Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 15:04

  

 

  

  

  

 

 

 Quand Sassou-N’guesso dilapide les fonds publics dans des opérations de lobbying auprès des chefs d’Etat africains ! 

Malette de billets - billets billet argent dollar dollars sous sou euros euro

   

 

 
 

Depuis la mise à l’écart de Denis Christel Sassou-N’guesso comme dauphin de son père de président pour « immaturité politique et risque d’un soulèvement populaire », la seule option qui reste désormais à Denis Sassou-N’guesso pour rempiler à la tête du Congo à l’horizon 2016, est le changement de la Constitution.

 

Des opérations de lobbying à l’international aux médiations improvisées et coûteuses des crises politiques de la sous-région d’Afrique Centrale, en passant par le financement de certaines opérations de charme, Denis Sassou-N’guesso joue au distributeur automatique des billets de banque. Qui fonctionne à plein régime 24h sur 24 et 7 jours sur 7, avant qu’il ne soit trop tard.

 

« La Voix du Peuple » a enquêté.   

 

 

Brazzaville, aéroport international Maya-Maya. Un jour pair. Un vent frais souffle en ces temps de saison sèche. Le trafic aérien n’est pas assez dense. Les agents de Congo Handling tournent les pouces. Seule la tour de contrôle est informée de l’arrivée d’un jet privé à bord duquel se trouve Ibrahim Boubacar Keita (IBK), en campagne présidentielle au Mali.

 

A l’atterrissage, une voiture officielle s’immobilise devant le petit oiseau. En sort un homme drapé d’un grand boubou haoussa qu’accompagnent de proches collaborateurs. Au pied de l’avion, Guy Noël  Ngoya, un homme de main du chef de l’Etat congolais, Denis Sassou-N’guesso, lui sert la main en guise de bienvenue. IBK s’engouffre dans la voiture, et dans la plus grande discrétion le petit cortège se dirige dans un hôtel 5 étoiles de la place.

 

Le lendemain, un entretien se déroule à huis clos au palais du peuple entre Denis Sassou-N’guesso et son hôte malien. Selon certaines indiscrétions, le chef de l’Etat congolais a misé sur les deux candidats arrivés au deuxième tour de la présidentielle malienne, IBK et Soumaïla Cissé, un peu comme faisait en pareilles circonstances le défunt Omar Bongo Ondimba. D’où la plus stricte discrétion qui a entouré les deux rencontres.

 

 

Sassou-N’guesso  finance la campagne d’IBK

En ce qui concerne IBK, Denis Sassou-N’guesso, selon nos sources, lui aurait apporté un appui financier considérable. D’après ce qui se dit, c’est Guy Noël Ngoya qui serait allé chercher les fameux « nguiri » (l’équivalent des mallettes remplies de billets) auprès du directeur général du Trésor public, Albert Ngondo, affirme sans sourciller une source qui a assisté du début à la fin à cette transaction.

 

Combien pouvaient contenir ces « nguiri » ? Le mystère demeure entier. Mais d’après un agent de l’aéroport qui a assisté à l’embarquement des fameux colis « nguiri », à l’observation, « ça pesait lourd ».

 

Une fois l’entretien avec le chef de l’Etat congolais terminé, l’avion d’IBK fait le sens inverse et repart pour Bamako. Par ce soutien, Denis Sassou-N’guesso venait de réaliser une bonne opération de marketing politique dont les dividendes, confie-t-on dans son entourage, pourraient, le moment venu, l’aider à faire passer comme une lettre à la poste son projet de changement de la Constitution. Et comment est-ce possible que Sassou soutienne la candidature d’un chef d’Etat dont le pays n’est pas frontalier du sien ?                 

 

La réponse :IBK se doit d’initier un rapprochement entre Pierre Ngollo et Harlem Désir

La réponse est simple. C’était désormais un secret de polichinelle que François Hollande avait jeté son dévolu sur IBK, dont le parti, RPM (Rassemblement pour le Mali), est membre de l’international socialiste. Et qui plus est, Ibk est lui-même reconnu proche du premier secrétaire du parti socialiste français, Harlem Désir.

 

En bon calculateur politique, Sassou aurait-il loupé une telle occasion pour espérer bénéficier du regard compatissant de l’Elysée ? S’interroge un politologue congolais qui a requis l’anonymat.

En voulant mettre le vieil adage populaire qui veut que l’ami de mon ami soit mon ami, le chef de l’Etat congolais attend donc le retour de l’ascenseur, notamment dans le rapprochement que IBK devrait initier entre Pierre Ngollo, le secrétaire général du parti congolais du travail, et Harlem Désir, son alter-égo du parti socialiste (PS).

 

C’est donc fort de tout cet appui financier apporté à IBK pendant son parcours vers le palais Koulouba de Bamako, et aussi, de l’aide logistique apportée au transport des troupes tchadiennes au Mali, que Denis Sassou-N’guesso a assisté à l’intronisation de IBK comme président du Mali.

 

Le chef de l’Etat congolais n’a-t-il pas soutenu le juste combat de la France au Mali ? N’a-t-il pas envoyé le général Jean Marie Michel Moukoko sur place ?

 

Peine perdue. François Hollande semble être resté indifférent. C’est plutôt Idriss Deby Itno et le président français qui ont bénéficié d’une meilleure salve d’applaudissements des bamakois lors de la cérémonie d’intronisation du président malien.

 

IBK aurait-il encore la possibilité de mener un plaidoyer en faveur du Congo auprès de ses amis français ? S’interroge-t-on dans les milieux diplomatiques à Brazzaville. Le comble en l’affaire est que s’il s’entête à jouer au missi dominici de Sassou, IBK risque de se discréditer auprès de ses parrains français, ajoute, sous couvert d’anonymat, un analyste politique.

 

Jean Dominique Okemba offre un « nguiri » à Macky Sall

L’autre opération de charme menée par le chef de l’Etat congolais est sans nul doute l’appui financier apporté à l’élection de Macky Sall comme président du Sénégal.

 

Selon certaines indiscrétions, Jean Dominique Okemba aurait été mis à contribution pour offrir le « nguiri » (l’équivalent de la mallette remplie de billets), en mains propres, au candidat du parti APR (Alliance Pour la République) pendant la période d’entre les deux tours (un peu comme agissait Robert Bourgi dans le cadre des transmissions des mallettes en provenance de l’Afrique et destinées aux politiques français).

 

L’ami d’hier Abdoulaye Wade, que Sassou-N’guesso se plaisait à appeler respectueusement « doyen », dont le résultat était peu flatteur au sortir du premier tour, a été totalement oublié au profit de son « poulain politique » Macky Sall.

 

Là aussi les calculs politiques ont fonctionné au palais du peuple à Brazzaville. Macky Sall, apprend-t-on, était tant respecté par Hollande que sa simple onction sur la situation politique au Congo (changement de Constitution par exemple) pouvait faire fléchir l’Elysée.

 

Combien Okemba, maître à jouer dans cette transaction politico-financière, a-t-il apporté à Macky Sall ? Le mystère demeure une fois encore entier. A part Denis Sassou-N’guesso lui-même, seuls Albert Ngondo (le trésorier payeur général du Congo), Macky Sall et Okemba Dominique connaissent le montant exact de cette transaction.

 

Tout au moins, Sassou-N’guesso, croit-on dans son entourage, pourrait bénéficier des dividendes politiques et diplomatiques au moment où le besoin se fera sentir. En guise de remerciement aux autorités congolaises, Macky Sall, lors de son investiture à Dakar, a déroulé un tapis rouge à Jean Dominique Okemba, à qui il a accordé un entretien de près d’une heure.

 

Le distributeur automatique des billets de banque continue à fonctionner

Comme si cela ne suffisait pas, le distributeur automatique des billets fonctionne également avec le président guinéen Alpha Condé dont les visites à Brazzaville sont si fréquentes et parfois sans objet.

 

Ami, semble-t-il, de François Hollande, le président guinéen occupe une place de choix dans le dispositif diplomatique du locataire du palais du peuple à Brazzaville. Il en est de même de Thomas Boni Yayi, le président béninois, surtout lorsqu’il était président de l’Union Africaine (UA). Malheureusement, la carte de visite de ce dernier est écornée depuis qu’il tente, lui-aussi, de modifier la Constitution de son pays.

 

Que dire de la visite d’Alassane Dramane Ouattara, le président ivoirien, venu en visite officielle récemment à Brazzaville et Pointe-Noire ? Au-delà de la coopération économique dont la presse publique a fait large écho, le but du rapprochement Ouattara/Sassou est de savoir compter sur la bienveillance du président ivoirien en cas de péril politique au Congo.

 

Une démarche rendue d’autant plus facile que Guillaume Soro, le président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, trouve toujours portes ouvertes au palais du peuple à Brazzaville. Aux temps forts de la crise ivoirienne, il se dit en coulisses que son hôtel de prédilection, où il recevait souvent ses « nguiri » (l’équivalent des mallettes remplies de billets), était Protéa hôtel, au quartier OMS de Brazzaville. Mieux, ses séjours brazzavillois étaient toujours ponctués d’une petite visite fraternelle à la grande loge maçonnique du Congo située au plateau centre-ville.            

 

Des médiations improvisées et couteuses 

De l’avis des observateurs de la scène politique congolaise, Denis Sassou-N’guesso voudrait s’identifier, sur le plan diplomatique notamment, à Blaise Compaoré du Burkina Faso, et au feu le président gabonais Omar Bongo Ondimba sur le plan financier. Un cocktail, croit-on savoir, qui pourrait s’avérer payant.

 

Dans le cadre de la résolution de certains conflits latents en Afrique Centrale, le chef de l’Etat congolais use de tous les moyens pour occuper le prestigieux rôle de médiateur. Et pour y parvenir, le Trésor public congolais est souvent sollicité.

 

Rien que pour la république centrafricaine, plus de 50 milliards de FCFA auraient déjà été investis pour s’imposer comme médiateur, affirme, sous couvert d’anonymat, un proche du dossier. Et pour cause, comme dit un adage : « la main qui donne est toujours au-dessus de celle qui reçoit ». N’empêche. La France éprouve plutôt de la sympathie pour Idriss Deby Itno pour normaliser la situation politique et sécuritaire en république centrafricaine. A preuve, quand le Congo envoie 200 soldats dans le cadre du renforcement des effectifs de la FOMAC, le Tchad y en dépêche le double.

 

Le « beau frère » désavoué dans le cadre de la crise politico-militaire en RDC ?

De guerre lasse avec Idriss Deby Itno, en république centrafricaine, Denis Sassou-N’guesso aurait fait passer la carte de visite de « beau frère » pour s’imposer comme médiateur de la crise politico-militaire en RDC. Quelques politiques congolais de Kinshasa sont même passés à la caisse pour clamer haut et fort que « Sassou est l’homme de la situation à Kinshasa, c’est notre beau frère ».

 

Au finish, après avoir joué au distributeur automatique des billets de banque, la médiation de Denis Sassou-N’guesso dans la crise de la RDC - tant vantée par le PCT – s’est dégonflée comme un ballon de baudruche. Kampala, la capitale ougandaise, a été préférée à Brazzaville, tandis que Kinshasa ouvrait les travaux de la concertation nationale sans l’ombre de Denis Sassou-N’guesso.

 

En guise de consolation, il vient d’être invité à la cérémonie de clôture de ladite concertation. En effet, l’invitation a lui adressée par le président Joseph Kabila lui a été remise à Brazzaville par Léon Kengo Wa Dondo (Président du Sénat de la RDC) et Aubin Minaku (Président de l’assemblée nation de la RDC). Une bonne farce !

 

Sassou-N’guesso ira-t-il boire sa tasse d’humiliation à Kinshasa où l’attend l’opposition radicale d’Etienne Tchisékédi qui l’avait déjà désavoué comme médiateur étant entendu que le président congolais n’arrive pas à faire chez lui ce qu’il veut aller faire chez les autres ?

 

Une question qui vaut son pesant d’or lorsqu’on sait que Denis Sassou-N’guesso n’a jamais daigné recevoir le front des partis de l’opposition congolaise (FPOC) et la vraie société civile (pas celle qui travaille avec les services).    

 

Les observateurs de la scène politique congolaise mettent toutes ces gesticulations politico-diplomatiques sur le compte des grandes manœuvres visant à asseoir une notoriété diplomatique africaine, afin d’étouffer dans l’œuf toutes condamnations internationales au moment du changement de la Constitution, qui devrait permettre à Sassou-N’guesso de rempiler à la tête du Congo en 2016. A ce niveau, concluent-ils hâtivement, c’est encore un échec cuisant.

 

Est-ce pourquoi le chef de l’Etat congolais a décidé de recentrer les choses en interne, en instruisant ses lieutenants Pierre Ngollo, Isidore Mvouba, Bienvenu Okiemy, Alain Akouala… de lancer le débat sur les imperfections de la Constitution actuelle ? Si au plan international, spécule-t-on dans certaines chancelleries occidentales à Brazzaville, les sollicitudes et les offres tous azimuts du chef de l’Etat congolais ont de la peine à passer, comment ferait-il pour se faire accepter par ses compatriotes, d’autant qu’à l’observation son crédit de confiance se serait fort amenuisé ?

 

Enquête de la « Voix du peuple »

 

 «Un dictateur n'a pas de concurrent à sa taille tant que le peuple ne relève pas le défi » 

 

Pour une République Juste & Démocratique, Vous Trompez le Peuple Nous dénonçons

 

 

 

 

  

 

Partager cet article

Repost 0
LA VOIX DU PEUPLE
commenter cet article

commentaires

La Voix Du Peuple

  • : Le blog de la voix du peuple
  • Contact

POUR UN CONGO LIBRE ET DEMOCRATIQUE

 

2013 marketing trends 

 

                              petit gif animé clown qui jongle

 pub_top.gif

     

                                     

             

      VISITEURS                           
         VISITEURS                               

 

 fl8.jpg EDITORIAL                                               

 

 

Nous avons tous  été confrontés un jour ou l’autre à un fait  choquant qui nécessitait d’être révélé à la face du monde.

Mais  désavantagés par l’absence de moyens de nous exprimer, nous avons fini par abandonner. Or, pesant

soigneusement les mots et en cherchant à trouver la bonne formule, il est possible de régler la majeure partie des

problèmes qui nous rongent.

La voix du peuple est cet espace qui nous faisait défaut. Elle a pour ambition l’information du  grand nombre dans la

dénonciation sans appel de toute dérive de nos responsables politiques congolais, tout bord confondu,  qui poseraient

des actes qui opposent le « mal au bien » du peuple congolais à travers des actions telles :

           -des abus de tout genre ;

           -des injustices vis-à-vis des plus faibles ;

           -des scandales économiques, politiques, judiciaires…

La voix du peuple a aussi pour mission, l’assistance des « sans voix » dans la publication de leurs opinions.

La voix du peuple est pour nous tous donc une arme qui nous permet de nous soulager de nos douleurs longtemps

comprimées, et aussi de faire respecter les droits que nous défendons. Désormais, nous parviendrons,  grâce  à elle, à

atteindre dans leurs tanières, leurs châteaux, leurs bunkers, leurs tours…, les intouchables, les protégés, les

invulnérables.

Enfin, se voulant porteuse des valeurs de vérité, de justice, de paix, de la morale, de la vertu et de l’unité de tous les

enfants du Congo du nord au sud, de l’ouest à l’est, la voix du peuple s’insurge, dans l’impartialité, contre des

agissements s’apparentant à de la propagande, au dénigrement matérialisés par :

           -des propos indélicats ; 

           -du culte de la division ;

           -des accusations affamantes ;

           -des observations désobligeantes ;

           -des contre vérités…

Aussi, au regard de ce qui précède, un article des « sans voix » qui ne respecterait point les dites prescriptions, sera

purement et simplement écarté.

email2.gifNous contacter :

dpeuplelavoix@yahoo.fr  

 

 

CONGO.jpg-1.jpg

   

  Le symbole de la liberté

  

         Non à la dictature

    

   

   

 

      L' INCORRUPTIBLE       

     Légende d'Afrique

  

  

 

       La colombe de la paix et de l'esperance

        

 

 

 

         Non à l' omerta

   

 

 

BONGO - CHIRAC - SASSOU les principaux acteurs

du coup d' Etat sanglant du 5 Juin 1997 au Congo Brazzaville

   

   

 

 

 

  Pour une Jusitce transparente et équitable

  

 

     

 

   

  carteanime.gif

 

  undefinedAu pillage des richesses en Afrique

 

 

    Capture

     Kwame NKRUMAH

   

 

        Emery Patrice LUMUMBA

   

 

  Alphonse MASSAMBA - DEBAT

          

 

  

        Marien NGOUABI

       

 

        Cardinal Emile Biayenda

  

             Thomas SANKARA

  

          drapeau des états unis

       Martin Luther KING

  

 

    

   

 

       Mahatma GANDHI

   

 

         Nelson MANDELA

    

 

          John Fitzgerlald KENNEDY  

    

 

       

 

   Pour une alternance démocrtique au Congo

     

     à la santé des Biens mal acquis  

        hautbma.jpg

   

                              drapeau france

    

                          Le TonTon

       undefined

 

           Un grand et un petit

   

 

 

         

                   Non à la chasse à l' homme

        

 

     

      

 

        

 

                

   

 

     

 

       ststop.gif   

 

        sujets-interdits.jpg     

 

          CAF7X9TP.jpg

 

          

               La métamorphose

      

 

           

            La tour de contrôle

      

 

       CALV3Y6Z.jpg      

 

       CARELW57.jpg   

 

       CARTE-CONGO.jpg

 

       medium_sassou-hu-jintao-congo-chine.jpg

 

       FORET-EN-DANGER.gif  

 

        pillards.jpg

 

       le-pillage-des-for-ts-du-congo1.jpg  

 

 

  

 

   

 

       CAG9I7CH-copie-1.jpg

                 

 

                   

                

          

 

         billet 500 euros

           portefeuille dollard

        

                        undefined

 

 

 

                       gif carte mastercard

        Aux massacres

        

 

            

         Des jeunes patriotes Ivoiriens tombés sous les bales

        

 

   Bombardement  de la résidence de Laurent GBAGBO

                          

       Des hélicoptères ont bombardé la résidence de Laurent Gbagbo.

 

        AFRIQUE-LIBERATION.gif

 

        afrique-au-secours.jpg

 

        CRISE.gif

            

                    

     Le  chemin  d' avenir, le chemin sans issue

                  

            

 

      voie-sans-issu-la-d-silusion-du-chemin-d--avenir-copie-1.jpg

      L'eau une denrée rare à Brazzaville, pourtant vitale

      

 

        eau7.jpg

 

        

                          Le fleuve Congo

        

     Le bord du fleuve Congo à Brazzaville pourtant les habitants manquent cruellement l' eau potable

         

 

       

 

                    

 

        arton42-100x29

 

        logo_lexpress.gif

 

        Leparisien

 

        nouvelobs

 

         butin azuréen

 

         rue89_logo1.jpg

 

 

        Logo Mafia

 

        corruption menottes

        Révélations effarantes de John Perkins ancien assassin économique

        JohnPerkinsCourage824

 

        arnaques.jpg

 

        france2

        Le Grand Journal...

 

        canal +

 

            

 

       

 

      

 

       

 

       

 

        

 

       

       

 

       

          

          DES FEMMES ATYPIQUES

 

           

 

           

              

        

 

       

 

           

            congo-brazza1

       Ou est le serieux

            mammamia

 

            aubout

 

            sassou dictateur-copie-1

 

                  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

            

 

      

  Gold Man sachs - LA BANQUE QUI DIRIGE LE MONDE

 

     

     

      News

 

          Le malheur des congolais

 

     

      

        

     

 

 

 

 

 

 

 

      

     

 

Recherche

Texte Libre

Catégories