Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 novembre 2013 6 02 /11 /novembre /2013 23:27

  

 

  

  

  

 

 

 Jean-Marie Bockel plaide pour une relation «plus dense» entre la France et l’Afrique

 

 
Dans un rapport titré « L’Afrique est notre avenir », les sénateurs Jean-Marie Bockel et Jeanny Lorgeoux plaident pour une plus grande implication de l’Elysée dans les relations entre la France et l’Afrique. Le sénateur UDI, ancien ministre de la Coopération sous Nicolas Sarkozy, propose notamment la mise en place d’une « cellule » Afrique officielle.

   

Jean-Marie Bockel, à Versailles, le 7 mai 2011.

Monsieur Jean Marie BOCKEL

 

 

 

RFI : Dans le rapport que vous cosignez avec Jeanny Lorgeoux, vous êtes assez critique sur la politique africaine de François Hollande. Vous semblez dire qu'elle manque d’ambition.

Jean-Marie Bockel : Je considère que François Hollande a fait un bon début, sur sa relation à l’Afrique. Bien sûr, à travers sa prise de décision sur l’intervention au Mali, mais également à travers son discours de Dakar. Mais il est vrai que son prédécesseur avait également fait de bons discours, en dehors de celui de Dakar. Et aujourd’hui nous voulons simplement apporter à l’exécutif, au gouvernement, au président, un certain nombre d’idées qui lui permettront de reprendre la main en Afrique.

Sur le plan politique, vous dites que François Hollande doit promouvoir le pluralisme en Afrique. Mais n’est-ce pas ce qu’il fait déjà, quand il rencontre par exemple Tshisekedi et la famille Chebeya, à Kinshasa ? N’est-il pas plus exigeant que Nicolas Sarkozy, sur ce plan ?

Nous verrons ça dans la durée. Nicolas Sarkozy, -je l’avais accompagné, notamment au Tchad ou dans d’autres pays encore-, avait également rencontré les opposants, et c’est bien que François Hollande le fasse.

Mais là, nous sommes sur des aspects un peu emblématiques. La proposition que nous faisons, c’est plutôt un travail au long cours. C’est un peu l’idée, à travers notre réseau diplomatique, culturel, que nous soyons à l’écoute des sociétés civiles, des oppositions, de la jeunesse africaine, et pas simplement dans une relation bilatérale avec les exécutifs du moment. Avec, derrière, ce message de démocratie et de droits de l’Homme que nous devons porter sans cesse.

Sur le plan militaire, vous recommandez à la France de conserver ses huit points d’implantation sur le continent africain. Cela signifie-t-il que, un mois avant le sommet Afrique-France sur ces questions qui est prévu à l’Elysée, vous prônez le statu quo ?

Non, pas exactement. Nous proposons de maintenir la voilure, le dispositif, de ne pas le diminuer, mais, peut-être, de l’adapter à la réalité des menaces d’aujourd’hui. Et outre quelques points fixes qu’il faudra conserver naturellement, il faut que nous ayons une certaine souplesse, une certaine réactivité par rapport aux crises, et donc une certaine géométrie variable pour que ces forces soient vraiment utilisables vite, dans le monde de menaces asymétriques dans lequel nous sommes.

→ A (RE)LIRE : Hollande et l’Afrique: des grandes promesses d'une campagne à la réalité complexe d'un continent

En économie, vous recommandez à François Hollande d’aider les petites et moyennes entreprises françaises à retourner en Afrique ? Mais n’est-ce pas ce qu’il fait déjà quand il va en Afrique du Sud, par exemple pour décrocher de nouveaux marchés ?

Il fait le job au niveau économique, mais il n’a pas les outils adaptés. Aujourd’hui, nous avons 1 000 entreprises significatives en Afrique, dont un certain nombre de « majors ». Ce qui est trop faible c’est le réseau de PME.

Il y en a qui réussissent bien. Mais les PME peuvent s’adosser, se structurer autour de groupes plus importants qui ne demandent que ça, parce que ça crée un environnement favorable, notamment par rapport au monde anglo-saxon concurrent, ou aux pays émergents. Donc là c’est vraiment une affaire gagnant, gagnant.

Et puis il faudrait également que certains outils un peu mixtes, comme l’Agence française de développement, comme Proparco, soient adaptés aux enjeux africains d’aujourd’hui. Adaptés en termes de procédure, de capacité de faire, de plafond, de limites auxquelles ils sont parfois confrontés alors que des opportunités économiques à forts retours sur investissements existent, en pleine croissance.

Vous demandez la création d’un ministère de la Coopération internationale de plein exercice, qui rassemble les services des Finances et du Quai d’Orsay. Cela veut-il dire que votre successeur d’aujourd’hui, Pascal Canfin, ne fait pas le « job » ?

Pascal Canfin est un très bon ministre délégué au Développement international. Il est extrêmement compétent. Son ministère est positionné de manière assez technique mais son poids politique est faible. Or, un ministère indépendant couvrant la plénitude de ce que peut être une politique publique de coopération internationale, c’est ce qu’ont fait nos amis britanniques ou allemands.

En 2008 vous étiez ministre de la Coopération. Et après votre petite phrase contre les Etats pétroliers d’Afrique centrale, Omar Bongo a demandé et obtenu votre tête. Est-ce que cela ne prouve pas qu’à l’époque le ministère de la Coopération n’était pas avant tout le ministère de la Françafrique ?

Si j’ai fait ces déclarations à l’époque c’est parce que, d’abord, je les ai faites en totale convergence avec la cellule Afrique de l’Elysée de l’époque, il faut le savoir. C’est ensuite que les choses se sont un petit peu gâchées, parce que des réactions ont peut-être été plus graves ou plus surjouées qu’on ne pouvait l’imaginer.

 

A (RE)LIRE : 50 ans après, la Françafrique bouge encore (décembre 2009)

En fait, il faut savoir que la Françafrique, si j’étais intervenu pour la dénoncer, c’est parce que j’avais l’impression que quand on fermait la porte, elle rentrait par la fenêtre, et que les émissaires relevaient un peu la tête et que ça faisait désordre.

Les visiteurs du soir, chez Claude Guéant ?

Et toutes ces choses-là... Mais au fond, déjà à l’époque, c’était un phénomène marginal. Et aujourd’hui ça l’est encore davantage. Il y a certainement encore quelques personnes qui vivent sur la bête. C’est plus d’ailleurs, l’Afrique-France, que la Françafrique, de ce point de vue là, mais ces intermédiaires, leur rôle il est, soit nul – ce sont des émissaires autoproclamés de rien du tout – soit résiduel.

Est-ce que nouveauté avec François Hollande, ce n’est pas qu’aujourd’hui il n’y a plus personne à l’Elysée pour recevoir ces visiteurs du soir ?

Oui. Moi, je souhaiterai qu’à côté de l’organisation gouvernementale que nous proposons, l’Elysée dont le locataire a bien démarré sa relation à l’Afrique, dispose, à côté de quelques Hauts fonctionnaires compétents, d’une cellule – une cellule explicite – au vu et au su de tous, composée de personnes qui auraient également cette dimension un peu charnelle, charismatique et qui en ferait – le chef de l’Etat ne pouvant pas être sollicité par tout le monde à tout moment – de vrais interlocuteurs.

Il y a quand même, dans la relation Afrique – et ça c’est plutôt bien, c’est plutôt un aspect positif de notre patrimoine – également une dimension personnelle, charnelle, sentimentale, affective, je dirais – qui a besoin aussi d’être entretenue. Et ça, ça passe forcément par la maison du chef, c'est-à-dire l’Elysée.

Voulez-vous dire que Hélène Le Gal et Thomas Melonio (la « Madame Afrique » de l'Elysée et son principal adjoint), c’est bien, mais cela ne suffit pas ?

Exactement ! C’est bien, car ce sont des gens bien, que nous avons rencontrés et auditionnés. Mais ça ne suffit pas.

 

 

 «Un dictateur n'a pas de concurrent à sa taille tant que le peuple ne relève pas le défi » 

 

Pour une République Juste & Démocratique, Vous Trompez le Peuple Nous dénonçons

 

 

 

 

  

 

Partager cet article

Repost 0
LA VOIX DU PEUPLE
commenter cet article

commentaires

La Voix Du Peuple

  • : Le blog de la voix du peuple
  • Contact

POUR UN CONGO LIBRE ET DEMOCRATIQUE

 

2013 marketing trends 

 

                              petit gif animé clown qui jongle

 pub_top.gif

     

                                     

             

      VISITEURS                           
         VISITEURS                               

 

 fl8.jpg EDITORIAL                                               

 

 

Nous avons tous  été confrontés un jour ou l’autre à un fait  choquant qui nécessitait d’être révélé à la face du monde.

Mais  désavantagés par l’absence de moyens de nous exprimer, nous avons fini par abandonner. Or, pesant

soigneusement les mots et en cherchant à trouver la bonne formule, il est possible de régler la majeure partie des

problèmes qui nous rongent.

La voix du peuple est cet espace qui nous faisait défaut. Elle a pour ambition l’information du  grand nombre dans la

dénonciation sans appel de toute dérive de nos responsables politiques congolais, tout bord confondu,  qui poseraient

des actes qui opposent le « mal au bien » du peuple congolais à travers des actions telles :

           -des abus de tout genre ;

           -des injustices vis-à-vis des plus faibles ;

           -des scandales économiques, politiques, judiciaires…

La voix du peuple a aussi pour mission, l’assistance des « sans voix » dans la publication de leurs opinions.

La voix du peuple est pour nous tous donc une arme qui nous permet de nous soulager de nos douleurs longtemps

comprimées, et aussi de faire respecter les droits que nous défendons. Désormais, nous parviendrons,  grâce  à elle, à

atteindre dans leurs tanières, leurs châteaux, leurs bunkers, leurs tours…, les intouchables, les protégés, les

invulnérables.

Enfin, se voulant porteuse des valeurs de vérité, de justice, de paix, de la morale, de la vertu et de l’unité de tous les

enfants du Congo du nord au sud, de l’ouest à l’est, la voix du peuple s’insurge, dans l’impartialité, contre des

agissements s’apparentant à de la propagande, au dénigrement matérialisés par :

           -des propos indélicats ; 

           -du culte de la division ;

           -des accusations affamantes ;

           -des observations désobligeantes ;

           -des contre vérités…

Aussi, au regard de ce qui précède, un article des « sans voix » qui ne respecterait point les dites prescriptions, sera

purement et simplement écarté.

email2.gifNous contacter :

dpeuplelavoix@yahoo.fr  

 

 

CONGO.jpg-1.jpg

   

  Le symbole de la liberté

  

         Non à la dictature

    

   

   

 

      L' INCORRUPTIBLE       

     Légende d'Afrique

  

  

 

       La colombe de la paix et de l'esperance

        

 

 

 

         Non à l' omerta

   

 

 

BONGO - CHIRAC - SASSOU les principaux acteurs

du coup d' Etat sanglant du 5 Juin 1997 au Congo Brazzaville

   

   

 

 

 

  Pour une Jusitce transparente et équitable

  

 

     

 

   

  carteanime.gif

 

  undefinedAu pillage des richesses en Afrique

 

 

    Capture

     Kwame NKRUMAH

   

 

        Emery Patrice LUMUMBA

   

 

  Alphonse MASSAMBA - DEBAT

          

 

  

        Marien NGOUABI

       

 

        Cardinal Emile Biayenda

  

             Thomas SANKARA

  

          drapeau des états unis

       Martin Luther KING

  

 

    

   

 

       Mahatma GANDHI

   

 

         Nelson MANDELA

    

 

          John Fitzgerlald KENNEDY  

    

 

       

 

   Pour une alternance démocrtique au Congo

     

     à la santé des Biens mal acquis  

        hautbma.jpg

   

                              drapeau france

    

                          Le TonTon

       undefined

 

           Un grand et un petit

   

 

 

         

                   Non à la chasse à l' homme

        

 

     

      

 

        

 

                

   

 

     

 

       ststop.gif   

 

        sujets-interdits.jpg     

 

          CAF7X9TP.jpg

 

          

               La métamorphose

      

 

           

            La tour de contrôle

      

 

       CALV3Y6Z.jpg      

 

       CARELW57.jpg   

 

       CARTE-CONGO.jpg

 

       medium_sassou-hu-jintao-congo-chine.jpg

 

       FORET-EN-DANGER.gif  

 

        pillards.jpg

 

       le-pillage-des-for-ts-du-congo1.jpg  

 

 

  

 

   

 

       CAG9I7CH-copie-1.jpg

                 

 

                   

                

          

 

         billet 500 euros

           portefeuille dollard

        

                        undefined

 

 

 

                       gif carte mastercard

        Aux massacres

        

 

            

         Des jeunes patriotes Ivoiriens tombés sous les bales

        

 

   Bombardement  de la résidence de Laurent GBAGBO

                          

       Des hélicoptères ont bombardé la résidence de Laurent Gbagbo.

 

        AFRIQUE-LIBERATION.gif

 

        afrique-au-secours.jpg

 

        CRISE.gif

            

                    

     Le  chemin  d' avenir, le chemin sans issue

                  

            

 

      voie-sans-issu-la-d-silusion-du-chemin-d--avenir-copie-1.jpg

      L'eau une denrée rare à Brazzaville, pourtant vitale

      

 

        eau7.jpg

 

        

                          Le fleuve Congo

        

     Le bord du fleuve Congo à Brazzaville pourtant les habitants manquent cruellement l' eau potable

         

 

       

 

                    

 

        arton42-100x29

 

        logo_lexpress.gif

 

        Leparisien

 

        nouvelobs

 

         butin azuréen

 

         rue89_logo1.jpg

 

 

        Logo Mafia

 

        corruption menottes

        Révélations effarantes de John Perkins ancien assassin économique

        JohnPerkinsCourage824

 

        arnaques.jpg

 

        france2

        Le Grand Journal...

 

        canal +

 

            

 

       

 

      

 

       

 

       

 

        

 

       

       

 

       

          

          DES FEMMES ATYPIQUES

 

           

 

           

              

        

 

       

 

           

            congo-brazza1

       Ou est le serieux

            mammamia

 

            aubout

 

            sassou dictateur-copie-1

 

                  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

            

 

      

  Gold Man sachs - LA BANQUE QUI DIRIGE LE MONDE

 

     

     

      News

 

          Le malheur des congolais

 

     

      

        

     

 

 

 

 

 

 

 

      

     

 

Recherche

Texte Libre

Catégories