savent victime d’une injustice flagrante. Pour ne pas perdre la face, la «communauté internationale» le maintient artificiellement en prison, espérant justifier cette détention par de vagues arguments de droit.

 

Pensez-vous qu’il sera libéré ?

 

Il faudra bien le libérer, faute de preuves. Il me semble que le procureur peine toujours à rassembler des preuves pouvant justifier la détention de plus en plus longue de ses prisonniers politiques.

En Côte d’Ivoire, on se rend bien compte que la réconciliation est assez difficile jusque là. Les images récentes de Charles Blé Goudé en prison diffusées sur Internet montrent que le régime Ouattara durcit le ton. N’y-a-t-il vraiment pas moyen de faire pression pour que Alassane Ouattara puisse s’assouplir ?

 

Les pressions que vous évoquez ne peuvent évidemment pas être exercées sur monsieur Ouattara puisqu’on a passé le temps à le présenter comme un démocrate. Les pressions s’exercent sur les régimes dits «dictatoriaux» et non sur ceux que la communauté internationale présente comme des régimes démocratiques. En vérité, tout le monde est embarrassé par la réalité du régime ivoirien. J’observe à ce sujet que les médias qui vantaient l’arrivée de la démocratie en Côte d’Ivoire sont devenus d’une très grande discrétion sur tout ce qui se passe dans ce pays en matière de libertés publiques et de violations des droits de l’Homme depuis qu’Alassane Ouattara est au pouvoir. Ils ne sont pas aidés, c’est vrai, par les différents rapports des organisations des droits de l’Homme. La réconciliation y est effectivement difficile du fait des injustices et des frustrations accumulées par le peuple ivoirien dans son ensemble. L’impunité face aux crimes commis par la rébellion n’arrange pas les choses et accroit le sentiment du «deux poids, deux mesures».

 

Pour l’Afrique en général, quelles leçons tirer du cas de la Côte d’Ivoire ?

 

Le dossier ivoirien permet de tirer au moins trois leçons. La première est la grande fragilité des Etats africains face à la manipulation médiatique occidentale. Aujourd’hui, ces Etats n’arrivent pas à trouver une réponse adaptée à cette menace qui est devenue le préalable à toute action de déstabilisation. Il existe pourtant plusieurs moyens d’y faire face. La deuxième est le faible niveau de réflexion stratégique des dirigeants africains devant des actions structurées de déstabilisation. On a l’impression qu’ils gèrent constamment ces situations en improvisant et en étant convaincus qu’ils sont capables d’échapper à la machine de guerre dirigée contre eux. Bokassa, Mobutu, Kadhafi, et d’autres, sont la preuve de cette incapacité à anticiper les actions de déstabilisation en affichant régulièrement une assurance non conforme au rapport de force dans lequel ils sont pris. La troisième leçon est l’absence d’un pouvoir de négociation des Etats africains face aux ingérences extérieures. On a l’impression que les institutions africaines telles l’UA, la CEDEAO sont devenues des caisses de résonance des ingérences occidentales, du fait probablement de leur fragilité financière, car il faut rappeler que ce sont les Etats et les organismes étrangers qui financent largement ces institutions. Il est difficile de défendre ses intérêts quand on est dans une situation de dépendance financière par rapport à l’extérieur et lorsqu’on pense que la défense des intérêts des Etats africains passe au second plan par rapport au point de vue des mentors occidentaux.

 

Vous venez de publier «France-Côte d’Ivoire: la rupture». Sur quoi repose cette nouvelle enquête ? Quelles nouvelles révélations faites-vous ?

 

Cette nouvelle enquête porte sur l’assassinat des militaires français en 2004 à Bouaké, les événements de l’hôtel Ivoire où des Ivoiriens avaient été tués par l’armée française et la recherche des véritables responsables de ces drames. Ayant eu accès à des documents classés «confidentiel défense» et à l’audition de Michèle Alliot-Marie, à l’époque ministre français de la Défense, que nous publions intégralement, nous révélons, preuves à l’appui, que le président Gbagbo n’est pas l’ordonnateur de l’attaque contre le camp français en 2004. Nous apportons la démonstration que la ministre Michèle Alliot-Marie a laissé s’échapper volontairement les pilotes biélorusses qui étaient aux commandes des Sukhoï 25, qui ont pilonné le camp français. Nous apportons également des éléments prouvant que l’Opération Dignité du régime Gbagbo, qui avait pour but la reconquête du nord du territoire ivoirien sous contrôle des rebelles, visait exclusivement les infrastructures de ces derniers et en aucun cas les positions françaises. Le président Gbagbo nous a fait des confidences sur ce qui s’est réellement passé au cours de cette opération. Aujourd’hui, ce nouveau livre apporte la preuve que Michèle Alliot-Marie a menti à la Justice française, qu’elle a dissimulé des informations à la Justice, qu’elle a entravé la recherche de la vérité et qu’enfin, elle a refusé de déclassifier des documents susceptibles de faire avancer l’enquête. Ce dernier point m’a également été confirmé par la juge en charge de l’enquête.

 

Comment expliquez-vous un tel comportement de la part des autorités françaises alors qu’il s’agit de faire la lumière sur la mort de leurs soldats ?

 

Je pense que les autorités françaises n’ont pas les mains très propres dans cette affaire et que c’est pour cette raison qu’elles ont laissé les pilotes biélorusses s’enfuir, et qu’elles ont remis certains autres suspects au consulat biélorusse à Abidjan, enterrant ainsi toute possibilité d’investigation. Les officiers français avec lesquels j’ai échangé tout au long de cette enquête sont écœurés par le comportement des responsables politiques dans ce dossier, et ne comprennent pas pourquoi ces derniers refusent de faire la lumière sur cette affaire alors que le dossier est aux mains de la Justice française. Beaucoup parmi eux ont apprécié et appuyé mon travail d’investigation pour la recherche de la vérité. L’avocat des familles des militaires assassinés, Maître Baland, lutte avec beaucoup d’acharnement pour briser l’omerta sur ce dossier. C’est dans ce cadre que les familles ont déposé une plainte devant la Cour de Justice de la République contre Michèle Alliot-Marie pour complicité d’assassinat et faux témoignage. Malheureusement, la Cour de Justice de la République a classé l’affaire.

 

Vous travaillez beaucoup sur l’Afrique et son développement. Pensez-vous qu’il y a la possibilité de produire des régimes qui soient véritablement indépendants du contrôle occidental ?

 

Il est possible de produire des régimes qui échappent à ce contrôle, à condition que les Africains eux-mêmes le veuillent et le décident. Tant qu’il restera un brin de complexe d’infériorité des dirigeants africains et des élites africaines de manière générale, cela sera totalement impossible. La décolonisation est donc d’abord à faire de manière exhaustive et continue dans les mentalités des Africains d’abord.

 

Le Cameroun a un président qui a 81 ans. Il est au pouvoir depuis plus de 30 ans. Quels commentaires pouvez-vous faire à ce sujet ?

 

Le Cameroun est aujourd’hui gangréné par l’incivisme et la corruption. La longévité du président Biya, a, comme sous Houphouët-Boigny en Côte d’Ivoire, préservé le pays de la guerre. C’est un acquis que le Cameroun doit préserver. Ma connaissance des Etats meurtris par la guerre et les conflits internes tels la RDC, la RCA, le Rwanda, le Soudan, me conduit simplement à suggérer aux Camerounais qu’ils doivent lutter contre leurs propres démons avec pour objectif principal de préserver la paix civile et la stabilité du pays.

 

Que peut encore vraiment l’homme Paul Biya ?

 

Je ne le connais pas personnellement. Je crois que cette question s’adresse davantage à lui et à ceux qui le connaissent bien plutôt qu’à moi.

 

Entretien avec Jean François CHANNON

 
 
 
 
 
 
 
 

 «Un dictateur n'a pas de concurrent à sa taille tant que le peuple ne relève pas le défi » 

 

Pour une République Juste & Démocratique, Vous Trompez le Peuple Nous dénonçons

 

Partager cet article

Repost 0
LA VOIX DU PEUPLE
commenter cet article

commentaires

La Voix Du Peuple

  • : Le blog de la voix du peuple
  • Contact

POUR UN CONGO LIBRE ET DEMOCRATIQUE

 

2013 marketing trends 

 

                              petit gif animé clown qui jongle

 pub_top.gif

     

                                     

             

      VISITEURS                           
         VISITEURS                               

 

 fl8.jpg EDITORIAL                                               

 

 

Nous avons tous  été confrontés un jour ou l’autre à un fait  choquant qui nécessitait d’être révélé à la face du monde.

Mais  désavantagés par l’absence de moyens de nous exprimer, nous avons fini par abandonner. Or, pesant

soigneusement les mots et en cherchant à trouver la bonne formule, il est possible de régler la majeure partie des

problèmes qui nous rongent.

La voix du peuple est cet espace qui nous faisait défaut. Elle a pour ambition l’information du  grand nombre dans la

dénonciation sans appel de toute dérive de nos responsables politiques congolais, tout bord confondu,  qui poseraient

des actes qui opposent le « mal au bien » du peuple congolais à travers des actions telles :

           -des abus de tout genre ;

           -des injustices vis-à-vis des plus faibles ;

           -des scandales économiques, politiques, judiciaires…

La voix du peuple a aussi pour mission, l’assistance des « sans voix » dans la publication de leurs opinions.

La voix du peuple est pour nous tous donc une arme qui nous permet de nous soulager de nos douleurs longtemps

comprimées, et aussi de faire respecter les droits que nous défendons. Désormais, nous parviendrons,  grâce  à elle, à

atteindre dans leurs tanières, leurs châteaux, leurs bunkers, leurs tours…, les intouchables, les protégés, les

invulnérables.

Enfin, se voulant porteuse des valeurs de vérité, de justice, de paix, de la morale, de la vertu et de l’unité de tous les

enfants du Congo du nord au sud, de l’ouest à l’est, la voix du peuple s’insurge, dans l’impartialité, contre des

agissements s’apparentant à de la propagande, au dénigrement matérialisés par :

           -des propos indélicats ; 

           -du culte de la division ;

           -des accusations affamantes ;

           -des observations désobligeantes ;

           -des contre vérités…

Aussi, au regard de ce qui précède, un article des « sans voix » qui ne respecterait point les dites prescriptions, sera

purement et simplement écarté.

email2.gifNous contacter :

dpeuplelavoix@yahoo.fr  

 

 

CONGO.jpg-1.jpg

   

  Le symbole de la liberté

  

         Non à la dictature

    

   

   

 

      L' INCORRUPTIBLE       

     Légende d'Afrique

  

  

 

       La colombe de la paix et de l'esperance

        

 

 

 

         Non à l' omerta

   

 

 

BONGO - CHIRAC - SASSOU les principaux acteurs

du coup d' Etat sanglant du 5 Juin 1997 au Congo Brazzaville

   

   

 

 

 

  Pour une Jusitce transparente et équitable

  

 

     

 

   

  carteanime.gif

 

  undefinedAu pillage des richesses en Afrique

 

 

    Capture

     Kwame NKRUMAH

   

 

        Emery Patrice LUMUMBA

   

 

  Alphonse MASSAMBA - DEBAT

          

 

  

        Marien NGOUABI

       

 

        Cardinal Emile Biayenda

  

             Thomas SANKARA

  

          drapeau des états unis

       Martin Luther KING

  

 

    

   

 

       Mahatma GANDHI

   

 

         Nelson MANDELA

    

 

          John Fitzgerlald KENNEDY  

    

 

       

 

   Pour une alternance démocrtique au Congo

     

     à la santé des Biens mal acquis  

        hautbma.jpg

   

                              drapeau france

    

                          Le TonTon

       undefined

 

           Un grand et un petit

   

 

 

         

                   Non à la chasse à l' homme

        

 

     

      

 

        

 

                

   

 

     

 

       ststop.gif   

 

        sujets-interdits.jpg     

 

          CAF7X9TP.jpg

 

          

               La métamorphose

      

 

           

            La tour de contrôle

      

 

       CALV3Y6Z.jpg      

 

       CARELW57.jpg   

 

       CARTE-CONGO.jpg

 

       medium_sassou-hu-jintao-congo-chine.jpg

 

       FORET-EN-DANGER.gif  

 

        pillards.jpg

 

       le-pillage-des-for-ts-du-congo1.jpg  

 

 

  

 

   

 

       CAG9I7CH-copie-1.jpg

                 

 

                   

                

          

 

         billet 500 euros

           portefeuille dollard

        

                        undefined

 

 

 

                       gif carte mastercard

        Aux massacres

        

 

            

         Des jeunes patriotes Ivoiriens tombés sous les bales

        

 

   Bombardement  de la résidence de Laurent GBAGBO

                          

       Des hélicoptères ont bombardé la résidence de Laurent Gbagbo.

 

        AFRIQUE-LIBERATION.gif

 

        afrique-au-secours.jpg

 

        CRISE.gif

            

                    

     Le  chemin  d' avenir, le chemin sans issue

                  

            

 

      voie-sans-issu-la-d-silusion-du-chemin-d--avenir-copie-1.jpg

      L'eau une denrée rare à Brazzaville, pourtant vitale

      

 

        eau7.jpg

 

        

                          Le fleuve Congo

        

     Le bord du fleuve Congo à Brazzaville pourtant les habitants manquent cruellement l' eau potable

         

 

       

 

                    

 

        arton42-100x29

 

        logo_lexpress.gif

 

        Leparisien

 

        nouvelobs

 

         butin azuréen

 

         rue89_logo1.jpg

 

 

        Logo Mafia

 

        corruption menottes

        Révélations effarantes de John Perkins ancien assassin économique

        JohnPerkinsCourage824

 

        arnaques.jpg

 

        france2

        Le Grand Journal...

 

        canal +

 

            

 

       

 

      

 

       

 

       

 

        

 

       

       

 

       

          

          DES FEMMES ATYPIQUES

 

           

 

           

              

        

 

       

 

           

            congo-brazza1

       Ou est le serieux

            mammamia

 

            aubout

 

            sassou dictateur-copie-1

 

                  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

            

 

      

  Gold Man sachs - LA BANQUE QUI DIRIGE LE MONDE

 

     

     

      News

 

          Le malheur des congolais

 

     

      

        

     

 

 

 

 

 

 

 

      

     

 

Recherche

Texte Libre

Catégories