Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 janvier 2014 1 20 /01 /janvier /2014 08:02
 

  

  

 

 

  RCA : Catherine SAMBA-PANZA ELUE A LA TÊTE DE LA TRANSITION

 

Catherine Samba-Panza reçoit les félicitations des membres du Conseil National de Transition (CNT), après son élection.

 

Un deuxième tour a été nécessaire, mais à l’issue de celui-ci, les 135 membres du CNT, le Parlement provisoire centrafricain, réunis ce lundi 20 janvier 2014 à Bangui, ont élu l’actuelle maire de la capitale, Catherine Samba-Panza à la présidence de la transition. Elle était opposée à Désiré Kolingba, fils de l’ancien chef d’Etat André Kolingba.

 

Les Centrafricains ont dû patienter un peu plus qu’attendu. Les membres du Parlement provisoire centrafricain, ne sont parvenus à élire un président qu’à l’issue de deux tours, en début d’après-midi ce lundi. Un second tour, organisé dans la foulée du premier, qui a opposé la maire de Bangui, Catherine Samba-Panza à Désiré Kolingba, fils de l’ancien chef d’Etat André Kolingba, décédé en 2010. Preuve peut-être que la situation en Centrafrique ne devait souffrir d'aucun retard. Et la première est sortie vainqueur de ce duel au sommet, par 75 voix contre 53.

Catherine Samba-Panza a pourtant frôlé l’élection dès le premier tour : avec 64 voix, il lui en manquait une pour obtenir la majorité absolue.

Aucun incident majeur n’a en revanche entaché le déroulement du scrutin. Les candidats ont pu se présenter pendant 8 minutes chacun. C’est Ngombe Kette Jean Barkes, ancien maire de Bangui, qui a commencé. Comme la plupart de ses adversaires, il a promis de restaurer la sécurité et l'économie, et de permettre aux centaines de milliers de déplacés de rentrer chez eux. Beaucoup de promesses également de désarmement et de réintégration des ex-Seleka et des milices anti-balaka.

Couacs

Tout juste peut-on relever quelques couacs, notamment lorsque l’un des candidats se trompe sur son âge et se dit âgée de 21 ans avant de se reprendre. Un autre candidat a par ailleurs suscité quelques rires en se présentant comme le vingtième sultan de Bangassou, bardé de diplômes, « des diplômes qu’aucun Centrafricain n’a obtenus », selon ses mots.

Beaucoup plus d’attention en revanche au moment du discours de Catherine Samba-Panza, l’actuelle maire de Bangui que beaucoup considéraient, à juste titre donc, comme l’une des favorites et qui a fait valoir son expérience de médiatrice et sa sensibilité de femme, « de mère désireuse de voir ses enfants vivre en paix ».

Soldats européens en Centrafrique

Une élection qui intervient alors que l’Union européenne vient de donner son feu vert pour l’envoi d’une force d’appui aux soldats français et africain en RCA. Une force qui comprendrait près de 500 hommes.

  

Catherine Samba-Panza, la maire de Bangui, capitale de la République centrafricaine, a été élue présidente de transition du pays, à l'issue du second tour de l'élection par le Conseil national de transition (CNT). Sa victoire a eu lieu quelques heures après l'annonce par l'Union européenne de l'envoi de soldats sur le terrain, en renfort des forces françaises et africaines déjà déployées.

La candidate a recueilli 75 voix, devançant Désiré Kolingba, fils d'un ancien chef de l'Etat, qui a obtenu 53 suffrages. L'annonce des résultats a été suivie d'applaudissements de l'assistance, qui a entonné l'hymne national.

A peine élue, elle a lancé un « appel vibrant » aux miliciens chrétiens et combattants musulmans à déposer les armes, dans un discours devant les parlementaires. « Manifestez votre adhésion à ma nomination en donnant un signal fort de dépôt des armes », a-t-elle demandé, pour faire « cesser la souffrance des populations » après des mois de sanglantes violences interreligieuses.

Lire le décryptage :  Centrafrique : manœuvres politiques à Bangui sur fond de violences

Avant de travailler dans le secteur des assurances puis d'occuper le poste de vice-présidente de l'Association des femmes juristes de Centrafrique, cette femme de 58 ans avait suivi des études de droit en France. Parallèlement à sa vie de femme d'affaires, Catherine Samba-Panza a œuvré au sein d'associations défendant l'égalité entre les citoyens centrafricains, et plus particulièrement entre les hommes et les femmes.

Maire de Bangui depuis seulement six mois, la nouvelle présidente centrafricaine par intérim avait été désignée par la Séléka nouvellement arrivée au pouvoir, avec comme mission de rétablir l'ordre dans la capitale centrafricaine. Les combats opposant l'armée centrafricaine aux groupes armés partisans de Michel Djotodia plongeaient Bangui dans une situation chaotique. Celle qui indiquait que les chantiers auxquelles elle devait s'attaquer à Bangui « ne manquaient pas » se voit donc confier aujourd'hui une mission de même nature mais d'une tout autre envergure : plus qu'une ville, c'est désormais tout un pays qu'elle aura pour tâche de pacifier avant l'organisation de nouvelles élections.

 Le président François Hollande a tenu à la féliciter.

Source : RFI

 

Catherine Samba-Panza: «Maire de Bangui, j'ai toujours eu de bonnes avec relations tout le monde»

 

La nouvelle présidente de Centrafrique, Catherine Samba-Panza, juste après l'annonce de son élection, à Bangui, le 20 janvier 2014.

La nouvelle présidente de Centrafrique, Catherine Samba-Panza, juste après l'annonce de son élection, à Bangui, le 20 janvier 2014.

 

59 ans, la maire de Bangui a été élue hier, lundi 21 janvier, présidente de la République. Une première dans l'histoire de l'Afrique centrale. Par 75 voix contre 53 à Désiré Kolingba, elle a été choisie par le Conseil national de transition pour conduire la transition centrafricaine jusqu'aux élections. L'ancienne femme d'affaires est-elle prête à relever les terribles défis de son pays ? En ligne de Bangui, Catherine Samba-Panza répond aux questions de Boisbouvier.

 

 

 

RFI : Vous êtes la première femme présidente de l’histoire de la Centrafrique. Qu’est-ce que cela vous inspire ?

Catherine Samba-Panza : Beaucoup d’émotion parce que les femmes centrafricaines attendaient ça depuis longtemps et elles ont commencé à désespérer parce qu’il n’y avait pas de candidates dans les diverses élections de ces dernières années et d’avoir pu y aller est une fierté pour toutes les femmes centrafricaines.

Et ces derniers jours est-ce que certains se sont dit : ‘C’est une femme, elle n’y arrivera jamais’ ?

Oui, beaucoup ! C’était à la limite du découragement. C’est vrai que beaucoup m’ont dit que les gens ne sont peut-être pas encore prêts à se faire commander par une femme. Mais il n’y avait pas que les femmes qui m’ont soutenue et qui m’ont encouragée. Il y avait beaucoup de jeunes. En tout cas, on sentait que la population voulait une rupture. La population ne voulait plus d’homme politique. Et j’ai senti au sein de la population ce désir d’avoir une femme qui puisse apaiser, réconcilier.

Il y avait d’autres candidats sérieux ! Qu’est-ce qui a fait la différence en votre faveur : est-ce votre indépendance ? Votre caractère tenace ?

Oui, je crois, un peu de tout cela : mes convictions, ma présence auprès des populations à chaque fois qu’il y a eu des crises, ma disponibilité…

Tout le monde ne vous connaît pas encore très bien. Est-il vrai que vous êtes née au Tchad, d’un père camerounais et d’une mère centrafricaine ?

Tout à fait. C’est ce que j’ai dit dans mon discours : je suis un pur produit de l’intégration sous-régionale, puisque j’appartiens à trois pays en fait, même si je n’ai qu’une seule nationalité. Ce brassage culturel m’enrichit, me permet d’avoir une ouverture d’esprit et m’interdit toute xénophobie.

Il y a une semaine, vous n’étiez pas la candidate préférée des pays qui envoient des troupes à Bangui. Ils avaient d’autres candidats en tête. Est-ce que cela ne risque pas de vous compliquer un petit peu la tâche ?

Je ne pense pas. Ils ont pris acte que la population centrafricaine voulait certainement une femme à la tête de ce pays pour rompre un peu avec le mode de gouvernance qui a prévalu jusque-là. Donc, je pense que la Communauté internationale va m’accompagner, va me donner l’appui nécessaire pour me permettre de mettre en œuvre mon action.

Vous avez fait carrière dans le privé, à la tête d’une société d’assurances. Aujourd’hui, les enjeux sont beaucoup plus politiques qu’économiques. Quelle est votre expérience en matière politique ?

Je suis peut-être dans le secteur des assurances, mais depuis les premières mutineries de 1996 j’ai été impliquée dans la gestion de la chose publique, la réconciliation, la médiation. J’ai fait partie des instances très importantes des résolutions de conflits, de dialogue. J’ai une certaine expérience, quand même.

Après l’arrivée de François Bozizé au pouvoir en 2003, vous avez même co-présidé le Forum de Réconciliation nationale. Etes-vous une experte du dialogue ?

Absolument. Vous savez, les Centrafricains ont toujours en mémoire mon image, tenant la main au président David Dacko [premier président de Centrafrique, 1960-1966, ndlr] et au professeur Abel Nguéndé Goumba [vice-président centrafricain 2003-2005, et Premier ministre en 1959] pour les réconcilier, alors qu’ils étaient en froid depuis plus de quarante ans ! Je pense que c’est comme ça que j’ai été découverte.

Pourtant, malgré cette belle image en effet, qui a eu lieu grâce à vous, cela n’a pas ramené la paix. La guerre a continué. Quelles sont les erreurs de 2003 qu’il ne faudrait pas commettre à nouveau aujourd’hui ?

D’abord, souvent nous ne respectons pas nos engagements. En plus, nous n’appliquons pas les textes. Et puis ensuite, il y a la course vers l’exercice du pouvoir qui fait que les politiques instrumentalisent souvent un certain nombre de problèmes, tribaux, religieux, identitaires.

Vous êtes de confession chrétienne. Après les tueries à caractère religieux, est-ce que les musulmans pro-Seleka ne risquent pas de vous regarder avec une certaine méfiance ?

Je ne pense pas, parce que j’ai toujours été très ouverte. J’ai toujours eu de très, très bonnes relations avec les uns et les autres à cause de mon ouverture d’esprit, en voulant avoir avec moi toutes les tendances, toutes les sensibilités politiques et nationales, c’est un avantage.

Avant votre élection de ce lundi, avez-vous parlé avec des chefs de la Seleka pour les rassurer ?

Pour les rassurer, non. Mais de par mes activités en tant que maire de Bangui, j’ai eu à être en contact avec aussi bien certains chefs de la Seleka que des anti-balaka. Ce sont des gens qui me font confiance. Maintenant que je suis à la tête de l’Etat, nous pourrions certainement envisager quels types de dialogue on pourrait instaurer pour détendre un peu l’atmosphère politique, militaire, de la vie du pays.

Envisagez-vous de nommer un Premier ministre de confession musulmane ?

Je n’ai aucune animosité (à ce propos)... Je cherche des compétences. Je vois un gouvernement de technocrates avec une forte probité morale. Si j’ai un Premier ministre qui répond à ces critères et qui est de religion musulmane, je ne vois pas pourquoi je ne le nommerai pas.

Mais la vice-présidente du CNT vous a prévenue, ce ne sera pas une partie de plaisir.

Elle n’a pas besoin de me prévenir ! J’en ai conscience moi-même !

La transition, tout le monde n’est pas d’accord sur sa durée. Doit-elle se terminer avant la fin de l’année comme le souhaitent les Français ? Peut-elle durer jusqu’en 2015, voire en 2016 ?

Non. Je pense que le calendrier initialement prévu, de février 2015, est tenable. Toute précipitation pourrait être préjudiciable, notamment des contestations de résultats. Je pense que certains partenaires envisageaient de raccourcir ce délai, simplement parce qu’il y avait des problèmes au sommet de l’Etat. Mais maintenant, la donne a changé. L’administration est complètement à terre. Le problème d’état civil est très, très sensible en ce moment. Je pense que toute précipitation serait à éviter.

Combien de temps vous donnez-vous pour nommer un Premier ministre et former un gouvernement ?

Mercredi ou jeudi. En tout cas il sera nommé d'ici deux ou trois jours.

Et quel sera le premier pays où vous ferez un déplacement ?

Je ne sais pas encore. Je viens d’arriver. Laissez-moi le temps de m’installer

 

Brazzaville, Steve OBORABASSI pour la Voix du Peuple

 

 

 

 

 «Un dictateur n'a pas de concurrent à sa taille tant que le peuple ne relève pas le défi » 

 

Pour une République Juste & Démocratique, Vous Trompez le Peuple Nous dénonçons

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
LA VOIX DU PEUPLE
commenter cet article

commentaires

La Voix Du Peuple

  • : Le blog de la voix du peuple
  • Contact

POUR UN CONGO LIBRE ET DEMOCRATIQUE

 

2013 marketing trends 

 

                              petit gif animé clown qui jongle

 pub_top.gif

     

                                     

             

      VISITEURS                           
         VISITEURS                               

 

 fl8.jpg EDITORIAL                                               

 

 

Nous avons tous  été confrontés un jour ou l’autre à un fait  choquant qui nécessitait d’être révélé à la face du monde.

Mais  désavantagés par l’absence de moyens de nous exprimer, nous avons fini par abandonner. Or, pesant

soigneusement les mots et en cherchant à trouver la bonne formule, il est possible de régler la majeure partie des

problèmes qui nous rongent.

La voix du peuple est cet espace qui nous faisait défaut. Elle a pour ambition l’information du  grand nombre dans la

dénonciation sans appel de toute dérive de nos responsables politiques congolais, tout bord confondu,  qui poseraient

des actes qui opposent le « mal au bien » du peuple congolais à travers des actions telles :

           -des abus de tout genre ;

           -des injustices vis-à-vis des plus faibles ;

           -des scandales économiques, politiques, judiciaires…

La voix du peuple a aussi pour mission, l’assistance des « sans voix » dans la publication de leurs opinions.

La voix du peuple est pour nous tous donc une arme qui nous permet de nous soulager de nos douleurs longtemps

comprimées, et aussi de faire respecter les droits que nous défendons. Désormais, nous parviendrons,  grâce  à elle, à

atteindre dans leurs tanières, leurs châteaux, leurs bunkers, leurs tours…, les intouchables, les protégés, les

invulnérables.

Enfin, se voulant porteuse des valeurs de vérité, de justice, de paix, de la morale, de la vertu et de l’unité de tous les

enfants du Congo du nord au sud, de l’ouest à l’est, la voix du peuple s’insurge, dans l’impartialité, contre des

agissements s’apparentant à de la propagande, au dénigrement matérialisés par :

           -des propos indélicats ; 

           -du culte de la division ;

           -des accusations affamantes ;

           -des observations désobligeantes ;

           -des contre vérités…

Aussi, au regard de ce qui précède, un article des « sans voix » qui ne respecterait point les dites prescriptions, sera

purement et simplement écarté.

email2.gifNous contacter :

dpeuplelavoix@yahoo.fr  

 

 

CONGO.jpg-1.jpg

   

  Le symbole de la liberté

  

         Non à la dictature

    

   

   

 

      L' INCORRUPTIBLE       

     Légende d'Afrique

  

  

 

       La colombe de la paix et de l'esperance

        

 

 

 

         Non à l' omerta

   

 

 

BONGO - CHIRAC - SASSOU les principaux acteurs

du coup d' Etat sanglant du 5 Juin 1997 au Congo Brazzaville

   

   

 

 

 

  Pour une Jusitce transparente et équitable

  

 

     

 

   

  carteanime.gif

 

  undefinedAu pillage des richesses en Afrique

 

 

    Capture

     Kwame NKRUMAH

   

 

        Emery Patrice LUMUMBA

   

 

  Alphonse MASSAMBA - DEBAT

          

 

  

        Marien NGOUABI

       

 

        Cardinal Emile Biayenda

  

             Thomas SANKARA

  

          drapeau des états unis

       Martin Luther KING

  

 

    

   

 

       Mahatma GANDHI

   

 

         Nelson MANDELA

    

 

          John Fitzgerlald KENNEDY  

    

 

       

 

   Pour une alternance démocrtique au Congo

     

     à la santé des Biens mal acquis  

        hautbma.jpg

   

                              drapeau france

    

                          Le TonTon

       undefined

 

           Un grand et un petit

   

 

 

         

                   Non à la chasse à l' homme

        

 

     

      

 

        

 

                

   

 

     

 

       ststop.gif   

 

        sujets-interdits.jpg     

 

          CAF7X9TP.jpg

 

          

               La métamorphose

      

 

           

            La tour de contrôle

      

 

       CALV3Y6Z.jpg      

 

       CARELW57.jpg   

 

       CARTE-CONGO.jpg

 

       medium_sassou-hu-jintao-congo-chine.jpg

 

       FORET-EN-DANGER.gif  

 

        pillards.jpg

 

       le-pillage-des-for-ts-du-congo1.jpg  

 

 

  

 

   

 

       CAG9I7CH-copie-1.jpg

                 

 

                   

                

          

 

         billet 500 euros

           portefeuille dollard

        

                        undefined

 

 

 

                       gif carte mastercard

        Aux massacres

        

 

            

         Des jeunes patriotes Ivoiriens tombés sous les bales

        

 

   Bombardement  de la résidence de Laurent GBAGBO

                          

       Des hélicoptères ont bombardé la résidence de Laurent Gbagbo.

 

        AFRIQUE-LIBERATION.gif

 

        afrique-au-secours.jpg

 

        CRISE.gif

            

                    

     Le  chemin  d' avenir, le chemin sans issue

                  

            

 

      voie-sans-issu-la-d-silusion-du-chemin-d--avenir-copie-1.jpg

      L'eau une denrée rare à Brazzaville, pourtant vitale

      

 

        eau7.jpg

 

        

                          Le fleuve Congo

        

     Le bord du fleuve Congo à Brazzaville pourtant les habitants manquent cruellement l' eau potable

         

 

       

 

                    

 

        arton42-100x29

 

        logo_lexpress.gif

 

        Leparisien

 

        nouvelobs

 

         butin azuréen

 

         rue89_logo1.jpg

 

 

        Logo Mafia

 

        corruption menottes

        Révélations effarantes de John Perkins ancien assassin économique

        JohnPerkinsCourage824

 

        arnaques.jpg

 

        france2

        Le Grand Journal...

 

        canal +

 

            

 

       

 

      

 

       

 

       

 

        

 

       

       

 

       

          

          DES FEMMES ATYPIQUES

 

           

 

           

              

        

 

       

 

           

            congo-brazza1

       Ou est le serieux

            mammamia

 

            aubout

 

            sassou dictateur-copie-1

 

                  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

            

 

      

  Gold Man sachs - LA BANQUE QUI DIRIGE LE MONDE

 

     

     

      News

 

          Le malheur des congolais

 

     

      

        

     

 

 

 

 

 

 

 

      

     

 

Recherche

Texte Libre

Catégories